toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Islam politique à l’UNEF: le hijab de Maryam Pougetoux est un symbole politique. Elle ne porte pas « un » hijab, elle porte « le » hijab


Islam politique à l’UNEF: le hijab de Maryam Pougetoux est un symbole politique. Elle ne porte pas « un » hijab, elle porte « le » hijab

Qu’elle le veuille ou non, la décision de la déléguée de l’UNEF, Maryam Pougetoux, de porter le voile dans l’exercice de ses fonctions n’est pas un acte anodin.


Le port du hijab, ou plutôt d’un hijab, par la jeune Maryam Pougetoux, déléguée de l’UNEF, a entraîné moult réactions stupides et pétries de mauvaise foi, mais aussi, et c’est heureux, quelques interventions de grande qualité – quoi que sur certains points imprécises.

Comme à l’accoutumée, Laurent Bouvet d’une part et d’autre part Raphaël Enthoven, accompagné de Marylin Maeso, se sont montrés pertinents, mesurés, intellectuellement honnêtes et respectueux des règles d’une discussion civilisée malgré leurs désaccords. Ce qui est bien la marque d’une véritable disputatio philosophique, ou plus simplement d’un sain débat démocratique.

Laurent Bouvet a raison

Ouvrant le bal, Laurent Bouvet a souligné l’étrange « convergence des luttes » que représente de prime abord une déléguée de l’UNEF voilée. On lui a fait maints reproches infondés, quand il ne s’agissait pas d’attaques indignes, voire d’odieuses tentatives d’intimidation. Avec dignité, il a tenu bon et explicité son analyse.

Raphaël Enthoven et Marilyn Maeso ont alors, eux aussi, pu préciser certaines de leurs critiques. En particulier, tous deux mettent en avant le fait que le port du hijab ne s’accompagne pas nécessairement d’un soutien idéologique à l’islam politique, ce en quoi ils ont raison. C’est pourquoi j’ai commencé cet article en distinguant le port du hijab, ce qui sous-entendrait que ce vêtement aurait une signification unique, et le port d’un hijab, plus neutre quant aux interprétations à en donner. Cette nuance n’est pas que sémantique.

Et pourtant. Sur l’essentiel, c’est bien Laurent Bouvet qui a raison.

L’argument de Raphaël Enthoven et Marylin Maeso serait parfaitement valable, et je le soutiendrais sans réserve, s’il s’appliquait à une musulmane anonyme, vivant sa foi en dehors du champ politique. Il est d’ailleurs tragique que les femmes qui choisissent de porter un hijab pour des raisons parfaitement honorables se voient confisquer ce symbole par les islamistes. Ce n’est justement plus un hijab, c’est le hijab. C’est regrettable, mais c’est ainsi !

Complicité voilée

Et Maryam Pougetoux ne peut pas ignorer que le hijab a désormais une signification politique, même si cette signification ne correspond pas forcément aux convictions de toutes les femmes qui le portent. Déléguée de l’UNEF, ayant choisi d’exercer des fonctions politiques et publiques, elle ne peut pas faire abstraction de cette signification. Ce n’est peut-être pas le sens qu’elle-même donne à ce symbole, c’est néanmoins celui qu’il a pour la plupart des gens, y compris des musulmans de sa génération – il suffit de lire les argumentaires qu’ils développent pour ou contre le port du voile pour s’en convaincre.

Sachant tout cela, le choix de Maryam Pougetoux d’arborer un hijab dans le cadre de son mandat n’est pas neutre, et ne relève pas uniquement de sa foi et de son for intérieur. Parce qu’elle exerce le mandat qui est le sien, ce qu’elle porte n’est pas un hijab, mais lehijab. Il est certes impossible de lire dans ses pensées, mais il n’est pas interdit de lui rappeler ses responsabilités politiques !

En l’espèce, même si elle ne le veut peut-être pas, elle apporte son aide aux islamistes, au minimum en offrant visibilité et crédibilité à l’un de leurs principaux étendards, et en incitant à croire que ce qu’il représente en général serait compatible avec les valeurs de la République – ce qui n’est absolument pas le cas.

Porter un œillet rouge à la boutonnière n’a pas forcément de signification politique. Porter un œillet rouge à la boutonnière au Portugal en 1974, en revanche… Et pourtant, il y avait probablement des partisans de Salazar qui arboraient parfois cette décoration !

L’islamophobie, un concept simpliste

Par ailleurs, Raphaël Enthoven souligne à très juste titre que l’islamophobie n’est absolument pas un racisme, son argumentaire est d’une clarté bienvenue et les exemples qu’il donne pour l’illustrer sont excellents.

En revanche, il se trompe en employant indifféremment « islamophobie » et « détestation de l’islam ».

L’islamophobie est, étymologiquement, la peur de l’islam. Dans ce sens, et dans ce sens seulement, on peut éventuellement dire que Laurent Bouvet serait « islamophobe », dans la mesure où il considère que l’islam représente un danger – encore faut-il préciser que ce n’est pas « l’islam » qu’il analyse comme dangereux, mais certains courants au sein de l’islam, ce qui suffit pour voir dans le qualificatif  d’  « islamophobe » une simplification abusive de ses positions.

De plus, rien dans ce que j’ai pu lire ou entendre venant de Laurent Bouvet ne me semble accréditer la thèse selon laquelle il « détesterait » l’islam. Identifier que quelque chose est dangereux ne signifie pas nécessairement le détester. Je sais que les tigres mangeurs d’hommes sont dangereux, mais je ne les déteste pas, et je considère même que leur disparition serait dramatique – même si j’accorde la priorité à la sécurité de leurs proies plutôt qu’à la leur, je ne désespère pas qu’il soit possible de concilier les deux.

Autant que faire se peut, soyons précis jusqu’au bout.

Macron a-t-il une opinion ?

Et puisqu’il s’agit de précision, je ne peux que déplorer que Valérie Toranian, dans un article par ailleurs remarquable sur ce sujet, compte Rokhaya Diallo au nombre des « militants antiracistes ». C’est en effet ainsi qu’elle aime se présenter, mais ce n’est que l’usurpation d’un noble titre, et le détournement d’une noble cause. Tout comme Danièle Obono et Houria Bouteldja, Rokhaya Diallo cherche à promouvoir un racialisme qui, par son rejet de l’universalité de la condition humaine et sa pratique des assignations identitaires, sans compter sa hiérarchie des races faisant des « Blancs » les coupables ontologiques de tous les malheurs du monde, est un véritable racisme.

Au final, outre la confirmation de la valeur des uns (même si leurs avis divergent) et de la mauvaise foi des autres, cette polémique aura eu le mérite de mettre en évidence le flou de notre gouvernement sur la laïcité et l’islam politique. Or, sur des sujets aussi importants, un tel flou est au mieux une marque d’irresponsabilité et d’incompétence, au pire une trahison.

Marlène Schiappa a eu les propos qui convenaient. Aurélien Taché, en revanche, ne voit pas le problème. Si Emmanuel Macron était sincère lorsqu’il disait, le 15 avril : « Ce voile n’est pas conforme à la civilité qu’il y a dans notre pays. C’est-à-dire au rapport qu’il y a entre les hommes et les femmes dans notre pays », qu’attend-il pour recadrer le « monsieur laïcité » de son propre parti ?

A moins bien sûr qu’il n’ait pas été sincère…

Causeur





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Islam politique à l’UNEF: le hijab de Maryam Pougetoux est un symbole politique. Elle ne porte pas « un » hijab, elle porte « le » hijab

    1. Pinhas

      Cette personne et toutes celles qui comme elle se drapent de cette tenue islamique sont des portes drapeau .
      Le reste n’est que palabre .
      Ne serait-ce qu’en mémoire et pour le respect des Français assassinés au nom de l’islam ,ces tenues doivent être interdites.
      Si demain un type décide de se balader en tenue SS que dirions nous ?

    2. Pinhas

      La France est devenue une fille facile prête à coucher même avec l’ennemi .

      La tonte a commencé mais le coiffeur se nomme islam .

    3. Pinhas

      Petite pensée pour  » La France Insoumise et meltorchon  »

      Lorsque l’on choisi un tel nom pour son parti politique on se doit de l’être ; insoumis .
      Pourtant parmi tous les Français soumis , vous détenez la palme hallal .
      Vous les pousse aux crimes amis des islamistes , vous les antisémites notoires .

      VOUS LES SOUMIS .

      C’est grâce à votre aide , que l’islam s’est développée de façon fulgurante .

      Vous les gauchistes , les communistes dégénérés , vous les frustrés .

      Oui , nous en sommes la , alors que nous aurions pu vivre sereinement .

      A cause de vous les SOUMIS , des familles sont égorgées ,écrasées par des véhicules , déchiquetées par des bombes .

      Des vies anéanties à cause de votre lâcheté et celle d’un gouvernement laxiste et aussi que que vous autres .

      Non , vous n’avez absolument rien d’insoumis sauf contre votre propre peuple .

      Ce peuple qui vous hurle  » SOUMIS A L’ISLAM , BARREZ VOUS AVEC CEUX QUI TUENT LA FRANCE .  »

    4. Pinhas

      Un petit clin d’œil pour notre ami Armand .

      Un terroriste muzz , un muzz quoi , rentre dans une boutique de confection et hurle  » halla wakbar  »

      Le patron lui répond  » C’est pas grâve , ici on a toutes les tailles  »

    5. Magie

      Il y a deux hypothèses :
      – Soit cette femme porte ce vêtement par pure conviction personnelle et sans arrière-pensée prosélyte, mais a minima il faudrait lui rappeler qu’en France, il est de coutume de rester discret sur ses appartenances religieuses. Il est possible qu’elle soit instrumentalisée par ceux qui sont bien contents de mettre en avant une fille avec un nom de famille bien français, histoire de dire « voyez, l’islam est une religion de France ». C’est la technique du CCIF.

      – Soit cette femme porte ce vêtement avec clairement la volonté de le banaliser. De part sa fonction elle sait qu’elle sera exposée, que le sujet sera amené débattu dans le cadre plus large du pb que pose sa religion : d’un côté il y aura des réactions indignées qui serviront aux islamistes déjà paranos pour alimenter leur délire de persécution, de l’autre des gens de la gauche bien-pensante bien entendu pour la défendre au nom des droits de l’homme, de la lutte contre l’islamophobie, elle, la pauvre petite femme ostracisée par les méchants islamophobes.
      Dans tous les cas, l’islamisme gagne et stratégiquement c’est très bien vu. L’islam progresse dans son exposition au public et demain nous aurons peut-être une petite convertie en hijab pour présenter le 20h… comme dans un sketch des Inconnus d’il y a 20 ans qui était, à l’époque, volontairement caricatural en prétendant dénoncer les fantasmes de Français obnubilés par la présence musulmane croissante. Sauf que plusieurs centaines de victimes par des terroristes islamistes plus tard, plusieurs milliers de mosquées plus tard et plusieurs centaines de milliers de voiles apparus comme par enchantement plus tard… ce sketch au second degré évident portait peut-être en lui une vérité au premier degré que leurs auteurs n’imaginaient pas.

    6. LeClairvoyant

      Tandis que les juges font le procès à un patriote qui montre un drapeau français, les femmes musulmanes portent la burqa, le burqini et les hommes des tenues « drapeau » , d’une religion qui combat toutes les autres et la démocratie et la laïcité dans le monde?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *