toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Ahed Tamimi, la nouvelle icône des propagandistes pro-palestiniens


Ahed Tamimi, la nouvelle icône des propagandistes pro-palestiniens

Être championne chez les palestiniens devient-il une simple affaire d’envoyer une adolescente  devant les cameras pour provoquer des soldats israéliens et jouer la victime? Si le fait d’être icône vous intéresse, alors vous connaissez la nouvelle recette.

Omniprésente et inévitable, ces derniers jours Ahed Tamimi devient en tout cas une leader de la troisième intifada. Ses photos s’imposent pour rassembler les énergies antisémites et faire oublier tous les victimes des crises et conflits interarabes.

Aljazerra la considère comme un symbole de la résistante.  Ainsi se construisent chez les palestiniens les icones, à coups d’images.

Aujourd’hui des poèmes sont crées  narrant les exploits de cette fille présentée  comme héros d’un peuple qui n’existe pas. Des dizaines de vidéos, en plusieurs langues, chantent et rappellent sa gloire.

Considérée comme la nouvelle icône des militants anti-israéliens, Ahed Tamimi, 17 ans, a été arrêtée dans la nuit du 18 au 19 décembre par l’armée israélienne. Elle a été accusée d’avoir agressé deux soldats israéliens, en marge d’une manifestation  illégale quelques jours plus tôt contre des soldats juifs à Nabi Saleh, un village, en Judée Samarie.

L’adolescente manipulée par les medias a tenu tête à un soldat qu’elle aurait giflé. Cette blonde aux yeux bleu a été utilisé par des groupes antisémites pour provoquer les soldats juifs et attiser la haine avant Hanukkah

La vidéo de son arrestation est devenue virale sur les réseaux sociaux des propagandistes antijuifs. Des internautes arabes se mobilisent pour réclamer sa libération. Ils en ont fait une icône de la lutte contre Israël.

Comme toujours devant les agitateurs palestiniens, l’armée israélienne a fait preuve de beaucoup de sang froid face aux provocations palestiniennes.  Les responsables chargées de la sécurité intérieure savent très bien que la situation pourrait rapidement s’enlaidir.

Ce n’est pas la première fois qu’elle fait parler d’elle.

En 2012, cette fillette qui crie sur des soldats israéliens, c’est elle.

A l’occasion de cet incident, elle reçoit le prix Hanzala du courage attribué par la municipalité de Başakşehir en Turquie, pour avoir défié les soldats israéliens qui ont arrêté son frère, Mohamed Tamimi.

Le 28 août 2015, pendant une marche de protestation dans le village, elle a attaqué avec Mohamed, son frère, 12 ans à l’époque, un soldat israélien. Elle est filmée avec d’autres membres de sa famille aux prises avec un soldat qui tente d’arrêter son frère pour avoir lancé des pierres.

Les images pour arrêter son frère font le tour des réseaux sociaux, et Ahed Tamimi est encore là.

Le 26 septembre 2017, elle participe à une conférence intitulée Le rôle des femmes dans la résistance populaire palestinienne, au Parlement européenne.

Le 15 décembre 2017 se déroule une nouvelle manifestation contre la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. Une vidéo tournée lors de ces événements montre Ahed Tamini bousculer, donner des coups de pied et gifler deux militaires israéliens, qui ne répliquent pas19. Les images filmées sont diffusées rapidement sur les réseaux sociaux et dans les médias.

Une mobilisation sur les réseaux sociaux et une campagne d’affichage à Londres se créent pour demander la libération d’Ahed.

De nombreuses personnes – près de 83 000 – ont signé la pétition pour libérer la jeune fille de 17 ans qui a  participé, dès son jeune âge, avec tous les membres de sa famille à des scènes de provocations devant les caméras.

Depuis des années, Ahed Tamimi est  l’auteur de nombreuses provocations contre des soldats qui protègent les habitants juifs de Halamish.

Les actes hostiles de cette fille, souvent excitée, ont eu des échos dans les médias arabes.

C’est le 19 décembre dernier à 4h que les forces israéliennes ont décidé de mettre fin aux provocations  de la famille Tamimi. Ils ont confisqués les caméras et les téléphones, qui ont servis à cette mascarade. Sa cousine Nour a été aussi arrêtée.

Un peu plus tard dans la matinée, lorsque la mère, Nariman, est allée au poste de police Benjamin pour avoir des nouvelles des filles, l’armée l’a arrêtée elle aussi.

Bassem Tamimi, le père de Ahed et époux de Nariman, a été détenu toute la journée du 20 décembre lorsqu’il est allé assister à l’audience de sa femme et de sa fille.

Pendant ce temps, des soldats israéliens vont continué s’assurer   de la fin des manifestants illégales au  village Nabi Saleh  dont les 530 habitants assistent depuis 2012 à ces manipulations de la famille Tamimi.

Cette famille compte déjà deux activistes dangereux. L’un d’entre eux est Rushdi, le frère de Nariman, qui a été neutralisé le le 17 novembre 2012. L’autre est Mustafa Tamimi, cousin de Nariman, neutralisé dans le visage le 10 décembre 2011.

Le 21 novembre 2014, Nariman Tamimi a été blessée au fémur, lorsque elle a tenté d’attaquer avec ses enfants des soldats et a été détenue de nombreuses fois, comme son époux Bassem, par les forces de sécurités.

Un tribunal a inculpé, le 31 décembre 2017, Nour Tamimi, qui avait été filmée aux côtés de sa cousine Ahed en train de gifler des soldats de l’armée israélienne aux abords de la maison familiale au début du mois.

La jeune femme a été inculpée pour agression aggravée contre un militaire et pour avoir empêché les soldats d’accomplir leurs devoirs. L’avocat général a demandé que Nour Tamimi reste en détention jusqu’à la fin de l’action en justice.

Les propagandistes pro-palestiniens, qui prétendent les défendre les palestiniens, cherchent non à les servir mais les utilisent pour servir leurs propres intérêts et dissimuler les conflits et crises interarabes.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Ahed Tamimi, la nouvelle icône des propagandistes pro-palestiniens

    1. ASLEV

      COMBIEN DE SHEKELS ISRAEL VERSE A CETTE FAMILLE EN PRESTATIONS SOCIALES, BITOUAH LEUMI ETC,? ENVOYER LA FAMILLE A GAZA METTRAIT FIN AU PROBLEME ;

    2. Pascale

      Les Israéliens font la même erreur fatale qu’ont fait les troyens en laissant entrer ou autoriser mollement des antisémites.

    3. gregory

      A la prochaine provocation, un bon coup de crosse dans la gueule de cette pouffiasse mettra fin à ce chantage!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *