toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

A la veille du congrès de LREM, 100 «marcheurs» vont quitter le parti pour dénoncer un manque de démocratie


A la veille du congrès de LREM, 100 «marcheurs» vont quitter le parti pour dénoncer un manque de démocratie

Une centaine d’adhérents de La République en marche, dont des élus, annoncent quitter le parti pour dénoncer un manque de démocratie. Cette défection en masse devrait avoir lieu à la date symbolique du 17 novembre, soit la veille du congrès.

«La démocratie n’est pas en marche» : le titre de la tribune signée par une centaine d’adhérents de La République en marche (LREM) est lapidaire mais clair. Ces «100 démocrates», comme ils se surnomment, annoncent qu’ils quitteront prochainement le parti, probablement la veille du congrès, prévu ce 19 novembre à Lyon, et qui devrait voir l’élection sans surprise de Christophe Castaner comme délégué général de LREM. Des élus feraient également partie des démissionnaires.

Dans cette lettre, les signataires fustigent le fonctionnement interne de LREM : «Sous le poids des process marketing, des #LoveLaRem, #LoveLaTeamMacron, les piliers de la démocratie se sont effondrés entraînant dans leur chute l’engouement et la motivation des marcheurs. Le prochain « sacre » de Christophe Castaner, élu à la tête du parti, avant l’heure en l’absence de concurrents, laisse peu d’espoirs aux militants en attente de démocratie.»

En effet, alors que Christophe Castaner est actuellement le porte-parole du gouvernement, ce dernier aurait été choisi – voire imposé – par Emmanuel Macron, pour prendre la tête du parti. En outre, alors que LREM revendique près de 380 000 adhérents, seuls un collège d’élus, de ministres, de cadres et 200 militants tirés au sort vont se charger de désigner leurs dirigeants. Autant de sources de frustration pour ces «marcheurs», en quête de démocratie.

LREM, digne de «l’ancien monde»

Se décrivant aussi comme «100 humanistes», ces militants de la première heure emploient un ton sans concession, dévoilant le paradoxe d’un parti qui partait pourtant «d’un postulat, d’une idée, de la volonté de construire un « nouveau monde politique »». Ainsi, il affirment se sentir «dans un vide idéologique navrant où seul demeure le jeu pervers de la courtisanerie, censé appartenir à « l’ancien monde politique »».

Ces critiques envers LREM ne sont pas nouvelles. Le 23 juillet 2017, un collectif d’adhérents avait saisi la justice pour dénoncer les nouveaux statuts du parti. Au micro de BFM TV, l’un des membres regrettait d’ailleurs la tournure prise par les événements : «On s’est retrouvé avec des statuts, en quelque sorte, imposés par le QG. On a essayé de les avertir, de leur dire qu’on aimerait débattre, c’est la démocratie, c’est participatif, et on a eu une fin de non-recevoir.»

Lancé le 6 avril 2017, le jeune parti LREM se voit déjà sous le feu de nombreuses polémiques. Le Canard enchaîné révélait le 12 juillet que les députés LREM avaient reçu la consigne de ne pas cosigner des amendements ou des propositions de loi «issus d’un autre groupe parlementaire», sous peine de se voir exclus du parti.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “A la veille du congrès de LREM, 100 «marcheurs» vont quitter le parti pour dénoncer un manque de démocratie

    1. Tizi Aviv Tel Ouzou

      Ou ils sont stupides, ou ils sont naïfs. Qu’est ce qu’ils croyaient, que papa « virtuel » Macron allait se faire retirer l’autorité parentale de son avorton LREM, comme ça , aussi facilement !

    2. sarah

      Ils ont enfin compris que la petite Emmanuelle essaie très maladroitement de se comporter en petit Staline avec son culte de la personnalité alors qu’il n’est qu’un avorton.
      Pour moi, il était, il est et il sera à jamais un mineur de 15 ans qui s’est fait détourner sexuellement par sa prof qui est une domina : il est resté sans colonne vertébrale, sans tripes, sans testicules, sans convictions, sans saveur, sans odeur, sans caractère ne sachant pas s’il doit être et de droite et de gauche et ou de droite ou de gauche.. Par contre, pour racketter les français qu’ils les croient inférieurs comme l’ultra-libéral qu’il est, et pour faire des courbettes à l’Islam politique parce qu’elle en a peur de ces vilains méchants, la petite Emmanuelle, là, il n’hésite mais ce n’est pas des convictions, c’est juste de l’extrême soumission aux financiers et aux musulmans radicaux.

    3. sarah

      … parce qu’ils les croient inférieurs… ce ne sont pas des convictions…
      Franchement, je ne pense pas qu’il est homosexuel mais, je comprends tout à fait les gens qui disent qu’il est gay -et il y en a beaucoup- parce qu’il a la voix d’un garçon de 14 ou 15 ans qui n’a jamais mué et des gestes efféminés. Quand il m’arrive de l’entendre, je me demande quel enfant est entrain de parler.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *