toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israël veut expulser les « Loups de Tel Aviv », attention ils s’attaquent aux Bitcoins


Israël veut expulser les « Loups de Tel Aviv », attention ils s’attaquent aux Bitcoins

Les sociétés de trading israéliennes qui ont escroqué de nombreux particuliers sur les devises et produits dérivés ont trois mois pour cesser leurs activités.

La sentence est tombée. Par 53 voix pour et zéro contre, la Knesset, le Parlement israélien, a décidé de fermer le secteur très controversé des options binaires – des instruments dérivés spéculatifs – du pays.

Ce secteur est accusé par de nombreux pays d’être au coeur d’une  vaste entreprise d’escroquerie qui a fait  des milliers de victimes , et  notamment en France . Attirés par la promesse d’argent facile, les particuliers sont en fait  dépouillés de leur épargne de manière frauduleuse.

Ces sociétés et sites de trading ont maintenant trois mois pour stopper toutes leurs activités sous peine de risquer deux ans d’emprisonnement. Un délai de grâce qui a fait grincer quelques dents du côté des avocats des plaignants.

Aucune de ces sociétés de trading n’a, en effet, été poursuivie en Israël. En mars 2016, elles ont été interdites de démarcher les citoyens israéliens mais pas les étrangers.

De 5 à 10 milliards de profits

Une enquête de « Times of Israel », publiée en mars 2016, et intitulée « Les Loups de Tel Aviv », avait attiré l’attention de la classe politique et de l’opinion publique israéliennes.

Selon le quotidien, ce secteur d’une centaine de sociétés, employant entre 5.000 et 10.000 personnes, aurait généré entre  5 et 10 milliards de dollars par an . De quoi s’attirer les services des meilleurs cabinets d’avocats et lobbyistes, qui ont tout fait pour préserver ce secteur très florissant même si très controversé.

Bannies, ces sociétés pourraient décider d’intensifier leurs activités frauduleuses avant de devoir fermer d’ici à la fin de l’année. Elles pourront s’implanter après cette date dans des pays comme Malte, Chypre ou l’Ukraine.

Autre solution, les entreprises demeureraient en Israël mais cibleraient la nouvelle poule aux oeufs d’or : les crypto-monnaies et les jetons, des actifs spéculatifs hautement volatils, et notamment ciblés par les escrocs  dans le cadre de pyramides de Ponzi . Elles peuvent aussi plancher sur des solutions et montages juridiques pour contourner la loi.

Avis d’Adexper.com par la voix de son directeur technique Reuven Tal, société située à Tel Aviv spécialisée dans le web traffic :
« Il n’est nullement nécessaire d’investir par téléphone dans le bitcoin ou autres crypto monnaies, via de supposés traders.
Il est tout a fait possible d’investir seul et d’observer les mouvements, en général à la hausse des crypto monnaies. Le taux moyen de rentabilité par mois se situe entre 3 et 10 %. Adexper déconseille fortement tout investissement par téléphone. J’incite toute personne un peu dépassée mais intéressée à investir à nous contacter, nous les orienterons vers les plates formes gratuites, légales, officielles et lavées de toute arnaque. Israël n’a pas besoin de ce genre de pratiques. »

Pour contacter Adexper.com

Source: lesechos.fr





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *