toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Rémi Brague : «Certains ‘laïcards’ exploitent la peur de l’islam pour en finir avec le christianisme»


Rémi Brague : «Certains ‘laïcards’ exploitent la peur de l’islam pour en finir avec le christianisme»

Après la polémique engendrée par la décision du Conseil d’État de retirer la croix de Plöermel, au nom de la laïcité. Rémi Brague revient sur cette notion, régulièrement employée mais trop souvent méconnue.


Rémi Brague est un philosophe français, spécialiste de la philosophie médiévale arabe et juive. Membre de l’Institut de France, il est professeur émérite de l’Université Panthéon-Sorbonne. Auteur de nombreux ouvrages, notamment Europe, la voie romaine (éd. Criterion, 1992, rééd. NRF, 1999), il a également publié Le Règne de l’homme: Genèse et échec du projet moderne (éd. Gallimard, 2015) et Où va l’histoire? Entretiens avec Giulio Brotti (éd. Salvator, 2016).


La décision du Conseil d’État enjoignant au maire de la commune de Ploërmel de retirer la croix qui surplombe la statue du pape Jean-Paul II a suscité la colère de milliers d’internautes. Comment expliquez-vous l’ampleur de ces réactions spontanées?

Rémi BRAGUE.- Je surfe très rarement sur les «réseaux sociaux» et, quand je le fais, je suis souvent consterné par la faiblesse et la grossièreté haineuse de ce qui s’y dit sous le couvert de l’anonymat.

Maintenant, pour répondre à votre question, j’y devine deux raisons: d’une part, la lassitude devant ce qu’il y a de répétitif dans ces mesures contre les croix, les crèches, etc. ; d’autre part l’agacement devant la mesquinerie dont elles témoignent. En Bretagne, vous ne pouvez pas jeter une brique sans qu’elle tombe sur un calvaire ou un enclos paroissial. Et où une croix est-elle plus à sa place qu’au-dessus de la statue d’un pape?

La décision du Conseil d’État est-elle conforme au principe philosophique de la laïcité?

La laïcité n’a en rien la dignité d’un principe philosophique. C’est une cote mal taillée, résultat d’une longue série de conflits et de compromis. D’où une grande latitude dans l’interprétation.

Je n’ai pas pris connaissance des attendus du Conseil d’État. Je fais à ses membres l’honneur de penser qu’ils sont solidement argumentés. En tout cas, la laïcité n’a en rien la dignité d’un principe philosophique, mais elle constitue une notion spécifiquement française. Le mot est d’ailleurs intraduisible. C’est une cote mal taillée, résultat d’une longue série de conflits et de compromis. D’où une grande latitude dans l’interprétation.

Mais comment faire appliquer la loi sur le voile à l’école et la burqa dans la rue si la loi n’est pas appliquée de manière stricte pour toutes les religions?

Quel rapport entre un monument public et une pièce de vêtement, qui relève du privé? Le vrai parallèle à l’érection d’un tel monument serait la construction d’une mosquée. Qui l’interdit? Bien des municipalités la favorisent plutôt.

De toute façon, on a souvent l’impression que le fait qu’une loi soit appliquée est en France plutôt une option. Combien de lois sont restées sans décrets d’application? Verbalise-t-on les femmes qui portent un costume qui masque leur visage? Le fait-on dans «les quartiers»?

Est-ce illusoire de vouloir appliquer la laïcité de la même manière pour toutes les religions dans un pays de culture chrétienne?

«Toutes les religions», cela ne veut pas dire grand-chose. Ce qui est vrai, c’est que la «laïcité» à la française—expression qui est d’ailleurs tautologique—a été taillée à la mesure du christianisme, par des gens qui le connaissaient très bien. N’oublions pas que le petit père Émile Combes avait passé ses thèses de lettres, l’une sur saint Thomas d’Aquin et l’autre (en latin) sur saint Bernard.

J’ai eu l’occasion d’expliquer ailleurs qu’il n’y a jamais eu de séparation de l’Église et de l’État, car le mot supposerait qu’il y aurait eu une unité que l’on aurait ensuite déchirée.

Ce qu’il y a eu, c’est la fin d’une coopération entre deux instances qui avaient toujours été distinguées. La prétendue «séparation» n’a fait que découper suivant un pointillé vieux de près de deux millénaires. Et les historiens vous expliqueront que ceux qui ont le plus soigneusement évité les contaminations ont été plutôt les papes que les empereurs ou les rois.

La laïcité n’est pas et ne peut pas être une arme. Je dis cela parce qu’elle a été forgée, justement, contre une religion bien précise, à savoir le christianisme catholique

Le problème avec l’islam n’est pas, comme on le dit trop souvent, qu’il ne connaîtrait pas la séparation entre religion et politique (d’où l’expression imbécile d’«islam politique»). Il est bien plutôt que ce que nous appelons «religion» y comporte un ensemble de règles de vie quotidienne (nourriture, vêtement, mariage, héritage, etc.), supposées d’origine divine, et qui doivent donc primer par rapport aux législations humaines.

La laïcité peut-elle être utilisée comme une arme face à l’islamisme? Celle-ci n’est-elle pas à double tranchant?

La laïcité n’est pas et ne peut pas être une arme. Et, en principe du moins, encore moins être dirigée contre une religion déterminée. Je dis cela parce qu’elle a été forgée, justement, contre une religion bien précise, à savoir le christianisme catholique, auquel la grande majorité de la population adhérait plus ou moins consciemment, avec plus ou moins de ferveur, à l’époque de la séparation.

La laïcité signifie la neutralité de l’État en matière de religion. L’État n’a à en favoriser aucune, ni en combattre aucune. L’État doit être laïc précisément parce que la société ne l’est pas.

Certains «laïcards» rêvent d’en finir avec le christianisme, en lui donnant le coup de grâce tant attendu depuis le XVIIIe siècle. Ils exploitent la trouille que bien des gens ont de l’islam pour essayer de chasser de l’espace public toute trace de la religion chrétienne, laquelle est justement, ce qui peut amuser, celle contre laquelle l’islam, depuis le début, a défini ses dogmes.

Face au problème de l’islamisme, certains observateurs n’hésitent pas à condamner en bloc toutes les religions. S’il existe des intégrismes partout, la menace est-elle de la même nature? Existe-t-il aujourd’hui une menace spécifique liée à l’islam?

Ce qu’il faut voir avant tout, c’est que la notion de «religion» est creuse et que, quand on parle de «toutes les religions», on multiplie encore cette vacuité.

On entend dire: «l’islam est une religion comme les autres» ou, à l’inverse: «l’islam n’est pas une religion comme les autres». Mais, mille bombes!, aucune religion n’est une religion comme les autres!

Certains « laïcards » rêvent d’en finir avec le christianisme. Ils exploitent la trouille que des gens ont de l’islam pour essayer de chasser de l’espace public toute trace de la religion chrétienne.

Chacune a sa spécificité. Vouloir mettre dans le même panier, et en l’occurrence dans la même poubelle, christianisme, bouddhisme, islam, hindouisme, judaïsme, et pourquoi pas les religions de l’Amérique précolombienne ou de la Grèce antique, c’est faire preuve, pour rester poli, d’une singulière paresse intellectuelle.

Quant à appliquer la notion catholique d’«intégrisme» ou protestante de «fondamentalisme» à des phénomènes qui n’ont rien à voir avec ces deux confessions, cela relève du fumigène plus que d’autre chose. Les plus grands massacres du XXe siècle, le Holodomor d’Ukraine et la Shoah, ont été le fait de régimes non seulement athées, mais désireux d’extirper la religion.

Une menace liée à l’islam? La plus grave n’est sûrement pas la violence. Celle-ci n’est qu’un moyen en vue d’une fin, la soumission de l’humanité entière à la Loi de Dieu. Et si elle est le moyen le plus spectaculaire, elle n’est certainement pas le plus efficace.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Rémi Brague : «Certains ‘laïcards’ exploitent la peur de l’islam pour en finir avec le christianisme»

    1. alauda

      Sur ce point précis :
      Verbalise-t-on les femmes qui portent un costume masquant leur visage ?

      Oui, la loi contre la dissimulation du visage a été appliquée, certes trop sporadiquement. Mais il se trouve qu’un individu, agent provocateur infiltré bien connu, a payé plusieurs fois les contraventions à leur place lors du quinquennat précédent.

      Après quoi, plutôt que d’arrêter ledit activiste infiltré, bien protégé, on a pondu une proposition de loi supplémentaire.

    2. alauda

      Pour répondre à la décision du Conseil d’État, le maire de Plöermel pourrait offrir le terrain à… la Pologne, contre un euro symbolique.

    3. alauda

      Par ailleurs, il lance une souscription auprès des fidèles pour payer le cadeau du terrain et le tour est joué.

      Pas d’incident diplomatique. Fin du game.

    4. Laurence Salmon

      Garido préfère :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Monument_%C3%A0_Staline_(Prague)#/media/File:Letna_stalin_sousosi.jpg

      https://i.pinimg.com/236x/77/cf/26/77cf2691445fcc35e5370042a4df3181–socialist-realism-russian-revolution.jpg

      http://assets.historyhole.com/wp-content/uploads/2016/11/28181115/11177.jpg

      A eux 3 plus des millions de morts , moi perso ça me plait pas !

      la scuplture avec le JP II ne me plait pas mais a le droit d’exister , et la croix ne me dérange pas

    5. Jonas Ben Amittaï

      Nous sommes issus de nations barbares latinisées et christianisées, ce qui veut dire que le religieux a eu une fonction d’éducation des individus mais a produit aussi l’institutionnel, qu’il s’agisse de l’université, du pouvoir publique… La religion en Occident est une composante de notre société laïque et celles qui ont construit notre civilisation sont le Judaïsme et le Christianisme. Point.
      Puisque l’on s’entretient des débuts, de politique et de démocratie, peut-on faire remarquer que, dans la Bible, lorsque Moïse convoque le peuple, sorti de l’esclavage en Egypte, Dieu donne dix commandements; « dix mots » qui rendront libre ce peuple. « Je suis l’Eternel qui vous a libéré ». Il n’est pas question de pouvoir, de domination et de soumission, mais d’un arrangement conclu entre deux parties consentantes. Le peuple dit: « Tout ce que l’Éternel a dit nous le ferons » et Moïse rapporte cet engagement à Dieu; le peuple a eu son mot à dire dans la conclusion de l’accord. Le Dieu de L’Ecriture ne ravit pas à l’homme sa liberté de choix ni sa responsabilité, les conditions sont celles de la démocratie: liberté et dignité humaine.
      Et les termes utilisés dans le texte hébraïque signifient davantage qu’un accord légal entre les deux parties; ils expriment un lien d’amitié, de bienveillance.
      Le premier mot des Dix Paroles est « Je ». Quelqu’un a proposé de traduire la première Parole par : « Je est l’Eternel ton Dieu qui t’a fait sortir d’Egypte, de l’enfermement servile » et ce « Je » fait ensuite place au « Tu ». Deux personnes sont posées l’une face à l’autre.
      Ainsi il y a le récit d’un individu inquiet pour ses frères humains, habitants Sodome et Gomorrhe, il parle librement à son Dieu pour tenter de défendre la justice en rappelant les obligations de l’accord: «Loin de toi d’agir ainsi, de frapper l’innocent avec le coupable, les traitant tous deux de même façon ! … Celui qui juge toute la terre serait-il un Juge inique ? ». Et Dieu écoute et accède finalement aux requêtes de l’homme.
      Dieu souscrit à cette forme de liberté de parole jusqu’à Job qui se livre à d’amères accusations contre Dieu (Ge.19). L’homme a la liberté de demander, de discuter, de se confronter avec Dieu dans la recherche de la justice et la défense de l’humanité…
      (https://www.cairn.info/revue-diogene-2005-4-page-174.htm)
      Par ailleurs ce Dieu veut être le seul Dieu d’Israël. Les critiques sont ravis de relever ceci, mais, dans son histoire, ce Dieu se cache et poussera Israël à la recherche, aux questionnements. En écartant les autres divinités, Dieu enlève aux hommes les craintes superstitieuses qui hantaient les arbres, les collines ou les plaines… et qu’il fallait satisfaire, souvent de manière horrible. En réalité, tous les dieux ont disparus au profit de la liberté et non de la soumission!
      La dignité spirituelle de l’homme est une contribution du judaïsme à la société moderne. C’est aussi la religion de la liberté humaine et du rejet des divinités qui écrasent l’homme. Le judaïsme enseigne que l’homme est un associé, un collaborateur de Dieu dans l’évolution de la vie et dans la re-création progressive du monde. C’est aussi la religion de l’élection du peuple juif pour offrir un témoignage discret aux autres peuples (n’est-ce pas là l’origine de l’antisémitisme?)…
      Le Christianisme, issu du judaïsme, est la « religion de la morale ». La Religion « humanisée » du Dieu qui se fait homme et qui se sacrifie pour sauver l’humanité. Et ses racines sont juives mais en se séparant du judaïsme, le Christianisme s’est approprié les prérogatives du Judaïsme en niant la légitimité du peuple juif et en faisant « de la religion ». Mesure-t-on, dans le milieu chrétien, les propos du juif Jésus lorsqu’il dit: « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat »! C’est-à-dire que la religion a été faite pour l’homme (et non pour satisfaire la divinité) bref, si la religion biblique, celle du Dieu qui libère, vous écrase, vous culpabilise, c’est que la présentation de la foi biblique n’est pas correcte, ou bien, vous êtes à l’écoute d’une autre voix.

    6. liberté

      bon ce texte et pour moi apparament seul les religion d’adam et eve doivent disparaitre elle ne sont sur rien de vrai rien n’existe adam et eve sont des religions de mouton non eclairé platon et pythagore sont des boudhha europeen bans de de mecreant de la science de l’univers qui reyonnent dans votre sang aller vous faire foutre avec adam et eve en vous il y a des bacterie aussi vielle que lunivers ses la mere de la mere de votre mere qui vous les a transmis trop bon trop con mais allé vous faire enculée

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *