toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Gilles-William Goldnadel : « Sur France 2, on a le droit de rire des enfants morts (pendant la Shoah) mais pas des femmes battues»


Gilles-William Goldnadel : « Sur France 2, on a le droit de rire des enfants morts (pendant la Shoah) mais pas des femmes battues»

Gilles-William Goldnadel se dit capable de rire de tout, mais à condition que ce soit vraiment tout. Quand la télévision publique censure les blagues sur les violences conjugales mais diffuse des plaisanteries à propos de la Shoah, notre chroniqueur se demande si l’indignation médiatique n’est pas sélective.


Gilles-William Goldnadel est avocat et essayiste. Il est président de l’association France-Israël. Toutes les semaines, il décrypte l’actualité pour FigaroVox.


Je voudrais cette semaine radiographier la télévision publique avec une drôle d’histoire d’histoires drôles.

C’est avec ce genre de petites choses, qu’on comprend bien des choses.

J’avais traité dans ces mêmes colonnes il y a quelques semaines des mésaventures du malheureux Tex, qui a été renvoyé séance tenante par Mme Ernotte, présidente de France 2, sur dénonciation de Mme Schiappa, pour avoir osé faire de l’humour noir sur une femme à l’œil au beurre noir.

Cette semaine, sur la même télévision de service public mais dans le cadre encore plus noble et sérieux du journal télévisé, une rubrique était consacrée à ces «femmes humoristes qui osent tout».

Ci-après, plaisanterie soigneusement sélectionnée par la télévision d’état pour présenter l’humoriste belge Laura Lane, sur scène et sous les rires du public: «Quelle est la différence entre les juifs et les baskets? Réponse: aucune, on en trouve plus en 39 qu’en 45»…

Je suis de ceux qui pensent qu’on peut rire de tout, à condition que ce soit réellement de tout.

Je pourrais commencer par vous dire, et je suis sûr que parmi mes lecteurs beaucoup le pensent, que les deux plaisanteries ne sont en rien équivalentes. Que l’une concerne une femme battue imaginaire tandis que l’autre concerne six millions d’hommes, de femmes et d’enfants qui, pour être partis en fumée, ont réellement existé.

Mais, que mes lecteurs me pardonnent, je ne me situe pas sur ce terrain miné et n’entends pas m’y arrêter.

Je suis de ceux qui pensent qu’on peut rire de tout, à condition que ce soit réellement de tout.

Or, la faute impardonnable mais tellement idéologiquement explicable de France 2 réside dans son esprit de sélection.

Pendant que l’on célèbre l’audace d’une humoriste femme au moyen de la violation du plus grand des tabous, on vire comme un malpropre un beauf bien blanc pour avoir osé plaisanter sur le tabou idéologique du moment. La femme humoriste peut tout se permettre tandis que le blanc mec est déjà un suspect.

Dès lors, la plaisanterie sur la Shoah dûment sélectionnée, me reste à travers le gosier.

Le deux poids, deux mesures valide donc le fait que sur cette télévision publique qui m’appartient aussi, on a le droit de rire des enfants morts mais pas des femmes battues. Mais l’humour noir à demi, n’est pas l’humour du tout. Et du coup, voilà que cette plaisanterie qui aurait pu, je l’avoue, me faire sourire, ne me fait plus rire du tout.

Mais plutôt que de pointer Laura Lane, ce que je trouverais injuste, je réclame que Tex ne soit plus à l’index.

Pour rester et finir sur le terrain de la mauvaise plaisanterie, je voudrais évoquer le comte de Paris.

Celui-ci a saisi le CSA, s’agissant de l’émission de RTL les Grosses Têtes, animée par Laurent Ruquier.

Le 2 janvier, alors qu’était évoquée la mort de son fils aîné, handicapé mental, décédé le 30 décembre, l’animateur a demandé aux participants où allait être enterré le prince François de France.

Désolé Monsieur le Comte, les handicapés ne font pas partie des fausses victimes sacrées.

S’en est suivie une série de blagues sur les handicapés mentaux qui n’ont pas fait rire le père éploré.

Jusqu’à présent, le CSA, qui a lui aussi ses humeurs sélectives, est resté l’arme au pied.

Henri de France pourrait se demander, naïvement, ce qui peut pousser de bons esprits à en faire du mauvais lorsqu’il arrive le pire qui soit à des parents: d’enterrer leur enfant.

Il faut bien mal connaître l’âme l’humaine pour ignorer, ce que De Gaulle à Chirac on sait bien, que c’est ce qui arrive au plus fragile des enfants qui fait le plus grand mal.

Mais désolé Monsieur le Comte, les handicapés ne font pas partie des fausses victimes sacrées.

Ils sont trop authentiques pour être respectés par les petits marquis de la gauche médiatique.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Gilles-William Goldnadel : « Sur France 2, on a le droit de rire des enfants morts (pendant la Shoah) mais pas des femmes battues»

    1. Pascale

      On ne peut rigoler d’un génocide et celui ou celle qui se le permet, doit penser a son enfant qui sera assassiné violemment comme un chien et dont le corps sera jeter aux poubelles: et seulement après que l’on puisse en rire demanderait alors la réaction de ceux ou celles qui se sont permis d’en rire!!

    2. Corto

      Quand macron prévient de futures censures, ne nous trompons pas, il ne parle pas uniquement de continuer dans la voie actuelle, mais de renforcer avec zèle le massacre de l’information et de la manière de penser des français.

      Cela s’appelle de la propagande au même titre de ce qu’il se passe en Corée du Nord ou en Iran, pays avec lequel il déborde d’affection, puisque il est strictement aux médias publics de relayer la moindre information concernant les massacres qui ont cours depuis 15 jours et au moment où je vous écrit !

      En 2009, quelques fuites avaient réussis d’alerter les populations occidentales de ce qu’il se passait, environ 10’000 arrestations et pratiquement autant de disparitions d’iraniens pour la plupart jeunes et potentiellement opposants au régime sanguinaire, en 2018, nous n’aurons pas autant de détails qu’en 2017-2018 et ce n’est pas par hasard si macron a fait son annonce le 4 janvier 2018, que cela soit bien clair et d’ailleurs, dès le lendemain de cette annonce ; Le blackout général en ce qui concerne les dérives sanguinaires en Iran !

      En conclusion, les prétendus à la libertés d’expression ne battent pas seulement retraite, ils rejoignent à grands pas le clan des totalitaires à cette différence près que par exemple en Turquie, une majorité de journalistes et d’éditeurs de presses ne faisaient pas qu’ânonner de subtils reproches envers la naissance de ce qui est devenu Instantanément une dictature mais cinglaient bruyamment le danger de telles pratiques alors qu’en France, aucune forme de presse nationale n’ose effleurer la moindre touche de leurs claviers, au contraire, nous assistons à un concours de faux derches laissant craindre le pire.

    3. Moka

      Laurence Salmon,savez que chaque année en Iran se tient un concours caricaturale de la shoah?La sensibilité des juifs pour les muzz hypocrites n a aucune valeur tant que les juifs sont pris à partie .

    4. sarah

      Elle ne me fait pas rire mais je suis pour la liberté d’expression. Je vais donc exercer la mienne :
      Quel est le moment préféré de la cruche Laura dans son spectacle ? C’est, après le spectacle, quand elle se fait empapaouter par les milliers de fidèles de l’Islam venus la voir plus pour son petit derrière que pour sa petite gueule.
      Ma blague ne fait pas rire, ben, la sienne non plus.

    5. Pinhas

      L »âne laura adepte de dieudonné aura droit à une quenelle .
      La politesse m’interdit de vous dire dans quel endroit ….

    6. LeClairvoyant

      L’Occident doit avoir une justice approprié..

      Celui qui accepte et défend la démocratie et la culture judéo-chrétienne doit être jugé par des lois démocratiques.

      Les islamistes qui combattent nôtre culture et nos lois, doivent être jugés par les lois de leur religion; dictatoriales, etc.

      Il seront plus contents d’être jugés par leurs lois que par les nôtres.;

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *