toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le préfet Pierre Soubelet : «Les prières de rue c’est terminé. Ni à Clichy, ni dans les Hauts-de-Seine.»


Le préfet Pierre Soubelet : «Les prières de rue c’est terminé. Ni à Clichy, ni dans les Hauts-de-Seine.»

Les fidèles de l’ancienne mosquée ont été invités à se rendre dans un autre lieu de culte de la commune, à l’issue d’une médiation avec le préfet des Hauts-de-Seine jeudi.

Rejoindre le nouveau centre cultuel de Clichy-la-Garenne, dédoubler les offices, trouver un terrain à acheter… Mais, en tout cas, plus de prières de rue. Lors d’une réunion de médiation, jeudi après-midi, sous l’égide du préfet des Hauts-de-Seine, plusieurs pistes de sortie de crise ont été proposées aux fidèles musulmans de cette commune qui, depuis plus de huit mois, priaient dans les rues. Mais d’emblée, le préfet Pierre Soubelet a prévenu: «Les prières de rue, c’est terminé, a-t-il martelé. Il n’y en aura pas demain, ni le vendredi d’après. Ni à Clichy, ni dans les Hauts-de-Seine.»

«Maintenant c’est clair, il n’y aura plus de prières de rues à Clichy. Et même en France, parce que ça va créer un précédent. »

Rémi Muzeau, le maire LR de Clichy-le-Garenne

Après deux heures et demie de discussions parfois tendues, le maire LR Rémi Muzeau se dit «très heureux» de ce dénouement. «Surtout du fait que la manifestation des élus de vendredi dernier ait enfin permis cette réunion, clame-t-il. Maintenant c’est clair, il n’y aura plus de prières de rues à Clichy. Et même en France, parce que ça va créer un précédent.» Mercredi, devant l’Assemblée nationale, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, avait lui-même été ferme: «Il ne peut y avoir de prières de rue» à Clichy-la-Garenne, avait-il assuré, tout en soulignant que les musulmans de cette ville devaient «avoir un lieu de culte décent».

La préfecture et la mairie ont fait une proposition à l’Union des associations musulmanes de Clichy-la-Garenne (UAMC), l’association qui priait chaque vendredi aux abords de l’hôtel de ville, depuis son expulsion, en mars, d’un lieu de culte au centre-ville: rejoindre le centre cultuel et culturel musulman de la rue des Trois-Pavillons, dont le vice-président, Noureddine Bahri, était présent à la réunion. Ce lieu de culte est situé à moins d’un quart d’heure à pied du centre, avec un arrêt du bus (gratuit) juste en face. «Nous avons 2000 m2 de locaux tout à fait dignes et, le vendredi, comme nous sommes très nombreux, nous organisons deux prières, à 13 heures et à 14 heures», détaille Mohamed Bechari, président de ce centre, qui dirige aussi la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF). Mais l’UAMC le juge «trop excentré, trop exigu et pas aux normes de sécurité», ce qui est démenti par le maire. «On poursuivra la discussion et la réconciliation entre les deux obédiences musulmanes dès lundi, avec les conseils des deux parties», précise Me Rémi-Pierre Drai, l’avocat du maire.

Deux plaintes

Une discussion qui s’annonce encore longue et compliquée. «La pierre d’achoppement, c’est que la Ville aurait souhaité que les plaintes annoncées dans la presse soient retirées, mais l’UAMC a refusé», poursuit Me Drai. Après le rassemblement d’élus contre les prières de rue, vendredi dernier, l’UAMC avait en effet annoncé le dépôt de deux plaintes auprès du parquet de Nanterre: l’une contre X pour «violence aggravée», «participation à un groupement formé en vue de la préparation d’actes de violences», «manifestation illicite» et l’autre contre le maire pour «diffamation et incitation à la haine raciale». «Comment faire une concertation s’ils déposent des plaintes?», interroge l’élu, qui assure cependant qu’il n’y a «aucune animosité» entre lui et l’UAMC. Jeudi soir, Hamid Kazed, son président, ne souhaitait pas faire de commentaire. En attendant, «ce vendredi sera le premier, depuis 34 semaines, où je n’entendrai pas le muezzin sous mes fenêtres!», soupire un fonctionnaire de la mairie. Quant à Rémi Muzeau, il ne regardera «même pas par la fenêtre» : «Je suis sûr, clame-t-il, qu’il n’y aura personne.»

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 11 thoughts on “Le préfet Pierre Soubelet : «Les prières de rue c’est terminé. Ni à Clichy, ni dans les Hauts-de-Seine.»

    1. gregory

      Bon dénouement, mais il a fallu leur donner un os a ronger, les fouteurs de merdre ont encore été avantagés par la couadise de nos dirigeant.
      Islamistes GO HOME.

    2. Armand Maruani

      On ne parle que d’eux ces connards de nazislamistes , ils sont les seuls à exister en France et à faire chier le monde .

      Le peuple de France devrait descendre dans la rue par millions et leur montrer qui sont les véritables maitres de ce pays .

      Je ne peux plus les supporter à l’image des ramadan , plenel et tous ces chanteurs de Rap et comiques des cités genre le  » capitaine Crochet  » de Trappes.

    3. Armand Maruani

      Nous avons un traitre qui est entrain d’introduire la langue arabe dans le paysage télévisuel ; c’est Hanouna  » l’ami de tout le monde  » et de n’importe qui .

      Un léche cul professionel qui ne voit que son nombril et adore qu’on parle de lui au milieu d’une Cour qui lui est aceise aveuglément ,

      Parfois on se croirait dans un petit Versailles au lever du Roi .

      Qu’il cesse ses pitreries hallal , il commence à nous taper sur les nerfs celui la .

      Oui Hannouna cesse tes pitreries et ta démagogie , tu nous fatigues .

    4. José Pahat

      Nicolas Hulot et les écolos-lolos ont eux aussi de bonnes raisons de se réjouir : l’effet de serre va commencer à diminuer en FrOnce.
      La guerre civile latente voire ouverte ( comme ces prières muzz tenues dans l’espace publique) nous impose de choisir notre camp. C’est eux ou nous. C’est de plus en plus clair, la FrOnce ( et pas seulement) est coupée en deux.
      On verra comment les décisions préfectorales vont être appliquées.
      Une décision administrative, fut-elle importante et juste, ne rendra ni ne fera le printemps… Pardon pour le truisme.

    5. Corto..

      En deux mots :

      Maintenant qu’il fait froid, les communes de France ont trouvés des salles qui vont se transformer en mosquées permanentes pour accueillir les prêcheurs les plus imaginatifs !!!

      « Avertissement : si quiconque boit de l’alcool ou mange du porc dans ces lieux devenus sacrés, la charia sera appliquées sans modération » !

    6. alauda

      Valable seulement pour les Hauts de Seine ?

      Qui se souvient de l’apparition des premières prières de rue de ce type en France ?

      En 2011, voici ce que disait un communiqué du Ministère de l’intérieur tunisien « Le ministère de l’Intérieur n’autorisera plus, dorénavant, l’occupation de la voie publique pour l’accomplissement de la prière, en dehors des lieux de culte ». De « tels phénomènes et comportements sont étrangers à la société tunisienne » (le Figaro, 07/04/2011)

      Kif kif en Algérie sous la houlette du ministre des affaires religieuses : http://www.europe-israel.org/2011/05/scoop-en-algerie-les-prieres-sont-interdites-dans-les-rues-pas-en-france/

      Quand le maire de Clichy dit que cela va créer un précédent qui permettra de ne plus voir ces occupations de la chaussée partout en France, il exprime quelque chose de l’ordre de la foi ou de la méthode Coué.

      Cette affaire n’est que ponctuellement du ressort d’un préfet… pour calmer le jeu ponctuellement, jusqu’à la prochaine épidémie de « phénomènes et comportements [qui] sont étrangers à la société [française] ».

    7. Jacques B.

      L’UAMC refuse de retirer les plaintes qu’elle a déposées…

      Et ces plaintes ont été déposées pour «violence aggravée», «participation à un groupement formé en vue de la préparation d’actes de violences», «manifestation illicite» et pour «diffamation et incitation à la haine raciale» contre le maire.

      Non mais vraiment, on croit rêver ! Pincez-moi…

      Alors que c’est contre ces crapules islamistes qu’il aurait fallu porter plainte ; pour les mêmes raisons d’ailleurs : «violence aggravée» envers les citoyens de cette ville, «participation à un groupement formé en vue de la préparation d’actes de violences» puisque leurs prières appellent sur nous la vengeance d’Allah et notre destruction, «manifestation illicite» – en plein dans le mille – et «diffamation et incitation à la haine raciale» envers les non arabo-musulmans que nous sommes.

      Cette faculté incroyable qu’ils ont à inverser rôles et responsabilités… et les juges complaisants de tomber dans le panneau, la plupart du temps.

      À renvoyer au bled à coups de pied au c** – et encore, c’est mon jour de bonté.

    8. Corto..

      Tant que ça ne pétera pas, ils pousseront, pousseront jusqu’à leur victoire totale, cela implique que d’ici peu, ceux qui refuseront de participer à leurs « prières », seront lynchés en public !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *