toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Un djihadiste Français originaire de Lunel, détenu en Syrie : « Je finis les interrogatoires et je rentre chez moi »


Un djihadiste Français originaire de Lunel, détenu en Syrie : « Je finis les interrogatoires et je rentre chez moi »

Un Français engagé dans les rangs de Daech, puis capturé par les forces kurdes, témoigne à visage découvert sur France 2. Il prétend ne pas être un combattant, et dit espérer rentrer en France.

Il a 30 ans et est originaire de Lunel, dans l’Hérault. France 2 a pu interviewer, à visage découvert, un Français détenu par les forces kurdes en Syrie qui soupçonné d’avoir combattu dans les rangs du groupe Etat islamique. « Je veux retourner chez moi », explique le jeune homme.

Il assure ne pas être venu en Syrie pour combattre: « Je suis venu sans idéal, je suis venu je ne connaissais aucune sourate. Je suis venu chercher mon petit frère. » Comme le montre la chaîne publique, les deux Français posent pourtant sur plusieurs photos, ensemble, les armes à la main.

« Je finis les interrogatoires et je rentre chez moi »

Depuis la chute de Daech en Syrie et en Irak, une quarantaine de djihadistes français ont été capturés, la plupart par des combattants kurdes. Plusieurs d’entre eux, dont deux femmes, ont demandé le rapatriement pour être jugés en France. C’est aussi le cas de ce Français. « Ils m’ont dit que je finis les interrogatoires et je rentre chez moi », dit-il.

 Pendant l’interview, un Français engagé volontaire au sein des forces kurdes se tient posté derrière lui et finit par l’interpeller. « Tu penses que ça va être aussi facile que ça de rentrer chez toi après avoir été avec l’État islamique? Avoir vu des gens se faire décapiter et ne pas avoir réagi? », lance le membre des forces kurdes. « Tu crois vraiment que les gens vont te laisser partir comme ça sans avoir rien fait? »

« Tu crois que nous on va oublier? »

« Tu crois que, nous, on va oublier? », poursuit le soldat français. « Qu’on va oublier tous les gens qui sont morts dans cette guerre? Tous nos camarades qui sont tombés à cause des gens comme toi. » « Je n’ai pas pris les armes », assure son prisonnier.

Pour Paris, le cas de ces djihadistes est sensible. En novembre, Emmanuel Macron résumait ainsi sa politique: leur sort sera examiné au « cas par cas ». Début janvier, le gouvernement a assuré que ceux arrêtées dans le « Kurdistan syrien » seront « jugées là-bas » si les « institutions judiciaires sont en capacité d’assurer un procès équitable » avec des « droits de la défense respectés ».

Les Kurdes prêts « à s’arranger »

Les Kurdes se disent prêts « à s’arranger ». « Avec la France, un pays allié, on peut trouver une entente qui arrange au mieux, sachant que la priorité est que ces terroristes doivent rendre compte de leurs crimes », a indiqué Khaled Issa, représentant en France du Kurdistan syrien. « Une fois l’instruction terminée, nous verrons le sort réservé à ces terroristes en fonction de l’entente avec l’État allié » concerné, ajoute-t-il.

Ce dimanche, la justice irakienne s’est prononcée pour la première fois pour la peine capitale à l’encontre d’une femme européenne, une Allemande, pour avoir rejoint le groupe djihadiste Etat islamique (EI).

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 10 thoughts on “Un djihadiste Français originaire de Lunel, détenu en Syrie : « Je finis les interrogatoires et je rentre chez moi »

    1. Yoshua

      Il faut en faire cadeaux aux kurdes pour une petite kure de désintoxication à vie!!!surtout qu’il reste et que la France n’ai pas à récupérer ce déchet

    2. sarah

      La France, c’est leur chez eux maintenant ???? Ils la rejetaient, ils la niquaient matin, midi et soir, ils sont partis en Syrie parce qu’ils la reniaient ,ils ont combattu et ont parfois tué dans ce pays et à présent, ils veulent revenir aux frais des contribuables et reviendront parce que l’Etat français s’apprête à les accueillir, puis ils seront mis en prison quelques semaines et relâchés aussi vite dans la nature peut-être avec un bracelet électronique et encore. Ce sont des sales types qui, en plus d’être des assassins ou des complices, ce qui est pareil, n’ont vraiment aucune fierté.
      Ma fille unique, quant elle a rejeté la France en 2006 lors de l’assassinat monstrueux d’Ilan Halimi consécutif, il faut le dire, à un antisionisme d’Etat de Mitterrand et encore plus de Chirac, ce farouche anti-israëlien et de toutes les forces politiques françaises à divers degrés, antisionisme savamment distillé dans les cités par ces pourritures pendant trois décennies, ma fille elle, s’est construite sa vie ailleurs au Canada, s’est mariée avec un canado-américain et mes petits-enfants sont nés, je dirai, en exil. Malgré le froid polaire, malgré la difficulté des études, elle n’a pas dit : Je rentre en France parce qu’elle est fière comme je le lui ai appris.
      C’est trop facile de partir en crachant sur la France, de commettre des atrocités ailleurs et de revenir dès qu’on se trouve confronté aux difficultés : ces djihadistes sont des couards mais c’est ce genre de personnes que la France aime, dorlote et chouchoute. Les personnes vaillantes, travailleuses, ce pays les laisse partir à force de renoncements et notamment face à l’antisémitisme. Et bien, je vous dis que, dans deux générations, la France se retrouvera à l’âge de pierre avec ces crapules et elle l’aura bien mérité.

    3. SAAD

      non pendaison comme en irak
      pas de retour,il n’y a pas de peine de mort en france ;il faut assumer jusqu’au bout ses actes:chercher mon frere?pas tuer ,,nous prendre pour des cons !!

    4. sarah

      Il est évident que je ne compare absolument pas les causes du départ de ma fille dues à l’antisémitisme puant en France à celles de ces terroristes qui sont la haine et le désir d’élimination de l’Occident et de tout ce qui n’est pas musulman, détestation totale qui va jusqu’à la guerre contre leurs compatriotes. Je parlais juste en ce qui concerne ma fille du rejet de son pays, quand ce pays cultive insidieusement la haine des juifs sionistes pour permettre, in fine, à des monstres comme Fofana, Merdah, Coulibaly, Nemmouche de torturer, de broyer, de tuer même des enfants juifs et à la façon noble qu’elle a eue de faire face à cet antisémitisme en bâtissant ailleurs.

    5. Armand Maruani

      Lunel ?

      Cela nous rappelle encore une fois l’Histoire des Juifs de France implantés depuis le Moyen-Äge et ce trou du cul on ne sait même pas d’où il sort et  » il est chez lui « .

      Qu’il reste et qu’il crêve là où il se trouve , c’est sa place .

    6. Pascale

      Je tue ou m’associe aux meurtres de masse et je rentre chez moi!
      Trop facile: La peine de mort et immédiatement.

    7. Pinhas

      Ces nazis savent que les dirigeants Français sont des mauviettes et des carpettes.
      Souhaitons que ces monstres soient éliminés sur place.
      Pas de pitié pour ces monstres car eux n’en auront aucune si ils reviennent en France.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *