toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Intégration des migrants: Karoutchi propose de s’inspirer d’Israël


Intégration des migrants: Karoutchi propose de s’inspirer d’Israël

Pour le sénateur les Républicains des Hauts-de-Seine, la France «manque d’audace» en matière d’intégration et souhaiterait s’inspirer de modèles comme en Israël ou en Allemagne.

«Il est temps de réfléchir à la définition d’un modèle d’intégration complet, comme en Israël ou en Allemagne.»

Pourquoi, alors, ne pas s’inspirer des méthodes qui ont fait le succès des kibboutz?

Le sénateur Les Républicains des Hauts-de-Seine, Roger Karoutchi, est persuadé que la France manque d’audace en la matière. Il avait déjà formulé cette proposition en 2012 dans son premier rapport sur l’apprentissage de la langue française et les cours d’éducation civique réservés aux immigrés.

«Nous ne possédons aucune institution qui assure des formations linguistiques et civiques dignes de ce nom, estime-t-il. Chez nous, globalement, les gens viennent faire leurs heures et repartent, sans contrôle, sans que le système stimule vraiment leur motivation.»

Les kibboutz?

«Ces villages d’inspiration socialiste ont été particulièrement utilisés au milieu du XXe siècle pour faciliter l’intégration des populations juives de la diaspora, par un apprentissage intensif de l’hébreu et une assimilation du mode de vie israélien», rappelle le rapporteur spécial Karoutchi.

À le lire, des stages de ce type pourraient «susciter l’intérêt des signataires de contrats d’intégration républicaine désireux de s’acquitter de leurs obligations contractuelles dans un temps restreint».

Le sénateur précise: «Aujourd’hui, le parcours d’intégration israélien prévoit 500 heures de cours dans des oulpan, ces écoles d’apprentissage de la langue hébraïque placées sous la tutelle du ministère de l’Alyah et de l’Intégration. Une formule, l’oulpan de jour, permet aux immigrés de suivre cinq heures de cours, cinq jours par semaine pendant cinq mois.»

Un rythme évidemment plus soutenu que les 200 heures de cours au maximum étalées sur un an en France.

«La durée des formations, la dispersion géographique entre les sites, l’absence de liens entre les différents modules et l’absence de sanction conduisent à un parcours peu intégrateur»

Roger Karoutchi

Comment transposer la formule à nos besoins d’intégration? «Dans le contexte français, il s’agirait d’organiser des stages de formation intensifs facultatifs», nuance Roger Karoutchi. Autrement dit, des stages pour les étrangers les plus volontaires.

Pour l’heure, selon lui, «il apparaît qu’en France, la durée des formations, la dispersion géographique entre les sites, l’absence de liens entre les différents modules et l’absence de sanction réellement dissuasive en cas d’échec conduisent à un parcours globalement fort peu “intégrateur”.»

Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, sera-t-il séduit par la formule, alors qu’il vient de se voir confier par le chef de l’État la rédaction d’un projet de loi sur l’immigration à présenter pour l’automne?

Une chose est certaine: lors de la réunion des préfets à Paris, ce mardi, en présence du président Macron, il a mis l’accent sur les défis de la politique d’intégration des étrangers en France. Il en fait un «enjeu de premier plan de cohésion sociale» et considère que «les moyens mobilisés à cette fin ne sont aujourd’hui clairement pas à la hauteur».

Le ministre a annoncé la nomination d’un parlementaire en mission sur ces questions. Un conseil interministériel sur l’intégration se réunira à la fin de l’année pour trancher sur cette réforme.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Intégration des migrants: Karoutchi propose de s’inspirer d’Israël

    1. Yehudah

      Il n’a pas tort a propos des migrants et Israel!!! Prenez l’exemple des Bedouins, a la creation de l’etat d’Israel ils etaient dix milles
      aujourd hui plus de trois cent milles et sont aides plus que n’importe quel citoyen Israelien

    2. sarah

      Il était ivre Karoutchi quand il a donné cet interview. Les kibboutz, ce n’était pas la même époque : c’était dans les années 50 où le marché de l’emploi était florissant et on ne vous demandait pas un Bac + 2 ou 3 pour être vendeuse en Europe ou dans l’Etat hébreu. Deuxièmement, les migrants en Israël, de tous temps, sont en très très grande majorité juifs donc de même religion, de même culture et de même identité que les autochtones, ce qui n’est absolument pas le cas des migrants qui arrivent en Europe depuis les années 70-80 : la religion est différente puisque ces arrivants sont à 80 % musulmans, la culture est différente puisque c’est l’arabe, l’identité n’est pas la même car ce sont des orientaux et le pire du pire, c’est qu’un certain nombre de ces immigrés viennent avec de mauvaises intentions qui sont celles d’islamiser l’Europe y compris par la violence. En effet, pour les musulmans pratiquants, TOUTE terre est musulmane et doit le redevenir par un djihad coercitif ou guerrier : ils s’en fichent d’apprendre le français car ils veulent que tout le monde parle arabe et soit musulman : ils viennent en Europe pour imposer leur religion, leur langue, leur mode de vie moyenâgeux, point barre.

    3. Laurence S

      Karoutchi a raison , il faut s’inspirer d’Israël
      un chèque de 500$ et le billet de retour chez eux en aller simple

    4. Jacques B.

      Bôf… l’urgent n’est pas là, mais de contrôler nos frontières et limiter l’immigration, de même que l’islamisation.
      De plus, il faudrait une justice digne de ce nom, qui ne relâche pas les délinquants aussitôt interpellés.

      Quand les points a) et b) auront été mis en application, on pourra penser à appliquer le point c) , pas avant.

      Cette proposition de Karoutchi, aussi bonne qu’elle puisse être (ou paraître), peut aussi masquer sa lâcheté – comme celle des politiciens en général – devant l’immensité de la tâche, et avoir pour but de faire croire qu’ils font quelque chose, alors qu’en réalité ils ne font rien, au contraire, pour résoudre les problèmes.

    5. Ratfucker

      Différence majeure: les olim viennent construire Israël, les migrants viennent vaincre la France avec le ventre de leurs femmes.
      Le modèle sur lequel s’inspirer est plutôt l’Allemagne, où dans chaque quartier, il y a des cours d’intégration, où on enseigne la langue, les moeurs, les droits et devoirs. Il y a plusieurs niveaux, sanctionnés par un certificat d’aptitude, indispensable pour trouver un emploi qualifié, qui peuvent s’étaler sue 2 ans pour atteindre une employabilité de cadre, dans la mesure où le migrant a déjà la qualification professionnelle.

    6. Robert Davis

      Les migrants juifs d’Israel et les migrants mus de l’Europe n’ont RIEN DE COMMUN, vous confondez tout. Les juifs venaient en Israel avec de bonnes intentions les mus avec de très mauvaises intentions. Ce n’est pas parce que vous donnez la clé de la maison au fils de la maison que vous pouvez la donner à n’importe quelle crapule sortie d’on ne sait où. Sa comparaison est stupide et typique des politicards sans cervelles.

    7. Robert Davis

      Le système allemand même s’il est plus rigoureux que le système français E VAUT PAS MIEUX :les mus viennent en Allemagne comme en France pour PROFITER ET IMPOSER LEUR RELIGION alors qu’ils soient qualifier en mécanique ou non cela n’a aucune importance politique. La seule différence est économique car avant de détruire la population ils vont travailler un peu pour elle afin que la merkel puisse se vanter de la bonne économie allemande qui ne va pas durer d’ailleurs.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *