toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Tour du monde culinaire : avec quoi les juifs ont-ils rompu le jeûne de Kipour ?


Tour du monde culinaire : avec quoi les juifs ont-ils rompu le jeûne de Kipour ?

Selon les pays et les traditions, les options proposées aux juifs pour mettre fin à un jeûne de 25 heures, se diversifient agréablement.

Maroc

La Harira est une soupe marocaine qui comprend habituellement des pois chiches, des lentilles, du riz ou des nouilles, de l’oeuf, des tomates et une variété d’autres légumes – et aussi parfois de la viande.

C’est un plat interconfessionnel : Les Juifs séfarades le préparent pour Yom Kippour et les musulmans pour le Ramadan. Durant le repas de la rupture du jeûne, certains Juifs marocains l’accompagnent de thé sucré ou de liqueur.

Italie

Les Juifs italiens ont une série d’aliments de base dans leur répertoire pour la rupture du jeûne. C’est un plat de poisson – qui porte le nom approprié de Pesce al ‘Ebraica (Poisson préparé façon juive), qui est présent sur les tables durant les grandes fêtes.

La recette, à la base, comprend du poisson à chair blanche, comme le corégone ou du flétan, qui est cuisiné avec du miel, des raisins et des pignons.

Grèce

Les Grecs préparent également tout une gamme de plats lors de Yom Kippour, mais l’un d’entre eux qui s’avère particulièrement utile pour remplir les estomacs vides est l’Avgolemono, une soupe à l’oeuf et au citron. Dans la mesure où il n’est fabriqué qu’avec peu d’ingrédients essentiels, c’est un plat facile à préparer rapidement lorsque la faim se fait ressentir.

Iran

Les pommes peuvent se manger autrement qu’avec du miel lors de Rosh Hashanah. Les Juifs iraniens sont friands d’une boisson, à la fin de Yom Kippour, qui s’appelle faloodeh seeb et qui mélange des pommes râpées et de l’eau de rose. C’est une boisson rafraîchissante, qui étanche la soif et qui calme la faim. Cette recette peut s’accompagner d’alcool pour transformer la boisson en cocktail festif.

Allemagne

On peut trouver des Zimtsterne – ou étoiles de cannelle – lors des fêtes de Noël en Allemagne. Mais ils sont également présents traditionnellement sur les tables lors de Yom Kippour.

Les Juifs orthodoxes les appellent des erste sternen – ou « premières étoiles » – pour rappeler la nécessité d’apercevoir les premiers astres de la nuit avant la rupture du jeûne. Cette recette de gâteaux combine les saveurs de cannelle, d’amande, de clou de girofle et de pelure de citron.

Tunisie

Qui ne connait pas le Boulou depuis l’exode des juifs tunisiens vers la France? Devenu un standard dans la rupture du jeûne à la sortie des synagogue, ce biscuit sucré et croquant parsemé d’amandes et de raisins secs se déguste souvent avec un thé ou un café au lait.

 

 

Bulgarie

Les graines de melon peuvent ne pas sembler être l’ingrédient idéal pour préparer une boisson laiteuse et goûteuse. Mais la pepitada, boisson commune pour les Juifs séfarades de Bulgarie – qui a accueilli dans le passé jusqu’à 50 000 Juifs – prisée pour Yom Kippour, est faite de cela : Un lait fabriqué à partir des graines de toutes les espèces de melon possibles, souvent mélangés avec de la vanille. Cette boisson constitue un élixir de rupture du jeûne apaisant et consistant.

Yémen

Ces pains cuits lentement, comme le jachnoon et le melawach, sont un mets traditionnel pour les familles juives yéménites lors des fêtes et des repas de Shabbat. Une variété particulièrement populaire de cette recette lors de Yom Kippour est la kubana, un pain riche au beurre qui peut être préparé en parts individuelles.

Mexique

Au 17ème siècle, boire du chocolat fondu était une coutume quotidienne au Mexique. Selon le rabbin Deborah Prinz, les Juifs qui vivaient dans ce pays d’Amérique centrale, placé sous la surveillance des inquisiteurs espagnols, buvaient typiquement du chocolat à la fin du jeûne de Yom Kippour – en miroir avec ce que faisaient chaque jour les Mexicains, mais attendant que l’obscurité tombe pour le faire – et ce pour ne pas éveiller les soupçons sur leur judaïsme secret. Une manière agréable de rendre hommage à l’histoire.

Source: Toi





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.

    Articles reliés


      Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

      Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


      Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
    • * Antisémites
    • * Racistes
    • * Homophobes
    • * Injurieux
    • * Grossiers
    • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

    • 9 thoughts on “Tour du monde culinaire : avec quoi les juifs ont-ils rompu le jeûne de Kipour ?

      1. Laurence Salmon

        Chez les Juifs d Algerie c par un petit déjeuner
        Avec confiture de coing,de figue, de orange
        Galettes, cake , mouna
        Et les plats traditionnels
        Poulet oignon et pois chiches etc

      2. Armand Maruani

        Un bon sandwich tunisien avec le piment qui dépasse , accompagné d’une citronnade pour commencer .

      3. Armand Maruani

        LA MINUTE DÉTENTE :

        Tu sais que tu es Juif tunisien de la 2ème génération quand …

        1 – Quand ton grand père parle de ses origines il dit qu’il était de Tunis MEME
        2 -Ta grand mère se rappelle parfaitement de la statue de Jules Ferry avenue de Paris
        3 – Quand ton oncle monte à la Tora pour lire la Haftara tous les “vav” se disent “ouah” : “ouadaber Moshé..”
        4 – la bar Mitzvah de ton cousin ne peut se faire qu’un jeudi, 5ème jour de la semaine, «naar khmiche » en arabo tunisien..
        5 – une inauguration quelconque ne peut pas se faire sans poisson… du mulet de préférence
        6 – Tu kiff la boukha que si elle est accompagnée d’adam Khot sinon, c’est pas la peine
        7 – Le rabbin Sitruck n’est pas critiquable chez toi
        8 – Tous les prénoms de tes neveux, nièces, cousins sont : Sandy, Larry, Kevin, Jordan, Kelly…
        9 – Une chemise qui n’est pas ouverte sur un torse velue orné d’une magen David de 5 cm de hauteur n’est pas tune
        10- Ta grand mère ne peut pas écouter “au café des délices ” de Bruel sans verser une larme mais précise tout de même à chaque fois que le café ne s’appelait pas comme ca
        11- Il est impossible pour tes grands parents de faire une phrase qui n’est pas un mélange de français et d’arabe, et quand tu demande la traduction…c’est intraduisible
        12- Ta grand mère te dit que les meilleurs maris sont les maris juifs tunisiens, les algériens trop intégrés, les marocains pas assez!
        14- Le makhoud truffée de petits légumes est une hérésie pour ta tante Fortunée
        15- Ton grand père rappelle a qui veut l’entendre que Bourgiba aimait les juifs et en plus était marié avec une française
        16- Tous tes copains te disent que la pkeila c’est dégueulasse…mais toi tu l’aimes
        17- Pour ta mère un roch achana sans pkeila n’est pas un vrai roch achana
        18- Tous les copains de tes parents ont fréquentés le lycée Carnot de Tunis
        19- Dès qu’une ampoule se casse dans la maison ta grand-mère met ça sur le dos de l’ayin ara
        20- Tous les noms des fêtes juives sont arabisés au maximum (« lilt k’bour » = yom kippour)
        21- Ton grand père se souvient avec nostalgie des plages de la Goulette
        22- Au moins un membre de ta famille à travaillé a la CFT (Chemin de Fer Tunisien nldr)
        23- A sa Bar Mitsva ton cousin à reçu 5 gourmettes en or (jaune), selon sa mère même si en fait il y en avait quatre, ou six, elle affirme que c’était CINQ !!!
        24- Tes copains algériens et marocains ne comprennent pas pourquoi ta mère met des carottes dans les légumes du couscous
        25- Une salade tunisienne ne se conçoit pas sans huile d’olives…
        26- Pour Ytro, en plus des yoyos, ta mère fait cuire un coquelet en te rappelant qu’à Tunis sa propre mère utilisait des pigeons
        27- Le soir de Lag Baomer au moment de la vente des bougies ton père fait monter les enchères pour la bougie consacrée a rabbi Haï Tayeb.
        28- A la fin de kippour pour casser le jeûne, il y a sur la table la confiture de coings, le bouscoutou, le boulou?ET la citronade avec un soupçon d’eau de fleur d’orangé
        29- Pour toi Pessah c’est : les galettes, le msoki, le sirop d’orgeat, et la mimouna c’est d’abord et surtout les feuilles de salades accrochées sur toutes les portes
        30- Tes tantes peuvent te faire une étude comparative très détaillées des plages de Cannes, Juan les pins, Dauville et Netanya
        31- Quand ta mère téléphone à sa soeur, elle parle tellement fort que tout l’immeuble connait vos histoires de familles
        32- Au restau’, après la grillade royale le dessert ne peut être que le thé au pignon et le zabayon
        33- Il n’y a pas de samedi après sans jeu de rami, ou parties de shkouba avec les glibettes
        34- Il n’y a pas de sandwich au thon sans pain italien
        35- On ne mange pas le poisson sans tatsitira, ?ufs au plat, poivrons grillés, bref ? le complet poisson
        36-Quand tu allais au Talmud Thora, ta grand-mère te disait « c’est bien d’aller au keuteb mon fils »
        37- Quand tu vas chez ta grand-mère ce que tu lui réclame le plus souvent ce sont ses fricassés ou ses banatcahes
        38- Ton père te raconte avec nostalgie, sa bar mitsva avec Raoul Journo qui chantait «Al Zeitouna?»
        39- Quand ta mère sort les couvertures en hiver, elle t’explique que la batania gaffsia (couverture rayée de rouge et blanc) date de son mariage
        40- Quand la s?ur de ta grand-mère se met a parlé de Tunis elle commence par la phrase «tu te rappelle le quartier du passage ou on habitait? »
        41- A Pourim, on se rappelle avec nostalgie des manicotis de chez Nathan de Tunis
        42-Quand tu es enrhumé, ta tante Ninette te conseille la « neufa, c’est mieux que tous les médicaments du monde »
        43- Quand tu as mal au ventre, chez ta grand-mère, le maza (l’eau de fleur d’oranger) y a que ça de vrai?
        44- Tes mots arabes préférés (et aussi les seuls que tu comprends) sont : rassh’a, blatta, darka, et tmenik
        45- Sur les photos de tes grands parents ton grand père porte une fleur de jasmin sur l’oreille .
        Si tu te reconnais dans cette liste alors ce groupe est fait pour toi…
        Si tu ne t’y reconnais pas, tu es le bienvenue…pour apprendre!!!

        Texte écrit par Monique Zeitoun Sebban et Hannah Sebban Sellam (de Jerusalem)

      4. Laurence Salmon

        Mimouna est aussi chez les Juifs d’Algérie
        oh @Armand , Juifs Tun et Algrien , font pareil , cool

        j’adooooooore vos fricassés , un pur délice et votre gateau à la semoule et au jus de miel (dans un petit resto , une merveille )

      5. Armand Maruani

        @ Laurence

        Un Juif tunisien qui voulait faire un régime était trés mal vu par la communauté et il était considéré comme un traitre et comme une insulte à notre cuisine si légère .

        En tout cas on n’allait jamais voir un docteur grâce au m
        azar ( eau de fleur d’oranger ) , aux ventouses .et au  » papier rigolo  » qui ne faisait pas rire du tout .

         » tu as maigri mon fils , tu as des soucis  » : la hantise d’une mére .

      6. Pinhas

        Après avoir bien mangé ma Grand-mère voulait toujours me resservir mais je lui disais  » non merci  » et elle rétorquait  » quoi ! c’est pas bon  » et moi de lui répondre  » si c’est bon  » et elle aussitôt  » alors mange et vlan ! une louche de plus .

      Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *