toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’Évangile de la femme de Jésus pourrait être authentique


L’Évangile de la femme de Jésus pourrait être authentique

.

Les analyses chimiques et épigraphiques suggèrent que l’«Évangile de la femme de Jésus» pourrait être authentique.

Un fragment de papyrus datant du 8e siècle après J.-C. suggère cette possibilité et provoque la controverse car si l’on en croit une série de rapports scientifiques fraîchement publiés, il désignerait le début des croyances chrétiennes.

Annoncé au cours d’une conférence à Rome par Karen King, de la Harvard Divinity School, l’ « Evangile de la femme de Jésus », un fragment de papyrus en écriture copte, contenait quelques formulations intrigantes.

Les mots « Jésus leur dit : ‘Ma femme’ (…) elle pourra être ma disciple (..) » sont visibles au centre du fragment. Initialement daté par King au 4e siècle, ce message qui nous est parvenu du passé résonne avec les débats actuels sur le rôle de la femme dans la Chrétienté et n’est pas sans rappeler les thèmes du roman à succès Da Vinci Code de Dan Brown.

À sa découverte, le morceau de papyrus a été accueilli par le scepticisme des intellectuels religieux, qui considéraient le fragment comme une contrefaçon. Cependant, dans les rapports publiés dans la revue Harvard Theological Review, plusieurs experts rendent compte d’analyses de la composition chimique et de l’écriture ancienne du fragment. Ils arrivent à la conclusion que l’encre utilisée dans ce fragment concorde avec l’encre ancienne, et que les fibres du papyrus datent du 7e ou 8e siècle. Pour King, il pourrait même s’agir de la copie d’un texte encore plus ancien.

Le fragment de papyrus appartient à un collectionneur privé, et les actes de vente ne remontent que jusqu’à 1999.

« Toutes les preuves d’un document ancien sont réunies », a déclaré King lors d’une conversation téléphonique. « Pour nous autres historiens, il nous faut maintenant nous poser la question de ce que cela veut dire. »

Jésus était un nationaliste marié et mort pour avoir lutté contre Rome

Pour acheter ce livre cliquez sur l’image

Dans le livre Jésus Contre Jésus (seuil) de nombreuses analyses vont dans ce sens. Jésus selon ce livre édifiant d’intelligence et de recoupements d’informations, en conclut que Jésus n’était pas de Nazareth mais de Jérusalem, que Joseph était Architecte et non charpentier (erreur de traduction de l’araméen au grec), que Jésus était de sang royal, voilà pourquoi Herode souhaitait l’écarter pour ne pas dire le supprimer.

Jésus a donc mené une lutte clandestine, est allé recruté chez les pauvres en les nourrissant et les guérissant. Sa popularité augmentant il a pris le contrôle du Temple (en y cassant les établis de commerçants, autorisés par Rome et non par le Sanédrine) pour y enseigner ses idées nationalistes.

Les 16 évangiles apocryphes ne parlent quasi pas de Barrabas, le truand tueur de soldats romains, lequel aurait été préféré à Jésus lorsque Pilate imposa le choix « aux juifs » lors de la Pâques. Les seuls fois où les évangiles apocryphes font état de Barrabas, c’est le désigner comme un personnage fort et courageux. Le prénom de ce « truand » est d’autant plus déroutant qu’il s’appelle « Jésus ».

La conclusion de Jésus contre Jésus par l’association de deux journalistes, est assez édifiante:

– un homme était crucifié par Rome pour deux raisons:
soit il se dressait contre Rome,
soit il trahissait Rome.

Jésus Christ serait donc mort sur la croix pour avoir tué un soldat romain, par amour pour Israel, par nationalisme, par conviction religieuse avec pour titre « le roi des juifs », ce qui semblait bien être son but durant sa courte mais extraordinaire vie.

Cette dernière thèse laisse entendre que Jésus aurait donc été un révolutionnaire pour le peuple hébreu et un véritable messager pour l’humanité, puisque la religion créée par ses apôtres a diffusé, de plusieurs manières (douces ou violentes) les 10 commandements et les lois morales que Dieu a donné au peuple juif sur le mont Sinai.

Jésus est, malgré lui donc, le fondateur spirituel de l’Occident.

Source : NATIONAL GEOGRAPHIC





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “L’Évangile de la femme de Jésus pourrait être authentique

    1. Moulin

      Pourquoi relayer tant de mensonges…
      Chemot 20,13 : « Ne rends point contre ton prochain un faux témoignage. »
      Cherchez la vérité plutôt que de laisser se propager la calomnie contre votre prochain.

    2. Asher Cohen

      D’abord la preuve objective de l’existence d’un personnage nommé jésus christ n’a, sauf erreur, jamais été apportée. Ensuite, la fable de crucifixion pour blasphème ne tient pas car le Droit Juif ne prescrit pas la crucifixion mais d’abord la lapidation pour blasphème. Enfin le fondement spirituel de l’Occident est la Bible, rédigée et canonisée par des Juifs bien avant l’avènement du christianisme qui lui n’a rien inventé d’autre que des fadaises.

    3. Malcolm Ode

      @ Asher Cohen :

      Les preuves objectives de l’existence d’un personnage nommé Jésus ont été ÉTABLIES par nombre d’historiens de l’époque dont Pline le Jeune ; l’enseignement du PERSONNAGE HISTORIQUE nommé Jésus résume toute la sagesse de la Torah et ajoute toute la sagesse d’un Dieu incarné.

      Quand à savoir s’il a été crucifié, vous venez vous-même de le crucifier avec VOS FADAISES!

      Avez-vous étudiez la question dans une mosquée?

    4. Gédéon

      Bonjour,

      Ne vous est il jamais venu à l’esprit que la propagande et le discrédit existent depuis la nuit des temps ?

      Ce document ne convaincra que ceux qui veulent discréditer Jésus sans prendre la peine de réfléchir. La fausse monnaie existe bel et bien, pourtant vous acceptez votre paye à la fin du mois. Il en est de même dans le domaine de l’info. Et les fake news ne datent pas d’hier.

      L’histoire de Gilgamesh est un mauvais plagia de l’histoire de Noé, je doute fort que vous publierez que l’histoire de Noé est fausse ou différente que celle racontée dans la genèse, même si des vraies tablettes d’argile plus veilles que n’importe quelle Torah existent bien et racontent l’histoire de Gilgamesh.

    5. Asher Cohen

      @Malcolm Ode
      C’est celui qui prétend que ce personnage illuminé aurait existé qui doit en apporter les preuves et nous les attendons toujours. Les Juifs dont je suis seraient bien entendu de pauvres ignorants à ne pas avoir adopté cette doctrine mortifère et la morale de pauvres fous caractérisée par l’hypocrisie catholique. Les 63 traîtés Talmudiques, en Yéroushalmi comme en Bavli ne seraient donc que le produit de Juifs imbéciles? Pauvres païens christianisés! Nos Sages n’ont pas attendu l’invention d’un personnage mythique, dit jésus christo, pour développer la sagesse du Tanakh, et sans notre Rationalisme développé en Espagne Médiévale par nos Philosophes, l’Europe catho ne serait qu’un continent de barbares sans culture propre. Arrêtez de vous prendre pour Dieu! Combien de philosophes rationalistes avez-vous produit durant les 15 premiers siècles de votre « ère chrétienne », pauvres tueurs de Juifs?

    6. Asher Cohen

      @Gédéon
      En quoi les Juifs auraient-ils fait de la propagande et discrédité les chrétiens puisqu’ils n’ont jamais cherché à convertir les goyim? La Vérité est plutôt l’inverse.

      Bien des écrits de la Bible sont probablement des légendes. On n’a aucune preuve de l’Exode? Ce qui compte n’est pas tant la véracité de ces écrits que les leçons de sagesse qu’ils apportent. La parasha Noah est postérieure à l’épopée de Gilgamesh, mais elle est très riche de leçons de sagesse.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *