toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Tentative d’attentat le 30 septembre : un dispositif si puissant qu’il aurait pu détruire l’immeuble


Tentative d’attentat le 30 septembre : un dispositif si puissant qu’il aurait pu détruire l’immeuble

Le 30 septembre, quatre bonbonnes de gaz, 90 litres d’essence et un dispositif de mise à feu sont découverts dans un immeuble du 16e arrondissement à Paris. Un dispositif si puissant qu’il aurait pu détruire « intégralement » le bâtiment…

Dans la rue de Chanez, au cœur du très chic 16e arrondissement parisien, la vie a repris comme si de rien n’était. Avec l’arrivée des beaux jours, les terrasses ont retrouvé leur affluence estivale, les gosses glissent à toute allure sur leurs trottinettes et ça papote sec devant le Club Med Gym. Pourtant, personne ici n’a oublié la nuit du 30 septembre 2017. Et ce petit matin où ils ont aperçu, en tirant les rideaux, des dizaines d’agents de police à pied d’œuvre devant le n°31, là même où une bombe artisanale a été découverte en pleine nuit. « Il paraît qu’on l’a vraiment échappé belle », lâche Mireille, « qui-ne-dira-pas-son-âge-parce-que-ce-sont-des-choses-qui-ne-se-disent-pas », appuyée sur son caddie de courses. Au regard des investigations, elle n’a pas tort, l’échec de cet attentat tient presque du miracle.

Que serait aujourd’hui la rue de Chanez si cette nuit-là, Yann C., locataire d’un deux-pièces au rez-de-chaussée, n’avait pas veillé jusqu’à quatre heures du matin passé, absorbé par sa série ? Si au moment de se coucher, il n’avait pas été incommodé par une forte odeur d’essence ? Si des chuchotements et un étrange sifflement ne l’avaient pas interpellé au point de se relever ? Dans le hall, il aperçoit quatre bonbonnes de gaz de 13 litres chacune entourées de seaux d’essence dont une partie a été déversée directement sur le sol. Les tapis en sont imbibés. Le locataire appelle la police puis ferme les bonbonnes, en déplace deux à l’extérieur. « Son courage et son sang-froid sont remarquables », souffle son avocat, Me Pascal Garbarini.

Un dispositif si puissant qu’il aurait pu détruire l’immeuble

En déplaçant les bonbonnes, le trentenaire remarque un dispositif de mise à feu à distance : un téléphone portable relié à un générateur. La réalisation est artisanale mais redoutable. Au moment de son activation par un appel, le module doit créer un arc électrique destiné à enflammer les vapeurs d’essence et de gaz. Le téléphone a bien reçu trois appels cette nuit-là mais l’explosion n’a pas eu lieu. Dans leur rapport, les experts ont noté que les deux fils conducteurs ont probablement légèrement bougé, empêchant ainsi la création d’une étincelle.

Autre explication avancée : le contact avec l’essence a pu créer un court-circuit. Sans cela, la déflagration aurait été telle que l’immeuble « aurait été intégralement détruit ». Aux yeux de la police technique et scientifique, le dispositif n’a pu être mis en place que « par des personnes ayant des connaissances en électronique » ou « disposant d’un schéma et d’instruction ».

Un homme sur écoute

Sur des sacs ayant servi au transport des bonbonnes, des seaux et des jerricans, deux ADN sont rapidement isolés, ceux de deux cousins trentenaires, Aymen et Sami Balbali. Les indices s’accumulent à leur encontre. La puce qui a servi à activer le téléphone « détonateur » est retrouvée dans le téléphone du premier. Il vient également d’acheter en moins de 17 heures quelque 130 litres d’essence en utilisant la carte Total de son cousin.

Aymen Balbali est loin d’être un inconnu des services de renseignement. Le 15 septembre 2017 – quinze jours avant la tentative d’attentat – la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a signalé à la préfecture de l’Essonne que l’homme chercherait à se procurer des « armes de gros calibre ». Il est déjà inscrit au FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste) depuis juillet 2016, soupçonné de faire du prosélytisme pro-Daesh. Depuis sa radicalisation, qui remonte à deux ans selon ses proches, ses sœurs le surnomment d’ailleurs « Daesh ». Dès le signalement de la DGSI, l’homme est placé sur écoute.

« Ne me dis pas qu’on va le retarder jusqu’à demain »

Les transcriptions ont été déclassifiées et versées au dossier. Car, a posteriori, au milieu des conversations anodines – Aymen Balbali veut acheter une « bonne petite voiture », ouvrir une pizzeria avec des « produits de qualité », a passé la journée à Disneyland 72 heures avant la tentative d’attentat – certains échanges intriguent. Comme lorsqu’il demande, le 28 septembre, à son cousin d’acheter un « petit téléphone » qui n’a jamais été « utilisé ». Ce dernier hésite, il est une heure du matin. « Ne me dis pas qu’on va le retarder jusqu’à demain », s’emporte-t-il. Quelques instants plus tard, Aymen Balbali insiste : « on le termine et c’est bon, demain, ça y est, piuff ! »

Un troisième homme, Amine Abbari, 31 ans, est interpellé peu après les cousins Balbali, mis en examen, comme eux, pour « tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste » et écroué. Ses empreintes n’ont pas été relevées rue de Chanez mais des proches d’Aymen Balbali assurent qu’il est passé le chercher vers quatre heures du matin. Le trentenaire, fiché S en raison de ses liens avec la cellule Forsane Alizza, est considéré comme un de ses plus proches amis. Les deux hommes se connaissent depuis une vingtaine d’années, perdus de vue, ils se sont retrouvés il y a deux ans environ. Aux yeux de la famille Balbali, c’est à son contact qu’Aymen s’est radicalisé.

« Je pense qu’il a fait une association entre argent = juifs = 16e arrondissement »

Les avancées de l’enquête n’ont cependant pas encore permis de résoudre une question centrale. Pourquoi cet immeuble ? Aucune personnalité n’y réside. La piste d’un homonyme, sans avoir été refermée, n’a pas été concluante. « C’est la grande inconnue de ce dossier », reconnaît une source proche de l’enquête. D’autant que l’analyse de la géolocalisation des téléphones laisse supposer que les deux cousins ont effectué des repérages dans la zone quatre jours avant les faits. Surtout, fait inhabituel pour eux, ils ont pris le soin d’éteindre leurs portables.

Les djihadistes ont-ils choisi la rue de Chanez pour semer la terreur dans un quartier réputé paisible ? Peut-être ce choix a-t-il été dicté par des préjugés associés à l’argent ? C’est en tout cas l’hypothèse d’un proche d’Aymen Balbali. Au sein de son cercle familial et amical, ils sont plusieurs à le décrire comme « ouvertement antisémite ». « Lorsque j’ai vu ce qui s’est passé dans le 16e, je me suis dit que pour lui cela devait sûrement avoir une relation avec les juifs. Je pense qu’il a fait une association entre argent = juifs = 16e arrondissement », confie l’un d’eux aux enquêteurs, sans que cette hypothèse n’ait pu être vérifiée.

« Brûler une mosquée homosexuelle »

Les interrogatoires des trois suspects n’ont pas permis de lever ce mystère, tous minimisent leur implication, livrent parfois des explications pour le moins farfelues. Aymen Balbali a reconnu avoir « participé » en fournissant l’essence et en prêtant son téléphone à un homme dont il refuse obstinément de livrer l’identité. Mais il assure n’avoir jamais eu connaissance du projet de ce mystérieux commanditaire. « A la base, je pensais qu’ils allaient brûler une mosquée homosexuelle à Paris […]. C’est pour ça que quand il m’a dit ça, j’ai dit « vas-y ». Il avait prévu de le faire le soir quand il n’y avait plus personne », explique-t-il au juge pour sa défense.

Son cousin Sami nie également sa participation, reconnaissant seulement avoir donné un coup de main à Aymen pour ce qu’il pensait être un cambriolage. « Je savais qu’il allait faire un truc, mais je ne savais pas quoi exactement », explique-t-il au magistrat instructeur.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Tentative d’attentat le 30 septembre : un dispositif si puissant qu’il aurait pu détruire l’immeuble

    1. durand

      Ils peuvent continuer, ils ne risquent rien ils ont tant souffert de l’islamophobie.
      La république en marche les aidera à devenir célèbres dans les territoires perdus ou au sein de la formation politique makroniène!
      l’antisémitisme islamique est une invention « l’islam si pas ça »

    2. Pinhas

      On évoquera une enfance difficile sans pouvoir manger de saucisson , de jambon et autre bonne charcuterie .

      De plus , être obligé de manger de la merde hallal pour ne pas passer pour un Français , c’est horrible .
      Le pire truc qui a déclenché le déclic dans sa pauvre tête de dingue enfin de muzz , c’est pareil , c’est lorsqu’il fait ses courses chez LIDL et qu’il a aperçu de fruits provenant d’Israël .
      Alors oui , il y a de quoi devenir fou et vouloir tout faire péter .
      Pauvres larves obligés de vivre en France ce pays de mécréants .

      Mais au fait pourquoi obligé !! , rien ne les oblige à rester et plutôt que de gaspiller leur fric en bonbonnes de gaz et autres couscoussières à explosion ils feraient mieux de se payer un billet allez simple pour le bled .

      Il parait que de nos jours il y a des vols bon marchés ..

      ALLEZ COURAGE LES MUZZ PARTEZ VITE ET CESSEZ DE SOUFFRIR EN FRANCE PUISQUE VOUS NE L’AIMEZ PAS .

      OUST !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *