toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La France, en bon dhimmi du monde arabe, demande la réunion du Conseil de Sécurité suite à la reconnaissance américaine de Jérusalem capitale d’Israël


La France, en bon dhimmi du monde arabe, demande la réunion du Conseil de Sécurité suite à la reconnaissance américaine de Jérusalem capitale d’Israël

A l’annonce du président américain Donald Trump de reconnaître enfin Jérusalem comme étant la capitale d’Israël, la France de Macron s’est précipitée à demander une session extraordinaire du Conseil de Sécurité de l’ONU perpétuant ainsi la politique de dhimmitude au monde islamo-arabe à laquelle la diplomatie française nous a habituée.

La diplomatie sous Macron est comme les précédentes : soumission au monde arabe allant jusqu’à prendre les devants en lieu et place des pays arabes…

La position américaine n’est pas nouvelle et était connue de tous depuis au moins 1995, date à laquelle le Congrès américain avait adopté une loi, le « Jerusalem Embassy Act », reconnaissant que Jérusalem est la capitale de l’Etat d’Israël et décide d’y transférer l’ambassade américaine.

En juin dernier, le Sénat américain avait confirmé à l’unanimité de 90-0 la loi votée en 1995 par les deux chambres du Congrès.

Trump a ainsi tenu sa promesse de campagne en respectant la loi américaine votée depuis 1995. Il ne s’agit donc pas d’un coup de tête irraisonné du président Trump comme les journalistes européens (tous de gauche) tentent de le faire croire.

Or la France, au lieu de soutenir son allié le plus fidèle dans cette décision courageuse, va au contraire se faire le toutou docile du monde islamo-arabe contre les Etats Unis. Faut-il rappeler que les Américains sont venus 2 fois combattre pour la France et y ont versé beaucoup de sang de leur jeunesse pour que les Français retrouvent la liberté ?

Au lieu de soutenir notre allié, la diplomatie du Quai d’Orsay préfère comme à son habitude lécher les babouches et se faire le chantre du « palestinianisme« . Quel que soit le président en exercice la diplomatie française ne change pas : Israël doit être combattu voire détruit pour satisfaire les appétits de nos « chers amis arabes »…

Ainsi les différents votent à l’UNESCO niant tous liens entre le Judaïsme et Jérusalem auxquels la France a voté favorablement apparaissent bien comme une stratégie globale de destruction d’Israël au profit du monde islamo-arabe… N’en doutons pas, les diplomates du Quai d’Orsay sont formés à la détestation d’Israël depuis plusieurs générations.

Macron, comme ses prédécesseurs, perpétue cette stupide « politique arabe » de la France qui n’a conduit qu’à ouvrir toujours plus les frontières aux migrants venant des pays arabes (voir les conséquences du regroupement familial…).

Depuis la Guerre de Kippour et le chantage arabe au pétrole en 1973, le Quai d’Orsay se comporte en supplétif des pires régimes arabes pour tenter de détruire le seul pays démocratique du Moyen Orient.

Mais le vent tourne et le monde arabe a maintenant besoin d’Israël.

Contrairement aux sornettes entendues de pseudo experts à propos de la décision de Trump sur Jérusalem, il ne s’agit pas là d’une décision stupide mais au contraire mûrement réfléchie et participant d’une stratégie globale au Moyen Orient face à l’Iran.

Il s’agit d’un plan savamment mûri entre Trump, le Prince héritier saoudien Mohammed ben Salman, le Maréchal égyptien al Sissi et Binyamin Netanyahu. Parce que les grands Etats arabes avaient besoin de la Palestine lorsqu’ils voulaient éradiquer Israël, et maintenant qu’ils font face à l’agressivité de l’Iran, c’est d’Israël dont ils ont besoin.

Les réactions très modérées des leaders des grands pays sunnites ne servent qu’à sauver l’apparence du maintien du soutien aux frères palestiniens. Le Roi Salman a dénoncé du bout des lèvres une décision « injustifiée et irresponsable », quant à al Sissi, il a évoqué des « mesures qui affaiblissent les chances de parvenir à la paix au Moyen-Orient ».

Pour qui sait décoder ces commentaires, il est évident que, non seulement ceux qui les ont prononcés sont très satisfaits de la décision de Donald Trump, mais qu’en plus, sans leur accord préalable, elle n’aurait pas été prise.

La manœuvre de Trump constitue une nouvelle déclaration Balfour, en consacrant le caractère israélien de Jérusalem et en renvoyant « la cause palestinienne » comme un problème secondaire.

Déjà la Tchéquie et les Philippines ont fait connaître leur intention de transférer leur ambassade israélienne à Jérusalem. A en croire M. Netanyahu, d’autres pays envisagent une décision similaire, et sur ce point, je le crois ; ce n’est que l’affaire d’un peu de temps.

Comme l’écrit Sami el Soudi : « le 8 novembre dernier, au cours d’une visite éclair à Riyad et de rencontres avec le Roi Salman et le Prince MBS, Mahmoud Abbas s’est vu présenter le plan régional convenu avec Washington et Jérusalem. Outre l’abandon de Quds, il prévoit le non-retour des réfugiés de 48, l’administration d’un territoire discontinu, le maintien de la plupart des implantations, et la création d’une « sorte » d’Etat réduit à sa plus simple expression de souveraineté conditionnelle.

Les monarques saoudiens ont présenté la chose à Abbas sous la forme d’un ultimatum : soit vous acceptez le plan et jouirez de notre soutien financier afin de créer une entité dans laquelle on peut vivre convenablement, soit on va vous faire remplacer par quelqu’un qui nous comprenne et on va se désintéresser de la cause palestinienne.

De retour à Ramallah, tous les barons de l’OLP ont poussé des cris d’orfraie et joué les fiers à bras, rejetant la proposition comme si cela changeait quelque chose. Abbas a téléphoné, dans la précipitation, à tous les amis de la Palestine dans le monde arabe et sur le reste du globe. Tous lui ont montré de la sympathie et l’on assuré de leur soutien moral.

Et hier, en dix minutes de discours de Trump, la sanction est tombée.

Les dirigeants du monde arabe ont fini de se distraire avec le jouet nommé Palestine. Ils s’en servaient lorsque leur objectif était de détruire Israël. Maintenant qu’ils en ont besoin afin de se défendre face aux Iraniens et au péril réel qu’ils représentent, le jouet ne leur sert plus à rien. Au contraire, il les gêne. D’autant plus qu’ils se sont soudain aperçus que l’Etat hébreu, depuis qu’il existe, ne leur a somme toutes jamais cherché de noises et qu’il est au contraire un voisin appréciable. Un voisin dont la puissance, lorsque l’on s’allie à lui, devient un composant efficace de leur propre sécurité.« 

Ainsi la position anti-israélienne systématique de la France est devenue obsolète et stupide alors que le monde Arabe lui-même se rapproche d’Israël, preuve s’il en était besoin que les diplomates du Quai d’Orsay n’ont jamais rien compris à ce qui se passait au Moyen Orient…

Si Macron voulait lui aussi marquer son mandat il ferait comme notre plus fidèle allié, il reconnaîtrait cette évidence depuis 1967, Jérusalem est et sera toujours la capitale d’Israël.

Macron aura-t-il un tel courage ? cela serait étonnant…

© Moshé Anielewicz pour Europe Israël News







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 10 thoughts on “La France, en bon dhimmi du monde arabe, demande la réunion du Conseil de Sécurité suite à la reconnaissance américaine de Jérusalem capitale d’Israël

    1. Sabrié Stiller Goldenberg / Maury

      Que ces neus neus se réunissent, ce Macron ne vaut pas mieux que son prédécesseur et cette réunion ne changera rien.
      le Président Américains a appris sa géographie et l’histoire, ouf..et Merci
      reste plus qu’à le faire comprendre aux Européens et aux musulmans..qu’ils apprennent à lire : JERUSALEM EST LA CAPITALE D’ISRAEL

    2. Trannod

      Pas la France

      le Pseudo président des Français
      président des islamistes surement des autres NON

      il me semble que Jérusalem est la capitale Juive depuis le ROI DAVID
      soit au X eme siécle avant J-C

      la secte de nos islamistes n’existe que depuis 632 après J-C

      pas photo il me semble

      mais la culture et l’histoire ne sont plus de ce siècle

    3. maury

      Franz Olivier Guilbert le journaliste a mis les points sur les I chez Bourdin en affirmant que Jérusalem est la capitale d’Israël depuis 3000 ans et que certains revisitent et manipulent l’histoire !!Bon ça on le sait et les dhimmis le savent aussi ,seulement on ne peux servir deux maitres!! le quai d’orsay sert depuis des années l’eurabia qui est soumis aux monarchies pétrolières par lâcheté et intérêts Cette entité corrompue comme le sont l’onu ce machin l’ue cette chose malfaisante et totalitaire l’unesco (sans majuscules) ils ne les méritent pas jusqu’au tribunal de la Haye qui condamne les innocents et laisse courir les criminels de guerre mais tout se paie un jour!!!!Merci Monsieur Trump que le ciel vous protège!!

      Un témoignage sur la Libye
      https://youtu.be/32AsOAEA_sc:

    4. Cyrano

      Tous les révisionnistes le payeront tôt ou tard , c’est écrit tous ceux qui veulent du mal à ISRAEL la main de D est derrière pour les punir. Regardez par exemple la syrie tant de haine et de volonté de détruire ISRAEL , la main de D a fait le reste , c’est un pays détruit par un tyran pire que son père . L’irak de même . Bientôt d’autres suivront . AMEN .

    5. Paul06

      Ce matin, sur France Inter, Mme Guibal, « journaliste » à dix balles a rappelé combien Israel était un Etat colonialiste en laissant en particulier la parole aux « opprimés palestiniens ». C’est cette pensée journalistique qui prévaut en France, des journalistes indignes de l’être, des moutons de la pensée unique, qui encouragent l’antisionisme et l’antisémitisme.

    6. Nadine56

      Emmanuel MACRON s’est bien gaussé de dire que « la France sans Johnny n’est plus la France » (????)
      eh bien je dis que LA FRANCE avec Emmannuel MACRON N’EST PLUS LA FRANCE.
      D’ailleurs, il se proclame chef des armées au lieu de président, mais chef de quelles armées ???
      La France devient l’ombre de  » lui-même » , du moins c’est ce qu’il souhaite dans son narcissisme profond, cela rappelle avec frayeur la propagande d’autres personnages, petits chef, narcissiques de l’Histoire….

      Il est écrit : « qui maudit un juif sera maudit…. » Comment peut-espérer que la France soit bénie, si son « Chef » entraîne la nation dans la malédiction.
      Espèrons que la nation d’Israël saura accueillir les « chrétiens rebelles », quand il deviendra insupportable de vivre en France.

    7. Robert Davis

      Cette marionnette des faux palestiniens qu’est macronne (contraction de maquereau (pimp) et conne (cunt) n’est pas prêt de changer de politique tant il a peuuuurrr des attentats des faux palestiniens! Quant à l’allemagne de la merkel elle ne vaut pas mieux même si elle c’est pour …peupler les campagnes de…terroristes!macronne est tellement bête qu’il reproche à Netanyahu de ne pas œuvrer pour le bien des…palos et Israéliens comme si le PM était élu pour œuvrer en faveur des faux palos!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *