toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Nobel de la Paix 2018 : Le mouvement antisémite BDS nominé pour le Nobel, incroyable, mais vrai !


Nobel de la Paix 2018 : Le mouvement antisémite BDS nominé pour le Nobel, incroyable, mais vrai !

On croyait avoir tout vu, tout lu,  tout entendu en matière de prix Nobel de la paix. Et pourtant, une fois de plus la réalité dépasse la fiction. Et c’est vraiment le cas de le dire car,  parmi les nominés pour ce prix que d’aucuns jugent prestigieux, figure le mouvement BDS, dont le but non avoué est de faire disparaitre l’État hébreu de la carte du monde. Bref, un mouvement   antijuif qualifié de « nouveau visage de l’antisémitisme » qui devrait être sanctionné par la loi comme le sont tous les actes antisémites mais qui, selon ses défenseurs,  devrait être glorifié dans le monde entier et récompensé avec à tout le moins le prix Nobel de la paix. Alfred Nobel doit se retourner dans sa tombe!

À l’origine de l’idée folle de le mettre en lice, un gauchiste, cela va sans dire, Bjornar Moxnes, membre du conseil municipal d’Oslo, et représentant unique du Parti rouge au parlement norvégien : « En tant que membre du parlement norvégien, j’utilise fièrement mon autorité en tant qu’élu pour désigner le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) pour les droits palestiniens du Prix Nobel de la Paix », a-t-il déclaré.

Je ne peux m’empêcher de penser à l’année 2012 où Stéphane Hessel, juif antisioniste, devint célèbre du jour au lendemain grâce à son brûlot « Indignez-vous ! »,  un opuscule antijuif dans lequel il déclarait que son seul sujet d’indignation était Israël, ce qui lui valut un succès planétaire et la nomination pour le Nobel de la paix.

Alors, je vais suivre ses conseils et annoncer mon seul motif d’indignation : tous les antisionistes de la terre, qu’ils soient des personnalités ou des organisations, qu’ils soient juifs ou non-juifs.

NOBEL DE LA PAIX : UN  PRIX SANS VALEUR

Le prix Nobel de la paix attribué pour la 1ère fois en 1901consiste en une médaille, un diplôme et un chèque de 10 millions de couronnes suédoises (1,527 million de dollars canadiens).Les sommes proviennent de l’héritage de Alfred Nobel.

Les critères d’attribution : Autrefois, selon les termes exacts du testament d’Alfred Nobel,  le jury était censé attribuer ce prix « à la personnalité ayant le plus contribué

– au rapprochement des peuples,

– à la suppression ou à la réduction des armées permanentes,

– à la réunion et à la propagation des progrès pour la paix ».

Trois conditions qui, de toute évidence, ne sont plus remplies depuis bien longtemps.

En 2005, des changements ont été apportés aux critères de sélection. Sur Wikipédia, on peut lire que « le Comité Nobel a affirmé publiquement que le prix ne reviendrait plus qu’à des personnes, groupes ou organismes qui auront engagé leur existence au service

– des droits de l’homme,

– de la promotion du modèle démocratique,

– de la défense des voies de la diplomatie ».

Et évidemment, il pourrait être décerné à celui qui aurait réussi à résoudre un conflit international.

Quels que soient les critères qu’on choisisse, ceux de Nobel ou ceux de 2005, un coup d’œil rapide sur la liste des récipiendaires de ce « prestigieux » prix, en particulier à partir du 21è siècle, nous permet de constater que nombreux sont ceux qui ne répondent à aucun des critères. Alors, comment ne pas en conclure que le prix n’a plus aucune valeur?

Rappelons simplement quelques bénéficiaires:

– 1994 : Yasser Arafat ! Un terroriste de renom !

– 2001 : l’ONU et à Kofi Anan

–  2002 : Jimmy Carter

– 2005 : Mohamed el-Baradei, l’Agence internationale de l’énergie atomique

– 2009 : Barak Hussein Obama

Ce prix lui a été attribué tout juste 9 mois après qu’il eut pris ses fonctions. On n’a même pas attendu qu’il ait effectué au moins un mandat et accompli de grandes choses, sans doute savait-on d’ores et déjà que ce ne serait pas possible plus tard.

– 2012 : L’Union européenne

Et ce n’est guère mieux quand on consulte la liste des nominés

– 1935 : Benito Mussolini

– 1939 : Hitler,  mais son nom fut rapidement retiré

– 1945 : Staline

Et la liste n’est pas terminée !

– 2016 : Marwan Barghouti, un terroriste palestinien qui a passé vingt ans de sa vie dans les prisons israéliennes

– 2018 : Le mouvement BDS !

Aucun de tous ceux que je viens de citer- et certainement pas le mouvement

BDS-ne remplit les critères de sélection.

LE MOUVEMENT BDS (Boycott. Désinvestissement, Sanctions)

Un mouvement, composé d’une cinquantaine de collectifs, et qu’on qualifie

d’ « humanitaire ». Jugez-en vous-mêmes.

Premièrement, il a été lancé en 2005 par les « Palestiniens » dont le cofondateur, Omar Barghouti, déclare ouvertement : «nous nous opposons à un État juif! ». On en conviendra : c’est on ne peut plus clair!

Deuxièmement, sur son  site Web, ce mouvement précise son but, –« faire plier Israël »- ainsi que les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir

– Boycott : Boycotter tous les produits israéliens, mais aussi pratiquer un boycott sportif, culturel et universitaire.

– Désinvestissement : Faire pression sur les entreprises étrangères, notamment européennes, afin qu’elles arrêtent leur collaboration avec Israël.

– Sanctions : Faire appliquer par nos États les sanctions qui auraient dû être appliquées depuis des dizaines d’années devant ce déni de droit intolérable.

Troisièmement, dans sa Charte, il se présente comme un outil de pression sur les gouvernements pour qu’ils sanctionnent Israël et que le gouvernement israélien consente à appliquer le droit international et le respect des droits des Palestiniens. Et par la voix d’Omar Barghouti, ce mouvement  annonce ses revendications : 1. L’arrêt de l’occupation. 2. La fin de la discrimination. 3. Le droit au retour des réfugiés.

En d’autres termes, ce que vise le mouvement BDS, c’est la disparition pure et simple de l’État juif et son remplacement par un État musulman judenrein, comme le sont aujourd’hui, à de rares exceptions près, tous les États arabes.

C’est d’ailleurs ce que déclarait en 2012 Norman Finkelstein, critique virulent d’Israël : «Ils (les Palestiniens) ne veulent pas d’Israël ». Et il ajouta : «  Si nous mettons fin à l’occupation et si nous ramenons six millions de Palestiniens et que nous ayons des droits égaux pour les Arabes et pour les juifs, il n’y a pas d’Israël ».

ALORS, LE NOBEL DE LA PAIX : L’AURA-T-IL? NE L’AURA-T-IL PAS?

1 Remplit-il les critères de sélection?

– une existence au service des droits de l’homme : tout dépend de ce qu’on entend par « droits de l’homme », car aujourd’hui, de nouveaux droits semblent s’être ajoutés, mais ils ne concernent que les « Palestiniens ». En effet, parmi les droits de l’homme palestinien, BDS invoque le « droit au retour » des 5 ou 6 millions de « Palestiniens », ce qui fera des Juifs une minorité dont les Arabes voudront se débarrasser. Autres droits des « Palestiniens », celui de dénier à Israël son droit à l’existence et à l’auto-défense, donc des droits fondamentaux, ainsi que celui de haïr un peuple en raison de sa religion. Ils ont aussi acquis, grâce encore au soutien des gauchistes, le droit de dresser les hommes de toute race et de toute religion contre Israël.

Alors, oui, pour sa défense acharnée des droits des « Palestiniens » et pour ses attaques tout aussi acharnées contre le droit d’Israël à exister, le jury du Nobel de la paix ne peut trouver meilleur candidat que le BDS!

– la promotion du modèle démocratique : « Démocratie », encore un mot dont l’acception n’est plus la même quand on lutte pour les droits des « Palestiniens ». Il semble bien que le mouvement BDS considère que l’AP qui détourne à son avantage les sommes destinées aux « Palestiniens », qui emprisonne tous ceux qui ont le malheur d’exprimer une opinion contraire aux siennes,  est un modèle de démocratie. Non seulement les militants de ce mouvement œuvrent pour la démocratie de type palestinien, mais de toute évidence  les régimes dictatoriaux, la mentalité extrémiste et la charia ne perturbent nullement leur sens des valeurs. Ils flirtent joyeusement avec le Hamas qui n’a pas même un semblant de démocratie.

Alors, disons ce que dirait la gauche, à savoir que, pour leur promotion du modèle démocratique en vue d’éviter le choc des civilisations, le Comité doit leur  remettre le Prix Nobel de la paix !

– la défense des voies de la diplomatie : Le BDS dit clairement qu’il fait promotion du boycott, un moyen non-violent par excellence. Mais il ne précise pas que le boycott ne s’applique pas aux pays qui ne respectent pas les droits de l’homme, qu’il ne doit s’appliquer qu’à Israël, donc à la seule et unique démocratie au Moyen-Orient. À Israël parce que, disons-le clairement, c’est un État pour les Juifs, c’est un État juif. C’est ce qui s’appelle de la DISCRIMINATION RACIALE!

En se lançant dans une condamnation sans appel d’Israël, les militants ont divisé le pays en 2 camps adverses : celui des « colonisateurs » et celui des « colonisés ». Ils ont choisi en effet « la voie de la diplomatie »!

Et comme ils n’ont jamais condamné, pas même du bout des lèvres, la glorification des terroristes par l’AP, comment ne pas en conclure qu’ils l’approuvent ?

Et ils osent se réclamer  de la non-violence ! Est-ce ainsi que « les hommes de paix » défendent les voies de la diplomatie ? Il est vrai que dans leur lutte pour les droits de tous les « Palestiniens », y compris les réfugiés qui représentent, disent-ils, 50% des Palestiniens, ils ont choisi le moyen le plus pacifique qui soit : l’application du droit au retour en Israël de ces  5 ou 6 millions de réfugiés palestiniens. Avec dédommagements, cela va de soi!

2 Ses soutiens vs ses opposants

Comme ce mouvement considère que les gouvernements qui refusent de sanctionner Israël soutiennent  «  l’occupation, le colonialisme et l’apartheid israéliens »,  ils sont nombreux à choisir de le soutenir.  De toute façon, rien de nouveau sous le soleil : dès qu’il s’agit de délégitimer l’état juif, de nombreuses voix se font entendre.

La preuve ? Rares sont les pays qui ne soutiennent pas cette campagne anti-israélienne. Certes, sur l’insistance d’Israël, les gouvernements des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, du Canada et de quelques autres pays ont pris des mesures pour saper ce mouvement, voire pour l’interdire.

Mais en réalité, même un pays comme le Canada n’entrave en aucune façon les actions de cette association. Bien sûr, sous Harper, elle était considérée comme une forme d’antisémitisme, et de ce fait devait être punie par la loi.

Bien sûr, en 2016, avec Trudeau, le Parlement du Canada a adopté une motion condamnant formellement le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS). Il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui la campagne BDS est largement appuyée par  les « activistes » et qu’un nombre sans cesse croissant (+de 70) d’organismes utilisent des sanctions économiques contre l’État juif.

Dans l’Union européenne, à l’heure actuelle, le seul pays  qui interdise le BDS est la France sous prétexte que ce mouvement ne fait qu’attiser les violences antisémites. Mais la France pourra-t-elle continuer à l’interdire encore longtemps ou cèdera-t-elle aux pressions exercées par l’UE qui juge que l’interdiction de ce mouvement est contraire à la « Charte des Droits fondamentaux de l’UE » ? Le gouvernement hollandais considère d’ailleurs que ce mouvement n’est rien d’autre que la manifestation de la liberté d’expression. Qui oserait le contredire ?

 

Conclusion  Il n’est pas dit qu’il sera couronné puisqu’il ne répond à aucun des critères de sélection établis en 2005 et qu’il est en lice avec 200 candidats. Mais il est fort à craindre que ce mouvement, parce qu’il est ouvertement opposé à Israël, et qu’il le proclame tout haut,  ne l’obtienne.

On jugera sans doute qu’il mérite ce prix, et ce pour plusieurs raisons :

– Il défend des hommes que la communauté internationale considère comme des martyrs !

– Il a réussi à gagner un nombre incalculable d’adeptes à sa cause;

– il œuvre corps et âme à la délégitimation d’Israël et à son remplacement par un État « palestinien », qui sera judenrein, cela va de soi;

– il manifeste ouvertement sa haine obsessionnelle d’Israël, ce qui encourage ses supporters.

Et comme de surcroit, la Norvège ne fait pas partie des rares amis d’Israël, il ne serait nullement surprenant que le Comité du Nobel, qui est norvégien, choisisse de récompenser un des plus farouches détracteurs d’Israël.

À la liste des critères à remplir pour l’obtention du prix Nobel de la paix, la Norvège devrait ajouter explicitement «  œuvrer pour la disparition de l’État juif ».

Israël face à ce mouvement  Israël a enfin choisi d’adopter pour le contrer une position agressive, disons même offensive.  En d’autres termes, le gouvernement israélien « rend la monnaie de leur pièce » aux militants de ce mouvement.

En juillet 2011, la Knesset a voté une loi qui considère comme une infraction le fait d’appeler au boycott contre l’État d’Israël et sanctionne tout acte de boycott commis sur son territoire. C’est ainsi que le gouvernement israélien a pu interdire à Omar Barghouti, le cofondateur de la campagne, de voyager,  et il envisage même de lui retirer son statut de résident;

Le 6 Mars 2017, la Knesset a voté une loi qui interdit l’accès au  territoire israélien à tout partisan du boycott. Le texte de loi se lit ainsi « Aucun visa ou aucune autorisation de séjour de quelque type que ce soit ne sera accordé à une personne n’étant ni un citoyen israélien ni un résident permanent si elle, ou l’organisation ou l’institution dans laquelle elle milite, a sciemment lancé un appel public à boycotter l’État d’Israël ou s’est engagée à prendre part à un tel boycott ».

Voilà pourquoi en novembre 2017, sept personnalités de la gauche française qui soutiennent le mouvement BDS, ont été interdites d’entrée en Israël.

En janvier 2018, Israël a publié une liste noire de 21 ONG dont tous les militants seront interdits d’entrée sur son territoire en raison de leur soutien au mouvement BDS.

Évidemment, comme il fallait s’y attendre, toutes ces mesures ont été dénoncées par la communauté internationale. On veut interdire à Israël de combattre une campagne internationale de BDS contre son propre pays! Encore une fois, on refuse à Israël le droit à l’auto-défense !

Peu importe l’opinion des « bien-pensants », Israël se doit de prendre des sanctions contre ceux qui participent au boycott. Peut-être que si les dons faits aux organisations qui soutiennent le boycott n’étaient plus déductibles d’impôts, beaucoup de ces associations, à commencer par Amnistie Internationale, seraient contraintes de cesser leurs activités. Israël sera—t-il prêt à prendre des mesures drastiques contre tous ceux qui nuisent à l’État juif d’une manière ou d’une autre? Il faut espérer que, ragaillardi par le soutien inconditionnel de Donald Trump, Israël agira.

© Dora Marrache pour Europe-Israël







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Nobel de la Paix 2018 : Le mouvement antisémite BDS nominé pour le Nobel, incroyable, mais vrai !

    1. Salmon

      Des nazis prix Nobel de la paix
      arafat
      bds
      Obama
      Je ne vois pas la paix ,je vois le sang et les heures sombre du nazisme dévoilé

    2. michael

      prix nobel ou plutot prix noel
      bds ,israel s’en balance de vos commentaires ,vous representez la racaille du monde et aller vous faire ?

    3. Chulem

      C’est une honte, le seul pays démocratique au moyen orient, est continuellement visé.
      La Syrie en pleine guerre, cela ne semble pas trop souffrir le reste du monde.
      Les barbares s’entre tuent et on assassine, sans limite.
      La seule chose qui dérange le monde c’est Israël.
      Un prix Nobel pour BDS serait un crime odieux.
      Chulem

    4. Chulem

      It is a shame, the only democratic country with the Middle-East, is continuously aimed.
      Syria in full war, that does not seem too much to suffer the rest of the world.
      The barbarians enters themselves kill and one assassinates, unbounded.
      The only thing which disturbs the world it is Israel.
      A Nobel Prize for BDS would be an odious crime.
      Chulem

    5. Amram

      Dans les années trente , hitler et staline ont aussi étaient nominés pour le Nobel de la paix, donc, rien d’étonnant.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *