toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israël et les forces sunnites à Quneitra luttent contre l’avancée des miliciens pro-Iran au Golan


Israël et les forces sunnites à Quneitra luttent contre l’avancée des miliciens pro-Iran au Golan

Treize groupes armés sunnites qui sont des composantes de l’ASL (Armée syrienne libre) forment une nouvelle cellule d’opérations dans la province de Quneitra en Syrie, sur le plateau du Golan. Ils luttent contre l’avancée des miliciens chiites aux ordres des iraniens. Pour Israel aussi, le front du Golan est ouvert contre le même ennemi,  ces groupes chiites soutenus par Téhéran.   

Cette nouvelle cellule sunnite d’opérations aurait pour nom « Soyouf al-Haq »- les sabres de la vérité-  et serait dirigé par un dénommé Abou Hassan Ghadir. Cette cellule d’opérations veut assurer la sécurité de la province de Quneitra sud-ouest de la Syrie et éviter l’infiltration des mercenaires chiites.

Quneitra est située dans une haute vallée du plateau du Golan à 1 010 m d’altitude. La cité est dominée à l’ouest par les hauteurs du Golan contrôlés par Israël et, en particulier, le mont Har Bental.

Plusieurs groupes sunnites opérant dans cette province frontalière, dont Ahrar al-Jolan, Badr al-islam, les brigades al-Ghadir et de Maaz bin Jabal, font partie de cette nouvelle cellule d’opérations anti-iranienne.

L’emplacement géographique de la province de Quneitra tombe bien pour les sunnites qui ne manqueront pas se défendre par divers moyens contre les terroristes chiites. Il y a quelques jours de cela, l’armée syrienne a tenté d’entrer dans cette zone sunnite

Les miliciens pro-Iran visent les forces sunnites et Israël en même temps 

Simultanément aux tirs de missiles des forces iraniennes contre les positions israéliennes dans le Golan israélien, l’armée syrienne a attaqué les positions des sunnites à Ophania dans la province frontalière de Quneitra.

Selon les sources sur le terrain, les forces sunnites ont réussi le 10 mai 2018 à repousser une attaque des groupes chiites  à la solde de l’Iran et l’armée syrienne qu’ils avaient préparée contre les positions rebelles syriens sunnites dans la province frontalière de Quneitra, simultanément aux tirs de missiles iraniens contre les cibles militaires israéliennes.

Plusieurs groupes sunnites sont actifs dans des villages et des cités de cette province. Leur approvisionnement en arme est assuré par des pays sunnites.

Le gouvernorat de Quneitra est l’un des quatorze gouvernorats de Syrie correspondant au plateau du Golan (libéré et annexé par Israël depuis 1981) et il a pour capitale officielle la ville du même nom. La province de Quneitra se situe  à la frontière avec Israel. Le chef-lieu de cette province, la ville de Quneitra, est à 70 km de la capitale syrienne, Damas.

La prise de Quneitra par les Israéliens eut lieu dans des circonstances chaotiques le 10 juin 1967, dernier jour de la guerre des Six Jours. À la suite du retrait israélien, de 1974, il est apparu qu’une majeure partie de la ville avait été dévastée. Elle est depuis située dans la zone démilitarisée séparant la Syrie du Golan toujours sous contrôle d’Israélien, à proximité immédiate de la frontière qui sépare de facto les deux pays.

Après l’indépendance de la Syrie et d’Israël, respectivement en 1946 et 1948, la ville prit une grande importance stratégique en raison de sa position clé sur la route liant les deux pays à 64 km de la frontière.

Ces derniers jours, la situation à la frontière entre la Syrie et Israël reste tendue.

Les forces iraniennes ont tiré, le 10 mai 2018, depuis le territoire syrien une vingtaine de missiles en direction du Golan israélien contre les positions israéliennes, a fait savoir le service de presse de l’armée israélienne. D’après les sources israéliennes, une vingtaine de missiles avaient été tirés en direction du plateau du Golan et le système antimissile Dôme de fer en a intercepté plusieurs.

Tsahal avait alors visé avec des obus d’artillerie la ville d’al-Ba’ath, située dans la région de Quneitra au sud de la Syrie.  Le correspondant de l’agence SANA précisait que les missiles ont ciblé aussi la localité de Madinat al-Baath, dans le gouvernorat de Quneitra (sud-ouest du pays). Plusieurs explosions ont secoué la capitale syrienne, et le bruit avait retenti à travers Damas

Israël a accusé les forces iraniennes en Syrie d’avoir attaqué le Golan qu’il a libéré depuis plus de 4 décennies. Les forces armées israéliennes  ont été mises en état d’alerte pour se préparer à une éventuelle attaque qui pourrait être lancée à partir du territoire de la Syrie.

À la suite de l’escalade des tensions aux frontières nord d’Israël, le ministère israélien de l’Éducation avaut annulé la semaine dernière les sorties scolaires prévues sur les hauteurs du Golan, à quelques dizaines de kilomètres de la capitale syrienne, Damas. L’armée israélienne a enjoint aux responsables de l’armée israélienne déployés sur les hauteurs du Golan en Syrie d’ouvrir des abris en cas d’attaque, justifiant cette décision par « les agissements inhabituels des troupes de l’armée syrienne et de leurs alliés pendant ces derniers jours ».

Mais après avoir examiné la situation aux frontières nord, le commandement militaire a estimé que la situation était revenue à la normale. Jérusalem soutient que des sorties scolaires et voyages touristiques ont actuellement lieu sur les hauteurs du Golan, mais plusieurs agences touristiques semblent bien avoir diminué leurs activités dans cette région. Le chef d’état-major israélien, le général Gadi Eizenkot, avait annulé son discours à la Conférence d’Herzliya, qui était prévu le 8 mai dernier, en raison de la situation sécuritaire jugée précaire.

L’armée syrienne veut  reprendre le contrôle de Quneitra pour menacer Israël 

Avec la fin de leurs opérations militaires dans la Ghouta orientale, l’armée syrienne a mobilisé ses troupes dans le sud de la Syrie, pour ce qui devrait être la prochaine offensive majeure contre les sunnites.

Les unités des 5e, 7e et 9e divisions de l’armée syrienne ont déjà été redéployées dans les provinces méridionales de Deraa et de Quneitra ; cependant plusieurs autres troupes devraient se rendre dans ces deux gouvernorats dans les prochains jours.

Selon une source militaire à Damas, la première cible de l’armée syrienne dans le sud du pays sera le gouvernorat de Quneitra.

L’armée contrôle déjà la partie septentrionale de Quneitra, mais les villes restantes au sud, y compris la capitale provinciale, restent sous contrôle  des groupes sunnites.

Pour reprendre aux forces sunnites le gouvernorat de Quneitra, l’armée syrienne pourrait se retrouver dans une situation difficile, puisqu’elle devra faire face aux tirs d’artillerie des forces de l’armée israélienne

En février dernier le journal Arutz Sheva s’est penché dans un article sur les ingérences israéliennes dans la crise syrienne dans le but de « maîtriser l’influence de l’Iran dans la région », soulignant que Tsahal avait recours, désormais, à un soutien sans merci et explicite aux groupes sunnites en Syrie.

En allusion au rapport du journal israélien Haaretz sur le soutien de l’armée israélienne, consistant à fournir fonds, armements et traitements médicaux, aux  rebelles sunnites armés dans le sud de la Syrie, y compris dans le Golan, à Quneitra et à Deraa, Arutz Sheva a écrit : « Sept groupes reçoivent directement des munitions, des armements , de l’argent et d’autres aides d’Israël. »

Elizabeth Tzurkov, chercheuse associée au Forum for Regional Thinking (FORTH) et titulaire d’une maîtrise en études sur le Moyen-Orient de l’université de Tel-Aviv, avait déjà dit, en février 2018, qu’Israël délivrait des armes et des munitions au groupe sunnite Firqat Ahrar Nawa près de Quneitra en Syrie à la fin 2017.

Un commandant de l’armée israélienne n’a pas écarté la possibilité qu’éclate une guerre  entre Israël et les groupes chiites soutenus par l’Iran.

« Nous assisterons probablement à une guerre majeure entre Israël et l’axe iranien cette année », avait déclaré le major général Nitzan Alon, commandant des opérations de l’armée israélienne, lors d’un entretien avec Galatz, la radio de l’armée israélienne  le 19 février dernier.  Il avait déclaré que la victoire de Bachar al-Assad en Syrie donnerait la possibilité aux groupes chiites  de se préparer à une guerre contre Israël.

La rare interview d’Alon avec la radio de l’armée israélienne Galatz est survenue un jour après que le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, eut émis un avertissement similaire lors de la conférence annuelle sur la sécurité de Munich, en Allemagne.

Israël apporte son soutien à 7 groupes sunnites sur les hauteurs du Golan contre l’Iran

Un article du quotidien israélien, Haaretz, avait révélé qu’Israël avait renforcé ses soutiens aux opposants qui luttent contre les iraniens  sur le front du Golan.

Israël avait en effet changé sa politique concernant la protection d  Golan, en renforçant son soutien aux forces  sunnites  qui sont en guerre contre le gouvernement syrien, et ce, suite aux progrès  des forces armées syriennes et des miliciens de Téhéran , ainsi que la diminution de la présence américaine en Syrie.

Les avancées de l’armée syrienne et des groupes chiites menacent considérablement l’équilibre démographique dans les zones proches des frontières israéliennes. Les mercenaires ont progressé rapidement dans les zones contrôlées par les sunnites dans la Ghouta orientale de Damas et dans le nord de la province d’Idlib. Au fur et à mesure de leur avancée, ils renforcent leur position dans le sud de la Syrie à proximité du Golan israélien. Ce qui inquiète Israël au plus haut point.

En ce qui concerne les détails de l’accord conclu entre les États-Unis, la Russie et la Jordanie sur la création de zones de désescalade dans le sud de la Syrie, Israël souhaite que ces forces soient déployées à 60 km de la frontière au-delà de la route Deraa-Damas, mais cet accord stipule que les forces armées syriennes doivent être déployées à 5 km du champ de bataille entre le gouvernement et les rebelles sunnites.

« Les autorités israéliennes ont estimé que tôt ou tard, l’armée syrienne épaulée par les combattants chiites reprendrait le contrôle des zones proches de la frontière israélienne », a poursuivi Haaretz.

Elizabeth Sourkov, analyste politique américaine, a passé un certain temps parmi les  forces sunnites syriennes et a fait part dans un rapport détaillé  aux succès enregistrés par les extrémistes chiites soutenus par l’Iran.

« Des dizaines de sunnites ont déjà fait part du soutien d’Israël. De plus, 7 groupes  basés dans le Golan  sont directement soutenus par Israël. Ils reçoivent essentiellement des armes pour continuer à  défendre la région et maintenir loin les éléments chiites », a précisé Haaretz.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Israël et les forces sunnites à Quneitra luttent contre l’avancée des miliciens pro-Iran au Golan

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *