toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Sans coordonner avec les Israéliens, deux pays musulmans prétendent vouloir ouvrir leur ambassade à Jérusalem -Est


Sans coordonner avec les Israéliens, deux pays musulmans prétendent vouloir ouvrir leur ambassade à Jérusalem -Est

La Malaisie, un pays musulman d’Asie du Sud-Est qui n’entretient pas de relation diplomatiques avec l’Etat hébreu, compte ouvrir une ambassade à Jérusalem-Est comme un geste pour condamner la récente décision du président américain de reconnaître cette ville comme capitale d’Israël.

Reconnaissant Qods-Est comme la capitale de la Palestine, le ministère malaisien des Affaires étrangères a déclaré qu’il va y ouvrir une ambassade.

Dans une conférence de presse, Ahmed Zahid Hamidi, vice-Premier ministre malaisien, a affirmé que dans les prochains jours, le cabinet examinerait et mettrait en œuvre le plan proposé par le Premier ministre Najib Abdul Razzaq.

« La Malaisie n’attache aucune importance aux menaces des États-Unis qui projettent de couper leurs aides financières et considère la décision de Trump comme une action irrationnelle et illégale », a affirmé Ahmed Zahid Hamidi.

Le Premier ministre malaisien Najib Abdul Razzaq – en photo-  a indiqué que son gouvernement a catégoriquement rejeté la décision des États unis de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. Le Premier ministre a appelé les dirigeants des partis de la coalition, les représentants, les présentateurs et les dirigeants de tous les musulmans, où qu’ils soient, à exprimer leur rejet total et ferme de cette décision.

Bien que le Premier ministre Najib Abdul Razzaq ait rencontré il y a peu Donald Trump à la Maison-Blanche et twitté la photo qu’il avait prise avec lui en marge d’une conférence régionale à Manille, capitale des Philippines, il refuse la décision américaine.

« Je ne ménagerai aucun effort pour faire reconnaître Qods comme capitale de l’État indépendant palestinien », a-t-il souligné.

Le Premier ministre malaisien avait également promis de poursuive son soutien aux Palestiniens.

La Malaisie a préférée, en 2017, renoncer au congrès de la FIFA qu’accueillir les représentants d’Israël. Le  pays, à majorité musulmane, refusait d’accorder des visas aux représentants d’Israël. La religion d’État est l’islam en Malaisie.

La Turquie veut  aussi ouvrir son ambassade à Qods-Est

Le président turc Recep Tayyip Erdogan annonce aussi que la Turquie ouvrirait bientôt une ambassade à Jérusalem-Est en tant que capitale d’un Etat palestinien, en dénonçant à nouveau la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

Le chef de l’Etat turc, proche du groupe terroriste palestinien du Hamas, est l’un des plus véhéments critiques de la décision annoncée le 6 décembre dernier  par le président américain Donald Trump de reconnaître la Ville sainte comme la capitale d’Israël. Il a appelé les pays musulmans à reconnaître Jérusalem-Est comme la capitale palestinienne.

« Parce que (la ville) est sous occupation, nous ne pouvons pas juste y aller et ouvrir une ambassade », a déclaré M. Erdogan pendant un discours au sud de la Turquie. « Mais si Dieu le veut, ce jour est proche et (…) nous ouvrirons officiellement notre ambassade là-bas ».

L’État hébreu n’a pas le droit de « s’approprier » Jérusalem, qui est la « capitale des musulmans », a-t-il ajouté.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël

 





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 12 thoughts on “Sans coordonner avec les Israéliens, deux pays musulmans prétendent vouloir ouvrir leur ambassade à Jérusalem -Est

    1. Armand Maruani

      Des gens qui décident unilatéralement de diviser Jérusalem capitale éternelle d’Israël et du Peuple Juif uniquement par haine .

      Ils confondent l’Histoire et les contes des mille et une nuits .

      Adolphe le minable aurait agi comme eux .

    2. Corto

      C’est étonnant, ils déclarent que Jérusalem est occupée et malgré tout ils peuvent ouvrir des ambassades dans les zones « dites-occupées » ??

      Faudra m’expliquer ?????

    3. Devleeschouwer

      La résolution 80 de la charte de l’ONU a force de traité international, car la Charte des Nations Unies dans son entier est un traité international. Appliquée au cas de la Palestine, elle explique que les Droits qui ont été donnés aux Juifs sur la terre d’Israël ne peuvent être modifiés d’aucune façon, sauf si un accord de tutelle entre les États ou parties concernées avait transformé le mandat en tutelle, ou en «territoire sous tutelle».

      En vertu du chapitre 12 de la même Charte, l’ONU avait une fenêtre de trois ans pour ce faire, entre le 24 octobre 1945 (date où la Charte des Nations Unies est entrée en vigueur) et le 14/15 mai 1948, date où le mandat a expiré, et l’Etat d’Israël a été proclamé.

      Comme aucun accord de ce type n’a été passé pendant ces trois ans, les droits donnés aux juifs dans le mandat britannique sur la Palestine ont force exécutoire, et l’ONU est bloquée par cet article 80. Elle n’est même pas autorisée à le modifier.

      L’ONU n’a donc aucune possibilité de transférer une partie des Droits qui ont été donnés au peuple juif sur la Palestine à une entité non-juive, l’Autorité palestinienne en l’occurrence. Tous les juristes de l’ONU le savent, et butent sur cette résolution incontournable.

      De quels droits parle-t-on
      Article 6 du Mandat: le droit pour les juifs d’«immigrer librement sur la terre d’Israël et d’y établir des colonies de peuplement»
      Parmi les plus importants des Droits conférés aux Juifs figurent ceux de l’article 6 du Mandat, qui reconnaît aux Juifs le droit d’«immigrer librement sur la terre d’Israël et d’y établir des colonies de peuplement».

      Sous le mandat britannique, toute la Palestine était réservée à l’établissement du foyer national juif et du futur Etat juif indépendant, en confirmation de ce qui avait été décidé lors de la conférence de paix de San Remo en avril 1920.

      Aucune partie de la Palestine concernée par le mandat britannique n’a été donnée pour la création d’un Etat arabe, car les droits des Arabes à l’autodétermination leur ont été accordés ailleurs : en Syrie, en Irak, en Arabie, en Egypte et en Afrique du Nord, et il fut créé 21 Etats arabes contemporains à cet effet, sur une immense masse terrestre qui va du golfe Persique à l’océan Atlantique. Contre un seul Etat pour les Juifs, en Palestine historique.

      Il n’y a donc, d’un point de vue juridique pour l’ONU, aucune possibilité de créer encore un Etat arabe indépendant sur le territoire spécifique de l’ex-Palestine mandataire réservé à l’autodétermination juive, et plus particulièrement en Judée, en Samarie et à Gaza.

      Créer un tel Etat sur les terres juives serait illégal en vertu de l’article 80 de la Charte des Nations Unies, et outrepasserait l’autorité juridique que l’ONU s’est elle-même donnée. L’ONU est totalement bloquée, quelle que soit sa volonté politique actuelle.

    4. Asher Cohen

      @Devleeschouwer

      « La résolution 80 de la charte de l’ONU a force de traité international, car la Charte des Nations Unies dans son entier est un traité international. »
      Difficile de considérer la Charte de l’ONU comme un traité international car en 1945, plusieurs pays n’en font pas partie.
      La Déclaration Balfour précise le développement d’un « Foyer National Juif » (Jewish National Home) qui de toutes manières existait déjà, mais cette simple déclaration a fait l’objet d’âpres négociations, durant plus d’un an entre les Zionists et le cabinet de guerre Britannique, et le texte de la Déclaration a été remanié pendant des mois. Ensuite à la conférence de San Rémo en 1922, la SDN a donné mandat à l’Angleterre.

      « le droit pour les juifs d’«immigrer librement sur la terre d’Israël et d’y établir des colonies de peuplement» Ceci est faux, le Mandat de la SDN ne parle pas d’un état Juif, ni d’une immigration Juive libre et illimitée sur la Terre de Palestine. Après la proclamation de l’état Juif du 14 mai 1948, l’une des premières mesures prise par le Gouvernement provisoire d’Israël sera justement l’abrogation de toute limite à l’immigration Juive en israël. Les anglais, dont Churchill en 1922, ont toujours limité l’immigration juive en Palestine, et dès la fin des années 1920, malgré la monté des périls en Europe, ils ont carrément répudié le Mandat de la SDN et adopté une politique clairement pro-arabe. D’ailleurs, ils ne ressentent aucune part de culpabilité dans l’extermination de 6 M de Juifs en Europe. On peut comprendre, qu’à leur tour les Juifs aient répudié le mandat britannique.

      « Sous le mandat britannique, toute la Palestine était réservée à l’établissement du foyer national juif et du futur Etat juif indépendant, en confirmation de ce qui avait été décidé lors de la conférence de paix de San Remo en avril 1920. » Faux, les Anglais n’ont commencé à parler d’autonomie, voire d’état Juif, qu’avec le projet de partition du Plan Peel de 1937.

      « Aucune partie de la Palestine concernée par le mandat britannique n’a été donnée pour la création d’un Etat arabe » Faux, le Plan de partage voté à l’ONU le 29 Novembre 1947, précise la création d’un état arabe indépendant, mais il n’a pas été accepté par les arabes. Par contre, oui, ni la Déclaration Balfour, ni le mandat de la SDN ne prévoyaient de créer un état arabe en Palestine. Enfin, dès 1950, le roi abdallah de Tranjordanie occupée, a attribué la nationalité jordanienne aux squatters arabes de la Judée-Samarie. On n’a pas alors créé un état arabe sur cette zone, et en 2018, ces gens-là ont toujours la nationalité jordanienne: ils doivent donc retourner dans leur pays d’origine. Quand l’Allemagne a annexé l’Alsace-Lorraine en 1871, les Alsaciens et Lorrains, qui refusaient d’être gouvernés par les Allemands, sont tout simplement partis; on n’a pas alors créé une Alsace-Lorraine indépendante.

    5. ixiane

      Je ne vois pas comment la Malaisie et MERDOGAN construiraient une ambassade ..à Jérusalem .. il faudrait déjà qu’ils puissent entrer en ISRAEL ……

    6. ixiane

      @Asher Cohen
      Effectivement ces squatters arabes sont les « palestiniens orientaux » qui ont eu 75% de la Palestine mandataire ; ils n’ont rien à faire en ISRAEL qui est l’ancienne Palestine occidentale ( Mer au Jourdain) , le confetti de 25% de la Palestine ( Romaine puis mandataire ) que le partage a daigné leur rendre !!!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *