toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Harcèlement sexuel: la faute au sexisme ou à l’islam ? Dossier Tabou suscite à nouveau la polémique


Harcèlement sexuel: la faute au sexisme ou à l’islam ? Dossier Tabou suscite à nouveau la polémique

>

Le dernier numéro de l’émission de Bernard de la Villardière, consacré au harcèlement, a provoqué de vives réactions sur les réseaux sociaux. Si certains ont vu un signe du lien entre islam radical et sexisme, d’autres dénoncent une enquête biaisée.

Bernard de la Villardière est coutumier des sujets sensibles et son émission Dossier Tabou provoque régulièrement de vifs débats, notamment sur internet. Sa dernière enquête diffusée sur M6 le 1er octobre n’a pas fait exception : dédiée au harcèlement et au viol, elle a déclenché des réactions virulentes de la part de téléspectateurs divisés quant à l’interprétation du reportage et les éventuels liens avec l’islam qu’il sous-entend.

Pour les besoins de l’émission, les journalistes se sont livrés à une expérience de rue. Quatre jeunes femmes postées dans une rue de Lyon, chacune vêtue d’une manière particulière (T-shirt, débardeur…) et tenant une pancarte sur laquelle on peut lire : «Ma tenue justifie-t-elle que je me fasse agresser ?»

Invités à réagir, les passants ont parfois eu des réactions pour le moins surprenantes : «Y’a que des femmes comme vous qui se font violer», «Je l’agresserais bien», «C’est à cause de femmes comme ça qu’il y a des viols, regardez comment elle est habillée»…

Rapidement, de nombreuses personnes s’émeuvent sur Twitter de ce qu’elles voient et associent la séquence à une question féministe.

Un grand nombre de réactions identifient la source du problème dans un rapport des hommes aux femmes qui serait empreint de machisme et de violence.

Les «mecs» sont largement pointés du doigt.

Parfois, c’est plus largement «la jeune génération» qui est évoquée.

Les réflexions de ces passants ont conduit de nombreux internautes à pointer du doigt le manque d’éducation des jeunes hommes.

Cette analyse semble également partagée par Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, interrogée par Bernard de la Villardière dans le cadre de ce Dossier Tabou. Au moment de la diffusion de l’émission, cette dernière a d’ailleurs rappelé sur Twitter qu’elle mettrait en place «une campagne forte à destination des hommes».

L’immigration et l’islam, facteurs explicatifs ?

Néanmoins, plusieurs autres téléspectateurs estiment que les remarques sexistes, violentes ou insultantes des passants filmés par l’équipe de Dossier Tabou ne posent pas tant la question du rapport des hommes aux femmes que celle de l’immigration et de l’islam. Comme le note Le Figaro, la plupart des hommes s’adressant en ces termes aux jeunes Lyonnaises dans la séquence sont en effet «d’origine nord-africaine».

D’autre part, certaines remarques filmées par les journalistes ne semblent pas laisser de doute quant à leur caractère religieux.

 

Ces images n’ont pas manqué de faire réagir.

Pour de nombreux internautes, le harcèlement mis en lumière par l’émission serait moins un problème lié aux hommes en général qu’à l’immigration et à un «endoctrinement».

Dans cette mesure, l’intervention de Marlène Schiappa apparaît à certains comme relativement préoccupante, car ne prenant pas en compte ce qu’ils estiment être la dimension religieuse du problème.

Une controverse qui devient politique

La multiplication des réactions sur Twitter a rapidement conduit plusieurs responsables politiques à réagir, la majeure partie d’entre eux issus des rangs du Front national (FN). Tel est par exemple le cas de Philippe Vardon, qui a mis en cause l’immigration de manière explicite.

Florian Philippot a également réagi à la diffusion de Dossier Tabou. Sans mettre directement en cause l’islam et l’immigration, le président du mouvement Les Patriotes, nouvellement créé depuis son départ du FN, évoque «la France [et] nos valeurs».

Constatant que le débat commençait à prendre de l’ampleur, plusieurs personnes ont alors dénoncé le biais des journalistes de l’émission diffusées par M6. Pour la journaliste Sihame Assbague, l’émission aurait donc volontairement «ciblé l’islam, les mecs de quartier, le rap».

D’autres journalistes ont également reproché à l’émission de Bernard de la Villardière de ressasser des thèmes qui lui seraient chers.

De son côté, l’intéressé se dit tout à fait conscient des accusations d’islamophobie qui le guettent. «Des tas de gens, et notamment les journaux, vont trouver que je fais de l’islamophobie, je m’y prépare», assure-t-il au Figaro. «Peu leur importe si ce que je dis est vrai ou faux, mais je fais mon travail de journaliste», assure-t-il.

En effet, ce n’est pas la première fois que Bernard de la Villardière suscite une polémique en raison de séquences jugées racistes ou islamophobes. En mai dernier, c’était une émission consacrée aux Africains de Paris qui avait ému les réseaux sociaux. En septembre 2016, c’était une émission consacrée à l’islam qui avait déclenché d’innombrables réactions, certains y voyant une enquête journalistique osant briser les tabous, d’autres dénonçant un sensationnalisme flirtant avec l’islamophobie.







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Harcèlement sexuel: la faute au sexisme ou à l’islam ? Dossier Tabou suscite à nouveau la polémique

    1. Malcolm Ode

      Pour la survie de l’espèce humaine, la femme est naturellement exhibitionniste : on ne voit pas souvent d’hommes se présenter en public en décolleté plongeant, les épaule dénudées, le nombril et les cuisses à l’air dans un jeu de cache-cache de petites culottes incessant. Mais cet exhibitionnisme s’adresse beaucoup moins aux hommes qu’aux concurrentes du troupeau qui se dispute le mâle dominants, le maître-étalon si l’on veut.

      Comme il est naturel pour les mâles de l’espèce humaine d’être prédisposés à féconder toutes les fleurs du parterre avec ce leitmotiv : paix sur la Terre aux zob qui sèment. Et c’est rien de le dire! L’espèce humaine pourrait survivre avec un seul homme (hors consanguinité), mais pas avec une seule femme, la pauvre serait transformée en reine pondeuse!

      Avec l’avènement de la pilule contraceptive dans les années soixante, on a pu apprécier l’avènement concomitant de la mini-jupe parfois si courte qu’elles ne pouvaient s’asseoir dessus! Alors, on s’est habitué à les apprécier telles qu’elles voulaient bien être vues sans présumer de leurs intentions : je crois que la grande majorité des Occidentaux ont assimilé l’idée que si ce sont elles qui accueillent dans leur petit intérieur, ce ne peut être qu’elles qui choisissent leur invité ,les deux s’entendant sur le principe qu’il y a plus de plaisir à donner qu’à recevoir

      On a donc ÉVOLUÉ ensembles et appris à différencier l’appel des sens de la belle des champs. Les Occidentaux de façon générale préfère composer avec une femme qui exprime ses désirs de façon personnelle et non comme une réclame qui s’adresserait à tous et n’importe qui.

      Alors, si vous injectez dans des sociétés évoluées des primates en rut qui viennent de monde où elles n’ont pas même le droit de montrer leurs yeux et où l’on tue pour l’honneur d’une sœur etc, etc… il ne faut pas s’attendre à une autre interprétation qu’un appel à la copulation pour ces préformatés obsédés sexuels.

      La guerre civile en Indes à la fin des années quarante était due en grande partie aux musulmans qui violaient machinalement les indiennes toutes légèrement vêtues de tissus permettant la dissipation de la chaleur ambiante et cela à donné des millions de morts, LE DÉPLACEMENT DE 6 MILLIONS D’INDIENS pour la création du Pakistan devenu la première République islamique.

      Notez que l’Inde est le Pays le plus religieux du monde, imprégné de la Sagesse Bouddhiste, et le Pakistan un enfer à ciel ouvert. Notez aussi qu’Israël n’a jamais agit ainsi avec les arabes qui ont inventé la (Palestine) en rêvant d’un Pakistan local à ciel ouvert dont les germes pourrissent à Gaza.

      Comme dans la Jument verte de Marcel Aymée, le sexe mène le monde… à sa perte si l’Occident n’impose pas des restrictions claires aux intrus musulmans.

    2. Trannod

      Qui fout la merde

      les Musulmans….Islamistes ou pas

      il es plus que temps de les foutrent dehors

      se sont de bêtes sans éducations

    3. Rayet Christian

      Pas un jour ne passe sans que l’on entende, dans notre beau pays laïque, les mots : islam, djihad, Coran, salafisme, Allah, musulmans, charia, halal, mosquée, imam…
      Le voile est vu dans les écoles, les universités, les hôpitaux, les entreprises, les plages, les piscines et les transports en commun… la rue; Des quartiers entiers obligent les femmes à se cacher, à limiter leur présence dans l’espace public au strict minimum, en cherchant à être « décentes ».
      Il s’agit ici non de l’individu, mais de religion, et peut-on nier que cette religion véhicule une tendance à s’imposer par la violence et qu’il y en a qui y puisent leur inspiration? Quels que soient leur origine, leur nationalité, leur âge ou leur histoire, le lieu de leurs forfaits, tous les djihadistes proclament la même foi et le service d’une même religion pour justifier leur actes criminels. Les djihadistes, eux-mêmes, revendiquent le fait d’être les seuls véritables musulmans. Les autres, la très grande majorité de musulmans, sont rejetés par ces fanatiques dans les ténèbres de la mécréance.
      Pourquoi donc est-ce que l’Islam contemporain, à l’instar des juifs et des chrétiens, qui ont accepté la laïcité en 1776. L’Islam, non seulement, n’a jamais fait son aggiornamento (c’est-à-dire, mise à jour, adaptation à l’évolution du monde, à la réalité contemporaine) mais de plus ses autorités, qu’elles soient chiites ou sunnites, prônent sans interruption le dogme de la charia et la lutte pour un état théocratique. L’Islam, aujourd’hui, en Occident, peut-il se distancier d’un enseignement, d’une autre époque, pré-moderne, et faire sien les règles et valeurs du pays d’accueil, pour construire un vivre ensemble compréhensible, un monde convivial ? Je crains que la réponse soit négative, car le Coran ne peut être mis à jour comme le sont la Torah et l’Evangile. La mise à distance est un crime pour les Musulmans. Le choix obligé sera toujours la charia… à moins d’une réelle acceptation de la Laïcité à l’image des Juifs, Catholiques, Protestants… qui vivent en paix dans notre société avec tout le monde.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *