toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Reims : les cours ont été suspendus en raison de la présence de migrants sur le campus


Reims : les cours ont été suspendus en raison de la présence de migrants sur le campus

Le syndicat étudiant Unef appelle les autorités locales, la mairie, ainsi que la préfecture à trouver une solution d’hébergement urgente pour ces familles.

La rentrée ne s’est pas déroulée comme les autres années dans cette université de Reims Champagne-Ardennes où sont enseignés le droit, les sciences économiques, les lettres et les sciences sociales. Quelques jours à peine après le début de l’année scolaire, les cours ont été suspendus en raison de la présence de migrants sur le campus, et ce, « jusqu’à nouvel ordre » selon l’université.

Les étudiants & personnels ne doivent pas se rendre sur le campus Croix-Rouge pour des raisons de sécurité, suite à l'arrêté du président

Publié par Université de Reims Champagne-Ardenne sur dimanche 17 septembre 2017

« L’accès aux locaux de l’université situés sur le campus Croix-Rouge est interdit jusqu’au rétablissement des conditions de sécurité », a écrit le président de l’université Guillaume Gellé dans un arrêté d’interdiction signé dimanche soir et qui concerne près de 8000 étudiants. Interrogé par L’Union, il précise: « J’insiste bien sur la sécurité de tous: vous voyez que sur ce camp, il y a des enfants, des mineurs ».

 Des familles « à héberger de manière urgente »

Selon une source proche du dossier, une quarantaine de migrants et de demandeurs d’asile -dont des familles- sont installés sur le campus. D’après le syndicat Unef, ils auraient été priés de quitter le camp de St John Perse et se seraient rendus sur le campus après que ces personnes aient été « poussées à quitter leurs abris de fortunes » dans un parc de la ville ».

➡ Communiqué de Presse de l'UNEF Reims Champagne-Ardenne ⬅⚠ Suite à l'expulsion imminente de réfugiés, ces derniers se…

Publié par UNEF Reims – Champagne Ardenne sur dimanche 17 septembre 2017

« Nous appelons les autorités locales, la mairie de Reims, la préfecture à héberger ces familles de manière urgente », poursuit l’Unef dans un communiqué publié dimanche soir sur son compte Facebook.

Source

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Reims : les cours ont été suspendus en raison de la présence de migrants sur le campus

    1. rachel

      On voit que la France bouge pour ses migrants mais je la trouve pas reactive pour les francais de st Martin, je pense a eux souvent, ils sont dans un desarroi total !

    2. Une voix d'Alsace

      Et moi j’invite les dirigeants de l’UNEF et les militants de gauche à héberger chez eux ces familles.

    3. Une voix d'Alsace

      En fait j’ai parlé trop vite (vu l’heure) : il ne s’agit pas de familles mais de migrants isolés qui sont peut-être en état d’« urgence sexuelle », comme leur compère irakien pour lequel la justice autrichienne s’est montrée si indulgente (voir l’article d’Europe Israel : http://www.europe-israel.org/2016/02/crise-mirgatoire-quand-un-migrant-viole-un-enfant-de-10-ans-et-invoque-son-etat-durgence-sexuelle/). Un vrai militant de gauche saura leur fournir ce dont ils ont besoin.

    4. Claire

      Le vice-président des cocos de l’UNEF s’appelle Abdoulaye Diarra. J’espère qu’il va prendre plein de migrants chez lui…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *