toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Washington va revoir ses liens avec l’Unesco après le vote sur Hébron


Washington va revoir ses liens avec l’Unesco après le vote sur Hébron

« Cette initiative discrédite encore plus l’agence onusienne déjà hautement discutable » a déclaré Nikki Haley

Les Etats-Unis ont prévenu vendredi qu’ils revoyaient leurs liens avec l’Unesco, qualifiant d' »affront à l’histoire » sa décision de déclarer la vieille ville de Hébron, en Cisjordanie, « zone protégée » du patrimoine mondial.

L’ambassadrice américaine auprès des Nations unies Nikki Haley a affirmé que cette initiative « discrédite encore plus une agence onusienne déjà hautement discutable ».

« Le vote d’aujourd’hui n’apporte rien de bon à personne et fait beaucoup de mal », a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Les Etats-Unis ont arrêté de participer au financement de l’Unesco en 2011 après que l’agence a admis les Palestiniens parmi ses Etats membres mais ils siègent toujours au Conseil exécutif de l’Unesco, composé de 58 membres.

Après cette nouvelle décision, Nikki Haley a toutefois averti que « les Etats-Unis évaluent actuellement le niveau approprié de leur engagement continu au sein de l’Unesco ».

Le Comité du patrimoine mondial de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture, réuni vendredi à Cracovie (Pologne), a inscrit la vieille ville d’Hébron sur cette liste en tant que site « d’une valeur universelle exceptionnelle ». Il a également placé cette ville située dans les Territoires sur la liste du patrimoine en péril.

Haut lieu de tensions, Hébron abrite une population de 200.000 Palestiniens et de quelque centaines d’Israéliens, qui sont retranchés dans une enclave protégée par des soldats près du lieu saint que les juifs désignent sous le nom de tombeau des Patriarches et les musulmans mosquée d’Ibrahim.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a pour sa part qualifié de « délirante » la décision de l’Unesco.

« Cette fois-ci, ils ont estimé que le tombeau des Patriarches à Hébron est un site palestinien, ce qui veut dire non juif, et que c’est un site en danger », a-t-il déclaré, annonçant dans la foulée une nouvelle coupe d’un million de dollars dans la contribution d’Israël au budget de l’ONU.

Source:i24news





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Washington va revoir ses liens avec l’Unesco après le vote sur Hébron

    1. Salmon

      Jérusalem , Washington sont en train de revoir leur participation à l’UNESCO
      normal , une organisation prônant la paix sont en train de falsifier l’histoire

    2. niro

      c’est en aucun cas de la faute de l’unesco,mais par contre le gouvernement israelien est totalement responsable de l’attitude des arabes!!!
      ils les laissent tranquille vivre leur vie,et voila ce que ca donne…
      depuis longtemps juste apres leur defaite ,de 1967,il aurait fallu les faire courir vers le jourdain.
      il ne l’on pas fait ,alors ils le payeront encore tres chere…
      idem pour jerusalem,on peut hurler que jerusalem est une et indivisible ,je peux vous dire qu’elle est deja divisée cette capitale
      trop d’ex jordaniens ,et surtout il faut arreter de nommer un peuple qui n’a jamais existé
      il y a du boulot dans cette democratie israelienne!!!!!

    3. zoro

      Des paroles des paroles des p… que des paroles mais aussi des promesses. mais ou sont les actes apres deja quelques mois que Trump est au pouvoir ?

    4. Salmon

      « Israel gagne Jérusalem et offre son sacro-saint Mont du Temple à l’ennemi par laicisme ». Cela semble dingue et pourtant…
      L’ouverture des archives nationales israéliennes, 50 ans après la Guerre des Six Jours, met en lumière certains événements qui ont façonné l’histoire de la région, et permet de découvrir des aspects méconnus du conflit israélo-arabe. Parmi les dossiers révélés au grand jour ces dernières semaines, figure celui du Mont du Temple, qui contient notamment une série de lettres envoyées par le directeur du département musulman au ministère israélien des Cultes, Yaakov Yehoshua (père de l’écrivain A.B. Yehoshua) *. Dans ces lettres, adressées au ministre des Cultes, Zerah Warhaftig, Yehoshua se plaint à ce dernier de l’attitude à son égard du ministre de la Défense, Moshé Dayan, qui l’a progressivement privé de ses compétences concernant l’endroit le plus symbolique et le plus stratégique : le Mont du Temple et la mosquée qu’il abrite.
      Avant la guerre des Six Jours, en effet, le ministère des Cultes exerçait sa compétence à l’égard des mosquées situées sur tout le territoire israélien. Lors d’une rencontre entre Yehoshua et les dirigeants musulmans sur le Mont du Temple, en juillet 1967, celui-ci aborde ainsi le sujet des prêches, en rappelant à ses interlocuteurs qu’il ne s’est jamais jusqu’alors immiscé dans le contenu des prêches prononcés dans les mosquées, mais qu’il souhaite que ceux-ci soient empreints d’un esprit pacifique et fraternel. Son appel est accueilli de manière tout à fait positive par les dirigeants musulmans, et les premiers prêches respectent pleinement son appel à la tolérance.
      Mais ce statu quo pacifique ne va pas faire long feu. Très vite, le ministère des Cultes est dessaisi de sa compétence sur le Mont du Temple par le ministre de la Défense, Moshé Dayan. Celui-ci, auréolé de gloire au lendemain de la victoire israélienne de juin 1967, a une vision des choses tout à fait différente de celle de Yaakov Yehoshua et du ministère des Cultes. Sa priorité est en effet de désamorcer le “baril de poudre” que représente à ses yeux le Mont du Temple, en remettant les clés de ce “Vatican” israélien – selon ses termes – à qui voudra bien en assumer la responsabilité. L’attitude de Dayan est conforme à l’ethos sioniste laïc, qui domine à l’époque la société et les élites israéliennes.
      Car, contrairement aux pères fondateurs du sionisme politique, de Herzl à Jabotinsky, qui considéraient le Temple de Jérusalem comme un élément central du patrimoine spirituel et national juif, aux yeux de Dayan il ne s’agit pas tant du patrimoine ancestral que d’un problème encombrant, et qu’il faut régler au plus vite. Une autre explication, qui n’est pas contradictoire, voudrait qu’il ait conclu un accord avec le Waqf musulman, renonçant à la souveraineté en échange d’une autorisation tacite de mener des fouilles archéologiques “privées” sur l’esplanade…**
      Quoi qu’il en soit, la politique de Dayan a été appliquée avec les conséquences que l’on sait. Le Waqf jordanien a pris possession des lieux, faisant payer l’entrée des mosquées aux visiteurs israéliens et se conduisant en maître sur le Mont du Temple, laissant aux fidèles juifs le Kottel (mur occidental, dit “des Lamentations”) en contrebas, tandis que le rabbinat israélien interdisait aux Juifs de monter sur le Mont, alléguant des raisons religieuses. Ce nouveau statu quo fragile a perduré pendant plusieurs décennies.
      Ces dernières années, il est remis en question, notamment par le nombre croissant de Juifs qui se rendent sur le Mont du Temple, malgré les vexations que leur font subir les gardiens du Waqf, mais aussi par la présence de militants islamistes envoyés par le Mouvement islamiste, proche des Frères musulmans. Quant aux prêches du vendredi dans la mosquée, cela fait longtemps que leur contenu n’est plus soumis à aucun contrôle et qu’ils incitent régulièrement à la violence et à la haine des Juifs. Le père d’A.B. Yehoshua a de quoi se retourner dans sa tombe.
      * Voir l’article d’Arnon Segal, “Comment le Waqf a acquis son statut dominant”, dans le quotidien israélien Makor Rishon 2.6.2017.
      ** Explication rapportée par l’islamologue israélien Motti Keidar.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *