toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Unesco : les États-Unis se retirent de l’organisation en raison de ses positions anti-israéliennes


Unesco : les États-Unis se retirent de l’organisation en raison de ses positions anti-israéliennes

La directrice générale de l’Unesco Irina Bokova a dit «regretter profondément» jeudi la décision des États-Unis qui accusent l’institution de positions «anti-israéliennes».

Washington accuse l’institution d’être «anti-israélienne». Les États-Unis ont annoncé jeudi leur retrait de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco). «Cette décision n’a pas été prise à la légère, et reflète les inquiétudes des États-Unis concernant l’accumulation des arriérés à l’Unesco, la nécessité d’une réforme en profondeur de l’organisation, et ses partis pris anti-israéliens persistants», a précisé le département d’État dans son communiqué. Washington avait déjà suspendu sa participation financière en 2011 après l’admission de la Palestine comme État membre. Cette décision ne sera effective qu’au 31 décembre 2018. Washington avait déjà quitté l’Unesco entre 1984 et 2003.

« C’est une perte pour la famille des Nations unies.»  La directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova

La directrice générale de l’organisation, Irina Bokova, dit «regretter profondément» la décision des États-Unis. «L’universalité est essentielle à la mission de l’Unesco pour construire la paix et la sécurité internationales face à la haine et à la violence, par la défense des droits de l’homme et de la dignité humaine», souligne dans un communiqué Irina Bokova. «C’est une perte pour la famille des Nations unies. C’est une perte pour le multilatéralisme», commente-t-elle encore. Et pour mieux répondre aux accusations, la directrice générale dresse un inventaire de mesures prises en partenariat avec les États-Unis contre l’antisémitisme.

Début juillet, les États-Unis avaient prévenu qu’ils revoyaient leurs liens avec l’Unesco, qualifiant d’«affront à l’histoire» sa décision de déclarer la vieille ville de Hébron, en Judée Samarie, «zone protégée» du patrimoine palestinien. L’ambassadrice américaine auprès des Nations unies, Nikki Haley, avait alors affirmé que cette initiative «discrédite encore plus une agence onusienne déjà hautement discutable». Le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco a inscrit la vieille ville de Hébron sur cette liste en tant que site «d’une valeur universelle exceptionnelle». Quelques mois plus tôt, l’Unesco avait identifié Israël comme une force d’occupation à Jérusalem.

Les États-Unis souhaitent tout de même conserver un statut d’observateur, en lieu et place de leur représentation à l’agence onusienne dont le siège est à Paris. Selon le département d’État, un statut d’observateur permettrait de continuer d’apporter la «vision» et «l’expertise» américaines «sur certains dossiers importants gérés par l’organisation», notamment «la protection du patrimoine mondial, la défense de la liberté de la presse» et la promotion des sciences et de l’éducation.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 11 thoughts on “Unesco : les États-Unis se retirent de l’organisation en raison de ses positions anti-israéliennes

    1. Armand Maruani

      Bravo TRUMP , il a tenu sa promesse .

      Il est sur les traces de Reagan que personne à ses débuts ne prenait au sérieux lui aussi .

      Prions qu’il reste en vie . Amen .

    2. Simon Néhmé

      Bonne nouvelle pour une mesure à la hauteur de la République Américaine et de ses valeurs. Le révisionisme et l’antiSémitisme de cette organization dite « culturelle » et s’auto-proclamant  » travaillant pour la …paix  » ne pouvaient durer plus longtemps. La décertification va continuer dans la bonne direction, car aux USA il y a des Hommes et des Institutions dignes.

    3. LeClairvoyant

      Bravo Donald Trump !
      Il y a longtemps que cela devait lui arriver. car une grande partie de l’argent qui verse l’UNESCO va aux terroristes en créant des écoles et de la culture de la haine d’Israël de l’Occident et des USA n particulier. beaucoup d’autres pays devraient quitter l’UNESCO et cela ferait réfléchir à plus d’un imam, prêcheur de haine antisémite, etc.

    4. alauda

      La famille est divisée parce que le petit dernier en prend vraiment trop à son aise chez le notaire.

      Or, l’aîné ne renoncera pas à son droit d’aînesse sur la bibliothèque testamentaire. Tandis que le puîné ne le lui conteste plus désormais fondamentalement – même s’il a entretenu la rivalité pendant deux millénaires en ajoutant quelques livres – le troisième, un gamin capricieux de quinze siècles, revendique tout l’héritage, arguant d’un document testamentaire – qui fait fi de la chronologie. Et comme il se croit très futé, il s’est adjoint les services d’un avocat, peu versé dans l’étude des textes antiques.

      Cependant, nul n’est tenu de rester dans l’indivision d’un « patrimoine partagé » dont l’usage n’est pas équitable.

    5. marc

      La directrice regrette la décision des
      Etats Unis, mais pas un mot apparemment
      sur la décision D’Israel de quitter égalemnt
      l’unesco.
      tout est dit

    6. Eli

      Quelle idée de faire porter le chapeau aux USA ou à Israël? Cela fait des années que l’UNESCO se ridiculise principalement sous les initiatives de pays musulmans mais également avec la complicité des pays occidentaux qui se prostituent devant le pétrole et l’argent de ceux qui le vendent.

      La mauvaise facette de cette histoire est qu’aucun autre pays occidental n’ait réagi avant ou n’ait préalablement cherché à réformer ce courant politi-couard; la France en premier.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *