toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Erdogan, le déclencheur de guerre, face à la perduration de la guerre et l’augmentation des pertes matérielles et humaines


Erdogan, le déclencheur de guerre, face à la perduration de la guerre et l’augmentation des pertes matérielles et humaines

Depuis le 20 janvier 2018, Ankara impose un blocus aérien et terrestre au Kurdistan Syrie. Les habitants de cette région au nord du pays sont confrontés à plusieurs problèmes. Les attaques turcs contre Affrin ont fait jusqu’à présent des centaines de morts et de blessés. Depuis cette période, le régime turc a empêché l’entrée de marchandises civiles, y compris le carburant, les médicaments, la nourriture et les matériaux de soins.

Après 23 jours d’offensive dans le nord de la Syrie et le débarquement de l’armée turque à Afrin, on voit que la Turquie s’enlise en Syrie et qu’elle a suspendu ses bombardements sur les positions des Unités de protection du peuple (YPG) à la demande de Moscou. Ce qui pose beaucoup de questions sur l’efficacité du déclenchement de cette guerre.

Afrin : 5 chars turcs détruits et 33 soldats tués depuis le début de l’agression turque

Les Unités de défense du Peuple kurdes (YPG) ont fait part de la destruction de 5 chars d’assaut de l’armée turque lors de leurs affrontements avec les soldats turcs dans le cadre de l’opération « Rameau d’olivier » à Afrin. trente -trois militaires turcs ont par ailleurs été tués depuis le début de l’agression turque.

Les YPG kurdes ont diffusé des vidéos montrant un char d’assaut turc, touché dans le nord d’Afrin, de même que des soldats qui avaient été ciblés.

L’aile militaire du Parti de l’Union Patriotique (PYD) a par ailleurs annoncé que lors d’une opération sur une base des terroristes de l’Armée syrienne libre (ASL), à la solde de l’armée turque, dans la ville d’Azaz, dans le nord-ouest de la province d’Alep, à 20 km d’Afrin, 4 chars turcs, l’arsenal d’armes et plusieurs équipements militaires de l’armée ont été détruits. Par ailleurs, 5 militaires turcs ont péri.

Les forces démocratiques syriennes (FDS), pour leur part, ont rendu public un bilan des pertes de l’armée turque dans l’intervalle du 20 janvier au 12 février 2018 selon lequel, 33 militaires turcs ont été tués  lors des batailles sur les 12 axes militaires le long de la frontière Syrie/Turquie.

 

Le 11 février le président Recep Tayyip Erdogan annonce le crash de l’hélicoptère turc à Afrin et de la mort de ses deux pilotes. Cet incident augmente les inquiétudes des Turcs et met en évidence  la perduration de la guerre et l’augmentation des pertes matérielles et humaines.

Les Forces démocratiques syriennes, soutenues par les États-Unis, ont fait état de la destruction d’un drone d’espionnage turc dans la région d’Afrin au nord de la Syrie. Les FDS auraient pris pour cible un drone turc dans le village de Qodhiyah, dans le district d’Afrin, au nord-ouest de la Syrie.

« Nous avons réussi à abattre, aujourd’hui (12 février), un drone d’espionnage turc au-dessus d’Afrin en Syrie », a annoncé le bureau d’information des FDS.

Les Unités de protection du peuple avaient déjà pris pour cible le 10 février un hélicoptère militaire turc dans la localité de Rajo dans le rif d’Afrin.

Les kurdes PKK/YPG, qui bénéficient du soutien des États-Unis au nord de la Syrie, luttent courageusement contre les soldats turcs.

Pour affronter les agresseurs turcs et leurs mercenaires, il incombe aux combattants Kurdes d’entrer dans une nouvelle étape du combat contre les turcs .Ils sont épuisés, de nombreux d’entre eux ont été tués et leurs armements détruits. Ils ont perdu toute motivation.

Les agresseurs et leurs mercenaires se préparaient à une opération militaire rapide et facile. Tous leurs plans sont tombés à l’eau grâce au courage et au dévouement des résistants kurdes.

Les habitants de cette région Kurde du nord de la Syrie continuent d’espérer la reprise des territoires, soit pacifiquement, soit par la lutte armée. Le lien entre les forces turcs qui collaborent avec des miliciens arabo- islamistes dans cette agression n’est caché à personne. Les répercussions n’épargneront pas la Turquie.

Les relations turco-américaines sont sur le point de s’effondrer

Selon l’agence de presse Anadolu, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavusoglu a déclaré hier à la presse que « les relations américano-turques sont à un point critique et exposées à un risque d’effondrement total. »

En effet, c’est au cours d’une conférence de presse à Istanbul que le ministre turc des AE a affirmé: « Nous pouvons améliorer nos relations, sinon ces relations s’effondreront complètement! »

« Si les États-Unis ne prennent pas les mesures nécessaires, nous, nous agirons comme il le faut dans d’autres coins comme à Manbij », a ajouté Cavusoglu.

« Désormais, nous ne voulons plus entendre de promesses, nous voulons des démarches concrètes des États-Unis qui sont responsables de la perte de confiance actuelle. La Turquie n’a jamais commis et ne commettra jamais d’erreur envers aucun de ses amis-alliés. Les relations vont soit s’améliorer, soit se détériorer totalement » a martelé le ministre turc des Affaires étrangères.

Cavusoglu a indiqué que toutes les questions sensibles seraient discutées en détail lors de la prochaine visite, prévue pour jeudi, du secrétaire d’État américain M.Rex Tillerson à Ankara.

Erdogan, le belliciste, entend-il fermer la base d’Incirlik aux Américains ?

Le vice-Premier ministre turc Fikri Isik a déclaré dimanche 11 février qu’« en fonction des intérêts de la Turquie, nous pourrions fermer la base aérienne d’Incirlik aux Américains ».

Interrogé sur le litige américano-turc sur la coopération militaire avec les Kurdes syriens, il n’a pas exclu que la fermeture de la base d’Incirlik soit dans l’ordre du jour du gouvernement d’Ankara. « On ne peut pas parler ouvertement de certains dossiers mais chaque prise de décision est examinée par des mécanismes consultatifs », a-t-il indiqué.

La base d’Incirlik a été créée en 1954 suite à un accord entre la Turquie et les États-Unis. Elle abrite environ cinq mille forces américaines et le « 39th Air Base Wing », une unité qui assure le fonctionnement des installations et permet son utilisation par les appareils passant par Incirlik.

Le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, H. R. McMaster a réalisé une visite à Istanbul. Le secrétaire d’État américain Rex Tillerson y est attendu en fin de semaine. L’objectif de leur venue est d’atténuer les tensions bilatérales.

Pour les Etats-Unis, les kurdes jouent un role déterminant dans l lutte contre Daech au nord de la Syrie. Pourtant pour la Turquie, « lutter contre les groupes terroristes PKK et YPG (le Parti de l’union démocratique), cela est aussi important que de lutter contre les terroristes de Daech », avait souligné le 16 janvier dernier le chef d’état-major des forces armées turques.

L’opération de l’armée turque « Rameau d’olivier » contre la milice kurde a commencé le 20 janvier à Afrin, au nord de la Syrie, après que les États-Unis eurent annoncé la création d’une force frontalière composée de 30 000 hommes.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël

 

 





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Erdogan, le déclencheur de guerre, face à la perduration de la guerre et l’augmentation des pertes matérielles et humaines

    1. Moka

      Et les organisations pro palestinnienes ,les pays arabes islamiques en disent quoi?Ces mêmes personnes qui boycottent Israël continueront toujours à acheter des produits turque dans les épiceries,passer ses vacances en Turquie,accueillir comme une pop star Erdogan dans les pays du Moyen-Orient et autres pays musulmans.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *