toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Etre ou ne pas être islamophobe : telle est la question


Etre ou ne pas être islamophobe : telle est la question

Michel Garroté  —  Selon l’idéologie islamophile à la mode (idéologie islamophile qui juge et condamne l’islamophobie), l’islam aiderait, soi-disant, l’Occident, à redéfinir son identité ; à pratiquer le dialogue des cultures ; et à pratiquer le multiculturalisme. A cet égard, l’idéologie islamophile reproche, à l’Occident, d’avoir une identité judéo-chrétienne monolithique. Et dans ce cadre, l’islam apporterait, paraît-il, quelque chose de nouveau.

L’islam aiderait, soi-disant, les Occidentaux, à redéfinir leur relation avec les autres. L’islam aiderait, paraît-il, les Occidentaux, à lutter contre le racisme ; contre la discrimination ; contre le regard porté sur les musulmans. Un regard colonial, nous  dit l’idéologie islamophile, un regard colonial influencé par l’histoire de l’Occident face à l’islam.

L’islam aiderait, soi-disant, les Occidentaux, à transcender l’ère coloniale et les croisades. L’islam aiderait, paraît-il, les Occidentaux, à devenir multiculturels. Et l’islam aiderait, paraît-il, les Occidentaux, à faire de la lutte contre la discrimination, une priorité. Voilà résumée, en quelques lignes, l’idéologie islamophile.

Je n’invente rien. C’est bel et bien ainsi, qu’est formulée, l’idéologie islamophile, par les journalistes, les historiens, les sociologues, les enseignants, les chercheurs, les faiseurs d’opinion et les politiciens. Et quiconque n’adhère pas à cette idéologie islamophile, est, automatiquement, accusé d’être islamophobe.

Car l’idéologie islamophile, non seulement s’est construite sur du sable mouvant ; mais en plus, elle ne peut souffrir quelque débat que ce soit. Quiconque n’adhère pas à l’idéologie islamophile ne peut qu’être islamophobe. Et quiconque est islamophobe ne peut qu’être raciste. On le voit ici, le niveau du débat, est à peu près aussi lamentable, que l’était, le débat sur le communisme.

A ce propos, Ivan Rioufol écrit notamment : En réalité, le pouvoir macronien n’est guère différent des précédents : il reste fort avec les faibles et faible avec les forts. Les lourds silences du chef de l’Etat sur le terrorisme, l’islam, la cohésion nationale suffisent à mesurer ses faiblesses. Le lynchage d’une policière par des « jeunes sensibles », lors du Nouvel An à Champigny-sur-Marne, est venu rappeler ce qu’est devenue la France : une nation éclatée, conflictuelle, gagnée par un néo-racisme porté par des minorités querelleuses.

Il est des lieux où une contre-société islamisée s’est installée, dans la haine de la France, de ses représentants, de sa démocratie. C’est en France qu’un philosophe, Robert Redeker, est sous protection policière depuis plus de dix ans, cible d’une fatwa. C’est en France que les journalistes de Charlie Hebdo vivent dans un bunker et ne peuvent sortir qu’escortés par des flics. D’anciens collaborateurs du journal satirique subissent aussi ce sort.

C’est en France que des politiques irresponsables persistent à s’indigner d’une « islamophobie » sans comprendre qu’en usant de ce mot piégé ils consolident une idéologie totalitaire qui cherche à embrigader les musulmans. Mais que pense Macron ? Ses évitements, camouflés derrière la logorrhée d’une « pensée complexe », ressemblent de plus en plus à des renoncements. Face à l’islam conquérant, sa main tremble, conclut Ivan Rioufol.

Michel Garroté pour LesObservateurs.ch, 9.1.2018

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2018/01/macron-sabre-en-bois-et-main-t.html





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 12 thoughts on “Etre ou ne pas être islamophobe : telle est la question

    1. alauda

      Non, non, la question est de se débarrasser de l’adjectif qualificatif nocif, potentiellement pathogène.

      La question existentielle d’être ou ne pas être, propre à chacun, n’a pas à être phagocytée par un débat interne à l’islam qui tend à transformer tous nos questionnements -légitimes- sur la remise en cause profonde que l’islam introduit dans nos sociétés en maladie.

      Quand un virus ou une bactérie s’introduit dans un corps, le corps réagit en produisant des anti-corps. Or la réaction immunologique d’un organisme contre un agent extérieur est signe de santé.

    2. alauda

      Il suffirait amplement que soit laissée une place entre le -phile et -phobe à l’indifférence. Être islamo-détachée, est-ce encore possible ?

      Parce qu’au fond, ce qui est étrange dans cet objet « islam », c’est qu’il diffuse son univers mental, culturel, politico-religieux par le biais des émotions : l’amour ou la peur, la philie, la phobie. Qu’est-ce que ça veut dire ? C’est insensé.

      Qu’est ce qu’on peut faire de l’islam quand on n’est pas né dedans ? Cela reste objectivement un univers profondément étranger et incompréhensible.
      On ne peut être le produit d’une évolution dans une société x et d’un coup de baguette magique interagir positivement avec le produit d’une évolution y, si l’alchimie transforme l’or en plomb.

    3. garrigue

      islam 2 merde sérieux : inspiré par Satan au désert, à momo le voleur menteur tortionnaire pédophile. Les musulmans sont les enfants spirituels de Satan.

    4. garrigue

      islam 2 merde sérieux : inspiré par Satan au désert, à momo le voleur menteur tortionnaire pédophile. Les musulmans sont les enfants spirituels de Satan.

    5. alauda

      La fiche Wikipédia sur « satan » donne quelques pistes sur l’invention de cette personnification du mal qui n’existait, semble-t-il, en tant que tel dans les langues sémitiques antérieures ou contemporaines de l’hébreu biblique.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *