toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Après les films « Pallywood », voilà des films Bollywood tournés en israël.


Après les films « Pallywood », voilà des films Bollywood tournés en israël.

Les israéliens ne manquent pas d’imagination pour utiliser les magnifiques spectacles de la nature. Voici l’arrivée du Bollywood en terre sainte.

Cette fois-ci des Indiens sont venus en nombre pour filmer. Selon Times of Israel : « Jacqueline Fernandez, superstar de Bollywood, était en Israël récemment avec une équipe de 80 personnes pour tourner un film d’action comique avec la coqueluche indienne Sushant Singh Rajput, le premier film de Bollywood tourné dans l’Etat juif.

Bollywood est le nom donné à l’industrie du cinéma indien basée à Mumbai (Bombay), dont les films sont réalisés en hindi. Elle est l’industrie régionale la plus importante du cinéma indien en nombre de films réalisés. Ceux-ci, diffusés dans la majeure partie de l’Inde, s’exportent dans le monde entier, notamment en Asie du Sud-Est, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Bollywood est une contraction de Bombay et d’Hollywood. En anglais, « bollywood » désigne également plusieurs espèces d’arbres de la famille des lauracées. En Occident, « Bollywood » est souvent utilisé pour désigner le cinéma indien en général. Il désigne un genre cinématographique qui se caractérise – généralement – par la présence de plusieurs séquences chantées et dansées, sur fond de comédies musicales. En Inde, le cinéma est bien plus qu’un art ou une industrie, c’est une culture, un art de vivre et il fait partie intégrante de la vie de nombreux indiens, qui s’identifient aux acteurs (« héros ») et aux valeurs qu’ils diffusent. « C’est comme se brosser les dents », déclare Shahrukh Khan, soulignant son côté incontournable.

Les années 2000 correspondent à une occidentalisation et une mondialisation de Bollywood retrouvant ainsi l’aura de son âge d’or. De grandes sociétés de productions telles Yash Raj Films et Dharma Productions se lancent à la conquête du marché mondial avec des films « d’exportation » comme La famille indienne (2001) de Karan Johar, Lagaan (2001) d’Ashutosh Gowariker et Devdas (2002) de Sanjay Leela Bhansali, qui marquent le retour des mélodrames que le public occidental apprécie. Le cinéma indien a évolué avec son temps, mais aussi avec le contexte politique. Dans les années 1980, la censure est devenu plus affirmée et les petites tenues sont devenues ainsi plus rares et l’ »hindouité » plus présente.

LE PLUS.
En Israel,  malheureusement les films de propagande arabe débordent sur internet mais aussi sur les chaines des grands médias. Le film de propagande le plus connu est la mort du jeune Mohamed Al Dura. D’autres vidéos où des palestiniens morts reviennent à la vie pensant ne plus être filmés ont été diffusé pour démontrer l’Art de la propagande palestinienne mensongère contre l’Etat hébreu.





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.

Articles reliés


Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *