toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’Autorité palestinienne se prend une gifle au Conseil de sécurité


L’Autorité palestinienne se prend une gifle au Conseil de sécurité

Les Palestiniens ont exprimé samedi leur indignation et leur déception suite à l’incapacité du Conseil de sécurité des Nations unies à émettre une résolution condamnant Israël pour les morts et les blessés qui ont marqué les manifestations  violentes organisées vendredi le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël. Selon un responsable de l’AP, Londres et Washington sont les « complices d’un massacre horrible » commis par l’armée israélienne contre « notre population sans défense » 

Les Palestiniens sont furieux après l’initiative manquée de condamner Israël à l’ONU. L’Autorité palestinienne a blâmé les Etats-Unis et le Royaume-Uni pour avoir entravé une initiative palestinienne et arabe visant à persuader le Conseil de sécurité d’émettre une résolution mettant en cause l’État juif pour les 15 morts du côté palestinien.

L’Autorité palestinienne en colère 

Yusef al Mahmoud, porte-parole du gouvernement de l’AP à Ramallah, a déclaré que l’opposition de Washington et de Londres à une résolution condamnant Israël « les rend complices du massacre horrible commis par l’armée de l’occupation israélienne contre notre population sans défense ».

Le responsable palestinien a accusé les Etats-Unis et le Royaume-Uni d’afficher « une partialité en faveur de l’oppression et de la suppression ». Il a clamé que les manifestations de vendredi étaient des « marcheurs et manifestations pacifiques » marquant le 42ème anniversaire de la journée de la Terre.

Le gouvernement israélien seul, a-t-il accusé, est « directement responsable de ce massacre qui a résulté en 16 martyrs et en des centaines de blessés. » (Le bilan initial faisait état de 16 morts mais il est ultérieurement descendu à 15).

L’armée israélienne a identifié dans la nuit de samedi 10 des 16 personnes qui auraient été tuées pendant des manifestations violentes le long de la barrière de sécurité avec Gaza comme étant des membres des groupes terroristes palestiniens et elle a publié une liste de leurs noms et des postes qu’ils occupaient au sein de leurs organisation

Le Conseil de sécurité a organisé une réunion vendredi à huis-clos pour débattre des affrontements à la frontière entre Israël et Gaza, malgré une requête déposée par les Etats-Unis et Israël de reporter les délibérations au samedi en raison de la veille de la fête de Pessah.

Le président de l’AP Mahmoud Abbas avait annoncé vendredi qu’il avait donné des instructions à son envoyé à l’ONU, Riyad Mansour, pour qu’il demande au Conseil de sécurité d’accorder une « protection internationale » aux Palestiniens.

Samedi, le secrétaire-général de l’ONU Antonio Guterres a appelé « les parties concernées à se retenir de toute action susceptible d’entraîner des morts supplémentaires ». Il a également réclamé une enquête indépendante et transparente sur les personnes décédées et blessées aux cours des émeutes de vendredi.

Nabil Abu Rudeineh, porte-parole du président de l’AP, Mahmoud Abbas, a accusé l’administration américaine de « donner une couverture à Israël pour que le pays puisse continuer ses agressions contre le peuple palestinien ».

Le positionnement adopté par les Etats-Unis au Conseil de sécurité, a-t-il ajouté, « encourage Israël à défier les résolutions de l’ONU visant à l’obliger à mettre un terme à son occupation ».

Le Hamas déçus 

Le milice terroriste du Hamas, pour sa part, a exprimé son « regret » face à l’incapacité du Conseil de sécurité à émettre une résolution condamnant Israël.

Le groupe palestinien  de Gaza a condamné les Etats-Unis qui auraient déjoué cette initiative devant l’instance internationale et il a accusé Washington d’être « partial et ce de manière flagrante » en faveur d’Israël, encourageant l’Etat juif à « commettre davantage de violences et de terrorisme contre les civils palestiniens ».

Dans la matinée de samedi, le Hamas a officiellement reconnu que cinq membres de son aile militaire, les brigades Izz ad-Din al-Qassam, figuraient parmi les morts.

Vendredi, ce sont environ 30 000 manifestants qui ont participé à un mouvement de protestation le long de la frontière avec Gaza, durant lequel des émeutiers ont jeté des pierres et des grenades incendiaires de l’autre côté de la frontière, ont fait brûler des pneus et du bois, ont cherché à ouvrir des brèches et à endommager la barrière de sécurité et, dans un cas, ont ouvert le feu sur des soldats israéliens.

Tsahal a fait savoir que ses tireurs n’ont pris pour cible que ceux qui menaient des actions violentes explicites contre les soldats israéliens ou qui tentaient d’ouvrir ou de créer des dégâts sur la barrière de sécurité. Une séquence filmée montre qu’à un moment de la journée, un émeutier – que l’armée a placé dans sa liste des membres du Hamas – semble avoir été tué alors qu’il fuyait la frontière. Les militaires ont, en réponse, accusé le Hamas d’avoir manipulé les images ou d’avoir fait un montage.

La marche des Palestiniens vers la frontière de Gaza avec Israël, vendredi, a été l’une des plus importantes manifestations de mémoire récente, appelant à ce que les Palestiniens puissent retourner sur les terres que leurs ancêtres avaient fui pendant la guerre d’Indépendance de 1948. Elle a été intitulée « la marche du retour ».

L’armée est restée en état d’alerte élevé alors même que les violences semblaient disparaître vendredi dans la soirée dans un contexte de crainte d’attaques persistantes, notamment de tentatives d’infiltration sur le territoire israélien ou de tirs de roquette.

Les organisateurs du mouvement de protestation ont fait savoir que les manifestations massives continueraient jusqu’au 15 mai, date du 70ème anniversaire de l’établissement de l’Etat d’Israël. Les Palestiniens marquent cette date comme étant leur « Nakba » – ou catastrophe – lorsque des centaines de milliers de personnes avaient fui, volontairement ou non, le territoire israélien au cours de la guerre d’Indépendance de 1948. La vaste majorité des deux millions d’habitants de Gaza est constituée de leurs descendants.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël

 





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 10 thoughts on “L’Autorité palestinienne se prend une gifle au Conseil de sécurité

    1. Cora Sultana de Paillette

      les américains parlent de l’année 2018 comme de l’année « du boomerang » on va pouvoir y ajouter « l’année du grand récurage » !
      et on va enfin pouvoir commencer à respirer et être moins pourris par tous ces islamo-gauchistes qui ont pollué notre environnement ces dernières décennies !
      merci Trump qui s’affirme de plus en plus comme le vrai chef de l’occident !

    2. Pinhas

      Ce qui a été renversé et sali sera maintenant relevé et purifié.
      La Justice est en marche .

    3. chouika

      moadim le simha
      je tiens à vous prévenir,que le site I24news,sont des gauchistes;et qu’ils suppriment tout les commentaires qui vont à l’encontre des palestiniens
      IL FAUT LES BOYCOTER,

    4. Le Clairvoyant

      Pour les Hamas était trop facile de lâcher des milliers de terroristes etc. pour envahir Israël, Mais cela n’a pas marché. Car les israéliens les attendaient de pied ferme, et ils les ont fait reculer et rentrer à la maison, en ratant l’invasion promise aux palestiniens. C’est cela qui aurait du publier l’AFP.

    5. Asher Cohen

      Mahmoud Abbas « demande au Conseil de sécurité d’accorder une « protection internationale » aux Palestiniens. »

      Une question: quelle protection internationale a-t-on accordé, après 1933, à 6 millions de Juifs d’Europe en péril de mort? L’interdiction,par les Anglais, d’entrer en Palestine, sur la terre de leurs ancêtres? ou bien l’internement dans des camps de « personnes déplacées » pendant plusieurs années après 1945? Quel équivalent de l’Unwra y avait-il à l’époque pour les Juifs?

    6. Salmon

      Continuez mes soldats chouchous vous défendez vos frontières pour empêcher Israël de devenir aussi pourri que la France
      BRAVO!!!

    7. Esther

      Il serait necrssaire de definir ce qu est une gifle parceque rester dans une org. Qui constament vous singularise pour etre juif est plus une gifle que quoi que se soit d autre!

    8. Salmon

      ChacUn ses gifles moi C l arabe gardien de mon immeublé et du garage devant le garage deant la vidéo surveillance et le chinois restaurant
      Et ben police secours n est pas venu et en plus les flics la PJ DE MARSEILLE M À DIT QUE LA VIDÉO N EXISTAIT PAS

    9. Jacques B.

      L’Autorité palestinienne n’a qu’une seule utilité : se prendre des baffes. C’est comme les Romains qui n’avaient d’utilité pour Obélix que de se prendre des baffes.
      Israël est le village « gaulois » qui résiste encore et toujours à l’envahisseur ; Bibi est Astérix, et Tsahal, Obélix.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *