toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Une rue dédiée à la Shoah dans les Marolles à Bruxelles


Une rue dédiée à la Shoah dans les Marolles à Bruxelles

.

Bruxelles se souviendra dimanche des rafles de 1942 mais inscrira surtout l’événement dans le long terme.

Ce dimanche 3 septembre, grâce au jusqu’au-boutisme de l’Association pour la Mémoire de la Shoah (AMS), Bruxelles marquera le 75e anniversaire des rafles nazies contre la population juive. Diverses cérémonies marqueront cette journée du souvenir. Epinglons l’inauguration, à 18 heures, au coin des rues des Tanneurs, du Miroir et des Brigittines d’un square dédié à Herschel Grynszpan. Ce jeune résistant juif qui habitait à la rue des Tanneurs avait assassiné le 7 novembre 1938 un diplomate allemand à Paris afin de dénoncer le sort réservé aux Juifs allemands. L’attentat fut à la base de la Nuit de Cristal du 9 novembre 1938 au cours de laquelle 200 synagogues furent détruites et 7 500 commerces jufs saccagés. Une centaine de Juifs furent assassinés et près de 30 000 déportés.

La journée se clôturera à 20h30 à l’église de la Chapelle avec un exposé du cardinal De Kesel, suivi d’un concert du Quartet Zerkalo.

La police ne participa pas aux rafles

Dans la nuit du 3 au 4 septembre 1942, 718 Juifs étrangers avaient été arrêtés dans les Marolles par l’occupant allemand. Contrairement à Anvers, la police n’avait pas participé aux rafles. Entre l’inauguration du square et la soirée à l’église de la Chapelle, le public sera invité à suivre un circuit reliant les Pavés de Mémoire présents dans le quartier et à assister à l’inauguration de 21 nouveaux posés à l’initiative de quatre familles. Cette démarche s’inscrit dans un projet mémoriel. Elle vise à rappeler la place des citoyens juifs dans les Marolles et singulièrement à la rue des Tanneurs.

Toujours pas de Pavés à Anvers !

Le quartier avait accueilli avant-guerre une importante communauté juive venue d’Allemagne et d’Europe de l’Est. Il se fait que Bruxelles abrite peu de monuments rappelant la présence d’une communauté juive de 30 000 âmes avant la Shoah. En outre, le Mémorial de la déportation installé à Anderlecht n’est guère connu des Bruxellois. Cela a amené Eric Picard et ses amis de l’AMS à développer encore la pose de Pavés de Mémoire et principalement à la rue des Tanneurs.

Pour rappel, ces pierres évoquent la mémoire de Juifs victimes des nazis et sont placées devant leur domicile d’alors. On en trouve dans plusieurs communes bruxelloises mais pas à Anvers où elles sont toujours refusées par le bourgmestre Bart De Wever (N-VA) qui s’appuie sur le refus du Forum der Joodse organisaties.

La transformation mémorielle de la rue des Tanneurs prend ici tout son sens car ce fut un centre de la vie juive. Il y avait ainsi une synagogue au 18 de la rue de Lenglentier. Dans ce quartier près de la gare du Midi, les immigrants juifs trouvaient des habitations bon marché et l’aide de coreligionnaires mais aussi d’une population autochtone traditionnellement solidaire. La Fondation Auschwitz y développe toute une série d’actions pour « reconstituer » la vie juive du quartier. L’AMS souhaite pouvoir y honorer la mémoire de toutes les victimes de la Shoah sans distinction aucune.







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *