toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Ahmed Ouyahia, ministre d’Etat d’Algérie : « les migrants amènent le crime, la drogue et plusieurs autres fléaux »


Ahmed Ouyahia, ministre d’Etat d’Algérie : « les migrants amènent le crime, la drogue et plusieurs autres fléaux »

Des déclarations hostiles aux migrants d’un des hommes forts du régime algérien, Ahmed Ouyahia, suscitent l’indignation des défenseurs des droits de l’homme en Algérie.

Des déclarations hostiles aux migrants d’un des hommes forts du régime algérien, Ahmed Ouyahia, suscitent l’indignation des défenseurs des droits de l’homme en Algérie, où le gouvernement avait pourtant fait vœu d’améliorer la condition des subsahariens en situation irrégulière.

« Ces étrangers en séjour irrégulier amènent le crime, la drogue et plusieurs autres fléaux », a accusé, samedi, au micro de la télévision privée Ennahar TV, Ahmed Ouyahia, directeur de cabinet du président Abdelaziz Bouteflika avec rang de ministre d’Etat.

« Ces gens-là sont venus de manière illégale (…) On ne dit pas aux autorités ‘jetez ces migrants à la mer ou au-delà des déserts’, mais le séjour en Algérie doit obéir à des règles », a ajouté Ahmed Ouyahia, également patron du Rassemblement national démocratique (RND), 2e parti d’Algérie et allié crucial du Front de libération nationale (FLN) de Abdelaziz Bouteflika.

Signe qu’il ne s’agit pas là d’un dérapage, le RND a indiqué assumer les propos de son chef et accusé de nouveau les migrants d’être « devenus ces derniers temps une source pour tous les types de crimes ».

« Ce n’est pas Amnesty International qui va nous dicter notre conduite », a de son côté expliqué le porte-parole du parti, Seddik Chihab, au site Alg24, face aux critiques de l’organisation internationale.

Devançant les critiques, Ahmed Ouyahia avait averti dimanche à Ennahar TV: « Quand on me parle de droits de l’homme, je dis: ‘nous sommes souverains chez nous' ».

Les ONG vent debout

Dans un communiqué, Amnesty International a estimé « choquants et scandaleux » ces propos qui « alimentent le racisme et favorisent la discrimination et le rejet de ces personnes » ayant « fui les guerres, la violence et la pauvreté ».

« Il est de notre responsabilité de les accueillir, conformément aux textes internationaux signés et ratifiés par l’Algérie », souligne l’organisation de défense des droits de l’homme.

Secrétaire général de la Ligue algériennes de défense des droits de l’homme (LADDH), Abdelmoumene Khelil, a fustigé des déclarations « dignes des discours de l’extrême droite européenne », qui « viennent torpiller le discours équilibré sur le sujet du nouveau Premier ministre » Abdelmadjid Tebboune, nommé fin mai.

« Ahmed Ouyahia verse dans le discours raciste », s’est aussi indigné dimanche le site d’information en ligne TSA (Tout sur l’Algérie), dénonçant des « propos d’une extrême gravité », un « raccourci xénophobe » et « un discours à teneur haineuse ».

Sur Facebook, Mohamed Sidoumou, journaliste à El-Khabar, a surnommé le directeur de cabinet présidentiel « Jean-Marie Ouyahia », en référence à Jean-Marie Le Pen, chef historique de l’extrême droite française, haï en Algérie pour son rôle au sein de l’armée française durant la guerre d’indépendance.

Pas de cadre juridique

Les migrants en situation irrégulière en Algérie – essentiellement des Subsahariens estimés à environ 100.000 par les ONG – vivent hors de tout cadre juridique et dans des conditions le plus souvent extrêmement difficiles, souvent exploités par des patrons indélicats.

Le gouvernement d’Abdelmadjid Tebboune a annoncé son intention d’élaborer une loi sur le droit d’asile en Algérie, qui ne dispose pas de législation sur les réfugiés bien qu’elle ait signé les principales conventions internationales.

Selon le quotidien arabophone « El-Khabar », le ministre de l’Intérieur Noureddine Bedoui a présenté durant la semaine au gouvernement les grandes lignes du projet sur les migrants : lancement d’un recensement et délivrance de permis de travail dans les secteurs manquant de main d’œuvre tels que les travaux publics, l’agriculture ou la pêche.

Le 19 juin, Nourreddine Bedoui avait affirmé que l’Algérie considérait « ces réfugiés, venant de pays en butte à des conditions difficiles, comme des invités qu’il faut prendre en charge au plan médical, social et psychologique ».

Ce même jour, avait fleuri sur les réseaux sociaux un hashtag en arabe signifiant « Non aux Africains en Algérie », suscitant un vif émoi sur internet et dans la presse.

Abdelmoumene Khelil s’est dit « pas étonné par ces propos méprisants sur les droits de l’homme. Nous avons l’habitude d’entendre de tels discours » en Algérie.

Des politologues semblaient perplexes dans l’immédiat : « Comment aurait réagi Ouyahia si un Européen avait tenu ces propos? », s’est simplement interrogé Mohamed Hennad, joint par l’AFP.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Ahmed Ouyahia, ministre d’Etat d’Algérie : « les migrants amènent le crime, la drogue et plusieurs autres fléaux »

    1. Claire

      Toute personne tenant ce discours en France serait immédiatement traînée devant la 17ème chambre!! Pourtant…

    2. Circonstances exténuantes

      Pourquoi l’auteur de l’article dit qu’il ne s’agit pas d’un dérapage? Ce n’est pas vrai tout ce qu’il dit ?

    3. Sofiane

      non mais franchement, quand on aime son pays, on garde jalousement ses frontières et on ne fait pas entrer n’importe qui. C’est ça avoir la fibre patriotique. Prochaine étape apres la régularisation? la nationalité? et puis quoi encore? toute ma famille a fait la révolution. Je suis fils de moudjahid je suis resté dans mon pays j’aime mon pays j’aime l’Algérie. On a jamais agressé un voisin On a jamais colonisé de pays On a aidé les africains dans les années 70 On ne doit rien a personne! Ne tombez pas dans le piège de la pitié, ils baissent la tête mais quand ils se sentiront chez eux, ils changeront de visage et c’est les algériens qui baisseront la tête (Il n’y a qu’a voir ce qui se passe en europe)

    4. Frank Giroux

      LOL elle est bien bonne celle-là!

      Et ils nous envoient leur rebus ici au Canada ! Et on nous traite de ceci-cela quand on est pas d’accord avec l’envahissement des maghrébins et de leurs maghrébines ! Ils ne manquent pas d’air, ces salopards!

      C’est une bande de malades mentaux ces arabos-musulmans ça doit être un virus dans l’eau tellement ils sont tous plus sans-desseins les uns que les autres!

      Et dire qu’il y en a plus de 6 000 à Windsor à la frontière des USA, bien hâte de voir ce que Trump va faire à ce sujet…

    5. Frank Giroux

      Très heureux que vous aimiez votre pays et j’espère que vous ne changerez jamais d’idée… Si vous pouviez convaincre vos compatriotes ici au Canada de retourner dans votre si merveilleux pays – qu’ils débarrassent notre territoire – nous serions comblés – parce que nous ici – on ne veut rien savoir, vraiment rien, savoir de vous, d’aucun d’entre vous.

      Je peux vous garantir ici et maintenant qu’aucun canadien, absolument aucun, n’a envie d’aller chez-vous. Gardez-le votre pays d’arriérés.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *