toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

« L’Émission politique » : Jean-Luc Mélenchon dénonce un véritable « traquenard » organisé par France 2 


« L’Émission politique » : Jean-Luc Mélenchon dénonce un véritable « traquenard » organisé par France 2 

Le leader du parti la France insoumise s’est fendu d’un long billet, publié sur son blog ce lundi 4 décembre, dans lequel il revient sur sa participation à « L’Émission politique », jeudi dernier.

Le député des Bouches-du-Rhône n’a manifestement pas passé un bon moment : il dénonce un véritable « traquenard » et tacle sévèrement les journalistes en plateau. De Léa Salamé à François Lenglet, en passant par Nathalie Saint-Cricq, tout le monde en prend pour son grade.

Pas sûr qu’on revoit Jean-Luc Mélenchon dans « L’Émission politique » de sitôt. Le chef de file de la France insoumise, invité du programme de France 2 jeudi dernier, tire à boulets rouges sur le rendez-vous politique du service public dans un long billet publié sur son blog ce lundi 4 décembre. Le député des Bouches-du-Rhône n’a manifestement pas apprécié le déroulement de l’émission et s’est fendu d’un véritable réquisitoire.

Pour Jean-Luc Mélenchon, ce nouveau numéro de « L’Émission politique », suivi par un peu plus de deux millions de téléspectateurs, était un « traquenard organisé contre [lui] par France 2 ». Où lui étaient destinées « bassesses, mensonges et tromperies ».

« C’est un règlement de compte »

« Le public est le dindon de la farce », dit-il. Puis poursuit : « ce que nous avons vu ce soir-là, ce n’est plus du journalisme, ce n’est plus une émission du service public, c’est juste un règlement de compte entre une équipe de gens prête à toutes les mystifications pour frapper le principal opposant politique à ses employeurs. Une manœuvre politicienne sous déguisement journalistique. »

Au fil de sa tribune au vitriol, tous les journalistes du programme en prennent pour leur grade. À commencer par Léa Salamé, la présentatrice de l’émission. « Cela peut paraître incroyable, mais j’ai cru Léa Salamé de bonne foi quand elle m’a invité […] Quoi qu’il en soit, elle m’a abusé et sciemment endormi », écrit Jean-Luc Mélenchon. D’après lui, l’ancienne chroniqueuse d’« On n’est pas couché » « est juste une personne sans foi ni loi ».

Vient ensuite le tour de Nathalie Saint-Cricq, la responsable du service politique de France 2. Elle « ne comprend pas la moitié des sujets dont on discute, tacle l’ancien socialiste. Elle gouverne avec cette hargne caractérielle qui est la signature des faibles, une équipe de gens tétanisés par ses foucades et humeurs. » D’après l’émission « Quotidien », sur TMC, Jean-Luc Mélenchon aurait même adressé à Nathalie Saint-Cricq « va te faire foutre » à la fin du programme.

« Un spectacle faisant appel au voyeurisme sadique »

Le leader du parti la France insoumise n’épargne pas non plus François Lenglet, le spécialiste des questions économiques, qu’il qualifie de « pseudo-économiste de la chaîne »« Le secret de Lenglet sur ce qu’il compte traiter n’existe que pour permettre le mensonge sans réplique. Et bien sûr pour empêcher que son incompétence soit démasquée », tance Jean-Luc Mélenchon, qui était apparu hésitant sur les questions du journaliste à propos du contre-budget avancé par la France insoumise.

L’élu a aussi vivement critiqué la séquence « en immersion », avec des agriculteurs, une « caricature de situation truquée », « devenue un guet-apens ». Pareil pour la séquence « prise directe », où il s’est retrouvé interrogé sur ses amitiés pour le Venezuela, face à l’historienne Laurence Debray, une « marionnette » selon lui. « On ne discute pas davantage avec ce genre d’énergumène qu’avec un répondeur téléphonique. Elle vient réciter les éléments de langage de l’extrême droite vénézuélienne comme un piano mécanique », affirme-t-il.

« Il s’agit d’un spectacle faisant appel au voyeurisme sadique davantage qu’à une émission d’information politique », ajoute-t-il à propos du programme. « J’ai donc dû affronter deux heures de pièges à deux balles, de mensonges et d’abus de pouvoir médiatique, au lieu de la belle soirée de réflexion politique à laquelle j’avais naïvement cru. »

France 2 dénonce des « attaques odieuses et inacceptables »

Passablement remonté, il conclut en expliquant qu’il souhaite la mise en place d’une juridiction pour surveiller la déontologie des médias. « Je propose qu’il existe un tribunal professionnel qui puisse être saisi et qui ait le pouvoir de sanction symbolique contre les menteurs, les tricheurs, les enfumeurs. Je vais donc lancer avec mes amis une pétition en ce sens », annonce-t-il.

De son côté, le SDJ de France 2 a apporté son soutien aux journalistes de L’Émission politique. En qualifiant les propos de Jean-Luc Mélenchon d’« attaques odieuses et inacceptables».

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “« L’Émission politique » : Jean-Luc Mélenchon dénonce un véritable « traquenard » organisé par France 2 

    1. José Pahat

      Méchantcon vocifère comme à l’accoutumée pour imposer son terrorisme intellectuel à des journalistes certes partiaux. Il ne démontre rien, Aucune argumentation ne vient étayer ses attaques.
      Ils sont( les journalistes et lui) sur les mêmes bases: le déni de réalité. Qu’on les mette dans la nef et qu’on les noie…. c’est ce qui arrivait aux fous au moyen -âge.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *