toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La vraie réponse palestinienne au discours de Jérusalem de Trump « Les journalistes sont complices des Palestiniens pour créer l’illusion que la troisième guerre mondiale va éclater après la décision de Trump sur Jérusalem »


La vraie réponse palestinienne au discours de Jérusalem de Trump « Les journalistes sont complices des Palestiniens pour créer l’illusion que la troisième guerre mondiale va éclater après la décision de Trump sur Jérusalem »

En laissant croire que la « cérémonie » d’autodafé des effigies de Trump est une conséquence de la rage palestinienne contre sa décision de transférer l’ambassade américaine à Jérusalem, les médias internationaux se sont faits, une fois de plus, les complices des « experts en communication » palestiniens. Journalistes, photographes et équipes de tournage, se sont vu remettre les horaires détaillés des événements organisés un peu partout en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

Quand, confortablement installés dans nos salons, nous regardons les nouvelles en provenance de Cisjordanie et de Gaza, nous devons nous demander : ces « événements » ne sont-ils pas en réalité des farces médiatiques ? Pourquoi les journalistes se laissent-ils duper par la machine de propagande palestinienne, qui crache haine et violence du matin au soir ?

Il serait temps que les médias se livrent à un minimum d’introspection : entendent-ils persévérer dans ce rôle de porte-voix des Arabes et des musulmans qui intimident et terrorisent l’Occident ?


Trois heures à peine après que le président américain Donald Trump a informé le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas de son intention de transférer l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, un certain nombre de reporters et de photographes palestiniens ont été conviés à Bethléem. Un « événement important » allait s’y produire.

A Bethléem, les journalistes ont découvert que « l’événement » en question consistait en une poignée d’« activistes » palestiniens qui réclamaient d’être filmés en train de brûler des affiches de Trump.

Les « activistes » ont patiemment attendu que photographes et cameramen installent leur équipement. Ce n’est qu’ensuite que l’ « événement important » a commencé. Aussitôt l’évènement mis en boite, les médias ont été bombardés d’images « de manifestants palestiniens en colère descendus dans les rues pour protester » contre le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem et contre la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël. La poignée de Palestiniensqui a brûlé les images de Trump avait été filmée pour créer une impression de multitude et donner le sentiment que les communautés palestiniennes étaient descendues en masse dans la rue.

La poignée de Palestiniens qui a brulé l’effigie du président américain Donald Trump le 6 décembre a été filmée par les médias pour donner le sentiment d’une multitude et qu’une colère de masse mobilisait l’ensemble des communautés palestiniennes. (Source : capture d’écran vidéo de CBS News)

Cet incident illustre la collusion qui existe de longue date entre les Palestiniens et les médias. Une fois de plus, les journalistes ont été heureux de jouer les porte-voix de la machine de propagande palestinienne, et de répandre aussi haut et fort que possible les menaces des Palestiniens à l’encontre d’Israël et des Etats-Unis.

Si les photographes et les cameramen avaient boycotté l’embrasement « spontané » de la rue palestinienne et la mise à feu de l’effigie de Trump, les activistes palestiniens auraient tranquillement battu en retraite en direction de l’un ou l’autre des excellents cafés de Bethléem.

Mais les militants palestiniens n’avaient aucune inquiétude : ils savent combien les correspondants locaux et étrangers sont avides de sensationnel – et que rien ne peut mieux les satisfaire que la mise à feu des affiches de Trump sur le lieu de naissance de Jésus, à la veille de Noël quand des milliers de pèlerins chrétiens et de touristes convergent sur la ville.

En laissant croire que la « cérémonie » du bucher de Trump était l’expression de la rage palestinienne, les médias internationaux ont à nouveau agi en complices des propagandistes palestiniens. Les dirigeants palestiniens et leurs porte-paroles veulent faire croire que la décision de Trump concernant Jérusalem va enflammer la région. Ils cherchent également à faire croire au peuple américain que la politique de leur président met leur vie de citoyens en danger. Là, encore et toujours, les médias se mettent au service des campagnes d’intimidation palestiniennes. Et l’écho qu’ils ont donné à la farce des affiches de Bethléem n’est que le début.

Maintenant que les Palestiniens ont réussi, avec l’aide des médias, à incruster ces images dans l’esprit de millions d’Américains, ils envisagent des manifestations plus importantes. L’objectif : terrifier le public américain et faire reculer Trump sur le statut de Jérusalem. Cette stratégie d’intimidation par médias interposés n’est pas nouvelle. Le scénario dure depuis des décennies ; il repose sur l’adhésion des grands médias occidentaux.

Aujourd’hui, journalistes palestiniens et occidentaux ont été invités à couvrir une série de manifestations que les Palestiniens ont organisé pour les jours et les semaines à venir. Photographes et reporters de télévision se sont vu remettre la liste et les horaires détaillés des événements prévus en différents endroits de la Cisjordanie et de la bande de Gaza. Les Palestiniens leur ont promis encore plus d’effigies de Trump et de drapeaux américains en flammes. Certains journalistes ont été informés des meilleurs « affrontements » entre émeutiers palestiniens et soldats des Forces de défense israéliennes. En d’autres termes, ils savent exactement ou se rendre pour filmer des Palestiniens en train de lapider les soldats – avec la riposte prévisible de Tsahal.

Le plus drôle est que si, pour une raison ou une autre, les caméras sont absentes, les « activistes » ne se montreront pas non plus. Dans le monde palestinien, il s’agit seulement d’enrôler et de manipuler les médias pour une cause unique : dénigrer Israël – et Trump avec.

Oui, les Palestiniens vont manifester contre Trump. Oui, ils descendront dans les rues et lanceront des pierres sur les soldats de Tsahal. Oui, ils vont brûler des images de Trump et des drapeaux américains. Oui encore, ils tenteront des attaques terroristes contre les Israéliens.,

Mais quand, confortablement installés ans nos salons nous verrons les « informations » en provenance de Cisjordanie et de la bande de Gaza, nous devrons nous poser la question : ces « événements » ne sont-ils pas en réalité des farces médiatiques ? Une question qui entraîne d’autres questions. Pourquoi les journalistes se laissent-ils duper par la machine de propagande palestinienne, qui crache haine et violence du matin au soir ? Et, pourquoi les journalistes amplifient-ils et aggravent-ils les menaces de violence et d’anarchie proférées par les Palestiniens ?

La première réponse à ces questions est que de nombreux journalistes répondent à la demande de leurs lecteurs et rédacteurs en chef en proposant des articles négatifs sur Israël. Certains journalistes sont également convaincus qu’une couverture anti-israélienne représente une voie royale pour obtenir les trophées et récompenses que décernent diverses organisations bien pensantes. Troisièmement, de nombreux journalistes pensent que des articles anti-israéliens leur donne la possiblité de copiner avec la gauche intellectuelle et de fréquenter des coteries soi-disant « éclairées » persuadées d’être dans « le sens de l’histoire ». Ils ne veulent surtout pas voir que, depuis plusieurs décennies, 21 États musulmans tentent de détruire un État juif ; ces plumitifs « de gauche » et à l’ « esprit ouvert » préfèrent se raconter l’histoire qu’il est de leur devoir de soutenir l’« opprimé », qui est selon eux « le Palestinien ». Enfin, la plupart des journalistes réduisent le conflit a une opposition entre les méchants (les Israéliens) et les gentils (les Palestiniens) ; ils croient de leur devoir de se ranger du côté des « gentils », peu importe que ces « gentils » pratiquent la violence et le terrorisme.

Récemment, plus de 300 fidèles musulmans ont été massacrés par des terroristes islamiques alors qu’ils priaient dans une mosquée du Sinaï, en Égypte. Cette tragédie a probablement été couverte par moins de journalistes que l’autodafé de Trump à Bethléem. Le monde arabe et islamique a-t-il réagi ? Ces mêmes Arabes et musulmans qui parlent de « jours de rage » contre Trump ont-ils émis une quelconque protestation ? Où sont les « jours de rage » arabes et islamiques quand plus de 300 fidèles, dont de nombreux enfants, sont assassinés un vendredi de prière ?

Il serait temps que les médias se livrent à un minimum d’introspection : veulent-ils vraiment continuer à « servir la soupe » aux Arabes et aux musulmans qui intimident et terrorisent l’Occident ?

Les journalistes entrent en collusion avec l’Autorité palestinienne et le Hamas pour créer la fausse impression que la troisième guerre mondiale va éclater si l’ambassade américaine est déplacée à Jérusalem. Des centaines de milliers de musulmans et de chrétiens ont été massacrés depuis le début du « printemps arabe » voilà six ans. Ils ont été tués par des terroristes musulmans et par d’autres Arabes. L’effusion de sang se poursuit à ce jour au Yémen, en Libye, en Syrie, en Irak et en Egypte.

Mais que l’on ne s’y trompe pas : les « rivières de sang » que l’on nous promet coulent déjà. Mais c’est le couteau que les Arabes et les musulmans lèvent contre d’autres Arabes et musulmans qui est à l’origine de ce fleuve cramoisi. Et pas la déclaration d’un président américain. Ne serait-il pas temps que les correspondants en poste au Moyen Orient s’intéressent réellement à ce qui se passe dans la région ?

Bassam Tawil est un musulman basé au Moyen-Orient.







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “La vraie réponse palestinienne au discours de Jérusalem de Trump « Les journalistes sont complices des Palestiniens pour créer l’illusion que la troisième guerre mondiale va éclater après la décision de Trump sur Jérusalem »

    1. Moka

      Je crois que le monde est plus inquiet d une réaction violente de la communauté musulmane a travers le monde car ces sauvages sont incapables de s exprimer de façon pacifiste.

    2. Moka

      L intimidation par la violence est la seule chose que connaisse ces barbares fanatisés musulmans pour arriver à leur fin et imposer leur dictature tyrannique islamique.

    3. Dither

      La planète terre est devenue une planète d’aliénés mentaux incapables de s’entendre et de vivre en paix ; une planète ou seul Satan contrôle encore la situation pour mener l’humanité à son génocide.
      Heureusement que Dieu veille et a fixé une date limite à la domination des hommes et des démons sur les hommes.
      Et ce jour approche !

    4. Zayith

      Au boulot quand je discute de l’action courageuse de Donald Trump avec mon collègue turc musulman modéré (hypocrite quoi, un peu comme les Chrétiens humanistes), c’est la même rengaine qui sort à chaque fois : Donald Trump veut provoquer la 3ème guerre mondiale…
      C’est phénoménal comment le journal de 20h endoctrine les gens !
      Ils sont arcboutés sur l’anti-américanisme et font l’amalgame entre Trump et ses prédécesseurs sans comprendre que ça n’a plus rien à voir !!!
      Le monde a un problème de faciès avec Trump, ça passe pas et je reconnais bien là la manière de faire de l’Éternel qui aime bousculer les préjugés humains car la justice est son domaine réservé à lui seul. Alors que le monde prend Trump pour un bouffon, celui-ci fait avancer les choses à pas de géant !
      Dans l’autre sens ça marche aussi. Voyez comment on a méprisé Hollande (alors qu’il est très rusé) et comment, au lieu d’inverser vraiment la courbe du chômage, il a réussi à porter un gros coup à la courbe de natalité française. Merci aux lobbys gays et féministes, collabos de l’invasion islamique. Comme l’a bien expliqué Guy Millière, tout ceci prend sa source dans la seconde révolution française en mai 68…
      Les révolutions sont toujours provoquées et instrumentalisées par des gens mal intentionnés pour des objectifs détournés. Dès que l’homme veut se faire justice, le diable a des droits et ça part en sucette. On ne peut compter que sur l’Éternel pour faire justice le moment venu, patience donc.

    5. Armand Maruani

      Critiquer TRUMP est devenu une mode de l’intelligentsia gaucho .

      Ils racontent des conneries et sont les seuls à rire .

      Pathétique alors que notre pays est occupé ,

      Une situation pire qu’en 40 car le gouvernement n’est pas à Vichy mais à Paris et manipulé comme une marionnette par le Qatar .

      Attendons nous un jour à ce que l’on vienne nousembarquer à l’aube pour une  » destination inconnue  » .

      Je ne cesse de le répéter :

      il est urgent que les citoyens de toute l’Europe descendent dans la rue et font appel à l’armée sachant que l’un des nôtres est aux commandes aux EU .

      C’est l’occasion ou jamais .

    6. Armand Maruani

      Nous faut il un  » 11 Septembre  » pour nous réveiller ?

      Il se prépare sans aucun doute un méga attentat en France car l’ennemi est infiltré de partout et il a des sympathisants collaborationnistes politiques importants .

      En haut lieu , ils le savent mais pour eux :

       » tout va trés bien madame la marquise  » .

    7. Pascale

      Introspection vous avez dit?
      Avez vous écouté au moins une fois la propagande de France 24, France info, Antenne 2 (pardon, mais j’en ai oublie bien d’autres)?
      Écoutez et vous comprendrez la logique de la tradition séculaire, nauséabonde et antisémite française du discours de l’antisémite degaulle en 1967.
      Tradition depuis des siècles ou le « bon roi saint louis » disait déjà publiquement: « un bon juif est un juif dont l’épée l’a transpercé de part en autre ».
      Vous avez dit alors introspection?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *