toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Au nom de Gaza des pirates lancent des attaques sur mobiles Android en Afrique du Nord et Moyen-Orient


Au nom de Gaza des pirates lancent des attaques sur mobiles Android en Afrique du Nord et Moyen-Orient

Le nom de Gaza est apparemment destiné à être associer au terrorisme. Cette fois c’est le Web qui est le théâtre de l’opération.

L’entreprise russe spécialisée dans la sécurité informatique Kaspersky Lab alerte sur une possible augmentation d’attaques sur des téléphones Android via des logiciels de type cheval de Troie dans la zone Afrique du Nord et Moyen-Orient, des attaques qui seraient réalisées par un groupe de cybercriminalité nommé Gaza Team.

Le groupe, qui vise principalement des entreprises et administrations situées en Afrique du Nord et au Proche-Orient, est actif depuis 2012 dans la région, visant tant des ambassades que des compagnies pétrolières ou des médias et serait à l’origine d’un nouveau pic d’attaques, selon l’entreprise de cybersécurité russe.

Ce jeudi, 9 novembre 2017, une attaque est survenue au data-center à Strasbourg en France appartenant à la société OVH. Des milliers de sites en Afrique du Nord et Moyen-Orient  étaient  donc indisponibles à cause de cette attaque touchant les installations  de l’hébergeur français OVH. Une absence qui a duré près de 4 heures.

Cette attaque qui a visé le réseau du Maghreb a engendré la chute de plus de 20.000 sites web tunisiens et, par conséquent, plus de 100.000 boites email qui étaient complètement à l’arrêt. L’incident a révèle un souci majeur de la souveraineté numérique des pays dans la zone Afrique du Nord.

La plus grande organisation patronale en Tunisie, l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, a dénoncé cette attaque « espérant que les choses vont changer dans les jours à venir et que des réformes rigoureuses doivent être prises pour éviter les catastrophes de ce genre qui peuvent mettre toute l’économie tunisienne dans une mauvaise situation. »

Cette attaque du groupe de cybercriminalité Gaza Team a montré la précarité du secteur des TICS dans ces pays. Il    n’ est pas étranger que les criminels du web portent le nom de l’enclave palestinienne, fief de terroristes.

Israel qui est un pays pionnier en matière de cyberdéfense, n’a pas subi de dégâts

Ce n’est pas un hasard si Israël n’a pas été affecté par la cyberattaque qui a frappé plus les pays dans la zone Afrique du Nord et Moyen-Orient. Certes, ses systèmes ont été ciblés, mais ils ont tenu les hackers en échec.

Le fonctionnement de grandes institutions israéliennes (telles la Bourse de Tel-Aviv, des sites commerciaux et des grandes chaînes de télévision) est normal. Contrairement à ce qui se passe ailleurs, les personnels des grandes entreprises ainsi que des administrations importantes en Israel sont régulièrement sensibilisés à ce type de dangers.

Dans les grands hôpitaux et dans les secteurs stratégiques (distribution d’eau et d’électricité par exemple), des exercices de défense antihackers sont ainsi organisés. A ces entraînements, participent des entreprises locales spécialisées dans la cyberdéfense. Leur contribution est importante : cette branche de l’économie (500 sociétés, une vingtaine de centres de recherche et développement) occupe la deuxième place mondiale du secteur.

L’Etat hébreu est donc précurseur en matière de cyberdéfense. Au sein de l’état-major de l’armée, l’hypothèse d’une guerre virtuelle créant de gros dégâts aux infrastructures stratégiques d’un pays avait d’ailleurs été théorisée dès les années 90.

En 2002, le comité ministériel de la sécurité a, dans une recommandation secrète, dressé les grandes lignes de «la défense des systèmes informatiques d’Israël».

L’armée crée un quartier général cyber fonctionnant 24 heures sur 24 dans un bunker ultra-secret, enterré quelque part au centre de l’Etat hébreu.L’Unité 8 200, est un département des renseignements militaires spécialisé notamment dans la cyberguerre.

Depuis 2015, le pays dispose d’une Autorité nationale de cyberdéfense qui protège le secteur civil. Les Israéliens sont parvenons véritablement à minimiser les risques en sensibilisant les gens et en durcissant sans cesse les mesures de protection. Ces dernières années, la doctrine israélienne consiste à créer au niveau des réseaux une sorte de « Dôme d’acier« », ce système antiroquettes utilisé durant la dernière guerre de Gaza, à l’été 2014.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Souhail Ftouh pour Europe Israël

 

 





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *