toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

[Vidéo] Reportage israélien « Hatsarfokaim » sur l’Alyah des Français, leurs difficultés à s’intégrer et la perception qu’en ont les Israéliens


[Vidéo] Reportage israélien « Hatsarfokaim » sur l’Alyah des Français, leurs difficultés à s’intégrer et la perception qu’en ont les Israéliens

La télévision israélienne vient de diffuser un reportage sur l’Alyah des Juifs de France, leurs difficultés à l’intégrer et la perception parfois négative qu’en ont les Israéliens.

C’est l’occasion pour Libération, toujours à l’affût de ce qui pourrait salir l’image d’Israël et de la société israélienne, de publier une interview d’un journaliste de gauche israélien ayant réalisé un reportage sur la vie des Français ayant fait leur Alyah et la perception qu’en ont les israéliens.

Quand un journaliste d’extrême gauche (Libé) interviewe un journaliste de gauche israélien (Haaretz) cela donne tous les clichés sur la stigmatisation de la société israélienne « raciste » même envers les Juifs de France…

Voici l’introduction de Libé qui donne le ton de la vision gauchiste : « Fils d’immigrés égyptiens, Ron Cahlili, 59 ans, se définit comme «un homme de gauche et activiste mizrahi», nom donné en Israël aux juifs «orientaux», victimes de discrimination à leur arrivée en Israël dans les années 50 et 60. Documentariste et chroniqueur du multiculturalisme israélien pour le quotidien israélien Haaretz, ce touche-à-tout vient de signer pour la chaîne publique israélienne Kan11 une série en trois épisodes consacrée à l’Alyah (littéralement la «montée» vers la Terre sainte, soit l’immigration en Israël) des Juifs français. Selon plusieurs études, entre 10 et 30 % de ces olim (nouveaux arrivants) feraient demi-tour au bout d’un an. Ceux qui restent sont régulièrement la cible de préjugés, dans le monde du travail ou les médias, réduits au rôle de «Marocains à gourmettes», comme le dit un interviewé du documentaire. Pour Ron Cahlili, c’est là que résident les racines de cette Alyah douloureuse : ces nouveaux Israéliens sont vus par leurs compatriotes comme des «tsarfokaim», expression qui donne son titre à sa série, traduite ainsi : «Un peu français, très séfarades». Une façon de les renvoyer à leur «arabité», et d’en faire les victimes d’un racisme qu’ils ne s’attendaient pas à éprouver. »

Cela étant, le reportage est intéressant car il donne la parole aux Olims français:

Episode 1 de Tsarfokaïm sous titré en français

Episode 2

Episode 3







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 22 thoughts on “[Vidéo] Reportage israélien « Hatsarfokaim » sur l’Alyah des Français, leurs difficultés à s’intégrer et la perception qu’en ont les Israéliens

    1. Pascale

      IL faut dire la VÉRITÉ que cache ce reportage: Énormément (si ce n’est pas la très grande majorité) des juifs qui ont fait leur ALYA l’ont fait par peur de l’antisémitisme existant et grandissant en France et dans toute l’Europe.
      Si la sécurité et l’antisémitisme existaient en France a celui qui existait au niveau des années 1980, moins du cinquième aurait fait leur Alya.
      Posez la question et vous serez convaincu.
      C’est vrai c’est notre terre et elle le restera a nous pour toujours même si nous n’y habitons pas.
      les juifs français qui quittent la France, en très grande majorité, aujourd’hui ne le font plus par idéal comme nous l’avons fait il y a 30 ans mais plus par alternative a al fuite devant l’insécurité et l’antisémitisme existant et grandissant.
      Pour cette raison, l’argent reste pour ceux qui en ont, une façon de servir ce sentiment d’insécurité devant l’antisémitisme en investissant « une porte de secours » ce qu’ils n’aurait jamais fait et d’ailleurs qu’ils n’ont pas fait il y a 30 ans.
      Les aller-retour le prouvent.
      Israël est devenu aujourd’hui malgré lui et malheureusement, une alternative a une expatriation vers un pays tiers comme le Canada,USA ou cet antisémitisme est moindre mais existe et ou Israël reste D. merci le seul pays au monde ou l’antisémitisme et son lot d’insécurités ne grandit pas et reste le plus défendu au monde a ce stade.
      Une phrase dans ce reportage résume la Alya des francisa: « Très dur de vivre ici mais quand tu dors tu te sens a la maison ».
      Les antisémites dans le monde , et particulièrement en France, ont fait malgré eux un boulot fantastique mieux que 10000 envoyés de l’agence juive n’auraient jamais pu faire.
      Voyons en ce fait la main de la PROVIDENCE….

    2. bronson

      bonjour, peur de l’antisémitisme….peur de se faire assassiner par qui vous savez sans que la police et la justice française ne s’en émeuve serait plus juste me semble t il !

    3. LeClairvoyant

      Les gauchistes voudraient chasser de la France tous les juifs et mettre à leur place des arabo-ismistes, Bonjours les dégâts!

      Tout cela c’est du mauvais calcul, tous les gauchistes vont disparaître avant les juifs, A force, la France est de plus en plus à la droite du Centre-Gauche. JIJI

    4. Asher Cohen

      Merci pour ces 3 vidéos que je n’ai fait que parcourir. Le débat est immense et je ne me borne qu’à 2 remarques d’emblée.

      D’abord, il y a une raison pour laquelle 90% des Juifs d’Algérie sont entrés en France en 1962, à côté de seulement 50% des Juifs de Tunisie et 20% du Maroc: en Décembre 1961 Ben Gourion a donné à De Gaulle le Judaïsme Algérien, certainement avec une contrepartie. C’est le seul cas où les Sionistes ont permis et approuvé le transfert d’une colonie vers la Métropole colonisatrice qui 20 ans auparavant leur avait appliqué législation raciale, persécutions, aryanisation des biens et entreprises, etc..Il faudrait des pages et des pages pour traiter cette ‘aberration sioniste » parmi tant d’autres?

      Ensuite, s’il est vrai que des Juifs d’Algérie se retrouvaient en 1962 dans des maabaroth à Dimona ou Ashdod, le sort de bien des Juifs arrivant d’Algérie en France n’était pas meilleur, qu’il s’agisse du logement, de l’emploi, de la vie dans un environnement hostile extrêmement antisémite, de l’éducation et de la formation. de la santé, etc..Prenons simplement la question de l’égalité de Droits. Sauf erreur, les Tribunaux Israéliens ne pratiquaient pas l’inégalité de Droits entre Séfarades et Askénazes dans leurs décisions, alors qu’en France, et je l’affirme par expériences vécues, les Lois Raciales Antijuives n’ont jamais été abrogées dans la Réalité. Pour les Juifs en France, il n’y a ni libre accès à toutes les professions, ni libre entreprise, ni liberté du commerce et de l’industrie. Le Judaïsme a toujours enseigné les 4 Droits Naturels précisés dans les eser devarim de la Thora et la responsabilité de sa vie, be-zrat ashem, et c’est avec cela que durant des millénaires les Juifs sont partis d’un pays à un autre. Comment ont fait les Chalutzim qui dans les années 1880-1930 créaient des colonies dans le désert de Palestine?

      Dites-vous bien qu’en France, la jalousie antisémite et la haine sont tellement fortes qu’on ira jusqu’à vous enlever vos livres, écrits dans des langues étrangères, pour vous empêcher d’étudier. Cela arrive-t-il en Israël? .

    5. yacotito

      Je sais pertinemment qu’immigrer dans un autre pays n’est pas une chose qui se fait sans problème: il y a la barrière de la langue, la barrière des cultures (qui bien que l’on soit juifs existe, puisqu’on a eu une éducation française), les difficultés de logement, la cherté de la vie et j’en passe.

      Je ferai malgré tout cela mon alya pour une raison simple, non pas parce je veux fuir un pays antisémite, non pas parce que j’ai peur des attentats en Europe mais parce que notre destin de juif et de revenir en Israël, la terre que D. nous a donnée. Ézéchiel ne disait-il pas:

      וֵנַתַתִי רוּחַי בַּכֵמ וֵחַיִיתֵם וֵהַנַחְתִי אֵתְכֵם עַל אַדַמַתְכֵם

      Quand j’arrive en Israel, je me sens chez moi, comme si on m’avait oté un poids de sur les épaules, je m’interdit de parler français, même si je parle encore mal l’hébreu. bien que pas encore israelien, je suis chez moi

    6. Benlolo yacoth

      Ces reportages sont vieillots et périmés car bourrés de clichés. De toutes façons le journaliste israélien gaucho est pire que les gauchos de france. Et cest pas peu dire… . Sans compter ce cher Ofer Bronstein qui a fait de la détestation dIsrael son fond de commerce. On le connait bien arriviste et glandeur au kibboutz Bet keshet. Larmée ….parlons en …inconnu au bataillon. Les classes finies …..plus personne.
      Ce monsieur a un passeport palestinien
      « Celui dont il est le plus fier.
      Et il se recceuille avec amour sur la tombe dArafat !!!!
      Tout ça pour me conforter mon opinion sur ce reportage de m…..Personne noblige personne à « monter »ni à rester. Israel c’est la LIBERTÉ 💋💋❤

    7. Adam

      Très mauvais reportage. Rempli de contre vérité.
      Je vis ici depuis bientôt 10 ans, tout mon entourage et toute ma famille est monté par amour d’Israël et non a cause de l’antisémitisme.
      Quelle bêtise d’entendre dire des choses pareilles …. La vie est bien plus risquée en Israël qu’en France, le danger est imminent les guerres aussi.
      Les français sont bien plus en sécurité pour encore un moment.
      En ce qui concerne les inégalités il y en a eu au début de la création du pays mais aujourd’hui c’est complètement faux, mes enfants ne savent même pas ce que signifie séfarade ou Ashkenaze. Dans mon quartier on trouve de toutes les origines et j’ai des amis Éthiopiens et Yemenites.
      Mais ce qui me désole le plus c’est ce besoin des francais d’être reconnu et aidés en Israel en tant qu’immigrant. Mais reveillez vous !! Israel n’a pas besoin de vous c’est la meilleurs économie des pays occidentaux. Ceux qui partent au Canada ou aux US, vous avez des aides ?? des facilités ? Rien du tout et ici c’est pas pire, ceux qui y arrivent c’est ceux qui mettent les mains dedans et foncent comme pour tous les autres pays et certains s’en sortent encore mieux.

      Bravo la gauche qui continue de salir Israel,

    8. Armand Maruan

      Les Juifs on a la douda ( on aime bouger ) .

      Vous avez les purs sionistes qui ont fait leur alyah sans passer la France , je parles des tunisiens .

      Ensuite il y a ceux qui frappent à la porte de l’Agence Juive dans un élan patriotique dés qu’Israël est en danger . Le danger passé et devant toutes les difficultés remettent leur alyah .

      Il y a ceux qui ont quitté la France dans les années 60 , qui se sont mariés en Israël , ont eu des enfants et ont fait les deux guerres ( 6 jours et Kippour ) et sont revenus en France .
      Ils ont trouvé du travail , acheté une maison en France tout en retournant tous les 3 mois en Israël .

      Mais à la finale les enfants qui parlaient hébreu ont voulu retourner en Israël où ils se sentent plus  » chez eux  » .

      Il y a ceux qui ont vécu en Israël mais qui ont de la famille en France et qui achétent une petite maison dans le midi pour passer leur retraite tout en continuant à faire les  » aller/ retour  » en Israël où ils ont toute leur famille .

      Aprés on se demande pourquoi les Juifs ont le record de passeports .

      Eh oui il y a aussi ceux qui ont de la famille au Canada , à Las Vegas , à New York etc…

      Mais je n’en connais aucun qui a voulu s’installer à Gaza . ah ah .

      Etre Juif aujourd’hui n’est pas si simple et pourtant nous n’avons jamais été autant gâtés depuis la résurrection d’Israël en 1948 aprés une attente de 2000 ans ..

      15 ans avant , nous serions 6 millions de plus .

    9. Armand Maruan

      Les Juifs on a la douda ( on aime bouger ) .

      Vous avez les purs sionistes qui ont fait leur alyah sans passer la France , je parles des tunisiens .

      Ensuite il y a ceux qui frappent à la porte de l’Agence Juive dans un élan patriotique dés qu’Israël est en danger . Le danger passé et devant toutes les difficultés remettent leur alyah .

      Il y a ceux qui ont quitté la France dans les années 60 , qui se sont mariés en Israël , ont eu des enfants et ont fait les deux guerres ( 6 jours et Kippour ) et sont revenus en France .
      Ils ont trouvé du travail , acheté une maison en France tout en retournant tous les 3 mois en Israël .

      Mais à la finale les enfants qui parlaient hébreu ont voulu retourner en Israël où ils se sentent plus  » chez eux  » .

      Il y a ceux qui ont vécu en Israël mais qui ont de la famille en France et qui achétent une petite maison dans le midi pour passer leur retraite tout en continuant à faire les  » aller/ retour  » en Israël où ils ont toute leur famille .

      Aprés on se demande pourquoi les Juifs ont le record de passeports .

      Eh oui il y a aussi ceux qui ont de la famille au Canada , à Las Vegas , à New York etc…

      Mais je n’en connais aucun qui a voulu s’installer à Gaza . ah ah .

      Etre Juif aujourd’hui n’est pas si simple et pourtant nous n’avons jamais été autant gâtés depuis la résurrection d’Israël en 1948 aprés une attente de 2000 ans ..

      15 ans avant , nous serions 6 millions de plus .

    10. Armand Maruan

      Alyah .

      Chaque Juif est un cas .

      En son âme et conscience et suivant ses possiblités .

      Malheureusement il est parfois trop tard .

      L’Histoire nous a tellement appris . Hélas , hélas , hélas .

    11. annie

      et charles enderlin => CHARLO. il reste lui. il a réussit son Alyah ???? pourtant aussi un bon critiqueur de ce pays formidable qu’est Israel.

    12. Circonstances exténuantes

      Ce « reportage » est un exercice d’étiquetage faussé de l’Alya de France. S’il peut être vrai que les gens qui sont montés en Israël il y a trente ans et plus, voire vingt ans, étaient bien plus idéalistes qu’aujoud’hui, notamment parce qu’ils ne fuyaient pas l’antisémitisme, la plupart des Juifs de France ont de l’instruction et sont du point de vue civilisationnel nettement plus européens qu’africains.
      Le seul analyste compétent est Trigano, les autres sont en partie des militants d’extrême gauche comme nous le rappelle l’auteur et journaliste Meir Ben-Hayoun..

    13. alauda

      @Armand Maruani,

      Merci de ramener les choses à leur juste proportion : des cas individuels ou familiaux. Et selon, des racines ou des ailes.

      Je n’ai regardé qu’une partie du dernier reportage. On y parle éducation. Un monsieur se souvient d’avoir été parachuté dans les années 50 dans le désert du Negev, et d’avoir fréquenté une « école des imbéciles ». Cela m’a fait sourire, parce que dans ma jeunesse les collèges n’avaient tous le même statut (CEG et CES n’offraient pas les mêmes poursuites d’études), le collège unique remonte à 1975.

      Une autre personne, une femme née en 61, évoque le modèle de l’école française qu’elle a connu comme un modèle intégrateur. Ce passage m’a paru plutôt sympa, comparativement à une réflexion qui m’a fait bondir dans les commentaires : « Pour les Juifs en France, il n’y a ni libre accès à toutes les professions, ni libre entreprise, ni liberté du commerce et de l’industrie ».

      Je ne connais pas de Juifs qui tiennent le marteau piqueur, en revanche j’ai eu quelques profs, des médecins, croisé quelques commerçants etc. Rassurez-moi : les bosseurs ont pu depuis 1962 aussi réussir en France, même si la fiscalité sur l’entrepreneuriat est plus lourde que dans le schéma anglo-saxon (?)

    14. Armand Maruani

      @Alauda

      Vous m’avez bien fait rire :

       » Je ne connais pas de Juifs qui tiennent le marteau piqueur  »

      En général le Juif a l’esprit d’entreprise et il est trés individualiste et prêt à prendre des risques .

      C’est pourquoi en général il est attiré par des professions libérales .

      L’éducation que nous a dispensé la France par le biais de la Mission Culturelle en Tunisie nous a trés bien convenue et nous en sommes reconnaissants .

      Et cela a facilité notre installation en France malgré des difficultés de toutes sortes pour certains :

      Je pense à certaines corporation comme les médecins , les avocats etc…. qui ont subi un racisme dû au conservatisme de leurs ordres respectifs .

      Celà a conduit à des drames comme nous l’a expliqué notre ami Asher Cohen ici sur notre site .

      J’ai 75 ans , je suis sorti du champ de batailles , je n’aspire qu’à une seule chose :

      la Paix pour tous et que nous soyons unis pour combattre les barbares des temps modernes : les nazislamistes , ces dignes héritiers d’adolphe le moustachu .

      Cela on devrait l’apprendre dans les manuels scolaires et retourner à l’éducation civique .

      Le savoir vivre est le meilleur de tous les  » savoirs  » .

    15. alauda

      @Armand Maruani,

      L’esprit individualiste, ça j’ai remarqué. 🙂

      Bon, ceci dit, le conservatisme de certaines professions rendaient celles-ci assez difficiles d’accès aux femmes aussi. Mon père aurait souhaité que je fasse des études de droit, mais faute de relations dans ce milieu, cela m’a semblé à l’époque inaccessible.

      Et je n’ai rien regretté quand quelques amis étudiants m’ont raconté leur parcours du combattant dans les méandres des divers droits… Je n’avais pas la tête assez structurée pour ce domaine. Quant à la médecine, ayant une mère infirmière, j’avais décidé depuis toute petite que ce ne serait jamais mon choix. Je suis encore d’active pour trois ans et là où je suis, ça me convient bien.

      Pour ce qui concerne le dernier point que vous évoquez, cela n’a pas disparu.

    16. Asher Cohen

      @alauda
      Le français de la bourgicaillerie catho accepte le petit youpin tant qu’il le domine, mais il n’acceptera jamais qu’il puisse être son égal et encore moins son supérieur. Vous trouverez peu de Juifs tenant un marteau piqueur dans la rue, vous en trouverez beaucoup dans les classes moyennes, assez populaires, mais au dessus vous aurez moins de chances d’en trouver en Francaouie, quoiqu’on en dise, et Herzl l’avait bien compris.

    17. alauda

      @Asher Cohen,

      J’apprécie que vous vous donniez la peine de me répondre.

      Clair que je fréquente davantage les classes moyennes et populaires.

      Toutefois, je pourrai citer quelques exemples au-dessus qui pourraient mettre un peu de nuance. Au plus proche, je me souviens d’un directeur du personnel, natif de mon village, qui a travaillé pour une très grosse boîte dont les patrons étaient juifs. C’était de loin celui qui gagnait le mieux sa vie.

      En deux générations, les choses ont bougé. Et je ne vous citerai pas le cas de la plus grosse fortune de France qui a fait la une pendant un été, il y a quelques années. A chaque changement de génération, sa part pour rebattre les cartes et tracer son chemin.

      « Tsarfat », comme on l’entend dans le reportage, ce n’est pas tout à fait rien dans l’histoire d’Israël. De même que la diaspora a contribué à forger l’identité de mon pays sur des siècles.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *