toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les rapports de force au Moyen-Orient, ont-ils franchi un nouveau palier ?


Les rapports de force au Moyen-Orient, ont-ils franchi un nouveau palier ?

Depuis qu’un F-16 israélien a été abattu par la DCA syrienne, samedi 10 février, les commentaires ne cessent  de parvenir du coté des ennemis d’Israël qui jubilent de joie. L’axe de la soi-disant Résistance estime qu’il a réalisé  un basculement stratégique et qu’il a discrédité l’armée israélienne avec cet incident qui ne s’est pas reproduit depuis 1982.

Le ministre israélien du Renseignement dit vouloir infliger « une leçon inoubliable » à l’Iran qui « a agressé la souveraineté israélienne » en Syrie. Interrogé par les journalistes saoudiens, travaillant pour le journal Elaph, Israël Katz a menacé l’Iran :  » Si l’Iran fait de la Syrie une base arrière pour lancer ses assauts contre Israël, nous allons lui infliger une leçon mémorable« .

Le fait que le journal arabe saoudien interroge le ministre israélien alors que dans certains pays musulmans les gens jubilent après l’abattage d’un F-16 par la DCA syrienne, est bien significatif.

Des évènements d’une rare gravité 

Le 10 février 2018 est entamée par un intense brouillage électromagnétique israélien affectant l’ensemble des télécommunications, un drone de fabrication iranienne appartenant à une force alliée de l’Armée syrienne survole la partie du Golan israélien, en violation du droit international et de la souveraineté israélienne.

Des hélicoptères et des aéronefs israéliens interceptent et détruisent le drone de reconnaissance, mais l’état-major de Tsahal décide de lancer des raids de représailles à l’intérieur de la Syrie en ciblant les centres de commandement et de contrôle ainsi que des unités militaires du premier rang.

Sept missiles de croisière israéliens « Delilah » ont été interceptés et détruits par la défense anti-aérienne syrienne tandis que trois se sont abattus sur deux sites au nord de Damas.

Des batteries de missiles SA-5 (S-200) optimisées sont basées au sud de la Syrie. Ils ont ouvert le feu sur les chasseurs israéliens agresseurs. Une salve de cinq missiles est tirée dans un premier temps. Un F-16 I Sufa israélien est atteint par deux missiles au dessus de la Galilée. Dans la foulée, un F-15 israélien est aussi partiellement endommagé par l’explosion d’un missile à proximité. Des missiles SAM syriens pénètrent à l’intérieur du territoire  israélien et du Liban.

Les israéliens lancent alors une seconde riposte, une seconde salve de missiles de croisière cible la base aérienne T4, le QG de la 104ème brigade des forces de défense aérienne du territoire syrien et des batteries SAM. Le Quartier général de la DCA syrienne à Damas est totalement détruit. Au sud de la Syrie, trois batterie SAM ou radar ont été touchés  par les Israéliens avec des missiles ARM (Anti Radiation Missiles).

Une seconde vague de raids aériens est lancée alors par des forces  israéliennes, mais les pilotes ont été surpris cette fois par l’allumage inattendu de dizaines de radars jamais répertoriés jusque là dans les bases de données des cibles militaires syriennes et un feu intense de la DCA syrienne dont les redoutables systèmes Pantsir S-1 de défense rapprochée. Les Syriens visent les chasseurs israéliens et des missiles S-200 sont lancés.

Résultat de la journée: deux appareils sont atteints par des obus de la DCA dont le F-16 avec ses systèmes de commandes de vol qui sont endommagés et il s’écrase en Israel. Un autre appareil, le F-15 qui atterrit avec un dommage leger au retour à sa base de départ. La douzième attaque israélienne contre la Syrie est la plus grave depuis le début du conflit dans ce pays en mars 2011.

Pour chaque agression future, « Israël devra en payer le prix », a souligné d’ailleurs un communiqué de l’armée syrienne.

Selon le Los Angeles Times, Amos Yadlin, un ancien général de l’armée de l’air israélienne estime que le renversement du F-16 israélien renforce l’idée que la Syrie utilise des missiles à longue portée. Selon Yadlin, l’utilisation de missiles sol-air à longue portée par l’armée syrienne inquiète beaucoup Israël.

Des experts israéliens ont également déclaré que la seule bonne nouvelle dans cette affaire était que les pilotes du chasseur abattu n’ont pas été obligés de sortir de l’engin au-dessus de la Syrie où ils auraient pu comme le disent les experts tomber soit aux mains des terroristes de Daech soit aux mains de l’armée syrienne.

Les ennemis veulent discréditer l’armée israélienne et sa puissance défensive.

Un membre du Conseil central du groupe terroriste libanais du Hezbollah, Cheikh Nabil Farouk, a annoncé que la destruction de l’avion israélien, abattu par la DCA syrienne, avait à nouveau discrédité l’armée israélienne et sa puissance défensive.

Le membre du Conseil central de la milice chiite chargé de la supervision des activités de la lutte armée, Nabil Farouk, a déclaré que le crash de l’avion de chasse israélien, touché samedi 10 février, par les tirs de la DCA syrienne, était un coup stratégique pour le « dôme de fer » d’Israël.

Selon ce membre du Hezbollah libanais, les images de la carcasse de l’avion diffusées par les médias ont remis en question la prétendue suprématie régionale d’Israël, renversant les équations régionales en faveur de l’axe de la Résistance.

Prônant un discours lors d’une cérémonie de commémoration des cadres terroristes  Emad Moghmiyeh, Abbas al-Moussaoui et Cheikh Ragheb dans le sud du Liban, Cheikh Farouk a signalé ce dimanche 11 février :

« Les équations politico-militaires ont changé hier après l’écrasement de l’avion de chasse d’Israël. C’est dire qu’Israël a reçu une grosse claque de la part de l’armée syrienne, puisque cela a remis en cause leur fameux “Dôme de fer” semant la panique parmi les Israéliens. L’événement mérite de faire l’objet d’une réflexion plus approfondie, d’autant plus que l’avion s’est écrasé au cœur d’Israël. »

En ce qui concerne la construction du mur à la frontière avec le Liban, le responsable du Hezbollah a affirmé :

« Cet acte montre la faiblesse et la peur d’Israël vis-à-vis des opérations de la Résistance qui a promis de conquérir la Galilée. Peu importe la hauteur de ce mur, il ne pourra pas protéger la Palestine occupée face aux tirs de roquettes du mouvement de la Résistance. »

Cheikh Naïm Qassem, le secrétaire général adjoint du mouvement terroriste Hezbollah  a déclaré aussi :

 » Le renversement du chasseur israélien signifie [pour le régime sioniste] la fin de la règle de l’agression sans réponse et Israël ne pourra plus se fonder sur cette ancienne règle pour atteindre ses objectifs.« 

Qassem a ajouté : « Israël ne peut plus entrer en guerre parce que cela pourrait avoir des conséquences lourdes pour lui. Israël ne peut pas non plus supporter de voir se développer les capacités de sa partie adverse et il ne sait plus au final comment agir et comment affronter son ennemi. »

« Les Israéliens réalisent maintenant qu’ils ne peuvent pas supporter les conséquences d’une confrontation« , a déclaré Qassan Mohamed, un analyste de la chaîne d’information syrienne Al-Akhbar.

Israël a, à maintes reprises, attaqué ces dernières années des cibles pro-iraniennes sur le territoire syrien.Les évolutions en Syrie et en Irak, mais aussi dans certains points de la région ont renforcé l’influence de l’Iran et de ses alliés dans cette partie du monde, les transformant en une puissance régionale. Aujourd’hui, suite à l’échec de Daech dans la région, les marges de manœuvre des pays arabes sunnites qui ont des positions contre les gouvernements iranien, syrien et irakien, sont devenues très limitées. Ces derniers temps, suite à des différentes tentatives, les pays sunnites opposants à la politique régionale de l’Iran cherchent à éliminer à contrer l’influence iranienne. Ce qui n’étonne plus personne. Cette politique contre l’influence  iraniennes s’est même placée à l’ordre du jour des États-Unis et de certains pays alliés régionaux et extrarégionaux.

Dans l’état actuel des choses, l’Iran, la Russie et la Turquie veulent compléter un nouveau puzzle dans la région. Un puzzle qui donne le jour à une nouvelle convergence en faveur de nouveaux rapports de force au Moyen-Orient.

 Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Les rapports de force au Moyen-Orient, ont-ils franchi un nouveau palier ?

    1. Salmon

      Israël a toujours été attaqué et a toujours gagne les guerres
      Au niveau technologie , humain Israël est le plus fort
      Les guerres au par avant il y avait l Égypte la situé,la Jordanie etc
      Qui a gagné contre tous ces arabos muzzs ?
      Israël

      Les arabes c vous qui n allez pas dormir!!!

    2. Salmon

      Que D.lieu protége Israël et Tsahal
      Et tous les VRAIS DEFENSEurs d’Israël pas ceux qui sont avec islamos gochos etc….

    3. Frenkel

      Cessez de nous bassiner avec les déclarations de responsables arabes. LA MOITIE DES INSTALLATIONS DE LA DCA SYRIENNE A ETE DETRUITE, ET C’EST CE QUI COMPTE !!!!!!

    4. michael

      ce n’est pas une faiblesse de construire un mur au au liban ,c’est pour asfixier le liban ,se sentir prisonier.c’est plus garanti avec ses merdes

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *