toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

« Bienveillance » de Macron ou pas : 61% des Français sont toujours opposés à l’accueil des migrants sur le territoire


« Bienveillance » de Macron ou pas : 61% des Français sont toujours opposés à l’accueil des migrants sur le territoire

.

Selon un sondage IFOP pour Atlantico.fr, Un très large majorité de français, 61% sont opposés à l’acceuil des migrants dans le pays. Un sujet qui est devenu l’un des plus grands déterminant entre droite et gauche.

Dans une interview au média Atlantico.fr, Jérôme Fourquet, responsable du département opinion publique à l’Ifop, commente les résultats du nouveau sondage de l’institut, selon lequel 61% des Français sont opposés à l’accueil de migrants.

L’expert relève qu’il s’agit là du seuil le plus bas depuis la mise en place d’un baromètre sur le sujet, en avril 2015. «Nous sommes retombés au niveau de novembre 2015 ou même de l’été 2016», explique Jérôme Fourquet.

Ces deux périodes faisaient respectivement suite aux attentats de Charlie Hebdo et de Nice. Pour lui, un lien s’opère clairement dans l’opinion publique entre le contexte terroriste et la question migratoire. Quand la menace sécuritaire augmente, la propension à l’accueil se rétracte.

Le rejet d’une immigration économique déguisée ?

Il est à noter toutefois que le nouveau sondage de l’Ifop a été réalisé du 7 au 9 août, soit avant le dénouement de l’attaque de Levallois-Perret. Or, la part de Français favorables à l’accueil des migrants est comparable à celle au lendemain des attaques terroristes de 2015.

D’autres éléments que la crainte de la menace terroriste dissuadent donc l’opinion publique française de soutenir une politique de la «porte ouverte», comme celle mise en place en Allemagne en 2015. «67% des migrants sont des hommes, marqueur d’une immigration aux motivations économiques, pour laquelle le devoir d’accueil fonctionne nettement moins bien, d’autant plus en période de chômage de masse», avance le docteur en histoire Guylain Chevrier, cité par Atlantico. C’est également vrai à propos des mineurs isolés étrangers qui peuvent être pris en charge par les pouvoirs publics, mais sont en réalité très majoritairement majeurs à l’examen de leur situation, «ce qui relève donc aussi pour une part d’une immigration économique déguisée».

Ces dernières années, le nombre de demandeurs d’asile en France a explosé, passant de 57 000 en 2011 à 100 000 en 2016. Un phénomène qui n’est donc pas sans inquiéter l’opinion publique française, malgré l’affirmation par les pouvoirs publics français (mais aussi européens) d’une nécessité humanitaire d’accueillir des migrants.

Sans doute sensible à cette frilosité, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a d’ailleurs tenu à déclarer qu’il était nécessaire de faire une distinction entre réfugiés et migrants économiques, dans une interview publiée par le JDD le 6 août.

 





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “« Bienveillance » de Macron ou pas : 61% des Français sont toujours opposés à l’accueil des migrants sur le territoire

    1. Armand Maruani

      LUXE EN BRETAGNE POUR « NOS » MIGRANTS

      Le centre de vacances où seront accueillis les migrants clandestins à Trégunc

      BREIZATAO POLITIKEREZH

      La commune de Trégunc (Finistère) se prépare à recevoir plus d’une cinquante de migrants afro-musulmans dès la semaine prochaine. La décision gouvernementale a été tenue secrète par les autorités françaises en Bretagne et le maire de la ville, le socialiste Olivier Bellec. Il s’agit de mettre les populations devant le fait accompli.
      Les migrants seront hébergés au centre de vacances de l’E.D.F. La Pinède, en bord de mer.
      Pour ceux qui l’ignoreraient, la direction d’E.D.F. est directement contrôlée par le Parti Communiste Français ainsi que son trésor de guerre : le budget du comité d’entreprise connu sous le nom de Caisse Centrale d’Activités Sociales. Cet organisme dispose de ressources colossales directement prélevées sur les ventes d’électricité. Le CCAS dispose ainsi de plus de 400 millions d’euros qui bénéficient exclusivement aux membres de l’E.D.F. et à leur famille, soit 500 000 personnes (voir ici).
      Disposant de la propriété privilégiée de 300 centres de vacances dont des châteaux –, l’E.D.F. s’est vue contrainte de mettre à disposition du gouvernement français une partie croissante d’entre eux pour accueillir une partie des centaines de milliers de clandestins africains et musulmans qui se ruent dans l’Hexagone.
      Accueil luxueux à Trégunc
      Pour le malheur des habitants de Trégunc, la commune héberge un tel centre de vacances qui, en temps normal, ne bénéficie qu’aux apparatchiks de l’État Français.
      Naturellement, c’est avec l’argent des travailleurs bretons que ces migrants afro-musulmans seront hébergés dans des conditions de confort que beaucoup de Bretons ne connaissent pas en vacances, voire au quotidien. Voici des photos du centre (source) :

      Les manœuvres secrètes du maire P.S. !!!
      Comme nous l’avions dit à l’occasion des élections municipales de 2014, écarter impérativement le Parti Socialiste Français des municipalités était un enjeu vital afin de contrer la politique de colonisation de peuplement afro-islamique que ses cadres mettent en œuvre.

      Le maire collabo : le socialiste Olivier Bellec (à droite)
      Hélas, la population de cette commune a opté pour l’aveuglement en élisant à sa tête le socialiste Olivier Bellec. Ils devront faire face aux conséquences dramatiques de ce choix. Le maire collaborateur faisait savoir dès septembre 2015 qu’il ferait tout son possible pour implanter des allogènes musulmans dans la commune.
      Voici ce qu’il déclarait à ce moment là au journal socialiste Le Télégramme (source) :
      La municipalité se déclare prête à accueillir une famille de réfugiés. « Un engagement qui ne doit pas se faire à la légère, selon le maire Olivier Bellec, mais dans une véritable logique de soutien, tant social qu’éducatif ». Le C.C.A.S. de la commune se tient prêt à s’engager dans cet accompagnement. Un logement est libre actuellement et pourrait servir de solution d’hébergement, mais les élus attendent de voir dans quel cadre pourra se faire l’arrivée d’une famille. « On sent, de la part des habitants, un véritable élan de solidarité. Beaucoup se déclarent prêts à accompagner l’arrivée des familles ».
      Généralement, l’élan de soutien se limite exclusivement aux quelques militants d’extrême-gauche d’une commune, pour l’essentiel fonctionnaires de l’Éducation Nationale. Comme nos lecteurs peuvent le constater, Bellec testait l’opinion en évoquant une famille. Seuls les naïfs pouvaient se laisser abuser : ce n’était là qu’une manière de préparer le terrain avant l’implantation de masse.

      Les enfants de Trégunc menacés par la politique du P.S.F.
      Et en termes de solidarité, les habitants de Trégunc vont être servis. Car il s’agit désormais fourchette basse d’une grosse cinquantaine de migrants qui seront implantés dans le CCAS précité dès la semaine prochaine.
      Ce C.C.A.S. se situe à proximité de l’école de la commune. Inutile de dire qu’aucun des migrants musulmans susmentionnés n’ont vu leur profil étudié. Les autorités françaises n’ont pas la moindre idée de leur identité ni de leur passé, notamment criminel ou politique.
      Comme chacun le sait, ces migrants sont pour une part importante des sympathisants islamistes et, pour certains, des activistes djihadistes ayant pour tâche d’établir des cellules dormantes au cœur des villes d’Europe. Un seul ordre envoyé par Smartphone depuis l’Irak ou la Syrie suffisant à déclencher des actions sanglantes contre les civils. Le nombre de ces djihadistes augmente constamment. Pour ne citer qu’une information récente, le djihadiste Rachid Kassim a piloté l’assassinat du Père Hamel ainsi que l’attentat raté de Notre-Dame de Paris (lire ici).
      Ce n’est pas un hasard si des exercices d’évacuation d’école ont eu lieu récemment (voir ici). La Bretagne compte des centaines d’activistes musulmans fichés S dont plus d’une cinquantaine pour la seule ville de Rennes.
      Les précédents sont nombreux d’attaques contre des enfants par des migrants et ce partout en Europe : Allemagne (voir ici), Suède (voir ici), Belgique (voir ici).
      En seulement quelques semaines, les masses de migrants musulmans transforment les villes et villages où ils s’accumulent en gigantesque chaos.
      La cinquantaine d’allogènes qui viendra coloniser Trégunc la semaine prochaine n’est qu’un des premiers germes de la grande invasion islamique qui va frapper la Bretagne de plein fouet. Et ce avec l’appui total des politiciens et médias, socialo-communistes en tête.
      Des violences contre les civils sont inévitables. Les seuls responsables de cette situation sont les politiciens qui n’hésitent pas à sacrifier les populations pour leurs propres intérêts politiques. Elles ont été purement et simplement livrées à leur sort par la caste au pouvoir.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *