toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Pourquoi les palestiniens ont besoin d’une victoire israelienne (Daniel Pipes)


Pourquoi les palestiniens ont besoin d’une victoire israelienne (Daniel Pipes)

Le moment est venu de réfléchir à nouveau afin de se débarrasser du vieux conflit israélo-palestinien.

Plus le temps passe, plus les Arabes sont concentrés sur d’autres questions – l’accumulation d’armes nucléaires iraniennes, les guerres civiles en Libye, au Yémen, en Syrie et en Irak, la Turquie en fuite, la poussée islamiste et la sécheresse de l’  eau. Les passions antisionistes ont perdu beaucoup de leur saveur. Un   Israël prospère et fort a perdu l’espoir d’un «processus de paix» qui traine depuis des décennies. Le cow-boy à la Maison Blanche aime rompre avec les précédents. Et le virage de la gauche mondiale vers l’antisémitisme, illustré par Jeremy Corbyn du Parti travailliste britannique, ajoute d’autres raisons d’agir urgemment; car quand il finira par détenir le pouvoir, les implications pour Israël seront désastreuses.

La sagesse conventionnelle soutient que le conflit arabo-israélien ne prendra fin que lorsque les griefs des Palestiniens seront suffisamment satisfaits pour qu’ils acceptent l’Etat juif d’Israël. Ce paradigme a pratiquement disparu depuis les Accords d’Oslo de septembre 1993; Pourtant, cette période de 25 ans a également montré clairement que les Palestiniens en nombre écrasant (j’estime que  80% d’entre eux se  fondent sur des études et des sondages remontant à un siècle) ne cherchent pas à coexister pacifiquement avec Israël mais à éliminer brutalement l’entité sioniste.  » Avec de telles attitudes, il n’est pas surprenant que chaque cycle de négociations très médiatisées ait finalement échoué.

Je proposerai une approche totalement différente pour résoudre le conflit, un retour à la stratégie de dissuasion et de victoire associée au grand stratège du sionisme,  Vladimir Jabotinsky  (1880-1940): Israël devrait viser à ne pas plaire à ses ennemis mais à les vaincre. Contre toute attente, je montrerai pourquoi les Palestiniens ont précisément besoin d’une telle Victoire d’Israël pour se débarrasser de leur oppression, de leur extrémisme et de leur violence, et pour devenir un peuple prospère.


Pour comprendre la situation actuelle, il faut remonter aux lendemains de la Première Guerre mondiale et à l’émergence de Hajj Amin al-Husseini, le premier dirigeant palestinien moderne. Il a initié une politique de rejet, le refus absolu d’accepter n’importe quel aspect de la présence juive dans ce qui était alors le mandat britannique de la Palestine. Un siècle plus tard, ce rejet reste la pensée dominante de la vie palestinienne. Les différences politiques tendent à être tactiques: il vaut mieux éliminer Israël en négociant avec les Israéliens et en tirer des avantages, ou s’en tenir à la consistance du rejet pur et simple? L’Autorité Palestinienne (AP) déploie la première tactique, le Hamas le second.

Sur une période de 75 ans, de 1918 à 1993, la communauté juive dans ce qui est aujourd’hui Israël réagit au rejet par la dissuasion, la politique consistant à dissuader ses ennemis de l’agression en menaçant de représailles douloureuses. Malgré son application imparfaite, la dissuasion a aidé Israël à évoluer de la proie future de 1948 à la puissance militaire de 1993. Oui, même si Israël est devenu un pays démocratique, innovateur, prospère et puissant, les bases sont restées en place. Les idéologies, les tactiques, les stratégies et le personnel changeaient, les guerres et les traités allaient et venaient, rien n’y faisait: les palestiniens rejetaient toutes propositions.

En 1993, frustrés par la nature passive de la dissuasion, les citoyens impatients d’Israël optèrent pour une résolution immédiate avec les Palestiniens. Dans les Accords d’Oslo, chacun des deux partis a promis à l’autre ce qu’il souhaitait le plus: la reconnaissance et la sécurité des Israéliens, la dignité et l’autonomie des Palestiniens.

Dans leur hâte de mettre fin au conflit, cependant, les Israéliens ont fait trois erreurs profondes ce matin d’été sur la pelouse de la Maison Blanche: (1) Accorder Yasser Arafat, dirigeant d’une organisation non officielle, dictatoriale et meurtrière la parité diplomatique avec Yitzhak Rabin, Premier ministre d’un Etat démocratique et souverain. (2) Croyant Arafat quand il prétendait reconnaître Israël, alors qu’en fait il (et ses successeurs) cherchait toujours l’élimination d’Israël, maintenant renforcée par son contrôle de deux territoires contigus, la Cisjordanie et Gaza. (3) Faire des concessions dans l’illusion que les guerres se concluent par la bonne volonté, alors que les concessions avaient en réalité l’effet contraire de souligner la faiblesse d’Israel et ainsi d’amplifier l’hostilité palestinienne. Ces erreurs, ont transformé un soi-disant «processus de paix» en un «processus de guerre» contre-productif.


Pas une bonne idée: Netanyahu (à g.) Et Abbas à Jérusalem, le 15 septembre 2010.

 


Comment échapper à cette impasse vieille de 25 ans? 

L’étude de l’histoire montre que les guerres ne se terminent généralement non pas par des négociations mais par la défaite et la victoire. Selon l’historien militaire  Victor Hanson , «Les conflits à travers l’histoire deviennent des séries quand un ennemi n’est pas complètement vaincu et n’est pas forcé de se soumettre aux conditions politiques du vainqueur. La défaite signifie abandonner les ambitions de guerre. La victoire signifie réussir à imposer sa volonté à l’ennemi.

C’est une vérité simple et universelle que les Palestiniens comprennent bien. En juillet 2017, le Fatah a déclaré que la «campagne pour Jérusalem a effectivement commencé et ne s’arrêtera pas jusqu’à la victoire palestinienne et la libération des lieux saints de l’occupation israélienne». Ils ne sont pas seuls; Les penseurs et les guerriers de toutes les époques s’accordent sur la  victoire  comme but de la guerre. Par exemple, l’ancien stratège chinois  Sun Tzu a  écrit: «Que ton grand objet soit la victoire». Le général américain  Douglas MacArthur a  déclaré qu ‘ »il est fatal d’entrer dans une guerre sans la volonté de la gagner ». La victoire est un objectif humain intuitif que seuls les modernes trop sophistiqués pourraient perdre de vue.


Général Douglas MacArthur à Manille, Philippines, en 1945.

Par conséquent, pour gagner l’acceptation des Palestiniens, Israël doit revenir à son ancienne politique de dissuasion, à punir sévèrement les Palestiniens lorsqu’ils agressent. Un exemple: Lorsque trois membres d’une meme famille ont été assassinés en juillet 2017 alors qu’ils étaient  assis à Sabbath dans la ville israélienne de Halamish en Judée Samarie, la réponse israélienne aurait dû être de construire de nouveaux bâtiments à Halamish et d’étendre ses limites.

Actuellement les gouvernements israéliens poursuivent des politiques cohérentes pour briser le rejet palestiniens et encourager l’acceptation d’Israël. Cela implique à tenter de mettre fin à la diabolisation des Juifs et d’Israël, reconnaître les liens juifs historiques  à Jérusalem, «normaliser» les relations avec les Israéliens, fermer les usines de suicide et fermer  toute la machinerie de la haine.

Le chemin le plus rapide est d’obliger les Palestiniens à subir le creuset amer de la défaite, avec ses privations, ses destructions et son désespoir. Malheureusement, il n’y a pas de raccourci. 

Si la défaite palestinienne est bonne pour Israël, elle sera même mieux pour les Palestiniens, qui seront finalement libérés de leurs ambitions génocidaires infâmes, de leur rhétorique révolutionnaire et de leurs fantasmes meurtriers. Une personne éduquée et qualifiée peut alors améliorer sa vie en construisant sa politique, son économie, sa société et sa culture. Pensez-y comme une version miniature de l’Allemagne d’après 1945. Et si la diplomatie est maintenant prématurée, des questions telles que Jérusalem, les frontières et les ressources peuvent être discutées de manière fructueuse après une défaite palestinienne. La solution à deux États, une absurdité à l’heure actuelle (cela signifie demander à Israël de renforcer son ennemi mortel) aura du sens après une défaite palestinienne.

Les puissances occidentales devraient soutenir un Israël agissant dans les limites légales, morales et pratiques pour prendre les mesures nécessaires d’une victoire définitive. Ils devraient déplacer leurs ambassades d’Israël à Jérusalem, rejeter la revendication palestinienne de Jérusalem comme capitale, soutenir les Forces de défense israéliennes quand elles punissent la sauvagerie, et se joindre à l’ambassadeur américain à l’ONU  Nikki Haley  pour dénoncer la farce des «réfugiés de Palestine» les enfants nés aujourd’hui sont considérés comme des réfugiés.

Il y a environ un an, l’organisation que j’ai dirigée, le Forum du Moyen-Orient, a non seulement promu l’idée de la victoire israélienne, mais organisé des caucus de la victoire israélienne au Parlement israélien (26 membres de 7 partis politiques). un groupe bipartisan de 33 membres). Dans les deux organes, les membres du caucus conviennent que les négociations israélo-palestiniennes sont prématurées jusqu’à ce que les Palestiniens acceptent l’existence permanente de l’État juif; et que la victoire d’Israël est la meilleure voie à suivre. Notre objectif est que les dirigeants occidentaux exhortent Israël à rechercher la victoire.

Même les opposants à cette idée reconnaissent son impact. Le commentateur palestinien  Daoud Kuttab a  écrit que Trump « semble répéter mot pour mot la stratégie israéliennes et pro-israéliennes des gens comme Daniel Pipes ». le Le  journal Guardian , entre autres, a suggéré que Donald Trump a déplacé l’ambassade américaine à Jérusalem sous l’influence de l’Israel Victory Project.

La victoire est proche.

Source: Daniel Pipes





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 12 thoughts on “Pourquoi les palestiniens ont besoin d’une victoire israelienne (Daniel Pipes)

    1. Edmond richter

      Cher Monsieur Pipes, vous avez absolument raison! Ce qu’il faudrait maintenant c’est une liste d’actions concrètes afin de montrer qu’Israel a gagné la guerre et de convaincre les „palestiniens“ qu’ils ont perdu. Les mots ne suffiront pas,il faudra des actes! Par exemple: 1) à chaque parole haineuse ou incitation à la haine des radios ou télévisions „palestiniennes“, supprimer ou brouiller leurs fréquences 2) Supprimer totalement la livraison de ciment à Gaza car le Hamas l’utilise pour faire des tunnels d’attaque contre Israel 3) A chaque attentat, non seulement démolir entièrement la maison du terroriste mais aussi expulser sa famille, annexer du terrain et construire un nouveau village juif. 4) Envoyer tanks et voitures blindées pour détruire statues, stèles, plaques commémoratives, noms de rues et de squares honorant des terroristes 5) Asperger par hélicoptère ou canadair les manifestants de la „marche du retour“ avec du purin et détruire le village de toile 6) Après les fêtes commémoratives de l’indépendance d’Israel, preparer 10.000 soldats, gardes-frontières et policiers anti-émeutes, réinstaller les portiques sur le Mont du Temple et réprimer radicalement toute manifestation des „palestiniens“.
      Je sais bien que le gouvernement Israélien est trop timoré pour faire cela mais avec votre nom , votre influence et celle d’Israel Victory Project et le soutienet le soutien de Mordechai Kedar (http://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/21885) et Martin Sherman (https://www.israelrising.com/gaza-collapse-land-peace-concept/)
      vous pourrez faire avancer notre cause. On peut imaginer bien d’autres exemples que les 6 que j’ai décrit ici. Pourquoi ne pas lancer un concours d’idées?

    2. andre

      Israel doit aussi regagner le respect qu’elle inspirait il n’y a pas si longtemps a l’ensemble du monde. Il y a aujourd’hui bien d’autres atouts (reussite ecomomique, avancees scientifiques, medicales et technologiques) qui pourraient faciliter cette tache. Une poltique militaire allant dans le sens indique par Daniel Pipes irait nettement dans cette direction.

      Bien entendu, cela ne plairait ni a l’AFP (ou AP, ou Reuters) ni a Mme Mogherini. Mais ces non-entites, de toute facon, traineront Israel dans la boue, et il en va de meme de l’ONU. A contrario, l’Arabie Saoudite et la majorite des pays du Golfe se rejouiraient d’une telle attitude, et la normalisation avec ces pays pourrait s’accelerer. Le choix n’est-il pas clair ?

    3. Pilou

      Il faut cesser de les identifier comme « palestinien » qui leur sert à faire perdurer le conflit.

      Et admettre qu’historiquement le terme « palestinien » pour désigner le squatter arabe, est une invention identitaire de Yasser Arafat ( Abou Ammar ).

    4. José Pahat

      Analyse originale et convaincante à un détail près : c’est que le pays des juifs est devenu un pays chrétien; entre autres méfaits, la présence de deux salopards sur le sol israélien. Le maire de Dublin, le fumier de Pascal Boniment sont là pour en témoigner. Nous assistons impuissants à la transformation, EN TEMPS RÉEL, de l’éthique juive en éthique de la joue tendue. Certes, il faut bien lâcher du lest si l’on veut maintenir un rapport de forces favorable face au hamas mais, outre le fait que cette tactique ne marche pas du tout ( la réprobation mesurée ou pas est mondiale), le gvt israélien donne un blanc-seing à ses pires adversaires en leur permettant de franchir les frontières du pays et de narguer ses habitants Quelle humiliation !!!!
      Espérons que le pays tout entier ( gvt et peuple) retrouve cette volonté farouche de ne rien céder face à des muzz qui n’acceptent pas des juifs qu’ils sortent de l’état de dhimmitude où ils les avaient confinés pendant des siècles. .
      Et qu’on ne vienne pas nous crotter les pompes avec l’idée d’un simple conflit territorial !!!!

    5. rico

      Excellente analyse .Les dirigeants de l’état juif devrait l’appliquer envers tous ses ennemis mortels ,,afin que les citoyens d’Israél vivent dans la paix et la prospérité .

    6. Robert Davis

      L’auteur croit avoir compris quelque chose à la logique des conflits mais il n’a compris que la MOITIE: il est évident que l’adversaire doit être battu complètement pour que la paix puisse s’installer. Les stupides dirigeants d’Israel qui sont les seuls à pouvoir dicter leur volonté aux arabes et non les français ou les zoulous d’afrique, ont refusé cette évidence pendant 70 ans, et il n’est pas étonnant qu’ils n’aient jamais pu obtenir la paix. Cependant le casd d’Israel est plus compliqué que d’autres car ce n’est pas avec les faux palestiniens qui squattent Israel qu’il faut faire la paix mais seulement avec les Etats arabes qui peuvent imposer aux « palestinien s » leurs lois A CONDITION QUE CEUX CI SOIENT EXPULSES CHEZ EUX. Ceci est le 50% que Pipes et les autres n’ont toujours pas compris. une maison terminée à 50% est inhabitable. Quand le comprendront-ils dans 70 autres années?

    7. Robert Davis

      José : il faudrait arrêter d’attacher de l’importance aux chrétiens antisémites qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas : les irlandais sont les pires antisémites, qu’Est-ce qu’on en a f. de ce qu’ils disent? ils n’existent pas plus que les chats ou les souris. On n’en a pas plus à f. de l’onu ou des médias qui ne veulent pas d’une solution du conflit mais le prolonger aussi longtemps qu’ils le pourront pour maintenir Israel dans la défensive et sous pression. De quelles « frontières parlez-vous? ce mot n’a AUCUN SENS. Si vous avez peur du mot EXPULSION ne vous étonnez pas que les ennemis d’Israel en fasse un TABOU. C’est là qu’est la SOLUTION et non dans le blabla.

    8. Robert Davis

      P.S. On ne peut pas empêcher les gens de faire du tourisme en Israel, le maire de Dublin a parfaitement le droit de venir en Israel mais il ne faut pas l’honorer de la moindre attention, ne pas se déplacer pour lui, l’ignorer partout et se moquer même de lui pour lui montrer qu’on le tient pour un rigolo sans intérêt. L’empêcher d’entrer c’est au contraire lui montrer qu’on a peur de lui, qu’on est peu tolérant, qu’on limite les entrées, tout cela est stupide et contre productif. Il faut le laisser entrer en toute démocratie et lui témoigner de la dérision.

    9. Akerman Michel Israël

      Robert Davis : il ne faut PAS laisser entrer le maire de Dublin, l’antisémite Boniface car il ne viennent pas faire du tourisme mais soutenir le chef terroriste abou mazen à Ramallah. Il faudrait, concernant ce négationniste milliardaire, le confiner dans le palais construit pour l’ordure pédophile arafat et ne plus le laisser en sortir.
      Quant au Hamas et la bande de Gaza, nous savons où se trouvent leurs usines d’armement et les demeures de ses dirigeants qui mettent leurs femmes et enfants en tête des « manifestations pacifiques », c’est là qu’il faut frapper et pas seulement en représailles.
      Pour ce qui est des chrétiens qui nous conseillent si bien, il est évident qu’ils n’ont seulement qu’à se taire, nous n’oublierons jamais la seconde guerre mondiale durant laquelle aucun n’a levé le petit doigt pour les Juifs, pas même les Etats-Unis.

    10. Jean-Francois Morf

      « LE » criminel, c’est David Klein, dictateur de la banque centrale d’Israël, qui avait, une fois les mahométans bien endettés par la reconstruction, inflaté les taux directeurs à plus de 21%, ruinant tous les mahométans endettés…
      David Klein en contradiction totale avec les lévites…
      Il a été viré, mais la guerre avait repris!

    11. Bilou

      Il est évident que vous avez raison. J’ai moi-même suggéré depuis longtemps qu’il fallait une politique de rétorsion géographique après chaque attentat, et même après chaque envoi de missile du Hamas. C’est leur point faible.
      Qu’il fallait pour cela le soutien du parlement israélien a un déplacement de la ligne d’armistice qui empiètrerait sur une première rue palestinienne dont on détruirait les maisons quitte à en promettre un dédommagement financier pour les propriétaires lésés et pour calmer les esprits. La perte de quelques centaines de m2 ou de peu de kilomètres carrés, aurait plus d’impact sur le moral palestinien qu’une victoire militaire qui enflammerait le monde. Opposer la loi israélienne de rétorsion géographique avec destructions immobililières sans pertes humaines aurait de bons résultats s’il était adopté.. Son coût serait inférieur à celui d’une guerre. Je pense qu’après avoir perdu successivement deux ou trois pathés de maison pour en faire un no man’s land et repousser la ligne de séparation les amènera à une meilleure composition par crainte d’en perdre plus. Eux mêmes ne sont pas d’accords avec cette ligne en sens inverse.
      Israel ne peut se permettre d’avoir des abcès à ses frontières. Le problème de la Palestine est un problème qui ne peu se résoudre que par les pays arabes, Israël a eu tort de le faire sien. Il lui faut s’en défaire.
      Merci pour vos analyses.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *