toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Tommy Robinson transféré dans une prison essentiellement peuplée de musulmans où sa vie sera menacée !


Tommy Robinson transféré dans une prison essentiellement peuplée de musulmans où sa vie sera menacée !

Le militant nationaliste et journaliste Tommy Robinson se trouve en prison depuis le 25 mai dernier. Tandis que de nombreuses voix s’élèvent pour demander sa libération, son entourage s’inquiète pour sa sécurité.

Son dernier coup d’éclat est la diffusion en direct le 25 mai sur son compte Facebook de l’arrivée devant un tribunal de Leeds de membres supposés d’un gang d’hommes d’origine indo-pakistanaise et de religion musulmane. Cette vidéo cumule à ce jour près de quatre millions de vues.

Ils font partie des individus accusés d’être des proxénètes responsables du viol et de l’enlèvements d’environ 1 000 jeunes filles en Angleterre sur une période de plusieurs dizaines années, notamment dans la région de Telford. Une affaire qui a défrayé la chronique outre-Manche, notamment à cause des accusations envers la police et les élus locaux qui auraient couverts ces crimes en raison de l’origine de leurs auteurs supposés. Ils ont en effet reconnu avoir parfois été informés, mais s’être tus de peur d’être accusés de racisme.

Arrêté et condamné à 13 mois de prison en l’espace de cinq heures

Lors de son arrestation puis de son emprisonnement, l’entourage du militant nationaliste Tommy Robinson s’était inquiété du danger qu’il courrait en prison, en raison des multiples menaces de mort émises par des musulmans dans le pays comme au sein de ses prisons. Ils avaient été rassurés par le traitement réservé jusqu’alors au confondateur et ancien porte-parole de l’English Defence League, le mouvement identitaire opposé à l’immigration massive et à l’islamisation du Royaume-Uni.

Mais les choses ont changées depuis que Tommy Robinson a été transféré dans un établissement très majoritairement peuplé de détenus musulmans, qui l’auraient d’ailleurs accueilli avec sifflets et menaces… Sa famille et son entourage ont depuis fait savoir qu’ils travaillaient activement, avec des avocats, pour tenter de changer la situation qu’ils décrivent comme « vraiment inquiétante ».

Tommy Robinson avait été arrêté le vendredi 25 mai pour « atteinte à l’ordre public », alors qu’il interpellait des hommes qui sortaient du tribunal dans lequel se tenait le procès supposé de certaines personnes présumées coupables d’appartenir aux gangs de Pakistanais qui ont violé des jeunes Anglais pendant des décennies entières sans intervention des pouvoirs publics. Ces derniers ont reconnu avoir parfois été informés, mais s’être tus par peur de l’accusation de racisme. Le 25 mai, Tommy Robinson était donc en train de filmer en direct sur Internet, devant le tribunal de la ville de Leeds.

En Angleterre, la loi interdit de parler d’un procès en cours. Cela a donc valu à l’activiste une peine de 13 mois de prison ferme, puisqu’il avait déjà été condamné avec sursis pour ce même « outrage au tribunal », en 2017.

Mais cette fois-ci, le juge a même interdit aux médias britanniques de parler de cette arrestation ou de la situation de Tommy Robinson, pour éviter de compromettre le procès des pédophiles présumés. Une décision jugée politique par ses soutiens puisque l’affaire est désormais connue de tous. A l’évocation des nombreuses menaces de mort émises contre Tommy Robinson et de la dangerosité d’un séjour en prison pour cette même raison, le juge avait tout simplement répondu : « et alors ? »

Des personnalités politiques avaient immédiatement pris la défense de sa liberté d’expression, en Europe comme aux Etats-Unis, dénonçant tour à tour un « état policier », un « viol de la liberté d’expression », une « folie » ou une « censure inacceptable ». Au dernier rassemblement organisé samedi dernier en soutien au militant, le député néerlandais Geert Wilders avait fait le déplacement pour réclamer la libération de Tommy Robinson aux autorités anglaises. Des messages de Louis Aliot et de l’Américain Steeve Bannon avaient même été lus sur scène.

Depuis le changement de prison, des parlementaires américains ont également écrit aux autorités britanniques, sans réponse jusqu’à maintenant. Ce jeudi, au parlement européen, c’est  la député britannique – anciennement proche de l’UKIP et désormais indépendante -Janice Atkinson  qui a tenté d’évoquer la situation de cet activiste, avant que son micro ne soit tout simplement coupé au moment où elle évoquait la forte présence musulmane dans la prison.

L’ancien directeur du site d’informations Breitbart Londres, Raheem Kassam, a confirmé, ce jeudi soir, que de sérieuses interventions diplomatiques étaient en cours auprès des autorités britanniques.

Valeuractuelles

En Allemagne, le député du parti populiste de droite Alternative für Deutschland (AfD), Petr Bystron, a même proposé l’asile politique au Britannique, le 28 mai. «J’appelle le gouvernement, le ministre des Affaires étrangères, l’Union européenne et toutes les organisations des droits de l’homme […] à réclamer la libération de Tommy Robinson et à lui accorder l’asile politique en Allemagne», a-t-il ainsi fait savoir sur son compte Twitter.

Une indignation qui a également franchi l’Atlantique, le fils du président américain Donald Trump tweetant le 27 mai son soutien aux demandes de libération de Tommy Robinson.

En France, des députés de Les Républicains (LR) et du Rassemblement national (RN) ont relayé l’information.

Mobilisation d’ampleur en Grande-Bretagne

Une pétition demandant à Theresa May la libération de Tommy Robinson a en outre recueilli plus de 600 000 signatures à ce jour. A Paris, plusieurs personnalités de la mouvance identitaire française, dont l’essayiste et théoricien du «grand remplacement» Renaud Camus, avaient appelé à manifester le 4 juin. Une centaine de protestataires ont alors répondu présent.

Pourquoi le traitement de Tommy Robinson par la justice britannique suscite-t-il tant d'émotion ?

Manifestation pour la libération de Tommy Robinson le 4 juin 2018 à Paris

A Londres, une importante manifestation a réuni plusieurs centaines de personnes le 9 juin. Ces dernières ont bloqué l’une des principales rues près de Trafalgar Square dans le coeur de la capitale, scandant «Libérez Tommy Robinson !» et lançant des fumigènes en direction de la police.

<

Le néerlandais Geert Wilders, connu pour ses prises de positions virulentes contre l’islam, y a participé et a tenu un discours devant les manifestants. Faisant référence à l’incarcération de Tommy Robinson, il a fustigé «une folie» et une «violation de la liberté d’expression» des critiques de l’islam.





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Tommy Robinson transféré dans une prison essentiellement peuplée de musulmans où sa vie sera menacée !

    1. alauda

      @Jg

      Londres a eu des manifs pro-sharia ouvertement anti-occidentales du temps de Sarkozy. Le multiculturalisme communautariste y est bien installé depuis des décennies.

      Qui suit qui ? C’est l’hôpital qui se moque de la charité.

      Dans l’article, on lit que « la loi [anglaise] interdit de parler d’un procès en cours ». C’est bien sympa de taper à bras raccourcis en permanence sur la France, mais chez moi, même quand un procès se fait à huis clos, on en parle dans les journaux et sur les réseaux sociaux.

      Envoyer cette personne dans une prison où il risque sa vie chaque nuit, ça vaut les 1000 coups de fouet auxquels le blogueur saoudien Raif Badawi a été condamné fin 2014 pour «insulte à l’Islam».

      L’Angleterre file un mauvais coton.

    2. Laurence

      Comment bâillonner les personnes qui se battent contre la barbarie
      En l occurrence la pédophilie pakistanaise
      Moeurs islamique

    3. franck

      ils utilisent la meme justice qu utilise les pays arabes ou totalitaires
      case depart prison ,censure, sucide de force
      l histoire est reglee

    4. kabyle

      la semaine passée jetait a Londres des affiches des femmes voilées et sur le ramadhan et allah partout , les panneaux d’affichage leur bus rouge ,j’ai vue même des tenues afghan , y a même des quartiers sous la charia carrément

    5. c.i.a.

      Que cette foule se tienne devant cette prison ou mieux qu`ils sorte ce gars de force et qu`ils marchent dans ces foutu quartiers musulman de merde!

      Kabyle: le maire de Londres est musulmans ceci explique cela, DÉCHÉANCE TOTALE!!!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *