toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le roi Abdallah II de Jordanie fait le ménage, sous fond de tensions avec Riyad et Jérusalem


Le roi Abdallah II de Jordanie fait le ménage, sous fond de tensions avec Riyad et Jérusalem

 

Le roi Abdallah II de Jordanie a démis de leurs fonctions dans l’armée ses deux frères cadets, les princes Fayçal ben al-Hossein et Ali ben al-Hossein, ainsi que son cousin, le prince Talal ben Mohamed.

Cette décision a été prise, à en croire le roi jordanien, en raison de la situation chaotique de la région notamment à cause de la lutte contre le terrorisme.

« Le prince Fayçal ben al-Hossein, général de division, assistant spécial d’état-major, et le prince Ali ben al-Hossein, général de division, chargé sur ordre du roi de former et de diriger un centre de sécurité nationale et de gestion de crise, font partie des commandants qui ont été mis à la retraite », a précisé le site Arabe 21.

Le limogeage des commandants de l’armée est intervenu après la récente décision du président américain de reconnaître Jérusalem  comme capitale d’Israël et la menace proférée par les États-Unis de couper leurs aides à certains pays.

Parmi les limogés, figure le nom du prince Hamza ben al-Hossein, colonel de l’armée, commandant de la 3e brigade royale.

Il y a aussi le prince Hachem, le plus jeune frère du roi, un haut commandant de l’armée jordanienne. Il était général de brigade et chef de la Cour royale.

En outre, Mohammad al-Momeni, porte-parole du gouvernement jordanien n’a pas voulu commenter cette décision.

L’Arabie saoudite et le Qatar ont décidé de réduire leurs aides financières à la Jordanie qui en a été fortement affectée d’autant plus que le pays est en pleine régression économique.

Refroidissement des relations entre Amman et Riyad

Aujourd’hui le choix de Trump sur le statut de Jérusalem approuvé par l’Arabie saoudite à travers des relations exclusives entre Riyad et Washington ainsi que d’autres questions régionales n’ont fait qu’augmenter les défections des deux  pays alliés comme la Jordanie  et l’Arabie saoudite. Il paraît que les priorités des deux pays dans les dossiers régionaux ont désormais changé.

Cette période de refroidissement dans les relations entre la Jordanie et l’Arabie saoudite est l’œuvre du prince héritier, Mohammed Ben Salmane, le nouveau homme fort saoudien qui incarne déjà le pouvoir à Riyad.

Certains médias dont le journal Al-Quds al-Arabi, ont fait part il y a quelques jours d’un vif échange entre la délégation parlementaire jordanienne et celle de l’Arabie saoudite participant au sommet des présidents de l’Assemblée parlementaire arabes et à la session extraordinaire de l’Union interparlementaire arabe, sur la question palestinienne et les répercussions de la décision américaine de transférer l’ambassade des États-Unis à Jérusalem.

La délégation de députés saoudienne avait exhorté lors de la conférence au changement du statu quo des lieux saints  de la ville. Les Saoudiens avaient appelé à une modification de la gestion traditionnelle des lieux saints musulmans  à Jérusalem dont le roi Abdallah en est officiellement le gardien.Des déclarations qui ont suscité la colère des députés jordaniens.

Les relations diplomatiques entre Riyad et Amman, avaient été touchées suite à la détention de Masri Sabih, milliardaire jordanien qui possède la nationalité saoudienne et qui est le président de la première banque jordanienne, l’Arab bank dans la foulée d’une purge « anticorruption » en Arabie saoudite. Il avait été récemment arrêté par les autorités saoudiennes alors qu’il venait de présider, à Riyad, une série de réunions de ses sociétés.

Les relations entre la Jordanie et Israël se sont dégradées

La Jordanie a déclaré ne pas autoriser la réouverture de l’ambassade d’Israël à Amman tant que le garde de sécurité de l’ambassade d’Israël qui avait tué deux  jordaniens ne sera pas traduit en justice.

Alors que les responsables israéliens avaient déclaré qu’ils souhaitaient nommer un nouvel ambassadeur à Amman, les autorités jordaniennes ont répondu être fermes quant à leurs refus. Les autorités jordaniennes avaient à plusieurs reprises réitéré qu’elles ne permettraient pas le retour à Amman de l’ambassadrice israélienne, Einat Schlein, et de son équipe sans avoir l’assurance que le garde de sécurité, qui a tué des citoyens jordaniens, ne soit traduit en justice.

Selon la presse arabe M. Netanyahu propose maintenant l’indemnisation des familles des victimes et en évoquant ses regrets pour les deux citoyens jordaniens au sein de l’ambassade d’Israël à Amman, il envisage de remplacer son ambassadrice et son équipe en Jordanie.

Une source diplomatique jordanienne a confirmé n’avoir pas encore reçu de message officiel de la part d’Israël à propos du changement de cadre de l’ambassade dans la capitale jordanienne.

Certaines informations rapportent que les deux parties jordanienne et israélienne viennent d’échanger des lettres pour qu’elles puissent peut-être régler la crise de fermeture de l’ambassade d’Israël dans la capitale jordanienne.

Le quotidien jordanien al-Ghad, a précédemment révélé qu’Israël annulerait l’accord signé en 2015 entre les deux pays pour la mise en place du plus grand projet de transfert d’eau de la mer Rouge ver la mer Morte, au cas où Amman ne prendrait pas en compte le désir d’Israël.

Lors d’une fusillade déclenchée en juillet dernier dans l’enceinte de l’ambassade d’Israël à Amman, deux agresseurs Jordaniens ont péri sous les balles d’un garde de sécurité de l’ambassade.

De même, le Parlement jordanien a approuvé le 12 décembre  à l’unanimité une proposition visant à former un comité chargé de réévaluer tous les liens officiels avec Israël. Une telle décision nécessite l’approbation du gouvernement et du palais royal.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël

 





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Le roi Abdallah II de Jordanie fait le ménage, sous fond de tensions avec Riyad et Jérusalem

    1. Yosef

      Il vient de s’apercevoir qu’il a fait une très mauvaise alliance avec la Turquie et l’Iran.

      Quand on a des ennemis on les combat, on ne les invite pas à sa table.

    2. Robert Davis

      Il ne faut rien céder à la jordanie, laissons la se dépêtrer dans les difficultés économiques sans l’aider d’aucune façon. Après l’Arabie, les USA vont leur couper les vivres et ils vont crever de faim. Là ils comprendront qui doit céder.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *