toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’Espagne, bastion incontesté du mouvement BDS en Europe, se comporte aujourd’hui comme une vraie dictature


L’Espagne, bastion incontesté du mouvement BDS en Europe, se comporte aujourd’hui comme une vraie dictature

L’Espagne est le pays dans lequel BDS – un acronyme pour le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre Israël –trouve le plus de soutien  par rapport à tout autre pays européen.

 

Au cours de ces dernières années quelque 50 municipalités espagnoles ont adopté des résolutions pour soutenir ce mouvement anti-israélien mondial. En se fondant sur le soutien d’une extrême gauche forte, les branches du mouvement BDS de l’Espagne ont été en mesure d’exercer une pression considérable sur la vie publique.

 

Les représentants du mouvement BDS en Espagne ont réussi le 27 juin 2017 à la Commission de coopération internationale du Congrès des députés (Chambre basse d’Espagne), a adopté à l’unanimité une résolution demandant au gouvernement « de reconnaître et défendre le droit des militants des droits de l’homme, de la Palestine et de prendre part à des activités légales et pacifiques pour promouvoir les campagnes de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) ».

 

Le mouvement BDS en Espagne fonctionne assez librement. Les attitudes populaires envers le BDS se sont fait sentir partout. Les activistes de BDS sont  bien établis avec des fonds étrangers et un pied dans le gouvernement.

 

L’an dernier, les militants BDS avaient fait pression sur les organisateurs d’un festival de reggae, près de Barcelone, pour exiger que le chanteur juif américain Matisyahu signe une déclaration condamnant « le traitement des Palestiniens par Israël. »

 

Le Conseil municipal de la ville du nord de Saint-Jacques de Compostelle avait adopté récemment une résolution non liante soutenant le BDS.

Du coup la compagnie aérienne israélienne, El Al, avait décidé de mettre fin aux négociations pour établir un vol direct avec la ville.

 

Dans ce  pays qui est à la tête, chaque année, de l’indice sur l’antisémitisme de l’Anti-Defamation League pour l’Europe occidentale, et où les Juifs sont souvent confondus avec Israël, de nombreux Espagnols affichent un fort sentiment anti-américain – et par procuration, anti-israélien et une vision des Juifs qui est parfois basée sur l’imagerie médiévale.

 

Ici le système même  judiciaire a été soumis à la pression des partisans de BDS.

 

En Espagne, où un juge, en 2009, a ouvert une enquête pour crimes de guerre contre l’ancien Premier ministre israélien, Ariel Sharon, la pression et l’intimidation sont imposées aux juges par des groupes de pression aux traditions anarchistes et aux tactiques violentes.

 

Par la répression, l’Espagne traite la question de la Catalogne.

L’Espagne qui a récemment critiqué Israël sur la crise des portiques à Jérusalem, connait actuellement une véritable détérioration de l’État de droit.

Le gouvernement espagnol a annoncé ce mardi, 26 septembre 2017, que la police allait prendre le contrôle de tous les bureaux de vote avant le référendum sur l’indépendance de dimanche prochain, jugé illégal par Madrid.

 

Le parquet a ordonné aux policier de réquisitionner tous les bureaux de vote. Pour maintenir l’ordre au lendemain d’un éventuel référendum, le parquet a également indiqué qu’il prendrait les noms de tous ceux qui ont participé au vote et qu’il saisirait les documents en question.

 

« Nous pouvons affirmer aujourd’hui qu’il n’y aura pas de référendum en Catalogne. Tous les équipements pour ce référendum ont été démantelés« , a dit à la presse Enric Millo, représentant du gouvernement central en Catalogne.

 

Le parquet général d’Espagne a ordonné aux procureurs de la Catalogne de  « citer à comparaître en tant que mis en examen » les centaines de maires qui seraient disposés à mettre des locaux à la disposition de l’exécutif catalan pour ce scrutin.

 

Si les maires ne se rendent pas volontairement, ils devront être arrêtés et amenés au parquet par la police catalane       « dans le plus bref délai possible », stipule le texte de la directive.

 

Le parquet général d’Espagne recommande d’ailleurs que ses ordres soient mis à exécution en priorité dans les municipalités les plus peuplées.

 

Toute personne en possession des clés ou des codes d’entrée pour accéder à un bureau de vote sera considérée comme coupable des crimes de désobéissance, délit et détournement de fonds.

 

Les autorités espagnoles ont estimé avoir pris assez de mesures pour empêcher la tenue d’un référendum crédible sur l’indépendance de la Catalogne, en saisissant des enveloppes, des bulletins de vote ou en procédant à des arrestations au sein de l’administration.

 

Le référendum de dimanche a été déclaré anticonstitutionnel par Madrid, mais les indépendantistes catalans ont déclaré qu’ils maintenaient le scrutin.

 

L’Association des maires indépendantistes (AMI) de Catalogne, qui rassemble 750 des 948 maires, a dénoncé ces mesures similaires à celles des gouvernements autoritaires.

 

L’élection d’un gouvernement centriste, Parti populaire d’Espagne, n’a rien changé. Bien que l’Espagne se soit modernisée considérablement depuis la chute du régime dictatorial de Francisco Franco en 1975, elle est encore une décennie ou deux en retard dans de nombreux domaines  par rapport à d’autres pays d’Europe occidentale.

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Souhail Ftouh pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 10 thoughts on “L’Espagne, bastion incontesté du mouvement BDS en Europe, se comporte aujourd’hui comme une vraie dictature

    1. Lila Fleur

      L’Espagne va droit dans le mur et ce n’est que justice rendue!.
      Qu’ils explosent comme il ont essayé d’exploser les juifs d’espagne.

    2. bronson

      l’Espagne est en train de pourrir c’est le retour de baton de ce qu’ils nous ont fait !!
      juste après l’Allemagne, etc etc sans oublier la France qui y aura droit aussi
      alors préparez votre alya ou préparer vos fusils
      mais ishmael fout le boxon partout, et au dernier moment , car cela va se régler un jour , souvient toi d’amalek !!! on nous l’aura assez dit !!

    3. liberté

      moi je suis catalan vive la liberté de tout les peuple sur terre sous la meme baniere la vie de terre le cpt la communauté des peuples terrien bande bouffon

    4. LeClairvoyant

      Tous les pays ont ses périodes sombres dans l’histoire. S’il faut tous les détruire, il ne restera aucun, et sera l’anarchie comme en Libye et Syrie actuellement, et les catalans sont les plus anarchistes du monde.

      L’Union Européenne qui a participé au démantèlement de l’ex-Yougoslavie. J’ai retenu que pour l’indépendance du Montenegro de la Serbie, demandé que devait avoir 2/3 des votes des inscrits, en incluant votes nuls et les abstentions.
      Pour la Catalogne. S’ils sont 8 millions, dont 6 millions de votants, devraient avoir 4 millions de votes favorables.
      Mais les indépendantistes catalans font pression contre les anti-indépendance, qui ont des emplois dans les administrations, les ouvriers et les paysans.
      Si les indépendantistes ont 1 million de votes sans les conditions posées au Montenegro gagnent l’indépendance. Avoir de haine pour les autres pays c’est s’exposer à la haine pour le sien, donc pour Israël.

    5. Ratfucker

      Comme quoi on peut être pour l’indépendance d’une Palestine d’opérette qui n’a jamais existé, et contre celle de la Catalogne, vieux royaume doté d’une forte identité culturelle, linguistique, économique. Même double langage que pour le Kurdistan: le seul critère de droit à l’indépendance, ce n’est pas le droit des peuples à disposer d’eux même, qui figure à l’art 1er de la charte des Nations Unies, mais l’intérêt des islamo gauchistes.

    6. Beaudevant

      Le doit à autodétermination est à géométrie variable. Il en va ainsi pour le gouvernement espagnol pour qui ce droit est inaliénable pour un peuple palestinien fantasmé, mais un péché mortel pour ce qui concerne le peuple catalan.C’est une question de survie en Espagne qui se verrait amputée d’une très riche région qui participe à hauteur de 21% du PIB.
      Je rejoins monsieur Ratfucker lorsqu’il laisse entendre que les islamo-gauchistes ont un bel avenir au royaume d’Isabelle de Castille et de Ferdinand d’Aragon.
      L’Europe se suicide avec délectation et optimisme dans un aveuglement où le borgne est musulman.

    7. henri smeyers

      Il y a quelque chose qui me met mal à l’aise en Espagne ! C’est la conformité de soumission à une coutume annoncée comme culture.
      J’y ai travaillé, je parle de constats.
      1) La souffrance animale.
      2) une fierté déraisonnée.
      3) Une compromission hiérarchisée.
      NB: Un chapitre de mon bouquin est intitulé « Des Châteaux en Espagne »

    8. Jacques B.

      De toute façon, on voit bien que tout ce qui est espagnol, en particulier l’Amérique latine (anciennes colonies espagnoles pour la plupart, hormis le Brésil et un ou deux autres) penche très à gauche sur l’échiquier politique.
      Regardez le Venezuela, le Chili, l’Argentine, ou le Nicaragua, etc.
      Quand ce ne sont pas des régimes de gauche, ce sont des dictatures d’extrême-droite.
      Le pape actuel est issu d’Argentine : ce n’est pas un hasard s’il se comporte en gauchiste ayant des sympathies pour le « tiers-monde » et l’islam !
      Donc pas vraiment étonné que l’Espagne soit un haut lieu de BDS, puisque gauche et antisionisme (antisémitisme) vont ensemble, de même qu’antiaméricanisme.
      Étrangement ou pas, je n’ai jamais été attiré par l’Espagne (entre autres, pays des corridas, cette coutume barbare) et ce n’est pas avec cette information sur BDS que ça va commencer.
      8 siècles de domination musulmane, il faut croire que ça laisse des traces.

    9. Jacques B.

      J’oubliais : cette Espagne qui a offert la nationalité espagnole aux Juifs descendants de Marranes en soit-disant signe de repentance, et qui en réalité est une des nations les plus anti-israéliennes d’Europe, paye ton hypocrisie !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *