toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

« Fake news » d’Etat dans l’affaire Théo : il n’y a pas eu viol selon les expertises médicales


« Fake news » d’Etat dans l’affaire Théo : il n’y a pas eu viol selon les expertises médicales

D’après France Inter, deux expertises médicales remettent en cause la qualification de viol sur Théodore Luhaka, interpellé en février 2017. Selon l’une d’elles, le coup de matraque porté par le policier n’était «pas contraire aux règles de l’art».

Nouveau rebondissement dans l’affaire «Théo». France Inter assure avoir obtenu le 16 février les conclusions de deux expertises médicales, concernant le jeune homme gravement blessé à l’anus par la matraque d’un policier, lors d’un contrôle ayant dégénéré en février 2017.

Ces conclusions seraient formelles et confirmeraient des blessures graves, mais pas le viol dont un des policiers est accusé. L’une des expertises révélerait que le bâton utilisé par le policier d’Aulnay-sous-Bois en question n’aurait jamais pénétré l’anus du jeune homme, même si le coup porté a provoqué le déchirement du sphincter sur près de 10 centimètres. Une information qui a son importance puisque le policier, poursuivi pour viol, verrait la requalification de son acte.

D’ailleurs, France Inter précise que cette première expertise indique, dans sa conclusion, qu’aucune séquelle médicale ne serait «à prévoir» pour Théodore Luhaka. La deuxième expertise, quant à elle, serait encore plus clémente pour le policier incriminé pour le coup de matraque. Celui-ci ne serait en effet «pas contraire aux règles de l’art».

Contactés par la radio, les avocats de Théodore Luhaka estiment que ces informations ne changent pas grand chose sur le fond de l’affaire : «Cela ne va pas atténuer le fait qu’il [Théo] a reçu un coup dans la région de l’anus qui a entraîné des lésions extrêmement graves, gravissimes», estime Antoine Vey.

Selon Europe 1 : une pénétration «serait consécutive à la violence [du] choc»

En outre, Europe 1 appelle à la prudence quant à l’interprétation des premières conclusions. Selon les informations de la radio, «le matraque aurait en effet atteint le sphincter, le muscle entourant l’anus, et la pénétration serait consécutive à la violence de ce choc».

Fin janvier, cette même radio avait dévoilé une vidéo de l’interpellation à Aulnay-sous-Bois, semblant remettre en cause l’hypothèse d’un «viol en réunion». L’un des avocats de Théodore Luhaka avait estimé qu’il s’agissait d’«un viol en réunion» et ce dernier a toujours affirmé avoir subi un «acte de torture» de la part des gardiens de la paix.

L’affaire avait fait grand bruit en février 2017, donnant en outre lieu à plusieurs nuits de violences urbaines. Théodore Luhaka, alors âgé de 22 ans, avait été victime d’une plaie du canal anal après son interpellation. Le président de la République de l’époque, François Hollande, en soutien à Théodore Luhaka, s’était rendu au chevet du jeune hospitalisé.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “« Fake news » d’Etat dans l’affaire Théo : il n’y a pas eu viol selon les expertises médicales

    1. alauda

      Dans le Figaro, hier :
      Céline Berthon : «Après l’affaire Théo, la police exige des excuses !»

      Tous ceux qui ont eu à subir les conséquences de sa manipulation politico-médiatique devraient en exiger aussi.

    2. Jacques B.

      Hollande ne s’est pas fait avoir, Trannod : il savait parfaitement ce qu’il faisait en visitant la crapule « Théo » : il donnait des gages aux banlieues pour qu’elles ne s’enflamment pas. De la lâcheté, pire : de la trahison envers les les policiers et envers tous les Français, et cela, de façon parfaitement consciente et calculée.

      Hollande est un complice de criminels, un traître, une ordure.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *