toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Emmanuel Macron a annoncé qu’il se rendrait prochainement en Israël


Emmanuel Macron a annoncé qu’il se rendrait prochainement en Israël

A l’occasion de sa visite à Paris, la première de Benyamin Nétanyahou depuis l’élection d’Emmanuel Macron, une annonce importante a eu lieu. Emmanuel Macron devrait se rendre prochaînement en Israël.

Selon (1) : « Sur la question iranienne comme sur le dossier du Hezbollah, Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahou ont mis en avant leur vision commune. Le président français a annoncé qu’il se rendrait prochainement en Israël.

Ce 16 juillet, lors d’une conférence de presse conjointe, le président français Emmanuel Macron et le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont mis en avant leurs points d’accord et leur désir de voir la coopération entre Israël et la France s’intensifier dans le futur. Invité par le premier ministre israélien, le président français doit se rendre en Israël prochainement.

Sur le dossier iranien, Emmanuel Macron a affirmé que la France ferait preuve de vigilance pour la «mise en oeuvre stricte» de l’accord signé par Téhéran. Le président français a également dit vouloir «enclencher un dialogue exigeant avec Israël sur le suivi de ce protocole», tout en se disant sensible aux «inquiétudes» exprimées par Benjamin Netanyahou vis-à-vis de l’Iran. Revendiquant une «absence de complaisance envers l’Iran», le président français a tenu un discours que le président israélien semble avoir apprécié, comme le montraient ses nombreux hochements de tête.

Emmanuel Macron a également appelé à une «reprise des négociations» en vue d’une «solution à deux Etats, Israël et Palestine», avec un respect strict des frontières fixées, sans préciser lesquelles. «La France se tient prête à appuyer tous les efforts diplomatiques menés dans ce sens», a-t-il ajouté. «Israël et Palestine doivent pouvoir vivre côte à côte dans des frontières sûres et reconnues, avec Jérusalem comme capitale», a-t-il martelé.

Emmanuel Macron a indirectement critiqué la poursuite de la colonisation par Israël. «Il est important de s’assurer que les conditions de la négociation et de la paix ne sont pas remises en cause dans les faits et que le droit international est respecté par tous, je pense ici à la poursuite des constructions dans les colonies», a-t-il lancé. Affirmant avoir échangé avec Benjamin Netanyahou à ce sujet, Emmanuel Macron a assuré qu’il tenait à tout mettre en place pour que «les négociations avancent».
Source (1) : https://francais.rt.com/international/41064-conference-presse-benjamin-netanyahou-emmanuel-macron-paris






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 14 thoughts on “Emmanuel Macron a annoncé qu’il se rendrait prochainement en Israël

    1. Une voix d'Alsace

      Je pense que la solution juste des frontières d’Israël serait de revenir aux limites que lui a données la Guerre des Six Jours. Les pays musulmans accueilleraient chacun un nombre de musulmans proportionnel aux nombre de Juifs que chacun a expulsés ; les chrétiens pourraient rester : ils ne sont pas nombreux et y seront plus en sécurité. La mosquée, une fois purifiée, redeviendrait le temple de Jérusalem et les chrétiens pourraient y prier… en respectant exactement les rites que Jésus observait en son temps : pas de signe de croix par exemple). Mais ce n’est que mon opinion.

    2. Armand Maruani

      Depuis que Gepetto Attali a laché son pantin et tourner la clef à fond , ce dernier a réussit tous les numéros de singe prévus .

      Mais les piles ont leurs limites , une fois usées Pinocchio redeviendra un pantin désarticulé que nul ne pourra reconnaitre .

    3. sarah

      Je suis contre la politique d’Emmanuel Macron sur le volet économique, sur le volet de la laïcité puisque je suis une laïque engagée, sur sa vision d’une immigration ouverte et sur le fait qu’il ne lie pas le terrorisme actuel à l’islamisme mais c’est le SEUL Président qui a dit publiquement que l’antisionisme était de l’antisémitisme hier dans son allocution : Manuel Valls l’avait dit mais ni Jacques Chirac, ni Nicolas Sarkozy qui se dit pourtant très proche d’Israël, ni François Hollande ne l’avait fait. Pour moi, reconnaître ce parallèle est important et je lui en suis gré.

    4. sarah

      …. François Hollande ne l’avaient fait…
      Je fais des fautes d’orthographe que je ne faisais pas jeune.

      Le président a parlé aussi du meurtre de Sarah Halimi mais là, il lui était plus difficile d’escamoter ce sujet tandis que dire que l’antisionisme est la forme réinventée de l’antisémitisme, il pouvait très bien ne pas le dire.

    5. alauda

      @sarah,

      « Aujourd’hui, l’antisémitisme est masqué par l’antisionisme. Il faut dire les choses comme elles sont ! » @NicolasSarkozy#AmisDuCrif

      — CRIF (@Le_CRIF) 27 Mai 2015

      (article sur ce site, Juin 02, 2015)

      Citation moins médiatisée que sur BFM TV, évidemment.

    6. sarah

      Je ne regarde pas BFMTV parce que cette chaîne est à l’information ce qu’est les fast-foods sont à la cuisine et à la gastronomie.

      Je parle moi d’une vraie parole publique : les conditions où les paroles sont prononcées ne sont pas du tout semblables et leur portée donc totalement différentes. E.Macron s’adresse à la France entière quand il tient ses propos avec une transmission télévisuelle et radiophonique importante étant donné l’importance de l’événement (75éme commémoration de la rafle du Vel d’Hiv) tandis que N.Sarkozy s’adressait à 800 personnes lors d’un simple dîner du Crif : dans le cas de Sarkozy, c’est ce qu’on appelle du off en langage journalistique. Et de plus, dire que l’antisionisme est la forme réinventée de l’antisémitisme est beaucoup plus percutant que dire l’antisémitisme est masqué par l’antisionisme.

    7. sarah

      Je viens de me rendre compte : N.Sarkozy n’était PLUS Président en 2015. En démocratie, quand son mandat est terminé, on redevient un citoyen (presque) lambda et sa parole n’a (presque) plus de portée. N.Sarkozy avait cinq ans pour le dire entre 2007 et 2012. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait ? Parce qu’il pensait se faire réélire en 2012 peut-être.

    8. sara

      Je viens de me rendre compte : N.Sarkozy n’était PLUS Président en 2015. En démocratie, quand son mandat est terminé, on redevient un citoyen (presque) lambda et sa parole n’a (presque) plus de portée. N.Sarkozy avait cinq ans pour le dire entre 2007 et 2012. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait ? Parce qu’il pensait se faire réélire en 2012 peut-être.

    9. sara

      De plus, N.Sarkozy n’était plus Président en juin 2015 donc sa parole n’avait quasiment plus de portée : c’est ainsi en démocratie. Pourquoi n’a-t-il pas tenu ses propos entre 2007 et 2012 quand il était Président???

    10. Pinhas

      Israël n’a rien colonisé mais reprend ce qu’il lui appartient .

      Si on te vole ta maison , la reprendre , cela fait-il de toi un voleur , colonisateur ou un homme droit et juste qui réintègre et protège son foyer ?

      La France par la bouche de ses politiciens devrait la mettre en sourdine sur ce sujet .

      Pays colonisés par la France /

      Continent américain
      Amérique du Nord

      Royal Standard of King Louis XIV.svg Nouvelle-France : 1er(1534-1763)
      Ancienne Acadie1.JPG Acadie (1604-1713)
      Blason proposé pour la province royale de Canada en 1663.svg Canada (1608-1763)
      Royal Standard of King Louis XIV.svg Isle Royale (1713-1763)
      Ancienne Louisiane1.JPG Louisiane (1682-1763), (1800-1803)
      Royal Standard of King Louis XIV.svg Terre-Neuve, (1655–1713)

      Flag of France.svg Saint-Pierre-et-Miquelon : 1er (1763-1815), 2e (1815-1946) [TOM en 1946, DOM en 1976, collectivité territoriale en 1985 puis COM depuis 2003]

      Flag of Île-de-France.svg Floride française : une fondation par les Huguenots (1562-1565)
      Flag of France.svg Île de Clipperton : 2e (1850-?) [COM depuis 2007]

      Caraïbes

      Anguilla (brièvement) : 1er (1745,1796)
      Antigua (brièvement) : 1er (1666)
      Dominique : 1er (1625-1763)
      Grenade : 1er (1650-1762)
      Guadeloupe : 1er, 2e (1635-1946) [DOM depuis 1946]
      Martinique : 1er, 2e (1635-1946) [DOM depuis 1946]
      Montserrat (brièvement) : 1er (1782)
      Saint-Martin (seulement partie nord) : 1er, 2e (1626-1946) [partie du département de la Guadeloupe en 1946 ; COM depuis 2007]
      Saint-Barthélemy : 1er, 2e (1648-1946) [partie du département de la Guadeloupe en 1946 ; COM depuis 2007]
      Sainte-Lucie : 1er (1660-1814)
      Saint-Vincent-et-les Grenadines : 1er (1719-1763,1779-1783)
      Saint-Eustache (brièvement) : 1er (1648-1678)
      Île Saint-Christophe : 1er (1600-1713)
      Tobago : 1er (1678, 1713-1763, 1783-1793)
      Sainte-Croix : 1er( 1651-1733)
      Saint Domingue (Aujourd’hui Haïti et République dominicaine) : 1er (1623-1804)

      Amérique du Sud

      Brésil (Rio de Janeiro brièvement et São Luís brièvement) : 1er (1655-1660)

      (voir France antarctique et France équinoxiale)

      Guyane : 1er, 2e (1604-1652, 1662, 1670-1946) [DOM depuis 1946]

      Îles Malouines :1er (1764-1767)

      Continent africain
      Article connexe : Afrique française.
      Afrique du Nord

      Drapeau : France Afrique française du Nord (1830-1962)

      Maroc (89 % du territoire du Maroc actuel était sous contrôle français, le reste étant sous contrôle espagnol : 2e (1912-1956, protectorat)
      Algérie : 2e (stricto sensu 1830-1848 ; départements de 1848 à 1962)
      Tunisie : 2e (1881-1956)

      Afrique sub-saharienne

      Drapeau : France Afrique-Équatoriale française (1910-1958)

      République centrafricaine (à l’époque Oubangui-Chari) : 2e (1889-1960)
      Tchad : 2e (1895-1960)
      République du Congo (à l’époque Congo français puis Moyen-Congo) : 2e (1891-1960)
      Gabon : 2e(1843-1960)

      Drapeau : France Afrique-Occidentale française (1895-1958)

      Bénin (à l’époque Dahomey) : 2e(1895-1960)
      Burkina Faso (à l’époque Haute-Volta) : 2e (1898-1960)
      Guinée (à l’époque Guinée française) : 2e (1893-1958)
      Côte d’Ivoire : 2e (1895-1960)
      Mali (à l’époque Flag of French Sudan (1958-1959).svg Soudan français) : 2e (1857-1960)
      Mauritanie : 2e (1900-1960)
      Niger : 2e (1897-1960)
      Sénégal : 1er (Saint-Louis-du-Sénégal, Gorée) et 2e (1626-1758, 1779-1809, 1817-1960)
      Togo : 2e (1919-1960)

      Autre

      Albreda en Gambie : 1er et 2e (1681-1857)
      Cameroun : 2e (1919-1960, pays sous tutelle de la France)

      Océan Indien

      Drapeau : France Colonie de Madagascar (1897-1958)

      Comores : 2e (1841-1946) [TOM à partir de 1946, jusqu’à l’indépendance le 6 Juillet 1975 sauf pour Mayotte restée française]
      Madagascar : 1er (Fort-Dauphin, île Sainte Marie), 2e (1896-1960)
      Île Maurice : 1er (1715-1810)
      Mayotte : 2e (1841-1946) [TOM en 1946 en tant que partie des Comores, puis indépendamment après l’indépendance de l’Union des Comores ; DOM depuis 2011]
      La Réunion : 1er (1642-1810), 2e (1815-1946) [DOM depuis 1946]
      Îles Éparses (Bassas da India, île Europa, île Juan de Nova, îles Glorieuses, île Tromelin) : 2e (1896-?) [district des TAAF, qui est un TOM, depuis 2007]
      Seychelles : 1er (1756-1810)
      île Amsterdam (1843-?), île Saint-Paul (1842-?), archipel Crozet (1772-?), îles Kerguelen (1772-?) : 2e [aujourd’hui districts des TAAF, qui est un TOM]

      Autre

      Djibouti (dénommé à certaines époques Territoire d’Obock, Côte française des Somalis et territoire français des Afars et des Issas) : 2e (1862-1977)
      Tanzanie (Zanzibar, brièvement) : 1er (1744)

      Moyen-Orient

      Territoires sous mandat octroyés par la Société des Nations:

      Lebanese French flag.svg Grand Liban (1920-1943)

      Liban : 2e (1920-1943)
      Syrie : 2e (1920-1946)
      Hatay : 2e (1918-1938) [appartient à la Turquie à partir de 1939 (Sandjak d’Alexandrette, maintenant appelée province d’Hatay), même si reste revendiqué par la Syrie depuis lors]

      Continent asiatique
      Asie du Sud

      Inde

      moitié de l’Inde (Indes françaises) : 1er
      seulement Pondichéry, Karikal, Yanaon, Mahé, et Chandernagor : 2e (1765-1893, 1802-1803, 1816-1954)
      Extrême-Orient
      Colonies françaises en 1891 (Le Monde Illustré) :
      1. Panorama de Lac-Kaï, poste français de Chine
      2. Le Yun-nan, au quai d’Hanoï
      3. Rue de Hanoï inondée
      4. Embarcadère de Hanoï

      Flag of France.svg Indochine française (1887-1954)

      Flag of Cambodia under French protection.svg Cambodge : 2e (1863-1953)
      Flag of French Laos.svg Laos : 2e (1893-1954)
      Flag of France.svg Cochinchine (Sud du Viêt Nam, 1862-1949)
      Flag of Colonial Annam.svg Tonkin (Nord du Viêt Nam, 1885-1948)
      Flag of Colonial Annam.svg Annam (Centre du Viêt Nam, 1885-1948)
      Flag of South Vietnam.svg Les trois parties du Viêt Nam sont réunies en 1949 au sein de l’État du Viêt Nam
      Flag of France.svg Le Territoire de Kouang-Tchéou-Wan (aujourd’hui Drapeau : République populaire de Chine Guangzhou Wan) : 2e (1898-1945)

      Dans le cas des concessions ci-après, la France, à l’instar des autres puissances qui s’étaient également vues octroyer des concessions dans certaines villes, ne détenait pas la souveraineté sur ces parcelles de territoire qu’elle ne faisait qu’administrer et qui demeuraient partie intégrante de la Chine. Elles ne firent donc pas partie de l’empire colonial, tout comme le Yunnan sur lequel la France exerçait par traité certains droits limités (contrôle sur le Chemins de fer français du Yunnan, etc.).

      Chine

      La concession française de Shanghai : 2e (1849-1946)
      La concession française de Tientsin (aujourd’hui Flag of the People’s Republic of China.svg Tianjin) : 2e (1860-1946)
      La concession française de Hankéou (aujourd’hui partie de Flag of the People’s Republic of China.svg Wuhan) : 2e (1896-1943)
      La concession française de Canton sur l’île de Flag of the People’s Republic of China.svg Shamian : 2e (1859-1949) (1/5e de l’Ile)
      Le territoire à bail de Kouang-Tchéou-Wan, rattaché à l’Indochine française (voir plus haut)

      Océanie

      Nouvelle-Calédonie : 2e (1853-1946) [TOM en 1946, aujourd’hui collectivité sui generis]
      Polynésie française : 2e (1880-1946) [TOM en 1946, puis COM, aujourd’hui COM]
      Flag of France.svg Flag of the United Kingdom.svg Vanuatu (condominium franco-britannique sous le nom de Condominium des Nouvelles-Hébrides) : 2e (1906-1980)
      BlasonWallisetFutuna.svg Wallis-et-Futuna : 2e (1887-1961) [TOM en 1961, COM depuis 2003]
      Australie-Occidentale française (1772-????)

      Antarctique

      Flag of the French Southern and Antarctic Lands.svg Terre Adélie : 2e (1840-1949) [district des TAAF depuis 1949, qui est un TOM]

      Europe

      Départements français de Grèce : 1er (1797-1802)
      Flag of France.svg Malte : 1er (1798-1800)
      Albanie : République de Korça (1916-1920)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *