toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Contre le consentement sexuel à 13 ans, Nagui « supplie »


Contre le consentement sexuel à 13 ans, Nagui « supplie »

À partir de quel âge un mineur peut-il être considéré comme sexuellement consentant? Ce débat de société qui est au cœur de l’actualité depuis l’acquittement en cour d’assises d’un homme jugé pour le viol d’une jeune fille de 11 ans fait beaucoup réagir.

Ce fait-divers a notamment saisi la secrétaire d’État en charge de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, et la ministre de la Justice, Nicole Belloubet qui veulent retenir un certain âge, 13 ou 15 ans, en dessous duquel « tout enfant serait d’office considéré comme violé ou agressé sexuellement ».

13 ou 15 ans? À cette question épineuse du seuil de consentement sexuel, Nagui donne sa réponse. Dans un tweet adressé aux deux ministres ce jeudi 16 novembre, l’animateur explique qu’il « est absurde d’imaginer qu’à 13 ans on puisse être consentant ou dire non à un agresseur ». « Et vous à 13 ans?, leur demande-t-il directement. Souvenez-vous de l’enfant que vous étiez, s’il vous plaît. Je vous en supplie ».

La réponse de Marlène Schiappa ne s’est pas fait attendre. « Oui. C’est pour cela que le gouvernement travaille à un seuil de présomption de non consentement (qui n’existe pas), a-t-elle expliqué au sujet d’une loi qui pourrait arriver au printemps prochain. Pour protéger les enfants de ces débats et juger les violeurs comme tels. Affirmer qu’un enfant ne ‘consent’ jamais ».

« Ma petite-fille a 13 ans! »

Preuve que cette question fait débat, Nagui n’est pas la première personnalité publique à donner son avis. Et c’est avec un exemple très personnel que Michel Sardou a dénoncé cette limite d’âge de 13 ans dont le gouvernement discute.

« J’ai l’impression de capter ce qu’il y a dans l’air, a-t-il expliqué à l’AFP au sujet des inspirations qu’il trouve dans l’actualité du pays. Là, par exemple, ce qui me choque, c’est fixer l’âge de consentement à un acte sexuel à 13 ans. Ma petite-fille a 13 ans! Je ne veux pas, moi! C’est un bébé, qu’est-ce qu’elle va consentir à coucher avec un mec? Je n’écris plus de chansons. Mais la prochaine ç’aurait été sur ça! »





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 14 thoughts on “Contre le consentement sexuel à 13 ans, Nagui « supplie »

    1. Pinhas

      A 18 ans , soit l’age légal responsable .

      Un ado reste un ado avec ses failles , ses faiblesses et ses attirance qui peuvent finir dramatiquement .

      Un adulte manipulateur ( voir le violeur tarik ramadant ) , sait comment attirer des jeunes filles pour arriver à ses fins .

      Pourquoi vouloir établir un curseur ? , pour dédouaner un éventuel agresseur qui se verrai libéré de toute sanction parce-que l’ado avait 13 ans ? .

      Non , je le redis , l’age légal doit rester à 18 ans .

    2. sarah

      La majorité sexuelle est à 15 ans en France (je précise qu’en Suisse, pays pas spécialement puritain, elle est à 16 ans), donc le non-consentement devrait être considéré comme automatique en dessous de 15 ans. Point barre.

    3. alauda

      Il y a un truc que je n’ai pas compris, en écoutant vaguement la radio, quelqu’un disait que la loi française comporte un vide juridique.

      Pourtant « Le Code pénal réprime [déjà] le fait, pour un majeur, d’exercer sans violence, contrainte, menace ni surprise une atteinte sexuelle sur la personne d’un mineur de moins de 15 ans (article 227-25 du Code pénal).

      On en déduit, comme le rappelle Sarah, que la majorité sexuelle est atteinte à 15 ans en France.

      Si je comprends bien, la nouvelle loi sur le « consentement dit éclairé » pourrait baisser le niveau de protection actuel des jeunes, si le Haut commissariat à l’égalité qui préconise 13 ans est suivi.

      Or à voir la liste des personnalités et représentants de cette docte assemblée (créée en 2013 pour s’occuper de parité entre adultes), on n’en voit pas beaucoup qui sont en contact avec des jeunes en pleine croissance. D’ailleurs, sur la page Wikipédia, on chercherait en vain le mot « jeune » ou « enfant » dans la liste de leurs préoccupations.

      De quoi se mêle ce HCE ?

      C’est à lui que Nagui doit envoyer son tweet.

    4. sarah

      @ alauda, l’atteinte sexuelle est un délit qui se juge en correctionnelle et la peine est de 5 ans de prison, le viol est un crime qui se juge devant la Cour d’Assises et les peines peuvent aller jusqu’à 20 ans de prison.
      Pour les mineurs de moins de 15 ans, il y a forcément atteinte sexuelle mais pas forcément viol car le viol suppose la contrainte, la surprise, la violence ou la menace; il n’existe pas à l’heure actuelle de notion de non-consentement.
      L’affaire de la petite fille de 11 ans violée à Pontoise se jugera en correctionnelle pour atteinte sexuelle et non pour viol comme la défense le demandait sous prétexte qu’il n’y a eu ni contrainte, ni violence, ni menace, ni surprise, donc pas viol ; l’autre affaire en Seine-et-Marne sur une petite fille du même âge, jugée devant les Assises, n’a pas été reconnu comme viol donc le violeur a été acquitté mais le Parquet a fait appel.
      Introduire la notion de non-consentement aurait permis de juger la première affaire devant les Assises et dans la deuxième affaire, la condamnation du violeur.
      J’espère que je me suis fait comprendre.

      Je me demande s’il s’était agi de garçonnets de 11 ans violés par des homosexuels, les juges auraient-ils rendu la  » justice » de la même manière ? Probablement pas; c’est misérable et déplorable car un certain nombre d’hommes, juges compris, s’imaginent que les petites filles sont des nymphomanes dès l’âge de 10 ans.
      J’ai une fille de 33 ans, une petite-fille de 4 ans et un petit-fils de 7 ans, s’il leur arrivait malheur, je me ferai justice.

    5. Armand Maruani

      Ce genre d’article me donne la nausée .

      Je vais être bref .

      Si la justice ne fait pas son devoir au nom des citoyens , ces derniers la feront à sa place .

      Oui je comprends que dans ce cas un parent la fasse lui même quitte à exécuter le criminel .

      Car le viol est un crime abominable .

      En effet la gamine ne peut s’en remettre et sa vie est bousillée à tout jamais .

      Sans compter les victimes collatérales : Parents , fréres et soeur etc….

      Oui la victime prend perpétuité pendant que l’assassin continue à vivre normalement avec la possibilité de croiser son violeur
      s’il habite à proximité des parents .

      Cela est arrivé hélas souvent , on peut imaginer leur calvaire .

    6. Armand Maruani

      Correction :

       » Oui la gamine prend perpétuité pendant que son assassin continue à vivre normalement avec la possibilité de croiser sa victime s’il habite à proximité des parents  » .

       » On peut imaginer leur calvaire  » .

      Scusi

    7. alauda

      @Sarah,

      J’ai compris, oui, vos explications.
      Cependant, à 11 ans, la surprise devait être considérée comme une évidence. Jugement inique et répugnant remis en cause par l’appel du Parquet.

    8. Tizi Aviv Tel Ouzou

      Cohn Bendit en révait, Macron l’a fait !

      Ils veulent réaliser un vieux rêve gauchiste : légaliser la pédophilie.

      Laissez les monter ! Ils sont en train de franchir les dernières marches de la tour. Plus assassine sera la chute !

      Berger, out
      le vieux Sorros bientôt out
      Les pervers pépères qui financent les folies gauchistes ne seront bientôt plus là. Leur monde commence déjà à s’écrouler.

    9. Claire

      Et pourquoi pas le viol dès l’âge de 9 ans, en imitation du « beau modèle », Mahomet, qui a épousé Aïcha lorsqu’elle avait 6 ans et a attendu (Allah soit loué!) qu’elle ait 9 ans pour la consommer. Cela justifie, dans de nombreux pays islamiques, le « mariage » dès l’âge de 9 ans de petites filles à des vieux dégoûtants qui ont l’âge d’être leur père, voire leur grand-père.
      On est en train de s’aligner sur la juridiction des pays islamiques, c’est un grand progrès! A quand la charia intégrale?
      NB: à propos de la petite fille de 11 ans qui a subi un rapport « consenti » (???) ajoutons que, de plus, elle est tombée enceinte et a eu un enfant. Les jurés sont tombés sur la tête en acquittant l’homme qui lui a fait subir cela.

    10. Jacques B.

      C’est dingue, il est évident qu’à 13 ans on est encore plus enfant qu’adulte, et la question ne devrait même pas se poser, « consentement » ou pas. Cela doit être interdit et sévèrement puni, point barre.

      Du reste, en médecine existe le concept de « consentement éclairé », un excellent concept d’ailleurs. Selon cette règle, le patient doit donner son accord pour les soins proposés par le médecin (chirurgien en particulier), après avoir été informé des tenants et aboutissants des soins proposés.
      Or comment un pré-ado de 13 ans pourrait-il être « éclairé » avant de donner son « consentement » ? Il est trop jeune, bien trop jeune. Même 15 ans est un jeune âge, alors 13 ans…

      Cela laisse vraiment perplexe ; et aussi incroyable que cela puisse paraître, on est en droit de se dire que ce gouvernement post-soixante huitard a pour but de légaliser la pédophilie, et préparer l’instauration de la sharia.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *