toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Il y a un imam derrière l’attentat de Barcelone et derrière l’imam, il y a l’Islam


Il y a un imam derrière l’attentat de Barcelone et derrière l’imam, il y a l’Islam

La police est activement à la recherche de l’imam qui a contribué au massacre de Barcelone et Cambrils.

Dans la petite ville des Pyrénées catalanes où il vivait depuis deux ans, un imam marocain est soupçonné d’avoir « mangé le cerveau » de ses compatriotes marocains pour les amener à former la cellule jihadiste derrière les attentats de Barcelone et Cambrils.
Abdelbaki Es Satty est maintenant dans tous les journaux, à commencer par El Pais qui lui consacre sa Une dans son édition de ce lundi 21 août, assurant que les enquêteurs se penchent sur ses « connexions internationales », à commencer par la Belgique et la France, transmise à l’AFP dimanche soir.

Du deux-pièces décrépi où résidait Abdelbaki Es Satty -loué « 150 euros » par mois, selon son colocataire-, on a vue sur la montagne boisée des Pyrénées et les toits de tuiles de la jolie petite ville catalane de Ripoll, à 90 km au nord de Barcelone.

« Mardi matin, il était parti en disant qu’il s’en allait en vacances au Maroc », raconte le vendeur de fruits sur les marchés Nordeen El Haji, 45 ans, venu vivre il y a quatre mois dans l’appartement.

Mais depuis mardi, il a disparu. La police a évoqué la possibilité qu’il ait péri dans l’explosion mercredi soir dans une maison à Alcanar, en Catalogne, où la cellule à l’origine des attaques de Barcelone et de Cambrils préparait « un ou plusieurs attentats ».

« Il parlait peu, passait du temps avec son ordinateur dans la chambre, avait un vieux téléphone portable sans internet, peu de livres », dit Nordeen El Haji.

Sur un meuble se trouve encore l’ordre officiel de perquisition des lieux, daté de vendredi, quelques heures après les deux attentats aux voitures-bélier qui ont fait 14 morts et plus de 120 blessés en Catalogne.

Sorti de prison

Le journal El Mundo a cité des sources antiterroristes selon lesquelles Abdelbaki Es Satty avait séjourné en prison « où il avait noué une amitié particulière avec Rachid Aglif, dit El conejo (le lapin), condamné à 18 ans » pour participation aux attentats jihadistes dans des trains de banlieue du 11 mars 2004, qui avaient fait 191 morts à Madrid.

« L’imam avait eu un problème judiciaire, mais pas lié au terrorisme », a déclaré dimanche le chef de la police catalane, Josep Lluis Trapero.

Selon El Mundo, Abdelbaki Es Satty avait été incarcéré en lien avec un « trafic de drogue », du haschich, entre Ceuta et Algesiras.

« Cet imam était normal et ordinaire quand il était en public », affirme à l’AFP Mohamed Akhayad, un électromécanicien marocain de 26 ans, qui fréquentait la nouvelle salle de prières ouverte en 2016 où il prêchait.

« S’il a mangé le cerveau de ces jeunes, c’est en cachette, dans un endroit secret », poursuit-il en évoquant les spéculations de la presse espagnole au sujet de l’emprise qu’il aurait pu exercer sur certains jeunes de Ripoll.

Passé par la Belgique, peut-être la France

« Il était très solitaire, fréquentait plus des jeunes que des personnes de son âge », souligne, anonymement, un Marocain de 43 ans.

Dans la rue où vivait le religieux, un Catalan de 64 ans, Francesc Gimeno, un peintre décorateur, affirme qu’il « avait la réputation d’être très islamiste, voulait que tous les Marocains pensent comme lui, mettait la religion au-dessus de tout ».

Il l’accuse aussi d’avoir voulu « obliger les femmes marocaines de la ville à se couvrir ». « C’est un mensonge », réagit Hammou Minhaj, 30 ans, secrétaire marocain de la communauté musulmane de Ripoll « Annour ». « Ici à la mosquée, il ne disait pas ça. En dehors, je ne sais pas ».

Selon lui, Abdelbaki Es Satty était arrivé en 2015 à Ripoll, puis « était allé en Belgique en tant qu’imam – c’est ce qu’il disait – avant de revenir à Ripoll: « il avait commencé en avril 2016 comme imam dans notre nouvelle mosquée ». Cependant, « fin juin (2017), il avait demandé trois mois de vacances pour partir en vacances au Maroc ».

L’imam a bien séjourné en Belgique en 2016, dans la commune de Machelen, dans la grande banlieue de Bruxelles « entre janvier et mars 2016 », a affirmé à l’AFP le maire de la commune limitrophe de Vilvorde, Hans Bonte, qui supervise la police municipale des deux communes.

Le quotidien El Pais évoque aussi en Une la France. Et assure que les analystes pensent que dans ces pays il a peut-être été mis en relation « avec des membres de l’Etat islamique ».

Dans la salle de prières, les noms de deux des 12 suspects des attentats apparaissent dans la liste des donateurs de fonds à la mosquée, dont celui de « Younes Abou Yacoub », un Marocain de 22 ans recherché depuis les attentats.

A M’rirt, petite ville de 35.000 habitants du centre du Maroc, ses proches accusent justement « un imam de Ripoll » d’être le « cerveau » des attentats d’Espagne.

« Cela fait deux ans que Younès et Houssein (son frère) ont commencé à se radicaliser, sous l’influence de cet imam ‘djebli’ (originaire du Pays Djbala, région du nord du Maroc) », a ainsi déclaré à l’AFP leur grand-père.

Source: HP





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Il y a un imam derrière l’attentat de Barcelone et derrière l’imam, il y a l’Islam

    1. Jacques B.

      Quand on lit cet article, on voit en permanence que la frontière entre islam et islamisme n’existe pas, on passe sans arrêt de l’un à l’autre, c’est juste une question de degré, d’intensité un peu plus forte de la pratique religieuse.
      D’ailleurs la façon de voir cet individu selon les gens est édifiante : les musulmans de la mosquée le trouvaient « normal », et un des habitants espagnols (de souche manifestement) de sa rue le trouvait « islamiste ».
      En clair, un islamiste est quelqu’un de normal pour bien des musulmans.

      Alors quand nos médias et politiciens cherchent à nous enfumer avec leur « pas d’amalgame », l’islam c »e n’est pas ça » – ça doit être l’Arlésienne alors – on nous prend vraiment pour des billes et les gens qui gobent ce mensonge sont des crétins de premier ordre.

    2. Pinhas

      Islam secte de pets et satanique.

      Des imams comme cet étrons il y en a des centaines en France comprenant les visiteurs de prisons.
      Des formateurs de terroristes en puissance.

      Il faut placer des observateurs comprenant l’arabe dans toutes les mosquées et déchoir de la nationalité tous ceux qui de près ou de loin participent à toute ces horreurs.

    3. Une voix d'Alsace

      Je ne connais pas les usages de l’Église catholique mais je doute qu’un prédicateur de cette confession conserverait ses fonctions après avoir été incarcéré pour trafic de drogue. Il semble que dans la communauté musulmane on considèrerait comme « normale et ordinaire » une telle activité.

    4. francaispasnaif

      L’islam c’est l’oeuvre de Satan et ces muzz ses suppôts. Pas étonnant qu’ils aient tous des tronches hideuses, de babouins . Tous rivalisent de laideur, à faire peur aux sorcières!

    5. Jean-Francois Morf

      Les vrais racistes, les vrais fachistes, les vrais nazis, c’est les imams, qui ne tolèrent aucune autre « religion » que l’islam, et qui prônent leur sharia raciste.
      Donc les vrais anti-racistes, les vrais antifa, les vrais anti-nazis, ils devraient s’en prendre en premier lieu aux imams pour venger les morts causés par la sharia.
      Les jour où pour chaque chrétien assassiné, un imam sera ensuite assassiné en représailles par les anti-racistes alors les attentats racistes cesseront…
      A quoi sert la loi d’urgence si on ne s’en sert pas?

    6. Moka

      Les muzz savent qu’apres chaque attentat ils ne risquent rien car nous avons perdu cette vengeance qui nous fais défaut .Bougies ,petites fleurs ,oursons voilà comment nous répondons face à l islam meurtrier.Nous sommes tous simplement des petits moutons juste bon à tendre le cou pour nous faire égorger .

    7. Kazivir

      Derrière les attentats, il y un imam marocain, derrière cet l’imam, il ya l’islam et derrière l’ islam il y a l’ ami de la France (le Roi momo 6, commandeur des croyants marocains). Enfin derrière ce roi arabe, il y a l’Arabie.
      Ce n’est pas simple tout ça, surtout quand le cannabis et le pétrole sont les nerfs du Djihâd, et que ces matières premières sont intimement liées à l’Europe, tout comme le terrorisme

    8. olga

      U curée pédophile ça ne démissionne pas non plus cher catho. En Europe, (notamment en France où le cannabis marocain est dispatché), des politiciens et politiciennes, impliqués dans le trafique de drogue ne démissionnent pas non plus.
      Mêmes ceux qui financent le terrorisme ne démissionnent pas.
      Le marché juteux des armes pour terroristes est légal et normal en Europe, en France et partout ailleurs. La pédophilie est un créneau porteur comme le cannabis non ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *