Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté samedi à l’unanimité une résolution renforçant sensiblement les sanctions imposées à la Corée du Nord, qui, si elle est respectée, devrait priver Pyongyang d’un milliard de dollars de recettes annuelles. 

Nouvelle riposte aux programmes balistique et nucléaire nord-coréens, le texte représente un certain succès pour les Etats-Unis qui ont su convaincre leurs partenaires chinois – premier soutien de Pyongyang – et russe de renforcer la pression internationale contre la Corée du Nord, accusée d’être une « menace mondiale ».

La résolution 2371 vise à interdire des revenus tirés des exportations nord-coréennes, notamment dans les secteurs du charbon, du fer et de la pêche.

Cette nouvelle résolution a pour objectif de pousser Pyongyang à la négociation après son premier tir d’un missile intercontinental le 4 juillet, jugé par les grandes puissances menaçant pour la sécurité mondiale. La Corée du Nord a procédé le 28 juillet au tir d’un second engin similaire.

Elle « permet d’envoyer un message fort au régime nord-coréen », s’est félicité l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley.

Les nouvelles sanctions visent à empêcher les exportations nord-coréennes de fer, de minerai de fer, de plomb, de minerai de plomb, de poisson et de crustacés. En revanche, elles ne concernent pas, comme évoqué à l’origine des négociations il y a un mois, les livraisons de produits pétroliers à la Corée du Nord.

Dans la résolution, la Corée du Nord est accusée de se livrer à un « détournement massif de ses faibles ressources » pour continuer à développer « des armes nucléaires et plusieurs programmes coûteux de missiles balistiques ».