toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Tous les fous ne deviennent pas des terroristes


Tous les fous ne deviennent pas des terroristes

Depuis Charlie, après plus de deux ans de débats, de lois, de postures politiques, d’état d’urgence, de manifestations « républicaines », et deux ans d’attentats, de morts, en France et ailleurs, l’union nationale, partout, et la résilience affichée font place à la mise à jour accélérée des cadres de pensée.

De fait, il ne paraît plus possible de penser comme avant, quand il semblait ne rien se passer, alors que les prémices étaient là pour qui acceptait de les voir.

Un point central reste toujours obscur, bien qu’il soit fondamental pour la lutte contre ce fléau, et qu’il revienne avec insistance dans les commentaires et les échanges d’arguments : pourquoi ? Pourquoi, de leur point de vue, autant de jeunes hommes, se réclamant à la fois pour la plupart d’une filiation arabe et d’une foi musulmane décident-ils de commettre de telles monstruosités ? Isolés ou en bande organisée, avec ou sans armes à feu, avec ou sans revendication officielle de l’Etat islamique. Une épidémie de passages à l’acte barbares, cruels, inhumains. Au-delà même de la conduite « ordalique », adolescente, de défi, une ivresse de la violence, au prix de leur propre mort et de la douleur et la honte de leurs proches.

Un fanatisme soudain les aurait rendus fous?

Pourquoi ? Pourquoi, alors qu’il ne s’agit pas de sujets objectivement particulièrement malheureux, ou marginalisés, ou relégués dans la pauvreté et l’isolement social. Au contraire : on nous parle de jeunes insérés professionnellement, aimant la fête, la bonne vie, amicalement entourés et, toujours fraichement « radicalisés ». Avec cette question insistante : fous tout courts, ou fous de Dieu ? Lorsque l’on veut l’éluder, on dit psychopathe, ou « déséquilibré », (jadis on disait « forcené ») histoire de ne pas trancher. En somme, un fanatisme soudain (venu d’où ?) les aurait rendus fous. Mais fous comment ? Jusqu’à abolir leur discernement, ou seulement les « influencer » dans leurs choix de vie ? Mais influencer jusqu’où ?

Alors a surgi cette notion de « radicalisation ». Mais c’est quoi, au juste, la radicalisation, sinon une représentation destinée à masquer l’ignorance ? La radicalisation est-elle une aliénation, au sens psychiatrique du terme, c’est-à-dire une force interne qui abolirait le discernement, et pousserait le sujet à commettre des actes qui n’auraient pas de sens, y compris pour lui-même ? Ce ne semble pas être le cas. Ou procéderait-elle d’une force externe, exercée par des endoctrineurs habiles, manipulateurs, charismatiques ? Mais alors comment qualifier le processus de consentement des individus à cet endoctrinement ? Ou s’agirait-il simplement d’un engagement militant, choisi, mûri, accepté dans ses conséquences pour soi-même et les autres ? Que sait-on du degré de conscience des terroristes qui se jettent dans l’action avec cet apparent détachement, a prioriincompréhensible lorsqu’il ne peut qu’être évident que la mort à très brève échéance est au bout du chemin ? Evoquer la « haine » apporte-t-il un début de réponse à la question ?  Et la haine de quoi, de qui ? De personnes ? D’un mode de vie ? De soi-même ? Faut-il relier ces conduites aux phénomènes connus depuis deux siècles en Asie sous le vocable d’Amok et invoqués quand on fait face à une sorte de folie furieuse passagère ? Mais alors, comment expliquer la préméditation ?

Que sait-on de leur vie intime, de leurs contenus de pensée, de leur subjectivité, au moment où ils préparent leur acte, dans le secret, puis au moment où ils l’accomplissent, en pleine lumière ? Quelle tonalité affective domine leur état d’esprit ? Qu’éprouvent-ils alors, en dehors de cette jouissance manifeste, sorte d’orgasme dans la jubilation de l’agir ? Rationnalisent-ils par anticipation leur acte ou sont-ils hors d’eux-mêmes ? Et quel poids leur foi religieuse, à supposer qu’ils en aient une qui constitue un motif de leurs actes, a-t-elle dans ce temps de l’action violente ?

Parler de « radicalisation » n’explique rien

A première vue, l’acte violent, barbare, criminel, exclut la dimension spirituelle, laquelle implique le doute, comme le fait dire Platon à Socrate dans son Gorgias, le pari conscient de la confiance à autrui, l’empathie, l’écoute et l’humilité, à l’opposé de cette recherche du triomphe du moi.1  On l’admet plus volontiers aujourd’hui, mais certaines composantes de notre société ont longtemps soutenu le contraire, mettant en avant la religion en elle-même. Nous n’en sommes majoritairement plus là, ce qui montre que nous parcourons collectivement un chemin, et en même temps que nous ne sommes pas encore au bout.

Poursuivons-le donc. Constater, comme peuvent le faire criminologues, juges, policiers, experts psychiatres, anthropologues, sociologues, que le sujet passe par des étapes de transformation, de « radicalisation » ne dit pas pourquoi il le fait. La notion de « fragilité » de leur personnalité n’est qu’un habillage sémantique, une paraphrase, une illustration qui ne vaut pas explication à cette bascule du côté du crime, dont on aurait attendu soit qu’ils y résistent, soit que leur entourage en prenne conscience et les en empêche. Peut-on retenir l’idée d’un « caractère influençable » quand il ne s’illustre que dans une seule direction ?

Il faut bien l’avouer, on reste dans le mystère. On attend une explication objective. Mais peut-on objectiver, rationaliser la subjectivité ? Peut-on rationaliser le parcours de personnes dont la caractéristique principale et singulière est de vouloir échapper au flot commun, dont la révolte individuelle constitue la logique principale ? Dire, comme Hannah Arendt, que c’est dans le vide de la pensée que s’inscrit le mal2, n’épuise pas la question : peut-on ne plus penser sans l’avoir un peu décidé ?

Toutes les personnes en mal-être ne deviennent pas des terroristes

En définitive, on est contraints d’explorer les marges, de se rabattre sur des notions telles que « l’effet d’entrainement », les problématiques d’identité, de reconnaissance d’une place dans la société, d’accès à un rôle social, de recherche des « racines »… toutes notions compréhensibles, pesant leur poids, mais en quelles proportions ? Penser que ces déterminants collectifs pourraient en venir à dissoudre le sujet n’est-il pas faire bien peu de cas de cette inextinguible étincelle de singularité qui persiste en chacun ? Toutes les personnes en mal-être ne deviennent pas des terroristes. Ni des martyrs enthousiastes d’une cause perdue d’avance et dépourvue de sens. Ce qui fait la différence est le consentement du sujet à l’expression de la violence qui est en lui.

Car il y a « autre chose », qui ressort de plus en plus des travaux psychopathologiques, et que l’on peut proposer de formuler ainsi : la violence est une dimension comportementale archaïque, pulsionnelle, qui n’a que peu à voir avec les représentations signifiantes invoquées par leur auteur pour la légitimer (même si eux-mêmes croient, ou veulent croire au rapport qui les lieraient). Ainsi, chaque fois que l’on tente de « comprendre », de rationaliser, d’explorer les logiques supposées à l’œuvre on s’égare, car il n’y a rien à comprendre, à articuler. La violence est inarticulable. Elle n’est même pas toujours utilitariste, intéressée, puisqu’elle peut aller jusqu’au suicide. Elle est là, et c’est tout. Et si l’on voit les choses ainsi, on comprend mieux, du coup, pourquoi l’on passe de prétexte en prétexte pour tenter d’en découvrir l’ultime, pourquoi aucun d’entre eux ne tient, pourquoi les criminels affectionnent particulièrement la religion pour justifier leur conduite, parce qu’elle véhicule un dogme indiscutable, la foi affichée faisant paravent à la mise en cause. La religion utilisée pour protéger et couvrir l’arbitraire. La religion comme exception à la mutualité de l’échange humain pour justifier de s’en exclure.

On comprend symétriquement pourquoi la société, les intellectuels, les spécialistes des sciences humaines cherchent quand même et toujours à exhumer une logique, et sont tentés de la trouver dans la pathologie psychique, c’est-à-dire encore dans un champ externe à ce qui, avec le partage du sens, caractérise l’humain. Or les travaux les plus récents de physiopathologie, impliquant le fonctionnement des neuromédiateurs, et utilisant l’imagerie cérébrale, montrent de façon de plus en plus claire que la violence n’est pas liée à une pathologie psychique caractérisée, mais qu’elle peut les accompagner toutes, ou au contraire être absente du tableau.

Denis Leguay

Causeur

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Tous les fous ne deviennent pas des terroristes

    1. rachel

      Ca prouve bien qu il n y a pas de respect pour les vrais malades mentaux et puis ces pseudos fous ont un sacre discernement, s en prendre aux juifs, aux policiers, aux soldats, aux journalistes, aux enfants, aux femmes, remarquez presque a la terre entire, je suppose qu un vrai malade mental ne cible pas sa victime, eux nous font la guerre, via ce coran, si on n interdit pas ce coran, au moins denouncer ce qu il y a ecrit dedans, meme les musulmans vont etre face a eux meme, je dis ca je dis rien !

    2. Charles Martel

      Il y a des fous et des barbares ; il y a des criminels et des … barbares, les mêmes ; il y a des personnes violentes, abruties ou simples d’esprit et des barbares (toujours les mêmes).
      On peut chercher dans une justice démocratique ou dans une civilisation évoluée des compréhension, raisonnement ou autres pour les actes des fous, des criminels et des personnes violentes ; mais pas pour ces barbares qui eux n’ont pas évolué.
      Ces barbares, pour qu’ils comprennent la cruauté de leurs gestes … et ce n’est pas sûr, doivent être traités avec une autre approche. Basée sur leurs principes :
      Être abattus sur le champ ; dans le cas contraire c’est une détention dans une prison militaire avec un interrogatoire sévère, puis un tribunal militaire où le jugement est donné en une demi-heure, enfin fusillé le lendemain.
      Les dépouilles de ces barbares ne doivent être traitées comme celles de personnes évoluées. Elles ne sont donc pas remises aux familles mais doivent être incinérées avec le reste des carcasses animales.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *