toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

À l’Assemblée, Valls dénonce «les liens» de La France insoumise avec l’islam radical


À l’Assemblée, Valls dénonce «les liens» de La France insoumise avec l’islam radical

En marge des débats sur le projet de loi antiterroriste, le député apparenté LREM de l’Essonne s’en est vivement pris à la gauche radicale. Il renoue ainsi avec l’un de ses angles d’attaque favoris.

Il n’entend pas baisser la garde. Engagé dans une lutte sans merci avec La France insoumise depuis plusieurs mois, Manuel Valls a une nouvelle fois durci le ton contre ceux qu’il appelle les «islamo-gauchistes». S’exprimant à l’Assemblée nationale vendredi, en marge des débats sur le projet de loi antiterroriste, le théoricien des deux gauches «irréconciliables» s’est estimé «mis en cause» par le député Alexis Corbière, qui l’a accusé de «parler comme le Front national». Il a tenu à lui répondre «avec la plus grande détermination».

» À lire aussi – Jacques Julliard: «Qu’est-ce que l’islamo-gauchisme?»

«Je continuerai à dénoncer vos prises de position, vos alliances, les liens avec les Indigènes de la République et avec tous ceux qui, dans les quartiers, représentent un vrai danger. Parce que derrière cela, il y a l’islamisme radical et l’islam politique. (…) On peut se retrouver parfois sur la défense des valeurs, mais malheureusement nous sommes et nous resterons des adversaires parce que vous n’avez pas pris conscience de ce qu’il y a aujourd’hui dans notre société», a-t-il lancé au député de Seine-Saint-Denis.

«Benoît Hamon est ambigu sur ces questions»

Appréciée et applaudie par quelques députés FN, cette saillie n’a rien de nouveau dans la bouche de l’ancien premier ministre. En mai 2016, lorsqu’il était encore à Matignon, Manuel Valls avait en effet accusé la gauche radicale de «capitulations intellectuelles» et d’«ambiguïtés avec les Indigènes de la République». Il s’était également insurgé des «discussions entre Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan» et des «ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de (la) violence et de (la) radicalisation».

Dans l’entre-deux tours de la primaire à gauche, l’élu d’Évry et ses proches ont également attaqué le frondeur Benoît Hamon et son camp sur cette même thématique. «Il y a des ambiguités, il y a des risques d’accommodement (avec l’islam radical) de sa part. C’est un des débats que nous avons à gauche», a-t-il considéré le 24 janvier dernier sur France Info. Sur TF1, le lendemain, il en avait ensuite remis une couche, en répétant que «Benoît Hamon est ambigu sur ces questions».

Source: lefigaro





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “À l’Assemblée, Valls dénonce «les liens» de La France insoumise avec l’islam radical

    1. sarah

      Enfin, je retrouve Valls. Le seul combat qui vaille la peine bien avant celui de tenter de devenir Président de la République, c’est celui contre l’islamo-gauchisme antisiomite de la gauche extrême, FI en tête, qui gangrène la France depuis les années 50.
      La gauche extrême est d’ailleurs bien plus antisémite que la droite extrême : elle se travestit dans les oripeaux de l’antisionisme et se cache sous un voile intégral et une robe noire comme le KKK se cache sous une cagoule et une robe blanche.

      PS : Quand je vois les sales tronches de Corbières et de Garrido, je me dis que s’ils ont eu des enfants, ils pourraient être montrés dans des cirques.

    2. sarah

      Monsieur Valls, qui se souvient du nom du Président français de l’époque d’Emile Zola, qui se souvient du nom du Président américain de l’époque d’Albert Einstein et qui se souviendra des noms des Premiers Ministres britanniques de l’époque des Beatles ? Personne. Qui se souviendra aussi de Sarkozy, d’Hollande, de Macron dans 50 ans alors que pas mal de personnes se souviendront d’Elton John.
      Le « J’accuse » paru dans le journal « L’Aurore » d’Emile Zola a sauvé le capitaine juif Dreyfus : en effet, cet article a donné un immense écho au combat des dreyfusards. Tâchez, Monsieur Valls, à votre manière d’être le Zola contemporain des juifs français : votre destinée, toute votre destinée est là alors que vous vous laissez aveugler par l’envie de pouvoir. Ne ratez surtout pas votre chemin en courant et en vous égarant dans la recherche d’une puissance, d’une réussite qui n’en sont pas.

      PS . Petite musicographie : « J’aurais voulu être un artiste. »
      « Il changeait la vie. » Goldman

    3. Robert Davis

      Valls a raison, l’islam et la gauche radicale nazie sont des groupes haineux qui ne pensent qu’à tuer pour résoudre leurs problèmes qui bien sûr ne peuvent être résolus que par leur disparition, par la guerre, les élections, les épidémies etc.Il FAUT que cette racaille disparaisse pour qu’on ait la paix, on ne l’aura jamais avec eux.

    4. Ratfucker

      Dans les salons trostsko bolivariens, on continue à fantasmer sur un prolétariat de substitution qui donnerait enfin à l’élite progressiste la masse de manœuvre que le « peuple » lui a obstinément refusé. Néanmoins la lecture de l’éloquente interview de Houria Bouteldja, passionaria des Indigènes de la République, réalisée en février 2006 par Christine Delphy et publiée dans Nouvelles Questions Féministes (volume 25, no 1) : « Bientôt il sera trop tard : les Blancs ne pourront plus entrer dans un quartier comme c’est déjà le cas des organisations de gauche. Ils devront faire leurs preuves et seront toujours suspects de paternalisme. Aujourd’hui, il y a encore des gens comme nous qui vous parlons encore. Mais demain, il n’est pas dit que la génération qui suit acceptera la présence des Blancs » répond à leurs ambitions. Pas besoin de longues analyses de comptoir pour que la majorité actuelle se rende compte que la menace n’est plus idéologique, comme du temps des totalitarismes, mais tout simplement biologique.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *