toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

USA : la Chambre des représentants adopte des sanctions contre la Russie, l’Iran et la Corée du Nord


USA : la Chambre des représentants adopte des sanctions contre la Russie, l’Iran et la Corée du Nord

.

La chambre basse du Congrès américain a adopté le 25 juillet à la quasi-unanimité une proposition de loi imposant de nouvelles sanctions contre la Russie, l’Iran et la Corée du Nord. Il lui reste à être adoptée par le Sénat.

Le 25 juillet, la Chambre des représentants des Etats-Unis a voté à la quasi-unanimité une proposition de loi sur de nouvelles sanctions contre Moscou, Téhéran et Pyongyang. Le vote a été écrasant : 419 voix contre 3.

Le volet du texte sur la Russie, destiné à sanctionner Moscou pour ses ingérences supposées dans la campagne présidentielle de l’an dernier, a suscité des résistances de la part de Donald Trump. Le texte prévoit en effet un mécanisme inédit qui déplaît à la Maison Blanche : les parlementaires prévoient de s’arroger le droit de s’interposer si jamais le président américain décidait de suspendre des sanctions existantes contre la Russie.

Si le texte passait le Sénat, le chef d’Etat américain pourrait néanmoins mettre son veto. Mais il suffirait alors au Congrès de revoter à une majorité des deux tiers pour le surmonter, et il est d’usage que les présidents s’épargnent cette humiliation en apportant un soutien tardif à la législation.

Le volet anti-russe du projet de loi avait également provoqué la colère de l’Union européenne, car il ouvre la voie à des sanctions contre des entreprises européennes ayant des projets énergétiques en Russie.

Récemment, le Financial Times et Politico évoquaient une note de la Commission européenne développant une série de contre-mesures, dans le cas où le Congrès américain voterait de nouvelles sanctions contre Moscou. «[Bruxelles] doit se tenir prêt à réagir en quelques jours», aurait même lancé le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, cité par les deux médias. «Les dispositions risquent de briser l’unité transatlantique et celle du G7», s’inquiétaient en outre les auteurs de la note.

Donald Trump a décidé de préserver l’accord sur le programme nucléaire iranien négocié par son prédécesseur Barack Obama, et d’imposer à Téhéran de nouvelles sanctions pour ses missiles balistiques et ses actions au Moyen-Orient.

Le 17 juillet, le président américain Donald Trump a annoncé que le Etats-Unis préserveraient l’accord sur le programme nucléaire iranien conclu sous la présidence de Barack Obama.

La décision de maintenir l’accord survient alors que durant sa campagne, Donald Trump avait promis de «déchirer» le pire accord jamais paraphé, selon lui, par les Etats-Unis. Depuis que l’accord est entré en vigueur le 16 janvier 2016, l’administration américaine doit le «certifier» auprès du Congrès tous les 90 jours, c’est-à-dire attester que Téhéran en respecte les termes.

L’autorité onusienne de surveillance de l’accord sur le nucléaire iranien, connu sous son acronyme JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action) et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), avaient félicité en juin l’Iran pour le respect de ses engagements (démantèlement des deux tiers de ses centrifugeuses, renoncement à 98% de son stock sensible d’uranium et bétonnage du cœur de son réacteur à eau lourde).

Les relations des Etats-Unis avec l’Iran restent pourtant tendues.

«Nouvelles sanctions»

Dans la foulée de sa décision de maintenir l’accord, Washington a annoncé – comme ce fut le cas en mai – que d’autres mesures punitives seraient imposées à l’Iran pour ses missiles balistiques et ses actions «déstabilisatrices» au Moyen-Orient. «Nous prévoyons la mise en œuvre de nouvelles sanctions qui concernent le programme de missiles balistiques iraniens», a souligné l’un des responsables de la Maison Blanche.

En outre, le Sénat a voté en juin un projet de loi pour punir Téhéran, que Washington accuse de soutenir «des actes terroristes internationaux». Le département d’Etat continue aussi, depuis 1984, de considérer la puissance régionale chiite comme un «Etat soutenant le terrorisme».

«L’Iran demeure l’une des plus dangereuses menaces pour les intérêts des Etats-Unis et pour la stabilité régionale», a tonné l’un des responsables de l’administration Trump.

Depuis son arrivée au pouvoir, le nouveau président américain a resserré les liens avec l’Arabie saoudite sunnite (elle-même accusée par l’Iran et d’autres pays de soutenir le terrorisme), appelant à «isoler» le rival iranien chiite.

«Le président Donald Trump et le secrétaire d’Etat Rex Tillerson estiment que ces activités iraniennes sapent gravement l’objectif de l’accord qui devait contribuer à la paix et à la sécurité régionales et internationales», a souligné un cadre américain.





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “USA : la Chambre des représentants adopte des sanctions contre la Russie, l’Iran et la Corée du Nord

    1. HENRIETTE Irène

      Monsieur « s’en va-t-en guerre ». Pourquoi s’arrêter à trois pays? Il en restera encore assez de pays à attaquer sur notre ex belle planète…… Les Américains ont pris l’habitude de tuer, provoquer des guerres,après avoir exterminé la presque totalité des Indiens, qui, n’avaient rien à faire dans leur propre pays.

      Le monde entier est déjà envahi par votre pays avec les cochonneries que nous devons manger, les ogm, Monsanto, et j’en passe…….

      Allez monsieur Trump, allez-y et menacez tous ceux qui ne sont pas d’accord avec vous , quitte à ensanglanter une guerre totale….

    2. Armand Maruani

      Je regrette qu’il s’en prenne à Poutine , un allié précieux contre la terreur muzz .

      Et pourtant au départ ils avaient l’air de s’entendre .

      La politique c’est fait pour les artistes et non pas pour les communs des mortels .

    3. Pinhas

      Trump est un sanguin , une grande gueule mais il est loin d’être bête .

      Je ne crois pas vraiment qu’il veuille s’en prendre à la Russie .

      Tout cela n’est visible que pour tromper l’ennemi ….

      Nous y verrons plus clair dans les semaines qui viennent .

    4. Pinhas

      HENRIETTE Irène,

      Dans la liste des cochonneries tu as oublié le hallal .

      Je pense que le hallal rend les gens méchants car si on y réfléchi la bête meure égorgée et son agonie dure très longtemps et la bête ressent toute cette barbarie et toute cette barbarie reste son dernier souvenir …….

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *