toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Des chercheurs israéliens parviennent à modifier l’ADN de bactéries pathogènes, afin de neutraliser les fonctionnalités nuisibles pour l’homme


Des chercheurs israéliens parviennent à modifier l’ADN de bactéries pathogènes, afin de neutraliser les fonctionnalités nuisibles pour l’homme

Une équipe de chercheurs de la Faculté de Médecine de l’Université de Tel-Aviv a développé une technologie de pointe susceptible de neutraliser l’activité nuisible des bactéries pathogènes et de restaurer leur sensibilité aux antibiotiques. La nouvelle méthode basée sur l’élargissement de la gamme d’action des bactériophages, virus infectant les bactéries, servira de base au développement de médicaments innovants.

L’étude, menée par les Dr. Ido Yosef et Moran Goren et les doctorants Rea Globus et Shahar Molshanski-Mor sous la direction du Prof. Udi Qimron, a été publiée en couverture de la prestigieuse revue Molecular Cell de juin.

La résistance aux antibiotiques développée par les bactéries est l’une des plus grandes menaces connues pour la médecine actuelle. A présent, les chercheurs de l’Université de Tel-Aviv ont développé une technologie de pointe basée sur l’élargissement de la gamme d’action des bactériophages (nom composé de ‘bactérie’ et ‘phage’ – manger), virus qui attaquent les bactéries dans le corps humain en leur insérant un nouvel ADN qui perturbe leur activité.

Un seul bactériophage pour affronter des dizaines de bactéries

« Ces dernières années, la science utilise les capacités du génie génétique pour lutter contre les bactéries pathogènes, y compris celles qui résistent aux antibiotiques, et redeviennent agressives et dangereuses « , explique le Prof. Qimron. « Dans notre laboratoire, nous tentons de modifier les propriétés des bactéries en changeant  leur ADN. De cette façon, nous pouvons leur donner les caractéristiques que nous choisissons, et neutraliser leurs fonctionnalités nuisibles pour l’homme, comme la création de toxines, la production de maladies et la résistance aux antibiotiques ».

Le fait d’utiliser les bactériophages contenus dans le corps humain, possédant une ‘expérience’ de milliards d’années d’évolution dans la pénétration des bactéries, pour leur introduire un nouvel ADN, est courant. Mais, selon le Prof. Qimron,  » le processus s’est heurté jusqu’à aujourd’hui à un obstacle important: chaque bactériophage attaque de manière sélective un nombre très limité de types de bactéries. En d’autres termes, pour introduire de l’ADN dans une bactérie particulière les chercheurs doivent utiliser le bactériophage spécifique qui lui convient, ce qui rend la technique difficile, et réduit en grande partie ses possibilités. Nous avons mis au point un bactériophage capable de s’attaquer à un nombre considérable de microbes, et donc d’élargir la gamme des hôtes bactériens auxquels il peut injecter l’ADN désiré ».

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Des chercheurs israéliens parviennent à modifier l’ADN de bactéries pathogènes, afin de neutraliser les fonctionnalités nuisibles pour l’homme

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *