toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les Palestiniens détruisent pierre par pierre le palais d’Hérode, trésor archéologique, dans le silence absolu de l’Unesco


Les Palestiniens détruisent pierre par pierre le palais d’Hérode, trésor archéologique, dans le silence absolu de l’Unesco

Tandis que l’Unesco réécrit l’histoire de la Terre Sainte en votant des résolutions mensongères pour éliminer tous liens entre le peuple Juif et la Terre Sainte, notamment à Jérusalem et Hébron, en Judée Samarie sous contrôle palestinien les Arabes détruisent des trésors archéologiques de la présence juive multimillénaire dans le silence absolu de l’Unesco chargée pourtant de veiller au patrimoine mondial…

Le site est situé dans la zone A, à quelques mètres du territoire israélien, mais le gouvernement israélien ne peut que regarder, impuissant. Voici qui nous renseigne sur la façon dont les Palestiniens gèrent aujourd’hui les vestiges du passé.

À la suite de la révolte menée par Mattityahu et ses fils (les Macabbe) contre les Grecs en 167 avant notre ère, les Juifs purent exercer leur souveraineté sur la Terre d’Israël pendant quelque 200 ans, jusqu’à l’ère hérodienne.

Quarante ans après que Mattiyahu et ses fils eurent inauguré le temple et rallumé la menorah avec une huile qui brûla miraculeusement pendant huit jours, leurs descendants construisirent de grands palais d’hiver à l’embouchure du ruisseau de Parat, à l’entrée de Jéricho. Le roi Hérode, dont on sait qu’il était un excellent bâtisseur (et destructeur) a construit trois autres palais à proximité.

Les palais Hasmonéens sont situés dans ce qui est aujourd’hui la zone C, qui est sous le contrôle total d’Israël. Mais ils ne sont accessibles que via la zone A, où les Palestiniens exercent leur contrôle absolu. La majeure partie du troisième palais d’Hérode, le plus grand des trois, se trouve dans la zone A.

Récemment, une équipe de l’école d’archéologie de Kfar Etzion a visité le site et a été consternée en constatant que les Palestiniens, qui ont obtenu la gestion du site dans le cadre des Accords d’Oslo, avaient construit des logements autour. Certaines maisons ont été construites sur les terrains du palais lui-même. Les vestiges du palais sont systématiquement démolis pour construire une route et les pierres utilisées pour construire des habitations. L’édifice historique est dépouillé de ses pierres, et les piliers et les arches de soutien ont été défigurés.

Non loin, dans la zone C, se trouvent les palais Hasmonéens. C’est le plus important site Hasmonéen préservé du pays. Ces palais, comme ceux d’Hérode, ont été révélés lors de fouille dirigées par feu le professeur Ehud Netzer, l’un des plus éminents archéologues d’Israël, qui a été tué il y a sept ans lors d’un accident, sur le site d’Hérodion, où il avait lui-même dirigé les excavations. Une semaine avant sa mort, il avait rendu visite au député Zeev Elkin, aujourd’hui ministre des Affaires de Jérusalem et du patrimoine. Netzer avait posé le dossier des palais Hasmonéens sur le bureau d’Elkin etn lui demandant de l’aider à les sauver.

À l’époque, le flux du fleuve Parat commençait à saper les fondations de l’un des palais. Les Palestiniens avaient commencé à construire illégalement à côté du site et à le profaner. Un des palais a même été vandalisé avec une croix gammée. L’usure naturelle a également été contribué à la destruction de l’œuvre.

Elkin est un homme politique qui a un penchant pour l’histoire juive, doublé d’un historien de par ses études mais aussi par passion. Quand Netzer a été tué, Elkin a considéré sa demande comme une sorte de testament et a pris des mesures pour lutter contre les exactions des palestiniens sur le site. Une fois devenu ministre, Elkin a investi des millions dans le travail de préservation. Les palais hasmonéens ont maintenant, grâce à lui, pu être sauvés.

En revanche, dans la zone A, l’Autorité palestinienne exerce un contrôle exclusif et la préservation et la protection des antiquités ne sont pas sa priorité absolue. Lorsque des membres du personnel de l’Administration civile, qui n’ont aucune autorité dans la zone A, ont reçu des rapports sur les destructions qui avaient lieu dans le palais d’Hérode, ils ont essayé d’exercer leur influence pour sensibiliser les chefs de village locaux. Mais la construction palestinienne autour du troisième palais ne s’est pas arrêtée pour autant.

L’histoire du Troisième Palais est sanglante et pleine d’intrigues, mais elle fait partie de notre patrimoine. Hérode exila le dernier souverain de la dynastie hasmonéenne, Antigone II, s’empara du royaume de Judée et épousa Miriam (Mariamne) la Hasmonéenne. Le frère de Miriam était Aristobolus III, le dernier grand prêtre de la lignée hasmonéenne.

Hérode était déterminé à contrecarrer toute possibilité de refondation de la dynastie hasmonéenne, et attira Aristobole dans son palais près de Jéricho (probablement le troisième palais), où il le noya dans l’une de ses piscines, prenant soin de faire passer le meurtre pour un accident. Hérode a également exécuté le grand-père de Miriam, Horkanos II, sa mère Alexandra, et enfin Miriam elle-même, la dernière des Hasmonéennes.

De même que Césarée, la ville de Sébastia au nord de Naplouse, Hérodien et le Temple, les palais d’hiver d’Hérode, à Jérico, inspirés par les Hasmonéens, furent les plus grand des projets de construction d’Hérode en Terre Sainte. L’archéologue britannique Charles Warren, qui a tenté de localiser le site de la Jéricho biblique, a été le premier à y mener des fouilles. Des archéologues allemands et américains l’ont suivi, et enfin l’équipe de Netzer.

Pour autant que l’on sache, les Hasmonéens construisirent leurs palais au temps de Yochanan (Jean) Horkanos Ier, souverain sacrificateur et souverain de Judée, ou à l’époque du roi Alexandre Yannaï, qui servait aussi de souverain sacrificateur. Yochanan Horkanos et Alexandre ont précédé Hérode de quelques générations. En 31 avant notre ère, un énorme tremblement de terre a détruit les palais Hasmonéens. Hérode couvrit les ruines de terre et construisit son deuxième palais au-dessus d’eux, ce qui permit en partie aux palais asmonéens de survivre. Ils sont caractérisés par des parures de stuc en forme de pierres de construction, de fresques colorées imitant le marbre, des conduites d’eau qui irriguent les jardins, des restes de petites baignades et plusieurs mikvé (bains rituels juifs).

Netzer, qui a fouillé le Troisième Palais, a constaté qu’il se trouvait de chaque côté du ruisseau du Parat et que l’eau de source jaillissante était visible à l’époque. Le troisième palais comportait une aile nord, un jardin creux, une colline au sud et une grande piscine. Les constructeurs ont utilisé les modèles de construction romains connus aujourd’hui sous les noms d’opus reticulatum – petites pierres en forme de diamant, de 10 cm. sur 10 cm., posées en diagonale – et d’opus quadratum – pierres rectangulaires disposées en rangées parallèles.

On ne sait pas ce qu’il reste aujourd’hui de cette beauté. Yaron Rosenthal, directeur de l’école d’archéologie Kfar Etzion, qui travaille parfois avec les Palestiniens sur des projets de préservation de l’environnement, a du mal à cacher sa colère.

“Israël ne peut que constater que l’un des palais les plus grandioses jamais construit en Terre Sainte est détruit, et il est impuissant, parce que sous les Accords d’Oslo, le site, qui est à 30 mètres de la zone C, a été confié aux Palestiniens. Il est temps pour Israël de dire : “Stop”. Avec tout le respect dû aux Accords d’Oslo, nous ne vous laisserons pas détruire des vestiges archéologiques liés à l’histoire du peuple juif sur ce territoire, qui font partie du tissu culturel de ce pays “, dit Rosenthal.

“Nous [les Israéliens] sommes horrifiés lorsque nous voyons à l’est et au nord, l’Etat islamique détruire des trésors archéologiques, ou quand des cimetières juifs sont profanés en Europe, mais quand cela se passe à quelques dizaines de mètres de notre propre territoire, et ne pouvons qu’assister impuissants à les voir causer des dommages irréparables au site, construire un quartier résidentiel au-dessus de ce site unique, le détruire avec des tracteurs “

L’Autorité palestinienne a refusé de commenter. Elkin, dont le bureau a sauvé les palais Hasmonéens à proximité dans la zone C, tente d’envoyer une équipe archéologique dans la zone A pour procéder à des excavations. C’est peut-être ce qui pourra sauver le troisième palais d’Hérode.

Israël Hayom

traduction JForum







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 18 thoughts on “Les Palestiniens détruisent pierre par pierre le palais d’Hérode, trésor archéologique, dans le silence absolu de l’Unesco

    1. Dither

      Je crois avoir lu un article sur la destruction d’un cimetière arabe sur le territoire israélien sur l’emplacement duquel un musée aurait été construit.
      Qui cela-t-il dérangé ?
      Parce qu’il serait bien d’être objectif , non ?

    2. RAGGIO

      Messieurs de l’UNESCO vous n’êtes que des traîtres, des lâches, et par orgueil vous voulez refaire écrire l’histoire……
      Vous pensez que cela puisse durer sans fin……vous préférez faire risquer la vie à vos propres familles…….
      Je prie que cette tragédie vous arrive tôt ou tard……..

    3. gregoire

      [email protected]

      Expliquez vous? je ne comprends pas! Je crois etc..

      Quel rapport y a-t-il avec le palais d’Hérode et l’UNESCRO à la solde du monde falestichiens à sa memère pour réécrire l’Histoire comme un conte des mille et une entourloupes!

    4. Jean-Francois Morf

      Les palestiniens devraient pourtant vénérer Hérode, (-73 à -4) qui était encore plus obsédé sexuel que Mahomet: il baisa sa soeur Salomé 1, ses 10 femmes (il tua Mariam 1 pour épouser Mariam 2), ses prisonnières et ses prisonniers, sa fille Salomé 2, Jean Baptiste (Salomé était jalouse de l’amour d’Hérode pour Jean Baptiste), et enfin 500 gamines pas vierges que son pire ennemi lui offrit, afin qu’il meure de la syphilis en -4.
      Quand Jules Caesar fut assassiné par ses proches en -44, les fils d’Hérode complotèrent contre leur père, et Hérode, averti par Salomé 1, les fit mettre en prison, les viola pour bien leur montrer qui était le chef, et les donna à manger vivant à ses sangliers, afin de les faire entièrement disparaître. Caesar Auguste eut le bon mot suivant: « chez Hérode, mieux vaut être porc que prince ». Rappelons que sous le droit romain, un père avait le droit de tuer ses enfants. Arrivent les 3 astrologues perses qui demandent à Hérode: où est ton fils dernier né? Stupeur d’Hérode qui vient de tuer tous ses fils! Hérode les envoie à Bethlehem. La comète C/-43K1, plus claire que Vénus, était exactement au dessus d’Hérode. Mais Hérode croyait que c’était l’âme de Jules Caesar devenu Dieu le père, alors que c’était la comète la plus grande qui annonçait au monde entier la naissance de Jésus Christ. Le 6 janvier -43 à minuit, les mages arrivent à la grotte, et C/-43K1 passe alors dans l’ombre de la terre et s’éclipse. Les mages entrent dans la grotte et voient Marie enceinte. Ils posent leurs 3 tapis de prière et accouchent Marie. Dieu n’a donc pas abandonné Marie sur un tas de fumier. Ensuite, des morceaux de comète tombent aux alentours en éclairant et en sifflant, et les bergers alentours croient voir des anges criant de joie. Ils accourent regarder ce qui se passe. Depuis, on fête chaque année le 6 janvier les 3 mages et le 7 janvier la naissance de Jésus Christ. Mais l’année a été oubliée, car, avec la comète C/-43K1, elle semblait tellement évidente. Ensuite, après le recensement de -43, l’empire romain est partagé en 3 et les 3 nouveaux rois sont couronnés: Caesar Auguste, Marc-Antoine, et Lépide. Couronnés l’année de naissance de Jésus Christ. Sur le saint suaire de Turin, vous verrez que Jésus Christ, reconstitué en 3 dimensions par des ordinateurs, a bel et bien 76 ans et en aucun cas 33 ans. Les recensements romains ont eu lieu en -48,-43,-38,-33,-28,-23,-18,-13,-8,-3, etc.
      Le tremblement de terre de Jérusalem a eu lieu le vendredi 3 avril +33, et il a eu une intensité supérieure à 8. Il y avait éclipse de lune et super-lune rouge à la mort de Christ.

    5. Elia

      Et qu’est-ce que fait le gvmt israélien ? Il dort ? Il est en grève ?
      A quoi ça sert d’en parler si le gvmt israélien ne peut rien faire ?
      Ca leur apprendra de donner l’autonomie de ses terres aux terroristes !

    6. michael

      avec ces preuves ,detruiser la mosquee al aqsa , pourquoi pas c’est le moment?
      IL FAUT DETRUIRE CETTE MOSQUEE ET QU’EST CE QU’IL PEUT ARRIVER ,RIEN DU TOUT ,SEULEMENT ROUSPETER A L’ONU

    7. michel boissonneault

      tout cela est que normalité car tout ce qui est de la famille onusienne est corrompu EX: avoir nommer l’iran et la corée du nord sur la liste sur la comité des droits de l’homme est une insulte a tout les véritable victime donc que l’Unesco ferme les yeux sur le saccage fait par les muzz est que normalité …. c’est triste mais c’est comme cela

    8. rouffart

      Mais on sait bien que l’ONU et l’Unesco sont pro-musulmans.
      Et on ne fait rien, hélas !
      Il est malheureux de voir la France remonter dans l’antisémitisme (ce qui ne semble pas, heureusement, le cas en Belgique)
      Cela me dépasse. Les Juifs sont nos frères aînés. Et ce n’est pas quelques Juifs dans le Palais de Pilate en condamnant Jésus, qu’il faut accuser le peuple entier. Ca ne tient pas debout. Hélas les « Pères de l’Eglise » là, se sont tristement gourés… Je suis chrétienne, même judéo-chrétienne. Il a fallu presque deux mille ans, avec Vatican II et notre bon pape François pour le clamer. C’est long et injuste comme procès….

    9. Nitzotz

      @ Dither

      il s’agissait d’une fausse information : des tombes musulmanes soit-disant rasées pour permettre l’extension d’un musée, en Israël.
      Ces tombes étaient fausses : quelques stèles sous lesquelles se trouvaient… des ordures !
      L’article était à l’époque paru sur JSSNews, et nous avions démontré le non-fondé de l’information et forcé l’AFP à le reconnaître. Vous pouvez trouver trace de tout cela ici :
      http://www.debriefing.org/30469.html

    10. Slam

      Quoi de plus normal pour ces sauvages que de détruire les vestiges de l’histoire juive par tous les moyens avec la bénédiction de l’onu, ce ramassis d’escrocs vendus à l’islam. Israël devrait faire la même chose avec leurs mosquées en commençant par la verrue purulente qui souille le Mont du Temple, leur troisième lieu saint.

    11. alauda

      Ne pourrait-on demander à Abdallah de Jordanie ce qu’il pense de cette affaire ?

      Après tout, Cypros, la mère d’Hérode, était une princesse nabatéenne dont la famille avait des liens avec tous les rois d’Arabie de l’époque.

      Ce peuple nabatéen venu d’Arabie avait pour capitale Pétra, l’antique cité caravanière, haut lieu touristique de la Jordanie actuelle.

    12. Jan Favre

      Il est de tradition islamique de supprimer les vestiges des civilisation qui leur ont précédée. Une exception est l’Egypte qui conserve les sites touristiques. Mais l’Egypte nest pas àl l’abris d’un régime potentiel islamiste à la IS ou Taliban.

    13. belle

      14 siecles de crimes contre l humanite par le peuple arabe genocideur!!!!

      Oui 1 peulple construit que sur des morts et des ruines en plus avec le soutien de l occident actuel trop heureux de detruire tt ce qui concerne le peuple de la BIBLE !!!

      lsrael ne peut pas disparaitre les antisemites de tt bord devraient se suicider car ils n y peuvent rien….

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *