toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Macron veut réorganiser l’islam en France avant l’été «touche par touche»


Macron veut réorganiser l’islam en France avant l’été «touche par touche»

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire Le Journal du dimanche, le président de la République a déclaré vouloir poser les jalons de l’organisation de «l’islam de France» avant l’été. Des annonces très attendues, mais peu détaillées.

Sur les questions de la croyance et du fait religieux, Emmanuel Macron a savamment entretenu le flou gaussien depuis le début de sa campagne électorale, puis au cours de ses premiers mois de présidence de la France. Ici ou là, une allusion à la «transcendance» (en septembre 2016), mais pas beaucoup plus. Le Journal du dimanche (JDD) précise dans son édition du 11 février que l’actuel locataire de l’Elysée s’est fait baptiser par choix à l’âge de 12 ans. L’hebdomadaire rappelle également l’instant de confusion du chef de l’Etat aux funérailles de Johnny Hallyday, lorsque Emmanuel Macron a hésité devant les caméras à bénir la dépouille de l’artiste avant de se raviser pour simplement toucher son cercueil.

Mais cette fois, l’heure des mesures a sonné… Du moins, en ce qui concerne l’islam. Dans une interview accordée au JDD, le président de la République a annoncé qu’il souhaitait poser les jalons de l’organisation de l’islam en France avant l’été : «Nous travaillons à la structuration de l’islam de France et aussi à la manière de l’expliquer. Mais je ne dévoilerai une proposition que quand le travail sera abouti. Ma méthode pour progresser sur ce sujet, c’est d’avancer touche par touche», a ainsi confié Emmanuel Macron au journal dominical.

Il a aussi assuré qu’il rencontrait des représentants de tous les cultes : «Je vais continuer à consulter beaucoup. Je vois des intellectuels et des universitaires […], des représentants de toutes religions.»

Une interview toute en demi-teinte, sans grande prise de position, dans un style qui ne détonne pas de la communication présidentielle habituelle du chef de file de La République en marche, entre mantra républicain et rappel démocratique : «Retrouver ce qui est le cœur de la laïcité, la possibilité de pouvoir croire comme de ne pas croire, afin de préserver la cohésion nationale et la possibilité d’avoir des consciences libres.» Une pensée complexe, donc.

Le président évoque également un «nouveau concordat», sur la même base que celui qui existe en Alsace et en Moselle pour l’Eglise catholique, sans sembler y être particulièrement favorable. Il paraît surtout s’inquiéter des «objets connotés» (foulard, voile et burkini) et dit vouloir repousser les «raccourcis», parfois également nommés amalgames. Sans avoir vraiment livré le début de son plan, Emmanuel Macron termine son intervention en ces termes : «Il y a une question qui est celle de l’organisation. Mais il y a une autre question, qui est celle du rapport entre l’islam et la République

Quant à la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, ce n’est pas «un texte sacré», ironise un proche du président cité par le JDD, qui précise : «Elle a déjà été modifiée 13 fois.»

Quoi qu’il en soit, un proche annonce d’ores et déjà : «Le président lit beaucoup et écoute tous les avis, mais il forgera seul son opinion.»





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 12 thoughts on “Macron veut réorganiser l’islam en France avant l’été «touche par touche»

    1. Filouthai

      En écrivant « touche par touche » vous relancez le débat sur la pedophilie.
      Et Madame Brigitte Trogneux- Macron est très sensible sur ce sujet.

    2. michael

      macron est complement ignorant ,il veut eduquer les arabes de france , les arabes bientot vont retourner a voyager en chameaux et sortir en djellaba

    3. sarah

      C’est comme vouloir remplir les tonneaux des Danaïdes, c’est comme vouloir consolider un barrage hydroélectrique qui fuit de partout, c’est comme vouloir guérir un membre atteint de gangrène, c’est comme vouloir faire passer un bébé de 4 kg par un bassin trop étroit, c’est comme…. allez je stoppe là.

    4. sarah

      Il va réorganiser l’Islam alors qu’il n’est pas capable de réorganiser son propre gouvernement : deux ministres accusés de viols (je me fiche de la prescription parce qu’elle n’innocente pas) restent au gouvernement; comme dit Laurence Rossignol, pour Macron, ce sont les femmes qui mentent tout en sachant que Hulot avait 42 ans quand sa victime en avait 20. Mais comment voulez-vous qu’un ado abusé à 15 ans qui a épousé son abuseur(e) puisse même comprendre le sens même du mot viol ? C’est impossible.

    5. alauda

      Le morceau qui me fait le plus marrer, c’est : « préserver […] la possibilité d’avoir des consciences libres ».
      Un fragment qui a disparu de la citation aux infos télévisuelles, comme si la rédaction avait senti ce que cette formulation, qui a trait aux mouvements les plus profonds de notre être, a de problématique.

      En cette matière relevant de la délibération intérieure, aucun pouvoir n’a d’emprise sur l’avoir, il ne peut agir que sur la possibilité de l’exprimer.

    6. rouffart

      L’Islam na rien à faire en Europe et n’y a pas sa place. Nous sommes une civilisation judéo-chrétienne.
      La place des islamistes est en Arabie et qu’ils y restent. On en veut pas.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *