toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Hanukkah – La bataille n’est pas terminée. Par Jean Vercors


Hanukkah – La bataille n’est pas terminée. Par Jean Vercors

OPINION

Hanukkah est l’histoire d’une période de l’histoire juive où le monde était couvert de ténèbres. Quand la joie d’un peuple a été éteinte. Quand les rêves d’une nation ont été écrasés. Et quand les espoirs du peuple Juif ont été étouffés sous le poids de l’oppression.

Mais des moments les plus sombres de notre histoire, vient notre plus grande lumière.

Il y a 2200 ans, la Terre d’Israël était sous occupation syro-grecque et Antiochus, le souverain grec de l’époque avait déclaré la guerre contre le peuple juif.

Il voulait détruire l’individualité des Juifs, qui refusaient obstinément d’abandonner leurs coutumes et leurs traditions en interdisant tous les rites religieux juifs.

Les grecques remplacèrent le prêtre du Temple Juif par un juif hellénistique assimilé qui avait rejeté sa propre culture pour embrasser la religion grecque. Il a ensuite promulgué une série de décrets sévères contre le peuple juif en rendant illégal le sabbat, la circoncision et les lois alimentaires sur la casherout. Ses serviteurs ont même essayé de forcer un homme de 90 ans, Rabbi Eliezer, à manger du porc et, quand il a refusé, il a été mis à mort.

Des milliers d’autres ont été assassinés alors qu’ils refusaient eux aussi d’abandonner leurs traditions.

Les serviteurs d’Antiochus allaient de ville en ville, de village en village, forçant la population juive à vénérer leurs fausses idoles.

Il n’y avait qu’une zone qui restait un refuge, une zone dans les collines de Judée – la même zone que le monde aime appeler «territoire palestinien occupé».

Ici, les Juifs ont refusé de se prosterner devant les faux dieux grecques – et ainsi ils se sont révoltés, un homme appelé Mattityahu s’est levé et ensuite son fils, Judah Maccabee a continué la lutte.
La ligne avait été tracée, et des Juifs loyaux et courageux sont tombés derrière les Maccabées, déterminés à garder leur mode de vie vivant.

Le tyran Antiochus était enragé et envoya ses généraux avec des dizaines de milliers d’hommes pour éliminer Juda et ses partisans macchabées et, bien que les Maccabées fussent en infériorité numérique, mais armés d’un fort esprit de foi et de croyance, ils réussirent à vaincre la puissante armée grecque.

Mais malgré cette incroyable victoire militaire, ce n’était même pas le miracle de Hanukkah.

Le Temple sacré de Jérusalem symbolisait l’épicentre de la Présence Divine au sein de l’homme pour illuminer ensuite le monde entier. Dans leur volonté de supplanter la spiritualité d’Israël par le paganisme helléniste, les Grecs envahirent le Temple, le souillèrent avec leurs idoles et leurs rites décadents. Seule une famille résista à cette obscurité. Matityahou et ses fils rallièrent un petit groupe de combattants et réussirent à chasser l’ennemi. La suite est connue de tous. Cette victoire militaire fut suivie par une victoire spirituelle : le miracle de la fiole d’huile suffisante pour un jour, ils allumèrent la menorah.

Sauf qu’au lieu de scintiller jusqu’à la lumière du matin, elle continua de brûler pendant encore sept autres jours, jusqu’à ce que plus d’huile pure puisse être produite. L’obscurité de l’époque a été vaincue et remplacée par la simple lumière d’une flamme vacillante qui ne mourrait pas.

Il en va de même pour le peuple juif, qui lutte d’une manière ou d’une autre contre un monde hypocrite et corrompu comme dans lequel beaucoup veulent aussi éteindre leur lumière, les chasser de leurs terres, les soustraire à l’histoire et prétendre qu’ils n’existent pas.

Tout comme cette flamme vacillante, ils refusent aussi de mourir, refusent de se coucher, refusent d’être vaincus et refusent de succomber aux dictateurs qui veulent les détruire.
Nous nous défendons non seulement pour survivre, mais pour vivre en tant que Juifs dans notre propre pays ISRAEL , notre capitale JERUSALEM, en appliquant nos propres traditions et nos propres modes de vie, permettant à notre petite lumière d’illuminer le monde.

L’histoire de Hanukkah a peut-être eu lieu il y a plus de 2200 ans, mais ce n’était pas la fin de l’histoire. Ce n’était que le début. Nous nous souvenons du triomphe de la lumière sur l’obscurité.

Parce que le même combat mené par une bande de braves zélotes dans les collines de Judée se passe aujourd’hui a l’ONU, l’UNION EUROPEENNE, L’UNESCO. Et chaque fois que nous nous élevons pour notre mode de vie, pour notre terre, pour notre peuple et pour notre liberté, l’esprit des Maccabées se perpétue en chacun de nous.

© Jean Vercors pour Europe Israël News







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Hanukkah – La bataille n’est pas terminée. Par Jean Vercors

    1. Corto

      Jean Vercors nous fait bien comprendre qu’absolument rien ne change chez les goys, comme quoi Maïmonide a raison d’insisté sur la gangrène idolâtre, si l’humain tombe dans cette facilité, il ne fait que se répéter sans pouvoir s’élever d’un millimètre, voir plonger dans le chaos et entraîner les autres avec lui !

    2. sarah

      Non, elle n’est pas terminée, loin de là. Je le dis à mes petits-enfants à chaque fois que nous allumons les bougies d’Hanoucca : nous résistons à présent contre l’Islamisation et contre la dhimmitude européenne et nord-américaine.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *