toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Retour de djihadistes en France : «Il est impossible de s’assurer de la sincérité du repentir. La déradicalisation est un échec total»


Retour de djihadistes en France : «Il est impossible de s’assurer de la sincérité du repentir. La déradicalisation est un échec total»

Lauréat du prix Albert-Londres 2017 du livre, David Thomson estime que les djihadistes qui reviennent sont «déçus mais, pour la plupart, fidèles au courant djihadiste de l’islam sunnite». Il pointe du doigt une menace.

Ainsi, David Thomson estime que «les djihadistes reviennent déçus mais, pour la plupart, fidèles au courant djihadiste de l’islam sunnite». Le journaliste livre une anecdote illustrative : «Une des femmes rencontrées en France me disait ainsi être revenue de Syrie après avoir subi enfermement et violences sous l’Etat islamique, tout en me confiant que l’attentat de Charlie Hebdo avait été le plus beau jour de sa vie.»

En outre, un seul jeune, sur les 40 personnes interviewées, lui a donné le sentiment «d’avoir sincèrement rompu avec cette idéologie». Il considère donc que la déradicalisation est «une chimère». De fait, David Thomson n’est pas surpris de l’échec de l’unique centre de déradicalisation à Pontourny en Indre-et-Loire, ouvert en 2016 : «Beaucoup ont prétendu le contraire pour des raisons politiques ou mercantiles, […] d’authentiques escrocs ont été abreuvés de centaines de milliers d’euros de subventions publiques dans l’opacité.»

Quant aux femmes, David Thomson veut «casser le paradigme prévalant jusqu’à l’attentat raté des bonbonnes de Paris à l’été 2016, qui faisait systématiquement des femmes djihadistes des victimes de leur mari et qui donc les déresponsabilisait totalement».

«En raison de ce biais de genre qui renvoie à une représentation sexiste de la femme, elles n’étaient quasiment pas envoyées en prison au retour de Syrie. Il n’y a aucune différence à faire entre un homme et une femme en matière de djihadisme, les niveaux de détermination et de dangerosité sont les mêmes», poursuit-il.

Faut-il ou non rapatrier les djihadistes français partis combattre pour l’Etat islamique en Syrie et en Irak ? Achraf Ben Brahim, auteur en sciences politiques, développe les arguments en faveur des deux thèses.

Achraf Ben Brahim, auteur en sciences politiques, s’est penché le 8 mars au micro de RT France sur le devenir des djihadistes français après la défaite de l’Etat islamique en Irak et en Syrie. Prudent sur les chiffres avancés par les services de renseignement sur le nombre de djihadistes encore présents au Moyen-Orient, Achraf Ben Brahim estime que nombre d’entre eux, confrontés à des conditions de détention difficiles et qui risquent parfois la peine de mort, souhaitent revenir en France.

«Ni l’opinion publique, ni les autorités françaises n’en veulent», estime-t-il cependant, soulignant que deux écoles de pensée s’affrontent sur le traitement à leur accorder. L’une ne veut pas les voir revenir, car ils risquent de propager leurs idées en France en côtoyant les autres détenus. Un problème d’autant plus complexe que «la déradicalisation est un échec total», d’après Achraf Ben Brahim, qui prend pour exemple la récente fermeture de centres de déradicalisation.

L’autre école de pensée, selon l’auteur en sciences politiques, relève en premier lieu de leur nationalité : ils sont Français et doivent à ce titre être rapatriés. D’autant qu’il existe un risque à les laisser sur place, où ils seraient plus à même de s’évader. Et selon cette théorie, en les faisant rentrer en France, les autorités seraient mieux armées pour comprendre le phénomène de radicalisation.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Retour de djihadistes en France : «Il est impossible de s’assurer de la sincérité du repentir. La déradicalisation est un échec total»

    1. Pinhas

      Retour de nazis ????
      Cela signifie que l’état se rend complice des crimes commis par ces ordures en les accueillant en France.
      Pas de pitié pour ces nazis.
      Ou le bagne à vie où retour en syrie où ils seront bien accueillis…..

    2. alauda

      Comprendre le phénomène de radicalisation…
      Des tonnes d’archives de procès, de rapports, depuis des décennies, cela ne leur suffit pas ?

    3. Armand Maruani

      Ces criminels n’ont rien à faire en France .

      Des traîtres , des lâches et des criminels : la France est assez pourrie par ces gens là ,

      N’en rajoutons pas .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *