toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le Tanzim, la branche armée du Fatah, serait impliqué dans l’attaque de Havat Gilad contre un rabbin


Le Tanzim, la branche armée du Fatah, serait impliqué dans l’attaque de Havat Gilad contre un rabbin

 

 

Une cellule du Tanzim, la branche armée du Fatah, serait soupçonnée d’avoir mené une attaque à l’arme automatique contre le rabbin Raziel Shevah  qui a été tué le 9 janvier au soir alors qu’il circulait dans sa voiture près de Havat Gilad, à l’ouest de Naplouse, en Judée Samarie. Le Rabbin Shevah a été l’un des fondateurs de Havat Gilad.

Le modus operandi de  fusillade constitue une preuve claire qu’il s’agit d’une attaque professionnelle, précise et bien planifiée par une équipe bien entraînée. C’était le premier incident, depuis des années, dans lequel ont été utilisées des armes automatiques classiques plutôt que des armes improvisées.

En moins de 40 secondes, 22 balles ont été tirées contre sa voiture sans que les forces de sécurité israéliennes puissent mettre la main sur les assaillants. Depuis, les forces spéciales procèdent à des recherches  intensives  dans le secteur où a eu lieu l’attaque.

L’appareil sécuritaire dispose d’informations qui confirme le caractère prémédité de l’attaque et la volonté palestinienne d’avoir recours à une action armée. Selon ces informations, les cellules palestiniennes s’activent en Judée Samarie  pour se lancer dans une lutte armée. Il s’agit d’individus formés et entraînés qui savent tirer sur des véhicules en mouvement et manier des armes de combat.

Il faut dire que les hommes du Tanzim ont une grande expérience dans les attaques surprises contre des véhicules et des bus israéliens.

Selon des sources israéliennes, les enquêteurs  se sont heurtés à une omerta totale. Personne n’aurait rien vu, rien entendu alors que l’attaque n’a duré que 40 secondes.La posture du silence généralisé est d’autant moins surprenante qu’elle s’inscrit dans la complexité de la cohabitation entre les populations locales juives et arabes.

Le refus de coopérer avec les enquêteurs pourrait également traduire une complicité des colons arabes avec les djihadistes. Les Tanzims ont pris part de façon active à la seconde Intifada et certains membres de cette faction ont rejoint les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa.

A en croire une source israélienne, les forces spéciales — caméras nocturnes, ballons de surveillance, drones de reconnaissance et chiens renifleurs à l’appui — se sont lancés dans les recherches pour trouver les assaillants. Ces recherches se sont avérées jusqu’à maintenant stériles.

L’appareil sécuritaire israélien, mis à l’épreuve des faits, ne parvient à pas identifier les tueurs. L’attaque a eu lieu à peine quelques jours après que la Knesset a voté une loi permettant l’exécution des candidats aux opérations terroristes. Ce qui inquiète particulièrement l’armée israélienne, c’est que la fusillade s’est produite dans une zone soumise à d’intenses patrouilles militaires, zone particulièrement fréquentée. Pis, la sécurité israélienne ne cessait ces derniers temps de se montrer rassurante, affirmant aux habitants qu’ils sont partout en sécurité en vain.

Depuis la fusillade du 9 janvier et la  disparition dans la nature de ses auteurs, les familles juives vivent dans la crainte de nouvelles attaques palestiniennes. D’un moment à l’autre, on s’attends à une nouvelle attaque.

Le chef d’état-major israélien s’est même rendu sur les lieux de l’attaque pour rassurer la population, décrétant un périmètre de sécurité dans la zone et intimant à ses soldats de se tenir en état d’alerte permanent pour éviter que le scénario ne se reproduise à l’avenir. Mais le General Gadi Eizenkot n’est plus trop sûr de ce qui pourrait se reproduire dans les jours ou les semaines qui viennent.

Quelques jours avant l’attaque, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah a rencontré une délégation du Fatah et s’est entretenu avec elle de la perspective d’un élargissement du soulèvement qui secoue les territoires palestiniens depuis que Washington a reconnu la capitale israélienne.

La rencontre de Nasrallah avec les représentants du Fatah signifie à vrai dire qu’Abbas et son entourage ont perdu toute illusion de compromis avec Israël, quitte à couper les ponts avec les Américains et leurs alliés, et à se retirer des accords d’Oslo.

Les éléments du Tanzim, la branche armée du Fatah, ont donc les mains libres.

Le Center for Strategic and International Studies considère dans une étude sur les organisations palestiniennes que le Tanzim est responsable d’attentats contre des objectifs israéliens, en particulier des attaques contre des véhicules et des bus. Le chef de cette organisation Marouane Barghouti a été condamné en 2004 par la justice israélienne à cinq peines de prison à vie pour le meurtre de cinq civils israéliens et son implication dans quatre attaques terroristes.

Face à l’émotion suscitée en Israel par la mort du rabbin Raziel Shevah, il se peut que Washington cesse plus tôt que prévu son assistance budgétaire à l’Autorité autonome palestinienne et pousse de la sorte Abbas à s’éloigner de son siège à Ramallah.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël

 

 

 





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Le Tanzim, la branche armée du Fatah, serait impliqué dans l’attaque de Havat Gilad contre un rabbin

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *